Forum Unité Communiste Page d'accueil
  Sujets actifs Sujets actifs
  FAQ FAQ  Rechercher dans le Forum   Calendrier   Inscription Inscription  Connexion Connexion
Accueil Forum Accueil Forum > Pour s'informer, notre sélection d'articles > International

Ukraine

 Répondre Répondre Page  <1234 7>
Auteur
Message
  Sujet Recherche Sujet Recherche  Options des sujets Options des sujets
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 25 Jun 2011 à 20:07
Inculpée en Ukraine, Ioulia Timochenko se tourne vers la Cour européenne

De Ania TSOUKANOVA (AFP) – 22/06/2011

KIEV — L'opposante ukrainienne Ioulia Timochenko, inculpée d'abus de pouvoir en Ukraine, a porté plainte devant la Cour européenne des droits de l'Homme, accusant le président Viktor Ianoukovitch d'avoir orchestré ces poursuites "politiques" contre elle.

"Nous avons déposé un recours auprès de la Cour européenne des droits de l'Homme dans lequel nous avons présenté les preuves sur la répression politique", a déclaré Mme Timochenko au cours d'une conférence de presse deux jours avant le début de son procès en Ukraine.

L'opposante a expliqué cette décision par sa méfiance envers "la justice vénale de (Viktor) Ianoukovitch", le président ukrainien, qu'elle accuse d'avoir ordonné les poursuites contre elle.

"Tout ce qui se passe avec moi, c'est une tentative de Viktor Ianoukovitch de m'anéantir en tant que rivale, de régler ses comptes avec moi", a lancé Mme Timochenko.

"Le jugement de la cour Petcherski (chargée de son affaire) a été écrit depuis longtemps par l'administration de Ianoukovitch et relu par Ianoukovitch personnellement", a-t-elle encore ajouté.

Cette femme menue était le principal adversaire du chef de l'Etat actuel à la présidentielle 2010 et reste toujours, selon les sondages, sa rivale la plus importante.

Celle qui a été un des chefs de la Révolution orange pro-occidentale de 2004 est inculpée d'abus de pouvoir qui auraient entraîné de lourdes pertes financières pour l'Etat ukrainien lorsqu'elle était Premier ministre. Le parquet a ouvert plusieurs enquêtes judiciaires contre elle.

Le premier procès, qui concerne les contrats gaziers signés avec la Russie lorsque Mme Timochenko était Premier ministre et considérés comme extrêmement désavantageux pour l'Ukraine, commencera vendredi à 06H00 GMT dans le centre de Kiev.

Un autre dossier, qui n'a pas encore été transféré au tribunal, comprend deux enquêtes portant sur les accusations de mauvaise utilisation de fonds reçus par Kiev en échange de la vente de ses quotas d'émission de CO2 et sur celles d'achat d'ambulances à un prix supérieur à celui du marché.

"Je n'ai aucune crainte, je ne suis pas désespérée", a assuré l'opposante. "C'est de la justice sommaire, ils veulent recourir à des mesures sans précédent, mais je suis fermement convaincue qu'ils vont échouer", a-t-elle poursuivi.

Craignant les critiques de l'Occident qui suit de près l'affaire Timochenko, le tribunal ukrainien pourrait éviter d'envoyer l'opposante en prison, mais plutôt prononcer une peine avec sursis, ce qui l'empêcherait de participer aux prochaines élections, selon des observateurs ukrainiens.

Dans la plainte, déposée mardi, Mme Timochenko demande de reconnaître des violations de la Convention européenne des droits de l'Homme dans les procédures liées aux enquêtes judiciaires qui la visent, a précisé son avocat, le député Sergui Vlassenko.

"Ces enquêtes ont été falsifiées", a-t-il accusé, affirmant qu'"il n'y avait aucun fondement" pour les ouvrir. "Nous nous attendons à ce que la CEDH entame dans les plus brefs délais l'examen de cette affaire", a ajouté le parlementaire.

Nombre d'autres anciens hauts responsables du gouvernement Timochenko sont également visés par des enquêtes pour abus de pouvoir.

L'équipe présidentielle assure lutter ainsi contre la corruption, alors que l'opposition dénonce des mesures de répression politique.

Les Etats-Unis et l'Union européenne (UE) ont exprimé leur inquiétude quant à une application sélective de la justice dans cette ex-république soviétique.

Ukraine: Timochenko au tribunal craint son arrestation et veut la clôture de l'enquête

(AFP) – 24/06/2011

KIEV — L'opposante et ex-Premier ministre ukrainienne Ioulia Timochenko a dit craindre son arrestation et demandé au juge de clore l'enquête qui la vise samedi, le deuxième jour de son procès, qui a déjà provoqué des critiques de l'Union européenne et des Etats-Unis.

"J'ai l'information qu'on prévoit (...) une arrestation", a déclaré selon son service de presse Mme Timochenko, vêtue d'une chemise blanche, jupe noire et souliers aux talons vertigineux.

Son avocat, le député Sergui Vlassenko, a demandé au juge de "clore" l'enquête contre Timochenko, accusée d'abus de pouvoir lors de la conclusion de contrats gaziers avec Moscou en 2009, évoquant l'"absence du délit".

Dans le dossier, "il n'y a aucune preuve de la culpabilité de Mme Timochenko", a assuré le parlementaire.

Dès son début, le procès a suscité des critiques de l'Union européennes et des Etats-Unis.

Washington a exprimé vendredi son "inquiétude", soupçonnant des motifs politiques derrières les poursuites contre l'opposante.

Un diplomate européen a déclaré à l'AFP que le procès "ressemblait un peu à la justice, mais à pas celle des Etats européens".

Se refusant de toute évaluation politique, l'ambassadeur de l'Union européenne en Ukraine a dénoncé les conditions "inhumaines" pendant la première séance qui s'est déroulée dans une petite salle du tribunal Petcherski de Kiev, dans une chaleur étouffante.

Samedi, le procès a continué dans le même local, mais celui-ci était beaucoup mieux climatisé et la présence des médias moins importante.

L'opposante et ex-Premier ministre ukrainienne Ioulia Timochenko a comparu vendredi 24 juin devant la justice pour abus de pouvoir.

Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 26 Jun 2011 à 15:20

Compte-rendu du 44ème congrès du PC d'Ukraine (KPU) : « Résister au nationalisme fascisant et aux velléités de restauration d'un capitalisme sauvage des héritiers de la révolution Orange »

Ukraine%20COngress%20June%202011

Compte-rendu du 44ème congrès du PC d'Ukraine (KPU)

« Résister au nationalisme fascisant et aux velléités de restauration d'un capitalisme sauvage des héritiers de la révolution Orange »*

Compte-rendu de John Foster, secrétaire à l'international du Parti communiste de Grande-Bretagne (CPGB)

Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

Cette semaine, en nombre de localités Ukrainiennes, des drapeaux rouges seront déployés aux côtés des drapeaux jaunes et bleus pour marquer le 70ème anniversaire de l'invasion nazie. Ils seront déployés comme un défi lancé à ceux au Parlement ukrainien qui ont cherché à imposer l'interdiction légale des symboles de la période Soviétique.

Le week-end dernier, le congrès du Parti communiste d'Ukraine (KPU) a vu son secrétaire Petro Symonenko souligner l'importance politique de résister à ce qu'il a décrit comme la menace d'un fascisme nationaliste, la tentative de lier le sentiment national aux épisodes fascistes et à ceux de la Garde Blanche inscrits dans le passé de notre pays.

Dans des circonstances où les héritiers de la révolution orange discréditée ont essuyé de sérieux revers électoraux, ils ont désormais recours à des méthodes plus grossières. Dans ces régions ou ces districts où ils conservent le pouvoir politique, ceux qui ont collaboré avec les nazis sont honorés. Les rues et les places sont rebaptisées à leur nom. La pleine liberté d'action est donnée à des organisations néo-fascistes. L'hostilité envers les importantes minorités nationales d'Ukraine, les Russes, les Juifs, les Russo-Allemands, se développe.

Russie%200097C'était pourquoi, avançait Symonenko, il était si important de réaffirmer les traditions progressistes et multi-nationales des travailleurs d'Ukraine, l’héroïsme de leur résistance à l'invasion nazie et les réalisations de la période Soviétique.

Le Congrès a révélé la position difficile, et pourtant centrale, que maintient le Parti communiste dans la vie politique Ukrainienne.

En 2006-2007, ses 26 députés ont joué un rôle important dans la consolidation de la coalition parlementaire qui a mis fin au règne nationaliste. En 2010, ils ont apporté leur soutien au président actuel Viktor Ianoukovytch sur la base de son engagement qu'il défendrait les droits des travailleurs, protégerait les minorités nationales et renforcerait les liens internationaux avec la Russie et les pays de l'Organisation de la coopération de Shanghai (OCS).

Politiquement, cependant, les communistes d'Ukraine n'ont pas la tâche facile. Le capitalisme rétabli est brutal. Une dizaine de groupes d'oligarques contrôlent une économie qui a été radicalement privatisée – ce qui comprend 90% des entreprises publiques, presque tous les services publics, le logement et la production agricole.

Ces forces contrôlent les médias et exercent leur domination au sein du gouvernement et sur l'appareil d’État. Et les privatisations continuent. Un nouveau système d'assurance privée obligatoire est en préparation dans un service de santé qui fonctionne déjà largement selon ce modèle.

Le chômage reste massif. La mortalité prématurée, en particulier chez les hommes en âge de travailler, couplée à l'émigration de masse ont fait chuter la population de plus de 10%. Près de 40% des moins de 24 ans sont sans travail et le mouvement syndical est plus que faible.

Dans ces circonstances, les Communistes doivent se battre contre vents et marées. Interdit en 1991, le parti a été reformé en 1993 mais reste interdit d'organisation dans le secteur public, les entreprises publiques et parmi les fonctionnaires d’État.

Pourtant, de façon assez surprenante, le parti se développe rapidement. Un tiers de ses 112 000 adhérents ont pris leur carte dans les quatre dernières années. Les jeunes sont de plus en plus impliqués et les femmes comptent désormais pour près de 40% des effectifs.

C'est en grande partie due au fait que le parti s'est réorganisé. Il est aujourd'hui bien plus un parti militant, enraciné localement, et se saisissant des questions immédiates qui touchent les travailleurs – les salaires non-payés, les retraites contestées, l'arnaque des compensations pour les anciens membres des fermes collectives.

Il y a deux ans, 6 000 ouvriers de l'industrie mécanique ont occupé le plus grand complexe de machines-outils agricoles d'Ukraine. Son second propriétaire d'après la privatisation avait fait faillite. Leurs emplois étaient en jeu. Après une large campagne politique, dans laquelle les Communistes ont joué un rôle de premier plan, le Parlement a adopté une motion replaçant l'usine sous propriété publique.

Cependant, ces réussites n'aveuglent pas les Communistes sur les dérèglements périlleux de la vie politique Ukrainienne.

Durant le Congrès, le vétéran du parti Georgi Kryuchov a cité certaines statistiques pour mettre en lumière ces dangers. Il a tiré les conclusions négatives d'un récent sondage qui indiquait que près de 40% de la population était en faveur du rétablissement du socialisme, sous une forme ou une autre.

La première conclusion concernait les 60% qui ne partageaient pas cet avis. Passivement ou activement, ils ont été influencés pour finir par accepter l'inéluctabilité de l'ordre établi et, plus dangereusement, et ils sont vulnérables à la propagande nationaliste et aux politiques qui, sous le gouvernement précédent, comprenaient le soutien à l'OTAN et à l'UE.

La seconde conclusion concernait le décalage entre les 40% de soutien pour le socialisme et la base électorale des Communistes Ukrainiens qui tourne en-dessous des 10%.

Le parti, a avancé Kryuchov, devait encore « radicaliser » ses efforts, à travers une forme d'engagement beaucoup plus directe à la base, dissiper la méfiance promue sans cesse par les médias, nationalistes ou non.

D'où l'importance attachée à la lutte contre la ré-écriture de l'histoire de l'Union soviétique et de la guerre contre le fascisme. Ce n'est pas une question de nostalgie. Cela représente un engagement réel et fondamental lié à la politique actuelle.

Les communistes Ukrainiens sont bien conscients, comme devraient l'être tous les progressistes de Grande-Bretagne, du fait que le pays se trouve en première ligne des transformations actuelles dans les rapports de forces mondiaux. La révolution orange a débouché sur l'envoi de troupes Ukrainiennes en Irak et en Afghanistan, sur la pénétration massive des agences Américaines et sur les préparatifs de l'entrée dans l'OTAN.

Ces démarches ont été mises en échec mais la pression reste constante. Des alternatives concrètes doivent être proposées pour un avenir meilleur. Le nouveau programme du parti adopté par le Congrès avance des perspectives pour un développement économique basé sur le rétablissement progressif de la propriété sociale et de la planification.

Cela nécessite à son retour une nouvelle orientation internationale qui ne subordonne pas un tel développement aux forces du marché contrôlées par les monopoles – en fin de compte le rétablissement des relations économiques planifiées démocratiquement entre pays actuellement membres de la Communauté des états indépendants (CEI). D'autres combinaisons sont également possibles.

En 2010, Ianoukovitch a visité la Chine dans une délégation présidentielle qui comptait Petro Symonenko, en tant que responsable du groupe parlementaire du Parti communiste. Ce week-end, au terme du Congrès, d'autres drapeaux rouges seront déployés dans les rues de Kiev pour accueillir la première visite en Ukraine du président Hu Jintao.

* titre de la responsabilité du traducteur

Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 09 Aug 2011 à 21:50

Ukraine: la saga judiciaire Timochenko

Devant la justice pour abus de pouvoir, l’ancienne Premier ministre d’Ukraine fait vivre à son pays une rocambolesque histoire politico-judiciaire digne d’une série TV. Dont l’actrice principale passe actuellement ses journées en prison.

Ioulia Timochenko risque une peine de sept à dix ans de prison. Elle est accusée d’avoir outrepassé ses pouvoirs de Premier ministre en 2009, en autorisant, sans l'approbation du gouvernement, la signature de contrats sur l'importation de gaz russe à un prix jugé désavantageux pour Kiev. Accords qui d’un autre côté avaient permis la fin d'un conflit gazier russo-ukrainien susceptible de perturber les approvisionnements de l'Europe occidentale en gaz russe. Forcément, Ioulia Timochenko a déjà reçu le soutien de la Russie, mais aussi des Etats-Unis et de l'Union européenne qui critiquent son placement en détention. Fin 2004, elle avait joué un rôle majeur dans la Révolution orange, militant pour « l’occidentalisation » de son pays et son entrée dans l’UE.

Malgré tout, le magistrat reste inflexible. Ioulia Timochenko reste en prison. Et pourtant, c’est un véritable show qui s’est déroulé au tribunal. La dame a fait son entrée, très digne et apprêtée, son éternelle coiffure à tresse savamment exécutée avant l’audience (on n’a pas droit aux épingles dans la prison). Deux prêtres l’attendaient, montrant le soutien des communautés religieuses, catholiques et orthodoxes, à sa cause. Le juge s’est fait d’ailleurs traité d’ "Antéchrist, que tu rôtisses en enfer!".
L’audience était mal engagée dès le début. L’accusée a refusé de se lever à l’entrée du juge et lui a clairement dit pourquoi : "Je ne me lèverai pas devant vous, car cela reviendrait à se mettre à genoux devant la mafia". Elle s’est drapée dans un personnage de martyr : "La prison est la prison", a-t-elle déclaré. Elle ne peut pas "se plaindre de cette épreuve" car se battre pour la démocratie en Ukraine est "le sens de sa vie".

A côté de ces démonstrations de ferveur religieuse et de sacrifice, elle s’amusait les jours précédents à twitter l’audience en direct, se moquant du juge, du procureur et des témoins. Elle a depuis été interdite d’Internet et la retransmission à la télévision du procès annulée.

 
 
 
 
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 09 Sep 2011 à 18:39

Le procès Timochenko en Ukraine révèle l’étendue de la corruption

Les poursuites contre l’ex premier ministre, Ioulia Timochenko, pour « abus de pouvoir », sont un exemple parmi d’autres d’un mal endémique dans le monde politique ukrainien.

C’est une affaire qui commence à ternir l’image de l’Ukraine, lui portant préjudice dans les négociations pour son entrée dans l’Union européenne (UE). Ioulia Timochenko, l’ancienne premier ministre ukrainienne, placée en détention provisoire début août, est en procès depuis le 24 juin. La fameuse «égérie de la révolution orange» est jugée pour abus de pouvoir, accusée d’avoir en 2009 outrepassé ses prérogatives en autorisant, sans l’approbation du gouvernement, la signature de contrats sur l’importation de gaz russe à un prix trop élevé, donc très désavantageux pour Kiev.
Le sort de la femme politique tracasse Bruxelles. Lors d’un déplacement en Pologne, le 30 août, à l’invitation de son homologue Bronislaw Komorowski, le chef d’État ukrainien, Viktor Ianoukovitch, s’est entendu dire par les représentants de certains pays de l’Est que l’incarcération de Timochenko engendrait chez eux de vives préoccupations. De même, l’UE a demandé à Kiev d’organiser un examen médical «indépendant» de l’opposante, touchée par une mystérieuse maladie. Ce que réfute le gouvernement.

En matière de respect des droits de l’homme, l’Ukraine est mauvaise élève. En décembre 2010, les États-Unis avaient dénoncé les «persécutions sélectives d’adversaires politiques» conduites dans le pays où plusieurs anciens ministres «orangistes», dont Timochenko, sont poursuivis dans le cadre d’une campagne de lutte «contre la corruption».
Le procès Timochenko pourrait donc bien être le moyen de renvoyer sur la touche l’opposante, qui fait aussi partie des milieux d’affaires. La corruption dont on l’accuse ne serait que la suite logique d’un passé trouble. Poursuivie pour le versement présumé de pots-de-vin à des responsables du ministère russe de la Défense alors qu’elle était présidente des Systèmes énergétiques unis d’Ukraine, elle avait déjà été incarcérée en 2001. Une affaire close dans d’obscures circonstances, après la "révolution" dite orange de 2004.

Emily Jokiel

Source



Edité par T 34 - 09 Sep 2011 à 18:39
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 11 Oct 2011 à 22:03

Ukraine : Ioulia Timochenko condamnée à sept ans de prison

L’ancienne Premier ministre d’Ukraine a été condamnée mardi à sept ans de prison pour "abus de pouvoir", un verdict qu'elle qualifie de règlement de compte politique du président Viktor Ianoukovitch. Elle a annoncé son intention de contester le jugement devant la justice européenne et appelé à lutter contre l'"autoritarisme" en Ukraine.

Jugée coupable d'avoir abusé de ses pouvoirs de Premier ministre en 2009 lors de la signature de contrats gaziers avec la Russie, l’opposante ukrainienne a été condamnée, par un tribunal de Kiev, à sept ans de prison. Interdite d'exercer des fonctions officielles pendant trois ans, il a aussi ordonné à l'opposante de verser près de 200 millions de dollars à l'entreprise publique des hydrocarbures Naftogaz pour rembourser les pertes occasionnées par la signature de contrats avec la Russie.

Timochenko, qui a dénoncé une procédure politique tout au long du procès entamé le 24 juin, a prévenu qu'elle contesterait le jugement devant la justice européenne et a appelé à lutter contre l'"autoritarisme" en Ukraine. "Nous allons nous battre pour défendre notre réputation devant les instances européennes. Nous devons être forts et protéger l'Ukraine de l'autoritarisme et de l'absence de liberté", a-t-elle déclaré après l'annonce du jugement.

En détention provisoire depuis le 5 août, Timochenko était jugée pour avoir conclu en 2009, sans l'autorisation du gouvernement qu'elle dirigeait, des accords gaziers avec la Russie considérés comme étant défavorables à son pays.

L'Union européenne menace l'Ukraine d'importantes "conséquences" si l'ex-Premier ministre, Ioulia Timochenko, ne bénéficie pas d'une procédure d'appel équitable après sa condamnation, ce mardi à Kiev, notamment en ce qui concerne la "conclusion" d'un accord bilatéral. L'UE est "profondément déçue" et si la situation ne s'améliore pas, cela risque d'avoir des "conséquences importantes" sur la conclusion de l'accord d'association UE-Ukraine en cours de négociation, a indiqué la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton.

  • A lire :

Ioulia Timochenko, premier ministre ukrainienne et ex-« princesse du gaz »
La page de la « révolution orange » se tourne à Kiev

La crise gazière proche d'un dénouement ?

Une affaire expliquée par Patrick Le Hyaric dans : le Pacte des Rapaces

Source




Edité par T 34 - 04 Nov 2011 à 23:17
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 14 Nov 2011 à 04:33

Ukraine: Ioulia Timochenko inculpée d'évasion fiscale


Ioulia Timochenko, l'ex-premier ministre ukrainien, a été inculpée d'évasion fiscale et de vol et recel de devises étrangères. L'égérie de la Révolution orange a déjà été condamnée le mois dernier à sept ans de prison pour abus de pouvoir.

Selon les services fiscaux ukrainiens, elle a dissimulé des devises à hauteur de 121 millions d'euros (environ 150 millions de francs) lorsqu'elle était à la tête de Systèmes énergétiques unis d'Ukraine dans les années 1990. Elle aurait aussi détourné des fonds budgétaires et participé à de l'évasion fiscale pour 4,3 millions d'euros (5,3 millions de francs).

Les accusations avaient été abandonnées en 2005, après que la "révolution orange" a porté Ioulia Timochenko au pouvoir, mais le bureau du procureur expliquait le mois dernier que cette décision avait été "prise à la hâte, sans raison valable".

Unión Europea chantajea a Ucrania: exigen liberación de Timoshenko a cambio de firmar acuerdo

 
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 10 May 2012 à 19:19
Le cas Timochenko
 
 
La semaine dernière une nouvelle faisait la Une des médias: Joachim Gauck, le Président de la RFA, avait décliné une invitation du Président ukrainien Ianoukovitch. Une décision, paraît-il, prise en commun avec la Chancelière Merkel. Mais il devait s’avérer que cette décision concernait une rencontre prévue de longue date à Yalta entre les Présidents d’Europe centrale et orientale pour mai 2012.

Bêtise, niaiserie? la question se pose. Aucun Président d’Europe orientale ne songerait à inviter officiellement Gauck, le fanatique de la liberté sans limites ; ce représentant de l’Allemagne se comporte plus maladroitement que le célèbre éléphant dans le magasin de porcelaine.

L’Allemagne s’est dotée d’un chef d’État qui s’occupe actuellement à anéantir les quelques relations à peu près correctes que l’Allemagne entretient avec les pays de l’Est et donc nuit au peuple allemand. Et pourtant de bonnes relations avec les pays est-européens, en particulier la Russie, l’Ukraine et le Bélarus sont d’une importance vitale pour l’Allemagne et toute l’Europe de l’Ouest.
 
Mais malheureusement dans ce contexte les médias allemands jouent une fois de plus un bien piètre rôle! Ils lancent une de leurs nombreuses campagnes droitsdelhommistes contre des pays qui ont choisi un modèle économique autre que celui de la mondialisation généralisée en usage dans les pays placés sous la coupe des USA et de l’Occident.
 
Cette fois-ci c’est le tour de l’Ukraine !
 
Le prétexte en est Ioulia Timochenko, « l’icône » de la « révolution orange » fomentée par l’Occident en 2004 à Kiev, et qui réussit à hisser son maître Iouchtchenko au pouvoir grâce à une mise en scène à grand spectacle, qui fit d’elle une sorte de pop-star excentrique de la « révolution démocratique. » En retour elle fut choisie comme Premier Ministre ukrainien. Mais elle échoua si lamentablement à ce poste que Iouchtchenko lui-même fut contraint de le lui retirer en septembre 2005.
 
Elle réussit à le retrouver dans des conditions douteuses fin novembre 2007. Il s’ensuivit des années de chaos gouvernemental. Même le bloc « Notre Ukraine/ Autodéfense populaire » avait quitté la coalition conclue avec elle (avec le « Bloc Timochenko »), le pays étant devenu ingouvernable.
 
En février 2010 elle se présenta à la présidence, arriva deuxième au premier tour et perdit le deuxième tour face à Victor Ianoukovitch.
 
Selon la grille de lecture occidentale, Timochenko est la victime d’une vengeance de son rival Ianoukovitch.
 
Mais qu’en est-il en fait?
 
Ioulia Timochenko et son mari, qui a émigré en Tchéquie où il possède une villa luxueuse et le statut de chef d’entreprise, font partie des super-riches ukrainiens. Ils sont devenus milliardaires grâce à la vente illégale et au vol de gaz ainsi qu’à des fraudes et détournements fiscaux massifs au cours des années 90.
 
Cette énorme richesse lui permit d’entrer en politique. Des gens naïfs et corrompus lui donnèrent le rôle de la beauté super-riche.
 
Cette richesse, acquise par le vol de gaz et la fraude fiscale, elle l’a encore accrue par abus de pouvoir, notamment quand elle était présidente du bloc portant son nom et Premier Ministre. Dès 2011 elle a été condamnée d’abord à 7 ans de prison pour abus de pouvoir.
 
Elle est maintenant sous le coup d’un deuxième procès pour détournement fiscal, faux en écriture et corruption, qui a débuté le 28 avril 2012, mais provisoirement repoussé au 21 mai pour refus de l’accusée de se présenter au tribunal.
 
Le premier procès tournait autour d’un contrat de vente de gaz défavorable à l’Ukraine qu’elle avait conclu avec la Russie (plus particulièrement avec Gazprom) lorsqu’elle était Premier Ministre, et sans avoir demandé l’accord du Parlement ni du Président. Madame Timochenko en avait aussi tiré un enrichissement personnel et tombe donc sous le coup de trafic d’influence. Toutefois cela n’avait pas autant terni son image que le procès en cours.
 
Ce procès qui dévoile l’ascension d’une petite marchande de vidéos jusqu’à la direction d’un monopole gazier et l’enrichissement personnel qu’elle en a tiré est à même de l’anéantir complètement. Il démasquera sa personnalité de grande criminelle totalement corrompue.
 
Il n’est donc pas déraisonnable de penser qu’elle essaie de se prétendre atteinte d’une maladie neurologique et osseuse afin d’éviter le procès et de le faire annuler. Elle prétend ne vouloir être soignée que par des médecins dignes de sa confiance - des Allemands. Elle récuse les médecins ukrainiens, capables selon elle de vouloir l’empoisonner.
 
Comme Madame Timochenko refuse aussi de se faire soigner par une équipe médicale allemande venue en Ukraine dans ce but, il semblerait qu’elle essaie de rejoindre à tout prix l’Occident pour échapper au procès et aux poursuites dans son pays.
 
Ce comportement enfreint le Code de procédure pénale aussi bien ukrainien qu’allemand. L’entrave à la justice constitue une infraction en Allemagne comme en Ukraine - en fait absolument partout.
 
Autrement dit : Madame Timochenko cherche à se faire libérer par tous les moyens pour éviter un nouveau procès à son encontre.
 
 Et elle a trouvé en Allemagne des politiciens éminents pour l’aider à réaliser ce dessein. Car l’Allemagne et les autres pays occidentaux croient pouvoir utiliser le « cas Timochenko » pour exercer une pression sur l’Ukraine, AFIN DE LUI IMPOSER UNE AUTRE VOIE que celle qu’elle a choisie, et qui inclut une collaboration économique, politique et militaire plus étroite avec la Russie !
 
L’entrée de l’Ukraine dans l’UE et l’OTAN, comme le souhaite l’Occident, aurait bien sûr des retombées sur la politique militaire de l’OTAN et des USA au Proche-Orient et sur le continent africain, que ceux-ci souhaitent recoloniser.
 
L’Occident croit avoir un atout en main contre l’Ukraine: le boycott des championnats d’Europe de football. On parle même de délocaliser les matches vers l’Allemagne. Mais dans ce cas l’Ukraine aurait droit à des dommages et intérêts s’élevant à plusieurs milliards.
 
La FIFA a déjà rejeté ce projet pour de bonnes raisons.
 
Pourquoi les politiciens occidentaux et leurs médias s’acharnent-ils en ce moment contre l’Ukraine? L’Occident prétend - en sachant que ce n’est pas vrai - que son Président actuel, ex-rival politique de Timochenko, cherche à se venger.
 
La question, c’est en définitive : QUI VA EXERCER LE POUVOIR POLITIQUE, ÉCONOMIQUE ET MILITAIRE EN UKRAINE ? QUI DÉCIDE : L’UE ET L’OTAN, OU L’UKRAINE EN TANT QUE NATION SOUVERAINE ?
 
Pour l’Occident, l’Ukraine devrait avoir intégré depuis longtemps l’UE et l’OTAN. Mais Ianoukovitch et le gouvernement actuel ainsi que la majorité parlementaire se refusent à entrer dans l’OTAN. Donc les États occidentaux ont conclu avec l’Ukraine un accord d’association qui était bouclé et prêt à signer dès avant l’arrivée de Ianoukovitch au pouvoir. Or l’UE refuse désormais de ratifier ce traité. Au dernier moment l’UE a refusé de signer, de toute évidence parce que ce traité est plus avantageux pour l’Ukraine que pour l’UE.
 
De fait toute la CEI (donc la Russie, le Bélarus, le Kazakhstan etc. ) jouirait via l’Ukraine d’importantes facilitations commerciales et douanières. Mais parallèlement l’Ukraine ne pourrait passer totalement sous contrôle occidental.
 
On fait donc appel aux droits humains pour faire capoter le traité d’association. En outre l’Occident croit pouvoir par ce biais déstabiliser l’Ukraine et la phagocyter. Mais l’Ukraine trouve beaucoup plus d’avantages à intégrer la zone eurasiatique et le commerce mondial, entre autres parce qu’elle est déjà membre de l’OMC, que la zone euro secouée par la crise !
 
Les Ukrainiens savent fort bien, par exemple, que la Pologne voisine compte à elle seule plus de 5 millions de chômeurs. Ce seul fait suffit à détourner les Ukrainiens d’une adhésion à l’UE, sans parler d’une entrée dans l’OTAN que vise ensuite l’Occident. Ils n’y voient pas la perspective d’un avenir meilleur.

Date de parution de l'article original: 03/05/2012

Traduit par  Michèle Mialane
 

L’UE met la pression sur Kiev

L’Ukraine est menacée d’un boycott de son Euro de football en cas de non-libération de Timochenko.

La tension s’accentue entre l’Union européenne (UE) et l’Ukraine, à propos de la détention de Ioulia Timochenko. La semaine dernière, plusieurs dirigeants européens, José Manuel Barroso et Angela Merkel en tête, ont menacé de boycotter l’Euro de football, qui doit se dérouler en Ukraine et en Pologne du 8 juin au 1er juillet, si l’opposante au président Ianoukovitch n’était pas libérée d’ici le début de la compétition.

Incarcérée depuis août 2011, celle-ci purge une peine de sept ans de prison pour avoir signé avec la Russie des accords gaziers désavantageux pour son pays lorsqu’elle était à la tête du gouvernement ukrainien en 2009. La controversée « princesse du gaz » proteste contre les mauvais traitements dont elle se dit victime en prison. Elle souffre d’un grave problème de dos et pourrait être hospitalisée aujourd’hui, après que les autorités ukrainiennes ont accepté l’intervention d’un médecin allemand. Sa fille a annoncé que Ioulia Timochenko mettra un terme, ce mercredi, à la grève de la faim qu’elle avait entamée le 20 avril dernier.

L’UE dénonce un emprisonnement politique et une atteinte aux droits de l’homme inacceptables. Les dirigeants européens tentent d’isoler graduellement le président Ianoukovitch pour obtenir la libération de Ioulia Timochenko. Hier, l’Ukraine a dû annoncer le report sine die du sommet qui devait rassembler les chefs d’État des pays d’Europe centrale à Yalta les 11 et 12 mai, dix d’entre eux ayant décidé de boycotter la réunion.

Cependant, ni l’Ukraine ni l’Union européenne n’ont d’intérêt à ce que la situation s’envenime. Cette affaire 
intervient en effet alors que Kiev et Bruxelles s’apprêteraient à conclure un accord d’association économique. Les deux parties pourraient donc rapidement choisir la voie des négociations, afin de ne pas compromettre ce rapprochement programmé.

Nathan Sautreuil

Source


Edité par T 34 - 10 May 2012 à 23:03
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 23 May 2012 à 02:32

L’opposante Ioulia Timochenko soignée en Ukraine

Souffrant de plusieurs hernies discales, Ioulia Timochenko est actuellement soignée à l’hôpital de Kharkov, dans l’est de l’Ukraine. Le président Viktor Ianoukovitch a exclu que l’opposante, condamnée à sept ans de prison en août 2011 pour abus de pouvoir, quitte le pays pour être soignée, estimant que le pays dispose des hôpitaux nécessaires.

Source

La UE boicotea a Ucrania en la Eurocopa por haber metido entre rejas a la primer ministro que robó a los ucranianos


Edité par T 34 - 08 Jun 2012 à 16:37
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 07 Jun 2012 à 22:24

Manifestation en Ukraine après le vote sur la langue russe 

Le Parlement a approuvé hier une loi sur 
la langue russe, lui conférant un statut proche 
de la langue officielle, l’ukrainien. Ce vote a provoqué des manifestations de la part d’opposants 
qui voient dans cette nouvelle loi une menace pour la langue ukrainienne. Des militants favorables à la loi sont eux aussi descendus dans la rue pour montrer leur soutien au pouvoir en place.

Source

Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 19 Jun 2012 à 20:44

Ukraine: le parquet va inculper Timochenko dans une affaire de meurtre

Le parquet de Kiev s'apprête à inculper l'ex-Première ministre ukrainienne Ioulia Timochenko dans l'affaire du meurtre en 1996 d'un député, une décision qui résulte, selon le parti de l'opposante, de l'"exécution" d'un ordre du président Viktor Ianoukovitch.
Dans une interview accordée au quotidien ukrainien Kommersant, le procureur adjoint, Renat Kouzmine, a déclaré avoir "assez de preuves" pour inculper Mme Timochenko dans l'affaire du meurtre d'Evguen Chtcherban, un député tué par balle à l'aéroport de Donetsk, où elle figure pour l'instant en tant que témoin.


"Nous avons assez de preuves pour inculper Ioulia Timochenko", notamment des "déclarations de témoins selon lesquelles elle a organisé et financé" ce meurtre, a affirmé mardi M. Kouzmine, sans préciser les chefs d'inculpation.
Le parquet attend la guérison de l'opposante transférée à l'hôpital en mai en raison de hernies discales, afin de pouvoir procédér à l'inculpation, a ajouté le magistrat, qualifiant sa maladie de "farce" et de "show politique".
Selon lui, la victime était en conflit avec Mme Timochenko, qui s'occupait alors de la distribution du gaz russe en Ukraine et tentait de contraindre des entreprises de la région industrielle de Donetsk (est) à acheter cette matière première à sa société Systèmes Energétiques Unis d'Ukraine (SEUU), grâce au soutien du Premier ministre à l'époque, Pavlo Lazarenko.
Ce dernier est emprisonné aux Etats-Unis pour blanchiment d'argent depuis 1999.
Evguen Chtcherban, un potentat de la région dont le groupe était un concurrent de la société de Mme Timochenko, s'était publiquement opposé à l'expansion de SEUU, et l'a payé de sa vie, a soutenu le procureur adjoint.
Le parti de Mme Timochenko a accusé mardi le parquet général d'"exécuter" un ordre du président Viktor Ianoukovitch en augmentant la pression sur l'opposante.
Incarcérée depuis août et condamnée en octobre à sept ans de prison, Ioulia Timochenko est jugée dans une autre affaire pour fraude fiscale et détournement de fonds, et visée par plusieurs autres enquêtes judiciaires.
Mardi, le service pénitentiaire ukrainien a par ailleurs laissé entendre que l'opposante, dont le nouveau procès a dû être ajourné à plusieurs reprises en raison de son état de santé, pourrait assister à l'audience prévue pour le 25 juin.
Le ministère de la Santé, qui avait précédemment déconseillé le transport de Mme Timochenko au tribunal, a recommandé aux autorités de "créer des conditions particulièrement confortables" pour permettre à l'opposante d'assister l'audience, selon un communiqué du service pénitentiaire.
Les poursuites contre Mme Timochenko ont provoqué une grave crise entre l'Ukraine et l'Union européenne, cette dernière considérant ces affaires comme politiques et réclamant la libération de l'opposante, qui clame son innocence.
 
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 09 Sep 2012 à 20:42
L'internationale des fouteuses de merde
 

Une militante des controversées Femen réfugiée à Paris

Inna Shevchenko, militante du groupe féministe ukrainien Femen, s’est réfugié à Paris. Connu pour ses manifestations « Topless », le groupe ouvre un bureau à Paris. Leurs actions soulèvent l’incompréhension, parfois même chez les féministes.

« Sextremistes ». C’est ainsi que les Femen, un groupe d’activistes féministes ukrainien controversé, se caractérise sur leur site internet. Connu pour leurs protestations seins nus, Inna Shevchenko est l’une de leurs militantes les plus médiatisée. Elle s’est désormais réfugiée à Paris après avoir fuit son pays natal.

Le 17 août, la sulfureuse blonde sciait une croix dans le centre de Kiev en soutient aux Pussy Riot après leur condamnation à deux ans de camps pour avoir chanté une prière anti-poutine dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou.

Une heure plus tard a-t-elle raconté à l’Express lors d’un entretien, une enquête était ouverte sur la jeune femme. « A cause de cela, j’ai été considéré comme une hooligan. Une vingtaine d’hommes des services secrets ont commencé à me suivre jours et nuits. Le 3ème jour, vers 6 heures du matin, ils ont essayé de forcer ma porte. Je n’ai eu qu’une minute pour décider de fuir. J’ai pris mon passeport, mon téléphone portable et je suis sorti par le balcon ».

Le 20 décembre 2011, elle racontait avoir été torturé après avoir protesté devant le siège du KGB à Minsk (Biélorussie). Avec deux autres membres du FEMEN, elles auraient été conduites dans une forêt les yeux bandés. Leurs ravisseurs les auraient menacés d’immolation en les aspergeant d’essence. Frappés à terre, on leur aurait coupé les cheveux avant de les laisser nues et sans papiers dans le bois.

Inna Shevchenko a été accueilli au Lavoir Moderne parisien du quartier de la goutte d’or dans le XVIIIème arrondissement. Ce choix français n’est pas un hasard. Terre historique du féminisme, les Femen y comptent déjà plusieurs membres actives qui ont fait parler d’elles. Le 31 octobre 2011, déguisées en soubrettes New-Yorkaises, elles manifestaient devant le domicile de Dominique Strauss-Kahn. Une protestation en soutient à Nafissatou Dialo, la femme de chambre qui accuse l’ancien directeur du FMI de tentative de viol. Quelques mois plus tard, le 31 mars 2012, elles étaient au Trocadéro avec une devise : « plutôt à poil qu’en burqa ! ».

C’est d’ailleurs à Paris que les Femen ouvriront prochainement leur deuxième centre. Une base qui servira de centre éducatif pour toutes celles qui dans le monde entier souhaitent les rejoindre. L’ouverture serait prévue pour le 18 Septembre. Inna s’explique aux journalistes de l’Express : « Nous allons faire un camp d’entrainement féministe, avec des professeurs qui apprendront à leurs élèves à être de vrais soldats. Rien ne s’improvise, face à la police, face à ceux qui ne partagent pas nos idées. Il faut être forte, émotionnellement, mais pas seulement. »

Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 30 Oct 2012 à 17:17

Le Parti communiste ukrainien (KPU) triple son score aux législatives : avec 14% des voix, il s'impose comme la troisième force du pays

cp%20ukr

Le Parti communiste ukrainien (KPU) triple son score aux législatives : avec 14% des voix, il s'impose comme la troisième force du pays

Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

Après la Russie et la République tchèque, c'est désormais en Ukraine que les communistes réalisent une progression historique, s'imposant après les élections législatives du 28 octobre comme la troisième force du pays, après le décompte de 85% des bulletins.

Le duel entre les deux partis représentant les deux fractions de la classe dominante ukrainienne a bien eu lieu.

D'un côté, le « Parti des régions » de Viktor Yanukovitch, représentant l'aile pro-russe et une base électorale orientale trans-classiste mais plutôt populaire, sort vainqueur avec 31,9% des voix.

Il devance le « Parti de la Patrie » de Yulia Timoschenko, pro-occidental, dont le programme libéral représente pour l'essentiel les intérêts des couches moyennes occidentales de l'Ouest et des grandes villes. Un bloc occidental qui obtient 24,1% des voix.

La surprise est venue de la troisième force qui arbitrera ce duel. Défiant tous les sondages, le Parti communiste d'Ukraine (KPU) obtient 14% des voix, réalisant son meilleur score depuis plus de dix ans.

Dans un contexte de crise, la personnalisation extrême mais aussi le flou idéologique et le vide programmatique des deux grands blocs a laissé un espace aux communistes. Ils sont apparus à beaucoup comme la seule alternative au consensus libéral dominant et au jeu des grandes puissances dont l'Ukraine est captive.

Le KPU devance ainsi le parti qui était annoncé comme la « troisième force », le parti de droite UDAR, fondé par le boxeur Vitali Klitschko sur une base pro-européenne, libérale-conservatrice, compatible avec le bloc de Timoschenko. Le parti de Klitschko obtient 13,5% des voix.

Les communistes mettent surtout à distance le parti d'extrême-droite fascisant « Svoboda » (Liberté), alors que la complaisance médiatique avec les 'nationalistes' de Svoboda avait conduit à forger l'idée d'un duel entre communistes et néo-fascistes. Svoboda obtient tout de même 9,5% des voix.

Les communistes ukrainiens ont analysé avec beaucoup d'inquiétude cette percée : « C'est un choc. Le néo-fascisme est aux portes de l'Ukraine », a déclaré le député communiste Piotr Tsybenko. Le secrétaire-général du KPU Piotr Simonenko a rappelé que « ce sont de grands groupes qui financent Svoboda. N'oublions pas que c'est en période de crise, avec le soutien du grand capital, qu'Hitler a accédé au pouvoir dans les années 1930 ».

Les communistes triplent leurs scores avec un ancrage à l'Est et une progression à l'Ouest

Le résultat des communistes constitue une percée spectaculaire par rapport aux scrutins précédents. En 2007, les communistes ukrainiens n'avaient obtenu que 5,39% des voix tandis que Piotr Simonenko était tombé 3,5% des voix aux dernières présidentielles de 2010.

Déjouant le discours dominant sur l'inexorable déclin des communistes ukrainiens, le KPU obtient son meilleur score depuis 2002, ralliant sur le programme des communistes plus de 2,5 millions d'électeurs.

L'analyse de la carte électorale du Parti révèle un ancrage du vote communiste traditionnel, celui des ouvriers et des retraités des couches populaires du l'Est du pays : Donetsk (18,8%), Kharkov (20,8%), Zaporozhje (21,1%), Luhansk (24,9%) ; mais aussi du Sud rouge : Odessa (18,1%), la Crimée (19,5%), Kherson (23,1%) le maximum étant atteint à Sebastopol (29,4%).

La faiblesse relative des communistes chez les jeunes, les autres couches salariés et dans l'Ouest du pays est toujours réelle, mais elle est compensée par une nette progression, en particulier dans les régions de l'Ouest et du Centre. Ainsi, le KPU passe à Vinnitsa de 5 à 9%, à Zhitomir de 5,8 à 13,7%, à Poltava de 6,5 à 13,5% ou encore de 3 à 7% à Kiev.

« Les régions occidentales de l'Ukraine sont confrontées à de nouveaux problèmes. Chaque famille a un enfant travaillant à l'étranger, les enfants sont dans la rue au lieu d'aller à l’école, le chômage et les bas salaires touchent tout le monde », explique le secrétaire-général du KPU.

« Les travailleurs n'hésitent plus, même à l'Ouest, à dire qu'il vivait mieux sous le régime soviétique. Quant aux jeunes, ils sont de moins sous l'emprise des dogmes et des mythes nationalistes », ajoute Petro Simonenko.

Le succès du Parti communiste s'explique par la large diffusion et la réception positive du « Programme anti-crise » du KPU, tranchant avec le consensus ultra-libéral dominant la vie politique du pays.

Parmi les propositions mises en avant : le retrait de la réforme des retraites, la nationalisation des grandes entreprises ou encore un plafond pour les prix des services publics de base.

Les communistes dénoncent les fraudes et marquent leur indépendance politique

L'analyse du scrutin réalisée par les directions nationales et locales du KPU ne se limite pas à une auto-congrulation. Au contraire, c'est la colère qui l'emporte devant les fraudes massives auquel le gouvernement a eu recours.

« Il y a toutes les raisons d'affirmer que ces élections législatives n'étaient ni démocratiques, ni justes » et la conséquence « de la fraude et de la manipulation éleccotrale, c'est que le grand capital sera sur-représenté au Parlement », a déclaré après le scrutin le secrétaire-général du Parti.

La liste des cas de fraudes déclarés s'allonge d'heure en heure : achat des votes à Odessa, « tour de manège » (transport des électeurs en car pour voter plusieurs fois) à Zhitomir, pannes inopinées de courant à Donetsk pendant le décompte des voix, caméras de surveillance laissant des angles morts aux dépouilleurs ou encore les « âmes mortes » (le vote de personnes décédées présentes encore sur les listes) à Vinnitsa

Le pouvoir a eu recours à toute la panoplie des fraudes et manipulations pour emporter le scrutin. Des pratiques dénoncées haut et fort par le KPU :

« Nous ne pouvons que reconnaître ces violations, et exiger qu'elles soient condamnées (…) Le Parti communiste ne peut pas se taire devant de tels faits », a déclaré le député Sergey Gordenko.

Mais si le KPU a exprimé sa colère vis-à-vis des méthodes du gouvernement, relayé la lassitude du peuple vis-à-vis de tels procédés récurrents depuis une vingtaine d'années, la question des alliances est restée ouverte après le scrutin.

Le KPU a d'ores et déjà exclu l'éventualité d'une alliance avec les partis d' « opposition » de droite : UDAR, bloc Timoschenko, Svoboda : « nous ne conclurons aucune alliance avec l'opposition », a précisé Igor Alexeev, responsable élections du KPU.

Le Parti communiste n'a à l'heure actuelle pas exprimé son souhait de nouer une alliance gouvernementale avec le « Parti des régions » de Janukovitch, il a par contre exprimé son désir de rester une force politique indépendante :

« Nous traiterons chaque projet de loi au cas par cas. Seul le temps nous prouvera quelles sont les dispositions des différentes forces politiques par rapport à la défense des droits et libertés de nos concitoyens. Le Parti communiste agira au Parlement comme une force indépendante. Il n'y a pas d'autre choix », a ainsi clarifié Petro Simonenko.

En tout cas, en Ukraine, comme en République tchèque, en Russie, ou encore en Lettonie et en Moldavie, vingt après la contre-révolution capitaliste en Europe de l'Est, les communistes qui ont fait le choix de le rester n'ont jamais été aussi populaires.

Le président ukrainien victorieux

Le Parti des régions remporte les élections législatives de dimanche en Ukraine.

Correspondance. L’Ukraine découvre peu à peu les résultats des élections législatives de dimanche. Avec 65 % des bulletins dépouillés, le Parti des régions du président Victor Ianoukovitch arriverait en tête avec environ 34 % des voix. Grâce à la réintroduction d’un système mixte proportionnel-majoritaire, ainsi qu’à l’appui traditionnel du Parti communiste, qui récolterait environ 14,5%, il est assuré d’une majorité confortable au Parlement.

« Ces élections se sont déroulées paisiblement. Les résultats sont la preuve que les Ukrainiens ne sont pas déçus », déclarait, dimanche soir, le premier ministre, Mykola Azarov. Pourtant, le régime est taxé depuis des mois d’une pratique autoritaire du pouvoir, d’une limitation des libertés fondamentales et d’une persécution politique de l’opposition. La principale opposante, Ioulia Timochenko, est d’ailleurs emprisonnée pour sept ans au terme de ce qui avait été dénoncé comme un procès politique. Ses partisans, réunis dans l’alliance électorale Opposition unie-Patrie, remporteraient environ 22,5 %. Ils souffrent de leur concurrence avec l’autre phénomène d’opposition, le parti Udar (Coup de poing, en ukrainien) du boxeur Vitali Klitschko, crédité de 13 % des voix ; mais aussi avec le parti nationaliste Svoboda (Liberté), qui entre au Parlement avec 9 % des suffrages.

Si les résultats restent provisoires, les fraudes qui ont entaché le scrutin se font claires, notamment l’usage abusif de ressources administratives et l’achat d’électeurs. « Si on considère les abus de pouvoir et le rôle excessif de l’argent dans cette élection, le progrès démocratique en Ukraine semble s’être inversé », selon Walburga Habsburg Douglas, coordinatrice de plusieurs missions internationales d’observation électorale.

Sébastien Gobert



Edité par T 34 - 31 Oct 2012 à 16:29
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 03 Dec 2012 à 18:31

Un syndicat ukrainien dénonce les suppressions d’emplois massives chez ArcelorMittal

Le syndicat de la plus grande aciérie en Ukraine demande aux pouvoirs publics d'intervenir face aux milliers de suppressions d'emplois prévues par ArcelorMittal, dans ce pays également.

"Nous, délégués de l'organisation syndicale d'ArcelorMittal Krivy Rig, protestons vigoureusement au nom des 30.000 employés contre la politique menée par le propriétaire de l'entreprise, Lakshmi Mittal", écrivent-ils dans une lettre ouverte adressée notamment au président ukrainien Viktor Ianoukovitch, au Premier ministre et au président du Parlement.

Dans cette usine située dans la région de Dnepropetrovsk (est du pays), le groupe a réduit le nombre d'employés d'environ 55.000 en 2007 à environ 38.000 actuellement. "Nous avons appris que la direction a l'intention de faire passer le nombre d'emloyés à 12.600", s'alarme le syndicat, qui estime que ces projets sont "en contradiction avec la législation".

Promesses non tenues et des dizaines de milliers emplois détruits

ArcelorMittal avait racheté l'aciérie Kryvorizhstal en 2005, en promettant d'y investir de manière conséquente. Mais le groupe avait par la suite obtenu de l'organisme chargé des privatisations en Ukraine de reporter certains investissements envisagés. Selon des propos du directeur de l'usine Artiom Poliakov rapportés par Interfax lundi, 19.634 départs volontaires y sont déjà intervenus depuis 2007 en neuf vagues.
Selon la direction, un nouveau train de départs portant sur 446 postes serait actuellement en préparation. "Dans la situation actuelle, nous ne pouvons pas éviter des réductions de postes", a dit M. Poliakov.

Florange: Arnaud Montebourg ne se sent pas désavoué

Florange: déception et colère des syndicats après le compromis du gouvernement

Source



Edité par T 34 - 03 Dec 2012 à 18:41
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
Red-Amau allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant
Avatar

Depuis le: 25 May 2013
Pays: Belgique
Status actuel: Inactif
Messages: 13
  Citer Red-Amau Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 08 Dec 2013 à 19:47
Une Statue de Lénine renversée en Ukraine




Des manifestants ukrainiens ont renversé dimanche une statue du leader de la Révolution russe de 1917 Vladimir Lénine dans le centre de Kiev, après une journée de manifestation massive de l’opposition pro-européenne contre le pouvoir ukrainien, a indiqué la police à l’AFP.

La statue a été renversée par des manifestants «masqués», qui brandissaient des drapeaux du parti ultra-nationaliste Svoboda (Liberté), a précisé un porte-parole de la police de la capitale de l’ex-république soviétique indépendante depuis 1991.

Source: Le Soir


Scandaleux...mais peu importe les statues, Lénine persistera à travers les idées qu'il nous a transmises...peu importe les biens matériels.
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 08 Dec 2013 à 23:56

Encore la peste brune revêtue d'orange et une autre tentative de coups d'état après celle ce 2004. Des fascistes ont renversé la statue de Lénine et agressé violement la police et l'un des opposants dis qu'après 1991 et 2004 ce sera la fin de la République Socialiste d'Ukraine. Ce sont les mêmes méthodes, appuis des médias occidentaux, des politiques occidentaux, paiement des manifestants, des tentes, des repas, etc. Les oligarques pro-européens essaient de renverser les oligarques pro-russes. Le peuple ukrainien n'a rien à gagner à entrer dans l'UE (si ce n'est la fermeture des usines, des bases militaires U$). Le PC d'Ukraine soutien le gouvernement. Contre le coup d'état orange donc.



Edité par T 34 - 09 Dec 2013 à 00:07
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
Gracchus allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant
Avatar

Depuis le: 01 Dec 2013
Status actuel: Inactif
Messages: 9
  Citer Gracchus Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 09 Dec 2013 à 11:04
Le peuple n'a rien a gagner dans les 2 cas d'un côté la mère Russie qui tourne fasciste et de l'autre une Europe qui va les spolier, les faisant travailler pour une misère et en plus devant rendre des compte a l'UE, tout cela fragilisant encore davantage les pays européens déjà dans la panade.

Haut de la page
Fidelista allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 21 Sep 2007
Status actuel: Inactif
Messages: 3256
  Citer Fidelista Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 09 Dec 2013 à 11:31
Message posté par Gracchus

Le peuple n'a rien a gagner dans les 2 cas d'un côté la mère Russie qui tourne fasciste et de l'autre une Europe qui va les spolier, les faisant travailler pour une misère et en plus devant rendre des compte a l'UE, tout cela fragilisant encore davantage les pays européens déjà dans la panade.


Commencer par se débarrasser de l'USAID semble être un préambule à toute clarification de la situation.
Haut de la page
Red-Amau allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant
Avatar

Depuis le: 25 May 2013
Pays: Belgique
Status actuel: Inactif
Messages: 13
  Citer Red-Amau Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 10 Dec 2013 à 20:17
Les Ukrainiens croient qu'entrée dans l'UE est synonyme de richesse, meilleure conditions de vies...ECT Alors qu'ils vont bien vite s'apercevoir que la réalité est bien plus...contradictoire a tout ça.

Edité par Red-Amau - 10 Dec 2013 à 20:18
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 10 Dec 2013 à 22:39
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
Résistance allez vers le bas
Intervenant régulier
Intervenant régulier
Avatar

Depuis le: 11 Nov 2012
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 168
  Citer Résistance Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 07 Jan 2014 à 21:50
« Moi, tu vois, quand je l'entends parler, Patrick Cohen, j'me dis, tu vois, les chambres à gaz… Dommage. » Les journalistes de Radio France se sont indignés de cette plaisanterie macabre de Dieudonné contre leur confrère. Le Conseil Représentatif des Institutions Juives de France écrit à Valls pour faire taire Dieudonné. Le lendemain, le spectacle est interdit. Le footballeur Anelka en remet une louche avec sa « quenelle », et France Info fait tourner l’information en boucle.

On aimerait que les mêmes soient aussi vigilants sur ce qui se passe actuellement à Kiev. Mais le CRIF n’a rien à dire là-dessus. Quant aux journalistes de Radio France (comme ceux de tous les autres grands médias), ils adorent les manifestants de la place Maïdan, qu’ils présentent systématiquement comme des « démocrates pacifiques et pro-européens », victimes de la brutalité des policiers du  « régime autoritaire favorable à Moscou ».

Non seulement ils oublient de dire que l’accord libre-échangiste refusé par le Parlement ukrainien aurait ruiné l’économie du pays en mettant son industrie en concurrence « libre et non faussée » avec celle des pays de l’ouest, bien plus développée ; non seulement ils négligent les quatre millions de signatures recueillies par le Parti Communiste d’Ukraine pour un référendum sur cet accord néolibéral ; non seulement ils détournent les yeux quand ce sont les manifestants « pacifiques » de Kiev qui attaquent les policiers et les bâtiments publics ; mais encore, les envoyés de Radio France ne voient pas ce qui est pourtant aussi visible que la moustache sous le nez d’Adolf : ce sont les néo-nazis qui mènent le bal à Kiev !

Les militants politiques les plus nombreux et les mieux organisés de la place Maïdan sont ceux de Svoboda (« liberté » en ukrainien), parti membre du Front National Européen, où l’on retrouve les néo-nazis d’Aube Dorée, du Nationaldemokratische Partei Deutschlands, de la Phalange espagnole… Son chef Oleh Tyahnybok a été invité en France par Jean-Marie Le Pen il y a quatre ans. Svoboda est né en 2004 avec la « Révolution orange » - un mouvement financé par les États-Unis - qui s’en vantent !

Avant, Svoboda s’appelait Parti National-Socialiste Ukrainien. Il a lissé son image et est  devenu la troisième force du pays aux élections. Son emblème est une main à trois doigts dépliés en signe de victoires répétées, mais ses militants arborent sur un brassard le symbole d’origine : la rune Wolfsangel  (« Croix de Loup » en allemand), insigne de la division SS « das Reich » et des unités de partisans Werwolf (Loup-Garou), créées par  Himmler en 1945. Ils honorent la mémoire de la division SS galicienne et du collabo Stepan Bandera. Ce sont eux qui ont déboulonné la statue de Lénine aux cris de : « à terre, vermine communiste ! ». Et bien évidemment, ils sont homophobes, racistes et anti-Juifs. Cette année, Svoboda a protesté contre la « gay pride » de Kiev et contre le fait qu’une métisse a représenté l'Ukraine à l'Eurovision. En 2004, le chef du parti, Oleh Tyagnybok , s'est fait exclure de son groupe parlementaire pour avoir dit que le pays était dirigé par une « mafia judéo-moscovite ».

Décidément, le bortsch (soupe traditionnelle ukrainienne) de la place Maïdan a une drôle d’odeur… et pourtant, il fait les délices de certains ! Quelle est donc la qualité essentielle de Tyahgnybok qui manque à Dieudonné ? C’est que lui, au moins, manifeste sous le drapeau de l’Union Européenne ! Que Dieudonné en fasse autant : Radio France, le CRIF et Valls lui pardonneront alors toutes ses blagues !

Franz Lieber

http://www.resistance-politique.fr/article-pas-de-quenelles-dans-le-bortsch-121951082.html
Haut de la page
 Répondre Répondre Page  <1234 7>

Aller au Forum Permissions du forum allez vers le bas

Powered by Flex Design® version v8m6r15
Copyright © 2001-2011 Flex Design

Cette page a été affichée en 0,090 secondes.