Forum Unité Communiste Page d'accueil
  Sujets actifs Sujets actifs
  FAQ FAQ  Rechercher dans le Forum   Calendrier   Inscription Inscription  Connexion Connexion
Accueil Forum Accueil Forum > Pour s'informer, notre sélection d'articles > International

[11/09] Sujet consacré à l'escroquerie du siècle

 Répondre Répondre Page  <1 345
Auteur
Message
  Sujet Recherche Sujet Recherche  Options des sujets Options des sujets
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 09 Jun 2012 à 11:12

11-Septembre, de nouveaux indices démentent la version officielle

 
 
 
Giulietto CHIESA

Giulietto Chiesa est journaliste. Il fut correspondant de presse d’Il Manifesto et d’Avvenimenti, et collaborateur de nombreuses radios et télévisions en Italie, en Suisse, au Royaume-Uni, en Russie et au Vatican. Auteur du film "Zéro – Enquête sur le 11-Septembre" et de divers ouvrages, il a notamment écrit sur la dissolution de l’URSS et sur l’impérialisme états-unien. Ancien député au Parlement européen (Alliance des démocrates et libéraux, 2004-2008), il est membre du Bureau exécutif du World Political Forum

Le comité d’experts internationaux dont j’ai l’honneur de faire partie a publié hier ses dernières conclusions (chronologiquement parlant) sur la question cruciale des faux comptes-rendus des actions et des endroits où se trouvaient les plus hauts responsables politiques et militaires américains au cours de cette journée fatale.

Ces conclusions s’articulent en huit chapitres, dont les détails peuvent être consultés sur le site www.consensus911.org/fr [en français - NdT], et qui éclairent d’une lumière nouvelle et impressionnante ce sur quoi, à presque onze ans de distance, des millions de personnes dans le monde entier (disons l’immense majorité) ne savent absolument rien. À commencer par les mensonges officiels qui ont été diffusés pour empêcher que le public – et en premier lieu les Américains – sache où se trouvaient et ce que faisaient les quatre plus hauts responsables de l’époque : le président américain George W. Bush, le vice-président Dick Cheney, le secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld, et le général en charge de tout l’État major, Richard Myers.

Ces huit nouveaux chapitres ont été élaborés par les vingt membres du 9/11 Consensus Panel, sur la base de documents obtenus grâce à la loi sur la liberté de l’information (FOIA), et par l’analyse de toutes les sources journalistiques disponibles. Et en prenant comme point de départ les propres affirmations de la Commission d’enquête officielle.

La documentation est effectivement impressionnante et les mensonges officiels y coulent à torrents. A commencer par le fait avéré et proprement stupéfiant du nombre sans précédent d’exercices militaires qui se déroulaient précisément le 11 septembre 2001. Il y en avait pas moins de sept. Mais la Commission d’enquête officielle ne fait mention que d’un seul, celui qui portait le nom de « Vigilant Guardian ». Cet exercice était habituellement organisé chaque année en octobre. Mais en 2001, il fut avancé à septembre. Il y eut au même moment l’exercice « Global Guardian », du NORAD (North American Aerospace Defense Command), qui lui aussi était normalement planifié au mois d’octobre. Et ainsi de suite : « Amalgam Warrior » (vaste exercice portant sur plusieurs régions du NORAD, conduit normalement aux mois d’avril et d’octobre). Cette année-là, l’exercice fut lui aussi déplacé en septembre.

Le 4e est intéressant, « Northern Vigilance », qui eut pour effet ce matin-là de déplacer pratiquement toute la flotte aérienne militaire américaine au Canada et en Alaska. Suivirent, ou plutôt furent organisés au même moment « Vigilant Warrior » (exercice d’entrainement en vol), et « Red Flight » (qui prévoyait le transfert d’avions de chasse de la base de Langley, Virginie, vers d’autres bases). Et enfin, n’oublions pas le National Reconnaissance Office (NRO) qui – quelle coïncidence extraordinaire – prévoyait justement ce matin-là, exactement à 9 h 10, l’impact d’un petit avion contre l’une des tours de l’Agence, dans les environs de Washington.

Il est impossible de résumer ici tous les points les plus criants qui émergent de ces huit chapitres. Une chose est sure : la Commission officielle, présidée (illégalement) par Philip Zelikow, ami intime et collaborateur de Condoleezza Rice, oublia de mentionner les sept exercices militaires en cours ce jour-là, mais sous-estima de manière incroyable la confusion provoquée par tous ces entrainements et ces simulations alors que se produisaient les quatre détournements d’avion. En outre, il parait irréfutable que ce matin-là, les écrans radars de la défense aérienne américaine furent criblés de faux échos par rapport à ce qui se passait en réalité dans le ciel de l’Amérique du Nord. Ces faux échos radars furent retirés des écrans seulement après les frappes contre la Tour Sud du World Trade Center.

Mais qui commandait pendant ces heures [cruciales] ? Les sources officielles répètent sans cesse que Bush, Cheney, Rumsfeld, Richard Myers (qui remplaçait le général Hugh Shelton), Montague Winfield, lui aussi général et à la tête de la « War room » étaient tous (de façon totalement inexplicable) loin de leurs postes de responsabilité. C’est-à-dire qu’ils n’étaient pas là où ils auraient dû être. Et qu’ils n’y retournèrent qu’après la frappe contre le Pentagone, à 9 h 37. Mais les documents démentent cette version des faits. Certains d’entre eux, non seulement se trouvaient à leur poste, mais ils étaient parfaitement informés sur ce qui se passait et ils discutèrent même de la nécessité ou pas d’abattre le 4e avion détourné, le Vol 93, dont les débris furent retrouvés non pas à Shanksville (comme le dit la version officielle) mais sur un périmètre de plusieurs kilomètres de diamètre. Encore un démenti de la version officielle.

Le 9/11 Consensus Panel n’est pas un tribunal, mais il recueille les éléments qui pourront être utiles aux recherches ultérieures, peu importe qui les conduit, une institution publique, les médias, des sites académiques. Ceux qui veulent ouvrir les yeux peuvent aller s’en assurer sur le site. Le site du Consensus 9/11 est une contribution à l’enquête que Ferdinando Imposimato compte mener à bien pour exposer les chefs d’accusation devant la Cour pénale internationale de La Haye, afin que celui-ci puisse examiner l’hypothèse d’incriminer d’importants membres de l’administration américaine de l’époque, sur l’accusation de « participation à un crime ».

Giulietto Chiesa

IlFattoQuotidiano.it, le 6 juin 2012

Traduction GV pour ReOpenNews http://www.reopen911.info/News/2012/06/08/giulietto-chiesa-l...

Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 29 Jun 2012 à 21:03
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 01 Jul 2012 à 20:10

L’ex-directeur du programme US de “Guerre des étoiles” dit que Dick Cheney est le principal suspect pour les attentats du 11/9

 
 
ReOpen911

Les personnalités américaines qui se sont prononcées pour une nouvelle enquête sur le 11/9 et pour arrêter l’escalade de la "guerre au terrorisme" ne manquent pas, et il suffit de consulter la liste rassemblée sur le site PatriotsQuestion911 (ou les pages de notre site ReOpenNews) pour en mesurer l’étendue et la qualité, dans le plus grand silence médiatique qui soit. L’un d’eux n’est autre que Robert Bowman, l’ancien directeur des programmes avancés, appelés "Star Wars", de l’US Air Force dans les années 70. Retour sur un discours qu’il prononça lors de sa campagne pour le Congrès en 2007, dans lequel il dénonçait les mensonges d’État sur le 11-Septembre et mettait en cause directement Bush et Cheney. A la question posée par l’article ci-dessous, de savoir si les médias pourront taire les déclarations d’une telle personnalité, la réponse, 5 ans après, est clairement oui, et si l’on excepte le film "Zéro – Enquête sur le 11-Septembre", on peut dire que ces accusations de Bowman sont passées totalement inaperçues.

L’ancien directeur du programme de missile de défense “Star Wars” sous les présidents Ford et Carter a déclaré publiquement que la version officielle du 11-Septembre était la théorie du complot et que le principal suspect pour la conception de ces attentats était le Vice-président Dick Cheney.

Le Docteur Robert Bowman, ex-lieutenant colonel de l’US Air Force, a conduit 101 missions de combat au Vietnam. Il a reçu la Médaille Eisenhower, le Prix George F. Kennan pour la Paix, la médaille présidentielle des vétérans pour la Paix, deux fois la médaille d’or de la Société des ingénieurs militaires, six médailles de l’air, plusieurs dizaines d’autres prix et distinctions honorifiques. Il est détenteur d’un PhD [doctorat - NdT] en aéronautique et en ingénierie nucléaire de l’université de Californie Caltech. Il a présidé huit importantes conférences internationales, et est l’un des experts les plus connus en matière de sécurité nationale.

Bowman a travaillé secrètement pour le gouvernement US dans le cadre du projet Star Wars et fut l’un de ses premiers instigateurs au travers d’un mémo secret en 1977. Lorsque Bowman réalisa que le projet était en réalité uniquement destiné à créer non pas un outil de défense, mais bien une arme d’agression, et faisait partie d’un plan pour initier une guerre nucléaire avec les Soviétiques, il quitta le programme et fit campagne contre.

Lors d’une interview faite le 4 avril 2006 dans le Alex Jones Show qui diffuse au niveau national sur le réseau radio GCN, Bowman avait déclaré que si Oussama Ben Laden et al-Qaïda étaient impliqués dans le 11-Septembre, alors au minimum, le gouvernement est resté sans réagir et a laissé les attentats se produire. Il était plausible, selon lui, que l’ensemble de la chaine de commandement militaire n’ait pas eu connaissance de ce qui se passait et qu’elle ait été utilisée par ceux qui tiraient les ficelles lors des attentats.

Vidéo 11-Septembre : Bush et Cheney mis en cause par...
 

Bowman a souligné la façon dont les exercices militaires en cours le matin du 11-Septembre qui simulaient des avions s’écrasant contre des bâtiments sur la côte est des États-Unis avaient été utilisés pour fourvoyer le personnel de la défense aérienne et l’empêcher de réagir à temps pour stopper les attentats.

« Les exercices qui avaient lieu ce matin-là simulaient exactement le type de choses qui s’est produit et a semé la confusion parmi les gens de la FAA et du NORAD… à tel point qu’ils ne savaient plus ce qui était réel et ce qui faisait partie d’un exercice, » a expliqué Bowman.

« Je pense que ceux qui ont planifié et conduit ces exercices devraient faire l’objet d’une enquête. »

Lorsqu’on lui demanda de nommer un suspect numéro 1, qui serait l’architecte probable des attentats, Bowman a déclaré : « Si je devais mentionner un seul nom, je pense que mon premier suspect serait Dick Cheney. »

Bowman a indiqué qu’en privé, ses collègues pilotes de combat n’étaient pas en désaccord avec son opinion sur la véritable histoire du 11/9.

Bowman s’est dit conscient du danger de voir les USA glisser vers la dictature et a déclaré : « Je pense que rien n’est plus proche du fascisme que ce que nous avons vu récemment de la part de ce gouvernement. »

Bowman a dénoncé le PATRIOT ACT, affirmant que ce dernier « avait davantage détruit les droits des Américains que tous nos ennemis réunis. »

Bowman a remisé la Commission sur le 11-9, la qualifiant de « dissimulation motivée politiquement et criblée de conflits d’intérêts, » et dénonçant le fait que «  la Commission sur le 11/9 avait omis tout élément, aussi petit soit-il, qui aurait pu mettre en doute ou simplement embarrassant pour la version officielle du complot, et a consisté en une vaste mise en scène. »

« Il faut qu’il y ait une véritable enquête, pas le genre de fausse investigation que nous avons eu par la "9/11 Omission" et toutes ces foutaises, » a lancé Bowman.

A la question de savoir si les auteurs du 11-septembre pourraient être en train de préparer un nouvel attentat sous fausse bannière pour revigorer leur agenda [politique], Bowman a déclaré : «  Je pense que c’est possible, et j’espère qu’ils ne passeront pas à l’acte, qu’on les stoppera avant, mais je sais pertinemment qu’ils aimeraient bien en avoir un autre. »

L’un des principaux arguments contre [l’acteur] Charlie Sheen était qu’il n’avait pas de crédibilité sur le sujet du 11/9. Ces arguments sont ridiculisés par le fait que Sheen est vraiment un expert du 11/9, qu’il étudie méticuleusement plusieurs heures chaque jour, chose que ses détracteurs qui défendent la version officielle n’ont pas faite, pointant leurs accusations seulement au niveau de la vie personnelle de Sheen et refusant ses invitations à venir débattre avec lui sur les faits.

De plus, depuis le début, nous avons eu l’appui de personnalités éminentes et crédibles, qui ont pourtant été totalement ignorées par l’establishment médiatique. Des professeurs de physique, d’ex-conseillers de la Maison Blanche, des analystes de la CIA, le père de la Reaganomanie, le ministre allemand de la Défense, et le propre secrétaire au Trésor de Bush, tous ont fait des déclarations publiques au sujet du 11/9, mais ont été ignorés par la majorité des organes de presse.

Robert Bowman sera-t-il lui aussi laissé dans l’ombre, alors que les médias mainstream continuent de dépeindre le Mouvement pour la vérité sur le 11/9 comme le hobby d’une minorité marginale ?

Robert Bowman est actuellement [en 2007 - NdT] en campagne pour le poste de représentant du 15e district de Floride au Congrès.

paru sur [Disclose.tv->http://www.disclose.tv/news/

source http://www.reopen911.info




Edité par T 34 - 02 Jul 2012 à 13:17
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 31 Aug 2012 à 23:13

La Parenthèse Enchantée (9/11) : Il faut écouter April Gallop

 
ReOpen911

April Gallop travaillait pour le Département de la Défense américain. Le 11-Septembre, elle et son bébé ont survécu de justesse à l’attaque contre le Pentagone. Bien qu’elle se soit trouvée au cœur de la zone d’impact, April Gallop n’a jamais constaté ni débris d’avion, ni siège, ni bagage, ni aucune trace des dizaines de milliers de litres de kérosène que contenait le Boeing 757 de la version officielle supposé s’être écrasé à quelques mètres de son bureau. Le témoignage très détaillé d’April Gallop est fondamental dans le sens où il corrobore, en fait, les principales observations que tout citoyen est en mesure de faire par lui-même lorsqu’il s’affranchit du récit livré par le gouvernement américain, la théorie de la conspiration islamiste que les médias ont choisi de relayer en masse.

Refusant l’argent qui lui était proposé en échange de son silence, April Gallop a choisi de se battre et a intenté en 2008 un procès contre Dick Cheney, Donald Rumsfeld et le général Richard Myers pour ne pas avoir fait évacuer le Pentagone alors qu’ils savaient que c’était une cible potentielle. Ainsi, elle a entamé un long parcours dans les méandres de la justice américaine, dénonçant courageusement et sans ambages de nombreuses anomalies concernant ces attaques, dont la destruction des ressources financières et comptables du Pentagone. Cependant, ce difficile parcours judiciaire se finira en 2011 dans une impasse, pour elle comme pour la démocratie américaine, étant donné qu’un des juges qui rendra le verdict contestant la validité de la démarche opposant April Gallop aux membres de l’exécutif américain sera tout simplement un certain John M. Walker, proche cousin du Président américain en exercice le 11-Septembre, George W. Bush : W pour Walker.

LIRE LA SUITE : http://www.reopen911.info/News/2012/08/29/la-parenthese-ench...


Presidente de la Corte Suprema italiana: “El 11 de septiembre fue un acto de terror de bandera falsa”


Edité par T 34 - 08 Oct 2012 à 15:32
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 04 Mar 2013 à 11:35

Lettre ouverte à Caroline Fourest : Promis, juré : demain j’arrête d’être un conspirationniste

 
 
 

Lettre ouverte à Caroline Fourest

Promis juré : demain j’arrête d’être un conspirationniste ... mais c’est dur !

C’est vrai quoi, j’en ai marre qu’on me regarde de travers dès que j’émets un doute sur une information pourtant vérifiée par des journalistes professionnels, dès que je tente de parler d’autres sujets d’actualités que ceux des titres de 20 minutes ou du Parisien, dès que je me mets à compter les victimes des "méchants" et celles des "gentils" ou les euros de mes impôts consacrés à l’assistanat des RMIstes (véritable cancer de la France) et à celui des banques "too big to fall" ou aux entreprises "prends l’oseille et délocalise", ou dès que j’ose rappeler les lois de la gravité, les températures de fusion des matériaux et autres choses compliquées que je ferais mieux de laisser aux "experts" ...

Promis, juré : demain j’arrête d’être un conspirationniste. Désormais, je croirai en la version officielle du 11 septembre (mais ... le WTC7 : tais-toi !), que c’est Ben Laden qui a fait le coup (mais ... même le FBI dit qu’il n’y a pas de preuves que c’est lui : chut !), qu’il a monté son coup depuis les grottes d’Afghanistan (mais ... il est saoudien et puis on l’a dégommé au Pakistan : ta gueule !), parce que c’est un "méchant" et qu’il a tué des innocents (mais ... nous les "gentils" on tue beaucoup plus d’innocents que lui alors pourquoi c’est nous les "gentils", normalement le "méchant" c’est celui qui en tue le plus : Ha tu vas la fermer !).

PNG%20-%20519.8 ko

C’est dur d’arrêter d’être un conspirationniste ! C’est pire que d’arrêter de fumer : toujours cette petite voix, presque inaudible : "Boah, une clope qu’est que ça fait ..." et hop c’est reparti ! Il faut tenir ! Avec le conspirationnisme c’est pareil : la même petite voix : "Mais alors .... pourquoi ci, et pourquoi ça, et patati, et patata ...", il faut tenir ... Et encore, fumer c’est un geste physique, pour résister il suffit de ne pas le faire, malgré la petite voix, alors que pour le conspirationnisme, on ne peut pas empêcher une pensée de vous traverser le cerveau, et il suffit de pas grand-chose pour que la petite voix pipelette se mette a radoter : voir la tronche de BHL ou d’Obama à la télé, entendre à la radio 5 versions officielles différentes en 5 jours sur le déroulement de l’opération "Geronimo", et hop ! C’est reparti : "Mais ... Obama et sa suite regardaient l’opération en direct sur Fox-CIA News ...". C’est vraiment très dur d’arrêter !

Alors j’ai pris les grand moyens : j’ai pris mon lecteur MP3, j’ai effacé toutes les chansons de Georges Brassens, Woodie Guthrie, Leo Ferré, François Béranger, Jean Ferrat (quelle idée aussi d’écouter ça..), et j’ai enregistré les phrases suivantes que j’écoute en boucle, 1 heure le matin et 1 heure le soir :

- "Les communistes allemands ont incendié le Reichstag en 1933"
- "Pinochet a fait son coup d’état sans aide extérieure, grâce à lui, l’économie du Chili a pu être relancée en 1973"
- "Il n’y avait pas d’avions américains lors de l’invasion ratée de la « baie de cochons » à Cuba en 1961"
- "Les nord vietnamiens ont attaqué deux navires de l’US Navy dans le golfe du Tonkin le 4 août 1964"
- "Les espagnols ont coulé le cuirassé américain "Maine" en rade de La Havane en 1898"
- "Le parti socialiste français est de gauche"
- "BHL est un philosophe"
- "Saddam Hussein avait des armes de destruction massive"
- "Les arabes sont méchants (sauf les familles régnantes d’Arabie et des émirats, eux ils sont gentils)"
- "Les enfants palestiniens sont des terroristes"
- "Tsahal est l’armée la plus morale du Monde car ils ne font que se défendre contre les enfants palestiniens-terroristes qui leur jettent des pierres, faut pas déconner quand même …"
- "Chavez est un dictateur"
- "Cuba est un goulag tropical"
- "La Colombie est une démocratie"
- "Les FARC sont des terroristes"
- "Le Honduras est une démocratie depuis le départ de Manuel Zelaya qui avait trahi la constitution Hondurienne"
- "Depuis le départ de Saddam Hussein, l’Irak est une démocratie"
- "L’union Européenne est une démocratie, surtout depuis la signature du traité de Lisbonne et du MES"
- "Depuis le départ des taliban, l’Afghanistan est une démocratie"
- "Les taliban sont des barbares car ils ont détruit les statues de Bouddha, patrimoine mondial de l’humanité"
- "Les américains ont apporté la démocratie à l’Irak, même si les dégâts collatéraux ont fait disparaitre le patrimoine de la plus ancienne civilisation humaine et plus d’un million de vies, mais bon, hein, on fait pas d’omelette sans casser des œufs"
- "Les terroristes sont des barbares qui égorgent les gens avec des cutters"
- "Les américains et l’OTAN sont civilisés car ils effectuent des frappes chirurgicales avec des armes de haute technologie au phosphore blanc et à l’Uranium appauvri en pilotant courageusement leurs drones"
- "La colonisation française n’a apporté que des bienfaits"
- "Les africains sont des fainéants"
- "On ne peut plus continuer avec l’état providence"
- "Il fallait protéger les civils Libyens, donc il était nécessaire d’aider le Qatar à dégommer Mouammar"
- "Il faut protéger les civils Syriens, donc aidons Al-Qaïda à renverser Bachar"
- "Il faut aider le gouvernement Malien même s’il est arrivé au pouvoir par un coup d’état"
- "Le président Ahmadinedjad souhaite rayer Israël de la carte"
- "Le président Kennedy a été assassiné par Oswald, un fanatique qui a agi tout seul"
- "Ben Laden est l’auteur des attentats du 11 septembre"
- "Il est normal de bombarder l’Afghanistan après que des terroristes saoudiens ont attaqué les Etats Unis"
- "Les passeports saoudiens sont ignifugés car on a retrouvé celui du chef terroriste dans les décombres de ground zero"
- "Les terroristes saoudiens agissent sous leur véritable identité pour qu’on puisse les identifier plus rapidement (après leur attentat et grâce à leur passeport ignifugé)"
- "Les avions qui s’écrasent sur le Pentagone ne laissent aucun débris"
- "Les terroristes sont des lâches qui prennent en otage les populations civiles que nous sommes obligés de bombarder"
- "La compassion et l’altruisme ne peuvent conduire qu’à la dictature"
- "L’égoïsme et la cupidité conduisent à la démocratie et au bonheur de tous grâce à la main invisible du marché"
- "Les banquiers sont sympas (surtout les « Super Mario de Goldman Sachs » qui œuvrent au bonheur de nos enfants)"
- "Les riches payent trop d’impôts (mais il est nécessaire de plafonner les revenus à 1300 ans de SMIC par mois)"
- "Les chômeurs sont des fainéants"
- "Il est nécessaire de démanteler le programme archaïque du Conseil National de la Résistance"
- "Les fonctionnaires sont des fainéants"
- "Les musulmans ne peuvent pas s’adapter à notre civilisation"
- "L’Europe est la fille ainée de l’église chrétienne"
- "Dieu protège l’Amérique ... du nord (pour le sud c’est moins flagrant ...)"
- "Mélenchon et Le Pen c’est kif-kif, c’est l’extrémisme"
- "le bœuf et le cheval c’est kif-kif, c’est de la gastronomie sous contrôle de la commission européenne"
- "Y’en a marre des grèves"
- "Ceux qui vont manifester sont des casseurs"
- " Les OGM et leurs copains les pesticides sont excellents pour la santé"
- "Il y a trop d’insécurité, il faut prendre des mesures : vidéosurveillance, pass navigo, carte bleue, téléphone portable, IPAD, puces RFID ..."

Et plein d’autres comme ça ...

Au bout d’un mois de ce traitement, je peux en constater l’efficacité : ça y est ! Je suis sevré. Désormais, j’observe d’un œil amusé les forums de discussion internet sur la fin de la traque de Ben Laden (bon, j’suis quand même pas allé jusqu’à débourser 10 euros pour aller voir « Zero Dark Vador » en 3D-THX, y’a des limites quand même) :

- "Mais ça fait un moment qu’il était mort"
- "Mais non, il projetait même de faire des attentats dans les trains US pour le 10ème anniversaire des attentats du 11 septembre"
- "Pfff, tu sais bien que Ben Laden était un agent de la CIA"
- "Non la presse a dit que ça n’a jamais été le cas, même durant l’occupation soviétique de l’Afghanistan"
- "Tu parles, avec un rein en vrac nécessitant une dialyse par semaine il allait survivre dans des grottes, allons ..."
- "Non, tu as bien vu, ce sont ces salopards de pakistanais qui l’ont hébergé et soigné, heureusement que les Navy SEAL américains sont les meilleurs et qu’ils ont pu le dégommer"
- "Ouais, c’est ça à 80 tueurs armés jusqu’aux dents contre un vieillard, un messager, un jardinier et des femmes et des enfants, quelle gloire ! et en plus ils ont trouvé le moyen de bousiller un hélico"
- "Mais non, c’est pas comme ça que ça s’est passé, il était armé : il avait un AK47 à portée de main"
- "Dans quelle version officielle ? 1ère version : il s’est défendu, 2ème version il a utilisé sa femme comme bouclier humain, la troisième ..."
- "En tout cas Justice est faite"
- "Tu parles d’une justice, dégommer un mec sans procès ça s’appelle un meurtre, même les criminels de guerre nazis ont eu droit à un procès"
- etc. ...

ou des collègues sur les attentats du 11 septembre :

- "Mais c’est un coup monté pour pouvoir envahir les pays producteurs de pétrole au Moyen Orient, c’est même écrit dans le PNAC : pour que les US gardent la suprématie il leur faudrait un évènement catalyseur comme Pearl Harbour en 1941"
- "Si c’était un coup monté, ça fait quand même beaucoup de monde à être dans le secret, ce serait bien le diable que personne n’ait parlé depuis plus de 10 ans"
- "Et le WTC7, il est tombé comme ça, sans avoir pris un avion sur la gueule ?"
- "C’est à cause du feu qui s’est propagé"
- "Le rapport officiel ne le mentionne même pas, tu trouves ça normal toi ?"
- etc. ...

Et je me délecte de leurs discussions stériles, de leurs arguments et contre arguments, politiques, scientifiques, médiatiques ... Haaaa ! Quel soulagement pour moi ! Quel bonheur de ne plus participer à ce genre de discussions ! (merci Caroline !) Quelle douce sensation de sérénité grâce à ma méthode choc ! Quand je pense à toute l’énergie que dépensent tous ces conspirationnistes et anti-conspirationnistes : sites d’information, livres, articles de presse, blogs, conférences, reportages télévisés (encore que ceux de Caroline auraient dû clore ces débats), films ... Chaque argument a son contre-argument, et c’est sans fin ... Je suis bien content de ne plus participer à ça ...

Bon, c’est sûr que, si les versions officielles (sur le 11 septembre, sur l’exécution de Ben Laden, ou autres) étaient un peu plus claires, ça éviterait pas mal d’énergie dépensée pour rien ...

Et c’est alors que la petite voix se réveille, insidieuse, implacable : "Et si ces rapport officiels étaient sciemment rendus flous pour alimenter ces discussions sans fin et occuper la citoyenneté des gens à la recherche de la vérité (que personne ne connaitra jamais) sur ces évènements, captant ainsi toute leur énergie contestataire, au lieu de d’utiliser cette

PNG%20-%2034.3 ko

énergie à dénoncer et combattre le VRAI complot, qui n’est pas une théorie celui-là, celui d’une petite élite qui, pour assoir sa domination sur le reste de l’humanité, n’hésite pas à se servir de ces évènements tragiques (non, Caroline, je n’ai pas dit « provoquer ces évènements », mais c’est sûrement ce que tu as entendu) pour déclencher des guerres, s’accaparer les dernières ressources énergétiques, promulguer des lois liberticides, affamer le tiers de la population mondiale, paupériser le reste, régner sans partage par la peur et la haine ..."

Et Meeeerde ! Et hop ! C’est reparti ...

Bon, je vais me faire une clope ...

Djèdje, conspirationiste malgré lui …

Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 23 Apr 2013 à 22:29

Tic, tac, tic...

 
 

Encore un attentat. L’Amérique est en émoi. L’Amérique est en alerte ! Le président Obama dénonce un « acte odieux et lâche », assurant que « les Américains ne se laisseront pas terroriser ».

Toutes les rumeurs et hypothèses circulent… Personne n’a encore revendiqué les attentats ! Le FBI en appelle même aux internautes américains pour les aider à décortiquer les images, trouver des indices, fouiller la vie des suspects. Seulement quelques heures après les déflagrations, on trouvait déjà tout sur la toile. On suspecte un jeune arabe de 17 ans : Salah Barhoun. Sa photo a circulé sur certains sites américains parce qu’il figurait dans la tribune officielle au moment du marathon, et surtout…c’était un arabe. Surpris de faire partie des suspects, ce dernier s’est rendu à la police qui, après enquête approfondie, l’a libéré.

Et puis, les fameuses images satellitaire montrant un nationaliste « vénézuélien » déposant un sac à l’endroit où semble avoir explosé l’une des bombes ; la casquette d’un ancien sniper de la Navy ; et même des militaires en civil en train de s’enfuir… bref, tout et n’importe quoi !

De multiples scénarios sont possibles donc, de quoi alimenter la presse en attendant que les autorités désignent des responsables. Face à ce puzzle, certains internautes ont relevé une anomalie de taille : une page facebook a été créée en mémoire des victimes 8 heures avant l’attentat.

Après l’attentat, même les médias du monopole corporatiste ne purent plus ignorer la possibilité d’une attaque fausse-bannière. La branche information de Yahoo ! en ligne s’est demandée : « Qui est derrière l’attentat de Boston ? » et avait proposé quatre hypothèses : 1) des djihadistes islamistes, 2) des milices type extrême-droite, 3) le gouvernement, 4) un loup solitaire psychopathe.

Pour ce qui est des hypothèses une, deux et quatre, bien sûr sont les suspects usuels. Mais inclure en troisième lieu … le « gouvernement » sur la liste des suspects est sans précédent pour un organe des médias dit de masse, rapportant sur un incident de terrorisme domestique.

La proéminence croissante de l’hypothèse de l’attentat fausse-bannière a également été soulignée au gouverneur du Massachussetts Deval Patrick lors de la conférence de presse juste après les attentats. La première question posée au gouverneur Patrick par le correspondant du média alternatif InfoWars Dan Bidondi, était de savoir si les explosions étaient « des attentats fausse-bannière mis en scène afin de nous retirer nos libertés civiles ». Bien entendu, le gouverneur Patrick avait répondu par la négative. Pour sa part, le magazine néo-conservaeur Atlantic Monthly a privilégié l’hypothèse d’une attaque de fausse bannière en soulignant qu’il y a des précédents historiques afin de pouvoir regarder l’attentat de Boston comme étant une attaque fausse-bannière. L’auteur de l’article, Philip Bump, admettait même : « Si ces attaques avaient été des attaques fausse-bannière, le gouverneur Patrick aurait répondu « non » à la question de toute façon. »

Qu’est-ce qui a donc changé depuis 2001 pour amener le scénario de l’attaque fausse-bannière sous les feux de la rampe ?

Réponse courte et simple pour les adeptes du mouvement pour la vérité sur le 11 Septembre. « Durant la dernière décennie, des millions d’activistes ont travaillé d’arrache-pied pour éveiller le public américain et mondial sur l’évidence que les attaques du 11 Septembre 2001 furent l’équivalent américain de l’incendie du Reichstag allemand. Des sondages ont montré que 36 % des Américains, soient environ quelques 100 millions de personnes, pensent qu’il est probable que le 11 Septembre ait été perpétré depuis l’intérieur du gouvernement. La plupart de ces chercheurs de vérité sont des scientifiques accomplis et réputés, des ingénieurs, des militaires et des officiers de renseignement ainsi que d’autres experts. Vous pouvez en rencontrer quelques uns sur Patriotsquestion911.com et AE911Truth.org. »

Depuis que les médias corporatistes et les pseudo-médias alternatifs financés par les grandes fondations, ont refusé de rapporter les faits au sujet des attentats du 11 Septembre, environ 100 millions d’Américains considèrent les grosses pointures des médias comme des menteurs. Même parmi les quelques 200 millions d’Américains qui ne sont pas en première ligne des sceptiques, le sentiment que quelque chose ne tourne pas rond et que les médias et les politiciens mentent est très répandu. Une récente recherche a montré que la confiance des Américains dans le gouvernement est tombée au plus bas historiquement : moins d’un tiers des Américains font confiance au gouvernement alors que plus des deux tiers ne lui font pas confiance.

Aujourd’hui, ce n’est plus juste quelques intellectuels marginaux qui pensent « fausse-bannière » quand ils entendent un rapport sur un attentat « domestique ». Des millions de gens partagent leurs suspicions au sujet des attentats à la bombe de Boston sur Twitter, Facebook, la blogosphère et le média internet en général.

Ont-ils raison ?

Bien qu’il soit encore trop tôt pour le dire de manière sûre, l’attentat de Boston possède la caractéristique la plus importante d’une opération fausse-bannière : un entraînement anti-terroriste se déroulait simultanément pendant l’attaque réelle. L’attentat de Boston fut-il un exercice qui fut réalisé pour de vrai ?

Selon certaines sources rapportant les infos diffuses sur Mobile, Alabama TV station Local TV 15 : « Le coach de cross country de l’université de Mobile, qui était près de la ligne d’arrivée du marathon de Boston lorsqu’une série d’explosion se produisit, a dit qu’il pensait que cela était bizarre car il y avait des chiens sniffeurs anti-bombes sur les lignes de départ et d’arrivée(…)

Ils faisaient des annonces non-stop au haut-parleur disant que cela n’était qu’un exercice et qu’il ne fallait pas s’inquiéter », a dit l’entraineur Ali Stevenson à la TV local 15. « On aurait dit qu’il y avait comme une sorte de menace, mais ils continuaient à nous dire que ce n’était qu’un exercice ».

A 12:53 de l’après-midi, heure locale, le journal du Boston Globe twittait : « Déclaration officielle : Il va y avoir une explosion contrôlée en face de la bibliothèque dans la minute qui suit, ceci fait partie des activités de la brigade de déminage ».

Puis presque deux heures plus tard, à 14:50, des bombes explosaient près de la ligne d’arrivée du marathon de Boston, tuant trois personnes en blessant plus de 100 autres.

Juste une coïncidence ?

Chérif Abdedaïm

http://www.lnr-dz.com/


Ils voient des "complotistes" partout (et des complots nulle part)


Edité par T 34 - 23 Jun 2013 à 18:49
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 10 Jul 2013 à 00:26

Complots Théoriques ?

 

Edward Snowden, l’auteur des fracassantes révélations sur Prism, est un personnage de roman. C’est « l’espion qui est allé au froid » ! Il est, pour l’heure, coincé dans un coin de l’aéroport de Moscou grâce à une formidable pression organisée par les Etats-Unis pour l’empêcher d’avoir une terre d’asile. Beaucoup se passionnent pour le personnage. Les médias aussi. Comme si le « suspense » entretenu sur son sort servait à atténuer l’ampleur des révélations sur le Big Brother planétaire qui écoute tout le monde. Pas seulement, les millions d’ennemis potentiels mais aussi les « citoyens » et les amis.

Des experts commencent d’ailleurs à monter au créneau pour banaliser les choses ; et même pour suggérer un tantinet méprisant que le gigantisme du système mis en place par la NSA, son ambition de tout écouter est si démesurée que cela ne présente pas d’intérêt sérieux pour le « renseignement ». Rien de grave ? Ceux qui abusent démesurément de la formule « théorie du complot » pour balayer toutes les questions, y compris les plus évidentes et les plus justes, ont intérêt à jouer sur la fiction. Bien sûr, c’est « naturel » que la NSA espionne les Iraniens, les Palestiniens, les Arabes… tous des « terroristes potentiels » qu’il faut suivre, pister, saisir leurs murmures même les plus anodins. S’en offusquer serait faire preuve d’angélisme et de manque de sens des réalités.

Que la première cyber-guerre majeure - et inaugurale - ait été lancée avec le virus Stuxnet contre l’Iran conjointement par les Etats-Unis et Israël n’était pas un « complot ». C’est juste la « liberté » qui se défend contre les méchants. Ceux qui s’en offusquent sont, of course, soit des adeptes de la théorie du complot ou pire des « défenseurs des mollahs ». On s’y fait au pense-bête et aux clichés. On a appris depuis longtemps que la démocratie au-delà des limes, c’est ce que décident les Occidentaux et non pas les citoyens. Mais voilà que des citoyens américains et des amis européens sont espionnés comme des Arabes ! Que les diplomates européens deviennent des « cibles à attaquer » et qu’il faut espionner. Et alors, il y a « complot ou non » ? La réponse coule presque de source en filigrane de ce qu’on lit et entend : il n’y en a pas. Ou alors le seul complot qui existe est celui qu’aurait fomenté Edward Snowden en faisant ces révélations. Tout comme Bradley Mannings, l’informateur de Wikileaks.

L’Empire ne complote jamais. Il est puissant, a des outils et en fait joujou. Il défend un ordre, des intérêts et, au fond, ses chefs pensent que les victimes n’ont que ce qu’elles méritent. Pour rester dans l’ordre du roman noir, on est dans la logique du psychopathe qui commet ses crimes uniquement parce qu’il « peut le faire ». Des citoyens américains ont écrit que ces informations ne font pas encore des Etats-Unis un pays totalitaire mais qu’ils peuvent le devenir. Mais les choses finiront par rentrer dans l’ordre. L’Empire est persuasif. Le sort de Snowden est très secondaire. Obama peut terminer son mandat, c’est un grand « patriote » qui fait mieux que Bush. Ceux qui continueront de parler de Prism, de Big Brother, de surveillance et, aussi, de manipulations… seront catalogués dans la case infamante des adeptes des théories du complot.

Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 07 Sep 2013 à 23:17

Critique du livre Hijacking Amerika‘s Mind on 9/11- Counterfeiting Evidence, d’Elias Davidsson.

Ludwig Watzal

Avant d’avoir entre les mains l’ouvrage «Hijacking Amerika’s Mind on 9/11» j’ajoutais foi à la version officielle des évènements du 11 septembre. Depuis j’ai lu deux fois ce livre. Il a fait table rase de mes précédentes convictions.

Je ne suis pas un expert en matière de 11 septembre et ne crois pas aux théories du complot. Cet évènement n’éveillaen moi qu’une certaine curiosité accompagnée d’une saine dose de scepticisme. Au début, lorsque des articles mettant en question la version officielle me tombaient sous la main, je me contentais de les lire puis de les mettre de côté. Il en est allé autrement du livre de Davidsson: il m’a immédiatement passionné.
 
Après avoir traversé toute l’Amérique en auto-stop et étudié les relations internationales à l’Université de Pennsylvanie, je savais à peu près au comment se comporte la société états-unienne. J’avais remarqué qu’aux USA tout incident grave est immédiatement suivi d’une enquête sur ses causes. En cas de crash aérien, c’est le Service national de sécurité des transports (NTSB) qui est chargé de déterminer les circonstances de l’accident : on reconstitue l’avion à partir de ses débris, on détermine les causes de l’accident et on publie un rapport où elles sont relatées. Or l’administration US n’a pas autorisé le NSTB à enquêter sur l’accident du 11 septembre. Exceptionnellement c’est le très discret FBI qui en a été chargé ; et il n’est pas tenu de publier ses conclusions. Pourquoi l’administration américaine a-t-elle tenu à les garder secrètes, chose qui ne s’était jamais produite ?
 
Le livre de Davidsson répond à cette question. Son ouvrage est une étude très approfondie d’aspects particuliers, jusqu’ici négligés, des évènements du 11 septembre. La force de ce livre tient à la confiance qu’il accorde à la son emploi des sources primaires, afin que le lecteur puisse contrôler lui-même l’exactitude et la pertinence de la preuve.
 
Davidsson ne se contente pas, en ce qui concerne les sources, de simples renvois destinés au lecteur, mais il a mis en ligne sur son site un grand nombre de documents, ce qui épargne au lecteur de fatigantes recherches. Cet accès particulièrement agréable pour le lecteur indique à quel point l’auteur est prêt à se laisser examiner à la loupe. Ce qui rend son enquête si passionnante est son utilisation prudente des documents officiels de l’administration US pour saper les propres affirmations de cette dernière. Une grande partie de ses sources provient de documents du FBI empruntés aux archives nationales US-américaines (NARA).
 
L’auteur prouve de façon convaincante que la version officielle regorge de contradictions, d’anomalies, de hasards curieux, de mensonges et de preuves falsifiées ou rajoutées a posteriori, que des témoins ont été intimidés  et des informations inventées. Une partie essentielle du livre est consacrée aux conversations téléphoniques que les passagers et membres de l’équipage ont passées avec leurs collègues ou familles. C’est de fait l’analyse la plus complète et la plus poussée de ces conversations jamais faite jusqu’ici. La teneur de ces conversations donne assez fortement l’impression que les auteurs des communications ne vivent pas un véritable détournement d’avion. Au lecteur de décider si cette impression est ou non justifiée.
 
Né en Palestine de parents juifs en 1941, Elias Davidsson a grandi à Jérusalem mais passé la plus grande partie de sa vie en Islande. Sans parler de sa double carrière : tout d’abord informaticien, puis professeur de musique et compositeur, il s’est intéressé à partir des années 90 au droit international et a publié dans des revues juridiques des articles à ce sujet ainsi que sur les droits humains et le droit pénal international. En 2002 il a commencé à enquêter sur les évènements du 11 septembre, en raison des incohérences que comporte la version officielle. L’ouvrage actuel constitue l’aboutissement de 10 années de travail.
 
Le livre comporte 4 parties et 14 chapitres. Il est narratif et facile d’abord. C’est le premier ouvrage à montrer de manière indubitable qu’il n’existe aucune preuve que des terroristes musulmans aient détourné des avions le 11 septembre 2001. Mais il ne se borne pas à réfuter cette affirmation. Il montre aussi que les autorités des USA ont négligé en divers endroits d’identifier les fragments des avions accidentés ou prétendus tels. Davidsson invite ses lecteurs à découvrir eux-mêmes, à la lecture de son analyse exhaustive des conversations téléphoniques, quelle est à ses yeux la meilleure théorie relative à l’arrière-plan de ces conversations.
 
Avant que ses lecteurs ne se lancent sur les traces complexes de cette affaire, Davidsson souligne la rapidité prodigieuse avec laquelle a été mise en place la version officielle : au bout d’un quart d’heure, CBS désignait Oussama ben Laden comme le principal suspect. Environ 20 minutes après qu'un avion eut percuté la deuxième tour, le Président Bush déclarait que « l’Amérique avait été attaquée » en l’absence de toute preuve que ces évènements eussent un lien quelconque avec des étrangers. Les faits n’avaient pas encore été examinés que le Congrès se réunissait - 24 heures après l’évènement. En s’appuyant sur une déclaration du sénateur Lott, Davidsson a révélé que la résolution du Congrès avait déjà été rédigée la veille des accidents.
 
Pour l’auteur, le 11 septembre est un « coup de pub » magistralement préparé. Les auteurs de la dramaturgie du 11/09 ont dû escompter que les évènements retransmis en live à la télévision uniraient  le peuple US-américain derrière son gouvernement. Et il a bien été ainsi. Le rôle des USA et des médias occidentaux dans la promotion de la version officielle du 09/11 est bien connu. Les médias établis négligent volontairement ou par réflexe les faits susceptibles de saper la foi que tout le monde accorde à la version officielle, par exemple l’aveu fait par le FBI, en juin 2006, qu’il ne possédait aucune preuve véritable de l’implication d’Oussama ben Laden dans les évènements du 11 septembre.
 
Est-il possible de contester le travail de Davidsson ? On pourrait objecter qu’un crime aussi énorme que le 09/11 a impliqué tant de gens qu’il était impossible qu’un tel complot reste secret. L’un des nombreux participants aurait dû vendre la mèche. Cette objection est-elle convaincante? Que signifie « vendre la mèche » ? Est-il si vraisemblable qu’un témoin oculaire l’ait vendue ?
 
D’abord il faudrait se rendre compte que les complots des gouvernements ne restent pas toujours secrets. Souvent des scientifiques et des historiens les découvrent. Mais tant que leurs révélations restent confinées aux ouvrages scientifiques et négligées par l’ensemble des médias, le grand public  les range sous la théorie des complots. Quelques exemples devraient suffire :
 
En 1967 Israël et les USA s’unirent pour tenter de couler l’US-Liberty au large des côtes israéliennes. Les membres de l’équipage US survivants de ce perfide attentat essayèrent de porter le complot à la connaissance du public, mais sans y réussir. Les faits ont été documentés avec la plus grande exactitude par le journaliste britannique Peter Hounam, qui a interviewé des survivants et acteurs du drame. Ceux qui veulent savoir savent, mais le grand public l’ignore toujours...
 
L’étude de Tuskegee sur la syphilis, « vraisemblablement l’un des pires scandales de la recherche médicale aux USA », a été conduite entre 1932 et 1972. L’omerta dont cette expérience faisait l’objet n’a été brisée qu’en 1972 par un lanceur d’alertes, soit au bout de quarante ans.
 
L’opération Gladio mentionne des actes de terrorisme commis durant la Guerre froide par les services secrets italiens, belges, grecs turcs et peut-être allemands. Ces actes meurtriers visaient à donner l’impression qu’ils étaient le fait de groupes gauchistes. En Europe occidentale, l’opération a été tenue secrète pendant 40 ans sans que quiconque vende la mèche. Elle a été révélée en 1990 par le Premier ministre italien Julio Andreotti dans un discours au Parlement, mais même ensuite le grand public n’a pas été mis au courant, les grands médias ne lui ayant pas fait beaucoup de publicité. La plupart des Européens, y compris des universitaires, journalistes et politiciens, ne sont pas conscients de ce complot meurtrier ourdi par leurs gouvernements. Et ceux qui n’en sont pas conscients seront tentés de le ranger parmi les « théories du complot ».
 
À la discrétion médiatique sur les complots d’État il faut ajouter le « modus operandi » des opérations que l’on a découvertes. Les opérations conduites par l’armée sont toutes couvertes par le « secret défense. » Michael Ruppert, l’un de ceux qui ont enquêté sur le 09/11, rappelle au lecteurs que «  l’administration US, depuis le projet Manhattan jusqu’aux avions furtifs, a réussi à garder des  secrets alors que des milliers de personnes étaient impliquées. Deuxièmement, je pense qu’un complot de cette dimension et de ce type (il s’agit du 09/11) ne nécessite pas que des milliers de gens soient au courant de tout. Les USA ont réussi à maintenir le silence autour de la bombe atomique ou des avions furtifs , ou de toute autre opération secrète, en éparpillant les informations. Un technicien qui purifiait de l’uranium dans le Tennessee en 1943 ne saura rien l’emploi qu’on voulait en faire et ne se sentira en rien coupable des morts que tout ce qui était lié à cet uranium a provoquées. Un autre technicien, qui fabrique en 1983 dans l’Ohio une résine polymère, ignorera complètement à quoi ressemble un F117A et à quoi il va servir.
 
Bien des gens croient que les fonctionnaires d’un gouvernement sont au courant des pratiques illégales de leurs départements ou que leurs supérieurs vont aussitôt avertir la police ou les journalistes. C’est une conviction infondée. Dénoncer un grand crime d’État exige beaucoup de courage personnel, comporte des risques pour votre carrière, et même votre sécurité, voire votre vie. Et même ceux qui ont le courage d’être lanceurs d’alerte ne peuvent être sûrs que ceux à qui il confie ses informations les publieront ou s’il les mettront au panier ou même avertiront ses supérieurs. Qu’on pense à Bradley Manning, Edward Snowden ou Julian Assange! Malheureusement la plupart des gens n’osent pas poser l sur le 09/11 es questions les plus élémentaires, car ils craignent d’être mis au ban, voire de perdre leur job. Le courage civil est une vertu rare.
 
En résumant ses conclusions, Elias Davidsson  se réfère aux droits humains, parmi lesquels le droit des familles des victimes du 09/11 là savoir ce qui est arrivé à leurs proches et celui de la société  que soient  identifiés, assignés en justice et punis les auteurs, organisateurs et facilitateurs du massacre. Il voit en outre dans les efforts faits pour faire la lumière sur les attentats du 11 septembre un potentiel révolutionnaire, car une clarification dévoilerait l’échec monumental de nos institutions à obtenir la vérité sur ces évènements meurtriers.
 
Le livre de Davidsson ne constitue pas une introduction aux études critiques sur le 09/11. Il s’adresse à ceux qui sont conscients des grandes absurdités de la version officielle. Ceux qui s’inquiètent de la transformation insidieuse de nos démocraties occidentales en États policiers et ceux qui sont opposés aux guerres menées par les USA et leurs alliés doivent le lire.
 
 

Elias Davidsson

Hijacking America's Mind on 9/11: Counterfeiting Evidence

 Algora, New York 2013

328 pages, 22.90 €

 

 

 

 

 

Traduit par  Michèle Mialane

 


Edité par T 34 - 11 Sep 2013 à 23:33
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 15 Sep 2013 à 18:53
11-Septembre : Le nouveau Pearl Harbor
 

Questions de Massimo Mazzucco aux "débunkers" (1/3)

 
 

INTRODUCTION

Aujourd’hui, 11 septembre 2013, nous publions ce qui sera probablement le chapitre final du débat sur le 11/9. Il s’agit des « 50 questions aux défenseurs de la version officielle » posées dans le documentaire qui vient tout juste de sortir : « 11-Septembre : Le nouveau Pearl Harbor ». [NdT – Seule la 1ère partie est disponible en français pour l’instant, les 2 autres suivront bientôt]

Vidéo 11-Septembre : Le Nouveau Pearl Harbor (1/3) par ReOpen911

Pourquoi est-ce que j’utilise l’expression « chapitre final » ? Parce que la méthode des questions est la seule qui permette de décider de manière définitive et incontestable si la version officielle tient debout ou non.

« Vous dites que la version officielle tient debout ? Très bien, alors expliquez-nous ceci, ceci et cela. » C’est le moyen le plus simple et direct pour éviter les innombrables artifices dialectiques auxquels les « débunkers » ont désormais recours, depuis des années, pour ne pas avoir à affronter la réalité des faits.

Comme vous le verrez, il n’y aura aucun débunker qui essaiera de se confronter honnêtement à ces 50 questions. Ils s’accrocheront à tout et n’importe quoi, chercheront à invalider les questions en amont, à en réfuter d’une manière ou d’une autre le sens ou le bien-fondé, car c’est pour eux la seule manière de ne pas s’enfoncer davantage.

Si la question commence par « étant donné que pour avoir un effondrement symétrique, il est nécessaire de saper l’ensemble de la structure porteuse… », eux diront « ce n’est pas vrai que l’effondrement a été symétrique. Voyez ici, l’édifice s’incline légèrement sur le côté… », comme si cela faisait la moindre différence.
Ils s’attacheront aux mots, pinailleront sur les virgules, feront semblant de ne pas comprendre le sens profond de la question, de façon à ne pas avoir à affronter le problème.

Une personne honnête intellectuellement, face à une telle question, dirait ceci : « Oui, d’accord, la chute n’est peut-être pas exactement symétrique au sens strict, mais le problème de la défaillance simultanée reste entier. Le feu seul ne peut pas avoir fait cela. »

Au lieu de ça, le débunker invétéré dira : « ce n’est pas vrai que c’est symétrique, comme le fait croire Mazzucco, et donc je n’ai pas à répondre. » Comme si le problème cessait tout à coup d’exister.

Et vous verrez qu’après avoir réussi à lancer ce petit jeu sur 2 ou 3 questions, il tenteront de généraliser la stratégie à tout le reste, pour éviter de répondre à toutes ces questions d’un seul coup.

Que le spectacle commence !

Massimo Mazzucco

QUESTIONS

LA DÉFENSE AÉRIENNE

1. Le fait de savoir que des attentats étaient imminents et qu’ils impliquaient le détournement de plusieurs avions de ligne, sans toutefois connaitre ni le lieu ni la date, constituait une bonne raison pour renforcer les défenses aériennes et pour mettre en état d’alerte plus de chasseurs que d’habitude sur tout le territoire. Pourquoi alors organiser autant d’exercices le même jour, tout en ne laissant que 4 avions de chasse en alerte pour défendre justement la partie du pays la plus susceptible d’être attaquée ?

2. Une fois que le général Eberhart s’est rendu compte que le pays était attaqué par des avions de ligne détournés, à 9 h 03, pourquoi n’a-t-il pas immédiatement suspendu les exercices militaires et rappelé tous les chasseurs à leur base ?

3. Pourquoi le général Myers n’a-t-il pas ordonné à Eberhart de le faire, après avoir fait le point au téléphone avec lui sur les attaques en cours ?

4. Et pourquoi la Commission sur le 11-Septembre n’a-t-elle pas posé aux deux généraux ces questions pourtant fondamentales ?

L’AFFAIRE MINETA

5. Le Secret Service savait que l’avion approchait pendant les 30 dernières minutes, ils le suivaient au radar, et avaient les moyens de l’abattre, et ils auraient dû le faire pour protéger la capitale. Mais ils ne l’ont pas fait. Pourquoi ?

6. Concernant l’échange entre Dick Cheney et le jeune homme, pouvez-vous proposer une autre explication que celle d’un ordre de ne pas abattre l’avion, alors qu’il approchait de la zone protégée de Washington ?

LES PIRATES DE L’AIR

7. Marwan al-Sheikki n’avait jamais piloté de jet de toute sa vie, sans parler de gros avion de ligne. Comment a-t-il pu effectuer une montée de 3000 pieds/minute puis une descente vertigineuse de 10 000 pieds par minute, tout en conservant le contrôle de l’avion ? Et pourquoi aurait-il pris tous ces risques inutiles, y compris celui de percuter d’autres avions en vol, plutôt que d’engager le pilote automatique et de le laisser l’emmener vers sa cible ?

8. Ziad Jarrad n’avait jamais piloté de jet de toute sa vie, sans parler de gros avions de ligne, et n’avait que très peu d’expérience sur petit avion de tourisme. Comment a-t-il pu effectuer une descente « si rapide que l’ordinateur ne parvenait pas à le suivre », tout en gardant le contrôle de l’appareil, et pourquoi aurait-il pris de tels risques, y compris celui de percuter d’autres avions, plutôt que de voler en toute sécurité avec le pilote automatique vers la cible choisie au préalable ?

9. Comment un pilote amateur [Hani Hanjour] que tous estimaient incapable de faire décoller un simple Cessna 150, qui avait du mal à comprendre les principes de base de l’aviation », et qui ne s’était jamais assis aux commandes d’un Boeing 757 a-t-il pu tout d’un coup se révéler capable de piloter un avion d’une telle dimension, en le faisant voler à de telles vitesses ?

10. Et même si l’on part de l’hypothèse qu’il a réussi à atteindre Washington avec le pilote automatique, pourquoi donc l’aurait-il débranché et aurait-il choisi de piloter manuellement pendant 8 longues minutes, en effectuant une manœuvre parfaitement inutile qui a) augmentait considérablement le risque de s’écraser au sol, b) augmentait le risque d’être intercepté, c) lui faisait à nouveau perdre de vue sa cible, d) le contraignait à une approche bien plus difficile au raz du sol, e) réduisait sa cible à une infime ligne de ciment, et f) limitait les éventuels dégâts à la seule façade alors qu’il pouvait les maximiser et les rendre bien plus spectaculaires en faisant plonger l’avion sur les toits du Pentagone ?

11. Même si quelqu’un avait prévu un attentat contre le Pentagone, il aurait très certainement imaginé un avion tombant du ciel sur les toits du bâtiment. Comment pouvait-on suggérer de se tenir éloigné de l’anneau externe, à moins de savoir à l’avance ce qui allait se passer ?

12. Pourquoi ne nous a-t-on jamais montré une seule image des supposés pirates de l’air dans les différentes parties de l’aéroport le matin du 11-Septembre ?

13. Et puisque l’aéroport Dulles de Washington disposait de caméras de surveillance aux postes de contrôle, pourquoi n’a-t-on pas rendu publiques les images correctement horodatées des 5 terroristes embarquant sur le Vol 77 le matin du 11-Septembre ?

LES VITESSES IMPROBABLES

14. Pouvez-vous nous prouver qu’un Boeing 767 équipé de ses moteurs habituels est capable de voler pendant 2 minutes à plus de 900 km/h à basse altitude sans subir de dommages structurels ?

15. Pouvez-vous expliquer comment des pilotes amateurs qui n’ont jamais volé sur un jet de leur vie peuvent réussir à garder le contrôle d’un avion volant plus de 300 km/h au-dessus de sa Vitesse Maximale Opérationnelle (VMO) ?

16. Et pourquoi des terroristes, déjà bien heureux d’être arrivés en vue de leur cible, voudraient-ils compromettre toute l’opération en soumettant l’avion à un stress tel qu’il pourrait le faire s’écraser au sol avant d’avoir terminé leur mission ?

APPELS TÉLÉPHONIQUES DEPUIS LES PORTABLES

17. Étant donné les limites du système de téléphonie cellulaire en 2001, pouvez-vous démontrer que les appels des passagers effectués avec leurs téléphones portables et mentionnés dans les rapports du FBI pouvaient être effectués à haute altitude aux vitesses indiquées et pour les durées précisées pour chacun d’entre eux ?

18. Étant donné que les téléphones de bord sont alimentés par le système électrique de l’avion, comment une ligne peut-elle rester connectée 45 minutes après la désintégration complète de l’appareil au sol ?

Massimo Mazzucco

Publié sur Luogocummune.net le 11 septembre 2013

Traduction GV pour ReOpenNews



Edité par T 34 - 22 Oct 2013 à 17:41
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 05 Jun 2014 à 17:54

11 septembre 2001, le NIST a menti

 
 

Comme vous le savez, je vous informe périodiquement des travaux du 9/11 Consensus Panel (vous trouverez ici toute la documentation à laquelle je fais référence dans cet article). Ce que je vous dis cette fois, c’est qu’il est désormais prouvé que le NIST (National Institute for Standards and Technologies) a menti. Et pas seulement une fois. Il faut avoir à l’esprit que le NIST est l’institution publique qui, seule, a été chargée par le gouvernement américain d’effectuer l’analyse des causes des effondrements qui se sont produits au World Trade Center le 11 septembre 2001. J’insiste ici sur ce premier fait curieux : le gouvernement charge un organe technique gouvernemental de mener une enquête dans laquelle ce même gouvernement est impliqué. Et il se contente de cette seule enquête, évitant soigneusement que d’autres entités, ne dépendant pas directement du gouvernement, viennent mettre leur nez dans ces questions épineuses.

Mais cela reste un détail.

Venons-en aux faits, qui ont émergé récemment, et qui sont les suivants : les affirmations du NIST, selon lesquelles il aurait été impossible d’examiner les caractéristiques structurelles de l’acier du WTC 7, du fait qu’il n’aurait pas été retrouvé de l’acier de ce bâtiment, sont fausses.

Je rappelle à ceux qui ne le savent pas, que le maire de New York de l’époque, Rudolph Giuliani, en accord avec les autorités nationales, avait organisé un nettoyage aussi rapide que spectaculaire du gigantesque tas de débris, faisant en sorte que toute trace de l’événement disparaisse le plus vite possible, et que toute enquête ultérieure devienne impossible.

Je rappelle également, à ceux qui l’auraient oublié, que dans les quelque 500 pages du Rapport de la Commission sur le 11-Septembre, on ne trouve pas la moindre allusion à ce gigantesque « détail » que constitue l’effondrement du WTC 7, la 3e tour maudite qui s’est écroulée ce même 11 septembre 2001 vers 17 h 20, sans avoir été percuté par aucun avion.

Le NIST n’est donc pas en mesure d’effectuer la moindre analyse métallographique de l’acier, du fait – comme il l’affirme (à plusieurs reprises et dans différents documents) – qu’on ne retrouve plus de cet acier, exporté promptement vers la Chine pour y être fondu loin des yeux indiscrets.

Ce genre d’analyse aurait pourtant été précieuse pour confirmer, ou informer, la thèse défendue par le NIST, selon laquelle le WTC 7 s’est écroulé suite à l’affaiblissement par d’intenses incendies des structures en acier de l’édifice.

Mais inutile de trop rentrer dans le détail de la version (ou plutôt, d’une des versions) du NIST. Ce dont il s’agit ici, c’est de savoir si le NIST a dit ou non la vérité. Eh bien, il se trouve qu’il a menti. Et il existe pas moins de 6 preuves de ce mensonge :

  • La première vient du Worcester Polytechnik Institute et remonte à cette même année 2001, au travers des pages du Journal of Mineral, Metals and Material Society (JOM), où l’on peut lire que trois chercheurs, J.R. Barnett, R.R. Biederman, et R.D. Sisson, Jr. ont effectué cette année-là une “Initial Microstructural Analysis of A36 Steel WTC Building 7,” (Première analyse microstructurelle de l’acier A36 du bâtiment 7 du WTC), (JOM, 53(12), 2001, p. 18). Et donc, le NIST n’a pas récupéré l’acier. Et la Commission officielle d’enquête les a crus. Pourtant les trois scientifiques ont bien trouvé ces échantillons et les ont même méticuleusement analysés.
  • La deuxième preuve vient d’une agence gouvernementale, l’une des plus importantes agences de sécurité nationale des USA, la FEMA (Federal Emergency Management Agency). Cette dernière a admis en 2002 avoir connaissance de l’analyse de l’acier par ces trois professeurs. Mais la Commission officielle, elle, ne s’en est pas aperçue, même si elle avait été instituée précisément pour enquêter sur ces événements et qu’elle ait été au travail durant les mois concernés.
  • La troisième preuve est confirmée par le Professeur Jonathan Barret (qui est l’auteur de l’étude de la FEMA citée plus haut), qui a remis ces faits en lumière six années plus tard, dans un documentaire de 2008 de la BBC.
  • La quatrième preuve provient encore une fois du rapport de la FEMA, où l’on découvre – si on le lit plus attentivement – qu’il existait une Annexe D où l’on parlait précisément de pièces de métal fondu extraites des débris du WTC 7, et qu’une photo accompagnant l’analyse montrait un morceau de colonne de cet immeuble avec des poutres encore accrochées sur deux étages.
  • La cinquième preuve a émergé en 2005, trois ans après le premier mensonge, lorsqu’une autre étude du NIST (la main gauche ne s’est pas souvenue de ce que la main droite avait écrit) fait référence à « l’acier provenant du WTC 7 ». Autrement dit, le NIST en 2005 dément le NIST de 2002.
  • Enfin, en 2012 a émergé la sixième preuve. Un document, publié suite à une requête FOIA (Freedom of Information Act, ou Loi sur la liberté de l’information) permet de voir plusieurs photos dans lesquelles John Gross est en train d’examiner des morceaux d’acier du WTC 7 (voir photo ci-dessus). Il faut noter que John Gross fut l’un des principaux auteurs du rapport du NIST qui attribue aux seuls incendies les raisons de l’effondrement vertical, en chute libre, du bâtiment 7 du World Trade Center.

Bien, dans un pays normal, tout cela serait suffisant pour rouvrir l’enquête, puisque les conclusions du Rapport de la Commission sur le 11/9 se sont basées sur les données d’une étude falsifiée. Une analyse métallographique de l’acier aurait démontré qu’aucun incendie de bureau, aussi intense soit-il, n’est en mesure de ramollir la structure porteuse d’un gratte-ciel de 47 étages au point de le faire littéralement s’écrouler à terre en quelques secondes, droit sur son empreinte. Mais on ne verra pas, aux États-Unis, de juge enquêteur disposé à incriminer le menteur John Gross.

Et pendant ce temps, il y a encore des gens pour croire au père Noël. Et c’est pour cela que depuis lors, nous allons de guerre en guerre.

Giulietto Chiesa

IlFattoQuotidiano.it

Traduction : IlfattoQuotidiano.fr

 


Edité par T 34 - 22 Nov 2015 à 19:43
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
Ali Baba allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant


Depuis le: 12 Jan 2015
Status actuel: Inactif
Messages: 9
  Citer Ali Baba Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 19 Feb 2016 à 19:35

 Le milliardaire Donald Trump, candidat aux présidentielles US, mène une campagne bien singulière.

Mais le plus important est sa dernière foucade où il a fait très fort, s'attaquant au plus formidable des tabous : la vérité sur 9/11.

Etat des lieux

Trump est un pur produit du système capitaliste avec le sens très particulier où son arrivée sur la scène internationale se réalise probablement à l’insu de son plein gré.

En effet il n’est nul besoin de comprendre l’exploitation de l’homme par l’homme pour exploiter soi-même son congénère. Le système y pourvoit et le permet en toute indépendance par rapport  à l’hypothétique bon vouloir de qui que ce soit. Dans ces conditions qu’attendre concrètement de la démarche très spéciale qui semble se profiler sous nos yeux et qui, bizarrement, n’a pas de grands échos médiatiques sinon la mise à nue de l’une des escroqueries du siècle car, comprenons nous bien, s’il ne s’agissait que d’une seule escroquerie, les détenteurs du grand capital n’auraient pas aussi farouchement et rapidement fait disparaitre les preuves physiques de leur propre forfait. La suite du forfait est connue de tous. Invasion de l’Irak, de la Libye et une multitude de coups montés un peu partout dans le monde. La Syrie et son armée de conscrits issus du peuple fait face courageusement (c’est le moins qu’on puisse dire) à une authentique invasion de mercenaires armés recrutés par de très nombreux pays. Citons les principaux : USA, Angleterre, France, Turquie, Arabie saoudite, etc. …

Un grain de sable, fin septembre 2015, est venu stopper la machine à détruire les pays et leurs habitants. Comment dans les faits, peut-on pour la première fois sur notre planète semble-t-il, enrayer le processus de destruction bien rodé des gens qui n’ont aucune humanité sur cette terre et qui y sévissent depuis des siècles et des siècles ? La réponse se trouve, en partie, sur le terrain syrien où l’armée russe parvient, à force de contorsions invraisemblables directement inspirées de la propagande de l’Otan, à amener les principaux pays agresseurs de la Syrie à bombarder leur propre progéniture représentée essentiellement par Daesh.

Les parrains vont-ils totalement tomber dans le panneau dressé par la Russie ou laisser tomber leurs très chers rebelles anti-Assad?

Haut de la page
 Répondre Répondre Page  <1 345

Aller au Forum Permissions du forum allez vers le bas

Powered by Flex Design® version v8m6r15
Copyright © 2001-2011 Flex Design

Cette page a été affichée en 0,105 secondes.