Forum Unité Communiste Page d'accueil
  Sujets actifs Sujets actifs
  FAQ FAQ  Rechercher dans le Forum   Calendrier   Inscription Inscription  Connexion Connexion
Accueil Forum Accueil Forum > Agir ensemble > Arguments

Trotskisme et Seconde Guerre mondiale

 Répondre Répondre
Auteur
Message
  Sujet Recherche Sujet Recherche  Options des sujets Options des sujets
Vladimir allez vers le bas
Expulsé
Expulsé
Avatar

Depuis le: 24 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 2925
  Citer Vladimir Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Sujet: Trotskisme et Seconde Guerre mondiale
    Envoyé : 19 Nov 2008 à 21:48

Le TROTSKISME et la Seconde Guerre mondiale

(sujet soumis aux règles de la section arguments)


  • Les trotskistes français ont dénoncé et dénoncent toujours la Résistance française au nazisme.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, de nombreux mouvements affiliés à la IVème Internationale ont refusé de prendre part à la Résistance, dénonçant la trahison à l'internationalisme que représentait la lutte armée contre les "travailleurs en uniforme" allemands. Dans un article intitulé Dien Bien Phu, la Résistance et le Parti communiste français (Bolchévik n° 169, septembre 2004), un groupe trotskiste accuse le Parti communiste français d'avoir collaboré avec la bourgeoisie en entrant en résistance. Ces quelques extraits illustrent l'état d'esprit de l'immense majorité des groupuscules trotskistes lors de la guerre.

 Mais cela ne veut pas dire que pour nous les deux situations [la Résistance en France et la résistance communiste vietnamienne, ndm] soient identiques et que nous soutenions la Résistance française pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Ces deux « résistances » étaient fondamentalement très différentes. Pour commencer la France est un pays impérialiste, alors que le Vietnam était à l’époque une colonie. La résistance en France à partir de juin 1941 contre l’occupation allemande, même si elle était constituée pour l’essentiel de militants et sympathisants du PCF, était subordonnée politiquement à l’aile gaulliste de la bourgeoisie française, basée à Londres, et elle était de ce fait subordonnée au conflit interimpérialiste lui-même. Il y avait ainsi d’un côté les impérialistes américano-britanniques avec les gaullistes impérialistes français, et de l’autre côté il y avait l’impérialisme allemand (avec le régime de Vichy). Dans ce conflit les trotskystes étaient pour la défaite des deux côtés. Ils défendaient seulement l’Etat ouvrier dégénéré soviétique (voir notre article « C’est l’Armée rouge soviétique qui a écrasé les Nazis ! », le Bolchévik n° 168, juin). Au fond la « Résistance », qui était sous la discipline d’un état-major bourgeois, défendait les intérêts du capitalisme français, en s’alignant derrière les « Alliés » impérialistes. Le nationalisme dégoûtant de la « Résistance » (« A chacun son boche ! ») rendait bien plus difficiles qu’il ne le fallait la fraternisation avec les soldats allemands, ainsi que la tâche d’y organiser une opposition naissante (comme des trotskystes français ont essayé de le faire dans la Wehr­macht à Brest).

La Résistance s’est finalement avérée cruciale à la bourgeoisie française, qui se ralliait de façon croissante à de Gaulle au fur et à mesure des défaites allemandes, pour re-stabiliser son pouvoir en 1944, y compris sur son empire colonial pour des années encore. [...]



Edité par Vladimir - 21 Aug 2010 à 01:01
Ce n'est pas bien de lire le profil des autres ! Pas bien du tout !! C'est mieux de créer un autre forum dissident comme un hypocrite.
Haut de la page
Pedro allez vers le bas
Expulsé
Expulsé
Avatar
Ni-Ni

Depuis le: 18 Jun 2008
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 1034
  Citer Pedro Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 19 Nov 2008 à 22:39
Tiens tiens... En 1930 Trotsky rejetait le parallèle "stalinien" entre social-démocratie et fascisme, et appelait à défendre les "éléments de démocratie ouvrière dans la démocratie bourgeoise" contre le fascisme. 10 ans plus tard (quand le fascisme domine les 3/4 de l'Europe), les trotskistes renvoient dos à dos le bloc anglo-américano-gaulliste (bourgeoisie non fasciste) et l'Axe fasciste.

Conclusion : ils ne savent pas ce qu'ils se bavent. Le trotskisme c'est tout et n'importe quoi, pourvu qu'on ait jamais la bonne position du moment (et qu'on foute la merde...).


Edité par Pedro - 19 Nov 2008 à 22:49
http://www.forum-unite-communiste.org/uploads/3/fuc_faceboock1.pdf
Haut de la page
Enilast allez vers le bas
Camarade assidu
Camarade assidu
Avatar

Depuis le: 19 Nov 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 939
  Citer Enilast Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 19 Nov 2008 à 22:54


C'est moi ou l'article (je ne dirai pas ce que je pense, il y a de quoi écrire un livre) est tellement eurocentré qu'on réussit a parler du Vietnam, de la seconde guerre mondiale et du trotskisme sans parler de l'empire japonais et de sa politique au sein du Vietnam et de l'Asie? Quand on lit cet article on en oublierai que le Vietnam est en Asie voir qu'il y a eu la seconde guerre mondiale en Asie.






Edité par Enilast - 19 Nov 2008 à 22:55
Haut de la page
Pedro allez vers le bas
Expulsé
Expulsé
Avatar
Ni-Ni

Depuis le: 18 Jun 2008
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 1034
  Citer Pedro Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 20 Nov 2008 à 00:42
Les raccourcis spatio-temporels font partie des fondamentaux du raisonnement trotskiste... y'a qu'à lire les bouquins de Jean-Jacques Marie !

Une fois un lambertiste m'a expliqué qu'il y avait un lien entre la régionalisation Raffarin et la guerre en Irak LOL
http://www.forum-unite-communiste.org/uploads/3/fuc_faceboock1.pdf
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 20 Nov 2008 à 00:44
Message posté par Pedro

Une fois un lambertiste m'a expliqué qu'il y avait un lien entre la régionalisation Raffarin et la guerre en Irak
 
Et pourrais tu nous donner une explication de son raisonnement lumineux , s'il te plais.
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
Pedro allez vers le bas
Expulsé
Expulsé
Avatar
Ni-Ni

Depuis le: 18 Jun 2008
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 1034
  Citer Pedro Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 20 Nov 2008 à 08:09
Parce que pour les trotskistes le matérialisme se résume à "tout est lié", le contexte on s'en fout...

De plus les lambertistes sont nationalistes. Pour eux, la régionalisation, l'autonomie des universités et le démembrement de l'Irak entre chiite, sunnites et kurdes obéissent à la même logique de destruction du "cadre national" par le Grand Capital. Peu importe le contexte !!!

Chauvins, ils sont au service de l'impérialisme français. On les a vu sur l'Irak, on ne les voit jamais sur la Palestine, l'Afrique... C'est tout simplement parce que l'invasion de l'Irak allait contre les intérêts de la France, grande amie de Saddam par le passé, qui négociait à l'époque une levée des sanctions.

On m'a aussi raconté, mais je ne l'ai pas vu, que dans une manif ils ont chargé des gens avec des drapeaux basques et bretons (fréquents dans les manifs, simple façon de dire "on est là") en gueulant "république une et indivisible !"...

Pour revenir à la 2de GM, tu vas voir ce qu'est un raisonnement trotskiste :

- En 1930, le nazisme est puissant en Allemagne, mais le fascisme stricto sensu n'est au pouvoir qu'en Italie. Il y a des éléments de fascisme en Europe de l'Est et au Portugal, mais ça reste des dictatures réactionnaires classiques, alliances bourgeoisie-noblesse terrienne-paysans riches-clergé.
Certes, jusqu'en 1934-35 (Dimitrov), il y a une sous-estimation généralisée du fascisme dans le MCI (simple "bonapartisme" de pays arriéré, voué à disparaître - il disparaîtra en effet... après 50 millions de morts). On ne voit pas les monopoles derrière, qui mettront Hitler au pouvoir alors même qu'il n'est plus à son apogée.

Mais avec la crise de 29, ses millions de chômeurs et de déclassés, la situation est hautement révolutionnaire. Et c'est en oeuvrant à la révolution, en conscientisant, organisant & mobilisant les masses prolétaires, qu'on peut faire reculer le fascisme. C'est ça qui a manqué en Italie.

Or, que préconise Trotski ? L'alliance de la base au sommet avec la social-démocratie ! Social-démocratie qui désarme les travailleurs dans la légalité bourgeoise (dont les fascistes se contrefoutent) et convainc certains que les "vrais" révolutionnaires sont les chemises brunes.
Et aujourd'hui ils ont le toupet de dénoncer la participation "stal" dans les fronts populaires qui a "amené le fascisme" (le FP c'était un soutien sans participation, rappelons le).

- En 1940, le fascisme est maître de toute l'Europe, sauf l'URSS (qui n'est pas encore en situation de combattre) et grâce à celle-ci, les pays baltes et 1/3 de la Pologne.
C'est le moment pour les communistes de jouer des contradictions inter-impérialistes et inter-bourgeoises, de s'allier avec les bourgeoisies non-fascistes pour écraser le fascisme et transformer peut-être cette victoire en révolution... Contrairement aux mensonges bourgeois, la résistance communiste commence dès l'été 40.

Et là que prônent les trotskistes ? La fraternisation avec les "camarades" allemands, "ouvriers en uniforme". Pourquoi pas la fraternisation des paysans afghans avec les soldats français tant qu'on y est, c'est des illettrés en uniforme...
Avec la victoire du nazisme et de ses collaborateurs de tous pays, le combat est devenu démocratique, débordant le cadre du prolétariat. Les peuples (au delà du prolétariat) de tous les pays, y compris l'Allemagne et l'Italie (les italiens le feront), doivent frapper les "prolétaires en uniforme" jusqu'à ce que le fascisme s'effondre.

Quelle conclusion en tirer ? Tout simplement que le trotskisme c'est tout et SURTOUT n'importe quoi... Le seul objectif étant de diviser, de mener à l'échec.


Edité par Pedro - 20 Nov 2008 à 10:44
http://www.forum-unite-communiste.org/uploads/3/fuc_faceboock1.pdf
Haut de la page
Guests allez vers le bas
Guest Group
Guest Group
  Citer Guests Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 17 Dec 2008 à 13:09

Je ne soutiendrais pas plus que ça les ex-OCI…Wink

 

A mon avis :

- Aujourd’hui, L'unité de la Nation ne devrait pas être un prétexte pour rendre uniforme la France. Le risque d’uniformisation ne vient pas –ou plus ?- de la fraction du Capital attachée à notre pays.

- Les cadres et les logiques nationales conservent leur pertinence en dépit de la mondialisation du capital. Qu'on le regrette ou qu'on s'en félicite, l’intervention russe en Géorgie ou les mesures interventionnistes que l’on croyait caduques (le CME semblait appartenir à la Préhistoire), même s’ils sont le fruit de rivalités inter-impérialistes, sont des exemples de cette permanence du fait national.

 

La République une et indivisible permet, hier comme aujourd’hui, de revendiquer d'égalité face aux diverses féodalités, aux empires, c'est une base pour faire avancer la cause du bien commun, pour promouvoir la loi valable pour tous face aux contrats entre forces inégales et aux lois privées (les célèbres privilègesWink).

 

Bien sûr, ce principe n’est que potentiellement émancipateur, il est parfois instrumentalisé par une fraction de la bourgeoisie. Il n'est pas suspendu en l'air, il dépend des rapports de force et d'une certaine lutte de classesSmile et des victoires ou des défaites des forces progressistes à l’échelon inférieur ou à l’échelon supérieur.

 

Comme je l'ai écrit à plusieurs reprises, en tant que communiste j'espère que dans le futur, cette logique pourra être mise en œuvre et enrichie à l'échelle du monde !Smile

 

Pour ce qui concerne l’Afghanistan ou l’Afrique ce ne sont pas les « intérêts de la France » qui sont en jeu mais essentiellement ceux de quelques grands groupes à base « française » et de leur pairs étasuniens.

L’intérêt bien compris de la France c’est de coopérer et de respecter, en fonction des avantages mutuels, des affinités (culturelles, historiques, linguistiques, etc.), toutes les nations.

Encore une fois, c’est au peuple français de proclamer qu’il incarne la France et en conséquence d’exproprier, dans un premier temps, les capitalistes bénéficiant de ces échanges violents, indignes et inégalitaire !

Si on agit constamment pour l’établissement de ce rapport de force, une alliance de circonstance avec une fraction de la bourgeoisie ne serait pas forcément incongrue. L’histoire nous en donne quelques exemples.

Instruits par ces expériences nous savons cependant qu’il ne faut pas être naïfs et, surtout après avoir lu le message précédent, savoir terminer ce genre de « collaboration Wink» !



Edité par babeuf - 17 Dec 2008 à 13:24
Haut de la page
Vladimir allez vers le bas
Expulsé
Expulsé
Avatar

Depuis le: 24 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 2925
  Citer Vladimir Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 13 Aug 2010 à 21:09
  • Naissance de l'hitléro-trotskisme
Au printemps 1940, Trotsky écrit : "Les soldats de Hitler sont des ouvriers et des paysans allemands". Marxists.org, un site web spécialisé dans la diffusion des œuvres de Trotsky, commente à ce sujet : "Cette vérité première fut soigneusement dissimulée par les belligérants pendant toute la durée de la Seconde Guerre mondiale. On connaît la formule selon laquelle les seuls “ bons Allemands ” étaient morts — une renonciation totale à l''internationalisme prolétarien'". Trotsky ajoute : "Les soldats allemands, c'est‑à‑dire les ouvriers et les paysans, auront, dans la majorité des cas, plus de sympathie pour les peuples vaincus que pour leur propre caste dirigeante." Le site web Marxists.org commente alors : Tel était le fondement de l'idée des adversaires du terrorisme individuel en zone d'occupation faisant porter les coups des partisans contre des soldats ordinaires de l'armée allemande.

Pour Trotsky : "La nécessité d'intervenir à tout moment comme “ pacificateurs ” et oppresseurs désintégrera rapidement les armées d'occupation en les infectant d'un esprit révolutionnaire."

Autrement dit, inutile de résister puisque l'armée allemande va se désintégrer d'elle-même ! Trotsky pense que la révolution mondiale permet de résoudre tous les problèmes, y-compris celui de la lutte contre le nazisme.

Les successeurs de Trotsky (lequel est assassiné le 20 août 1940) n'ont en fait rien inventé. Ils ont déduit des œuvres de Trotsky lui-même la position qu'ils auraient à tenir pendant la guerre. Dans L'U.R.S.S et la guerre (1939) ce dernier comparait le gouvernement soviétique à celui d'un pays impérialiste :

Pour faire contrepoids à cela certains camarades affirment : "étant donné que nous ne voulons pas nous transformer en instruments de Staline et de ses alliés, nous renonçons à la défense de l'U.R.S.S." [Paraphrase des positions de Burnham et Shachtman.]. Et pourtant par là ils montrent seulement que leur conception de la "défense" correspond dans son fond à la conception qu'en ont les opportunistes: ils n'ont pas en tête une politique indépendante du prolétariat. En réalité nous défendons l'U.R.S.S. comme nous défendons les pays colonisés, comme nous réglons toutes les tâches que nous nous fixons, non pas en soutenant certains gouvernements impérialistes contre d'autres, mais par la méthode de la lutte des classes internationale dans les colonies comme dans les métropoles.

Trotsky distingue l'U.R.S.S de son gouvernement, ce dernier devant être combattu avec les mêmes méthodes que l'on utilise pour soustraire une colonie à sa métropole. Ce que Trotsky appelle en fait la "défense de l'URSS", c'est la défense de la "révolution permanente".

Nous ne sommes pas un parti gouvernemental, nous sommes un parti d'opposition inflexible, non seulement dans les pays capitalistes mais aussi en U.R.S.S. Nous ne réalisons pas nos tâches - et parmi elles la "défense de l'U.R.S.S."- par l'intermédiaire des gouvernements bourgeois ni par l'intermédiaire du gouvernement de l'U.R.S.S., mais exclusivement par l'éducation des masses, par l'agitation, en expliquant aux travailleurs ce qu'il faut défendre et ce qu'il faut jeter bas. Une telle "défense" ne peut pas donner des résultats immédiats mirobolants. Mais nous n'y prétendons pas. Nous ne sommes pour le moment qu'une minorité révolutionnaire. Notre travail doit viser à ce que les travailleurs sur lesquels nous avons de l'influence jugent correctement les événements, ne se laissent pas prendre au dépourvu et préparent l'opinion publique de leur propre classe au règlement révolutionnaire des tâches qui nous attendent.

La défense de l'U.R.S.S. se confond pour nous avec la préparation de la révolution internationale. Ne sont admissibles que les méthodes qui ne sont pas contradictoires avec les intérêts de la révolution. La défense de l'U.R.S.S. a, avec la révolution socialiste internationale, le rapport qui lie une tâche tactique à une tâche stratégique. La tactique est subordonnée à l'objectif stratégique et ne peut en aucun cas s'opposer à lui."

Pour Trotsky, la "défense de l'URSS" n'est qu'une façade servant à faire de l'agitation contre-révolutionnaire, à déstabiliser le pouvoir soviétique en période de guerre. Comme il l'avoue lui-même, sa défense de l'URSS ne pouvait pas donner de "résultats immédiats". Il ne s'attendait pas à ce que la bureaucratie stalinienne gagne la guerre, et pensait que seule une révolution mondiale arriverait à écraser le nazisme. Dans son ouvrage La révolution trahie, il écrit ainsi :

Peut-on espérer que l'U.R.S.S. sortira de la prochaine guerre sans défaite? Répondons nettement à une question posée en toute netteté: si la guerre n'était qu'une guerre, la défaite de l'U.R.S.S. serait inévitable. Sous les rapports de la technique de l'économie et de l'art militaire, l'impérialisme est infiniment plus puissant que l'U.R.S.S. S'il n'est pas paralysé par la révolution en Occident, il détruira le régime né de la révolution d'Octobre.

On retrouve aussi le même argument qu'utilisent encore aujourd'hui les trotskistes du Bolchévik contre la Résistance armée (à la botte de De Gaulle et blablabla, voir message précédent) :

La "Défense de l'U.R.S.S." telle qu'elle est interprétée par l'Internationale communiste, de même que la "lutte contre le fascisme" d'hier, se fonde sur la renonciation à une politique de classe indépendante. Le prolétariat est transformé, pour des raisons variées dans des circonstances diverses, mais toujours et invariablement, en force auxiliaire d'un camp bourgeois contre l'autre.

Pire, il théorisait ouvertement le "défaitisme", c'est à dire le refus de combattre les armées de Hitler au profit de la "fraternisation" entre soldats et populations :

"La renonciation au défaitisme dans les conditions de la guerre impérialiste équivaut à rejeter la révolution socialiste. Rejeter la révolution au nom de la "défense de l'U.R.S.S.", ce serait condamner l'U.R.S.S. à la décomposition finale et à la ruine. "

Si le défaitisme révolutionnaire était juste dans la guerre impérialiste de 1914-1918, défendre une telle tactique en cas de guerre antifasciste est tout simplement criminel.

Message posté par Pedro

Or, que préconise Trotski ? L'alliance de la base au sommet avec la social-démocratie ! Social-démocratie qui désarme les travailleurs dans la légalité bourgeoise (dont les fascistes se contrefoutent) et convainc certains que les "vrais" révolutionnaires sont les chemises brunes.
Et aujourd'hui ils ont le toupet de dénoncer la participation "stal" dans les fronts populaires qui a "amené le fascisme" (le FP c'était un soutien sans participation, rappelons le).

Tu es sûr de ce que tu dis ? Je croyais que Trotsky soutenait d'abord un "front unique" des organisations ouvrières, et qu'il crachait sur le FP parce-qu'il comprenait les radicaux, et qu'ensuite seulement il a donné l'ordre d'entrer dans les partis social-traîtres.


Edité par Vladimir - 26 Aug 2010 à 14:20
Ce n'est pas bien de lire le profil des autres ! Pas bien du tout !! C'est mieux de créer un autre forum dissident comme un hypocrite.
Haut de la page
 Répondre Répondre

Aller au Forum Permissions du forum allez vers le bas

Powered by Flex Design® version v8m6r15
Copyright © 2001-2011 Flex Design

Cette page a été affichée en 1,031 secondes.