Forum Unité Communiste Page d'accueil
  Sujets actifs Sujets actifs
  FAQ FAQ  Rechercher dans le Forum   Calendrier   Inscription Inscription  Connexion Connexion
Accueil Forum Accueil Forum > Culture générale > Philosophie

Avec Marx, contre le travail

 Répondre Répondre Page  <1 345
Auteur
Message
  Sujet Recherche Sujet Recherche  Options des sujets Options des sujets
Mistra allez vers le bas
Intervenant régulier
Intervenant régulier
Avatar

Depuis le: 17 Jul 2010
Status actuel: Inactif
Messages: 40
  Citer Mistra Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 11 Aug 2010 à 19:19
Message posté par Vladimir

Je trouve que la comparaison entre le travail et le nazisme est pertinente, car effectivement Auschwitz ne fut rien d'autre qu'une méga-usine capitaliste. Mais il aurait fallu préciser qu'il s'agit du travail capitaliste, inconscient, et pas du travail socialiste conscient et nécessaire, dirigé contre le travail lui-même.


une petite objection, que me suggère ma lecture de Zizek d'aujourd'hui (Vous avez dit totalitarisme, chapitre 2 Hitler est-il un ironiste ?), un camp qui mène à l'extermination et non à l'exploitation maximale des prisonniers peut-il être dit "capitaliste" ? n'est-ce pas une dépense pure, sans échange, sans contrepartie, un "sacrifice", d'où le nom d'Holocauste ?

Haut de la page
KGB Shpion allez vers le bas
Intervenant régulier
Intervenant régulier
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: Suisse
Status actuel: Inactif
Messages: 1423
  Citer KGB Shpion Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 12 Aug 2010 à 13:43
Interprétation de Bordiga (je sais, c'était un anti-antifasciste ultra-gauchiste, mais pour le coup je trouve son analyse pertinente) dans Auschwitz ou le grand alibi :

"En temps «normal», et lorsqu'il s'agit d'un petit nombre, le capitalisme peut laisser crever tout seuls les hommes qu'il rejette du processus de production. Mais il lui était impossible de le faire en pleine guerre et pour des millions d'hommes : un tel « désordre » aurait tout paralysé. Il fallait que le capitalisme organise leur mort.

Il ne les a d'ailleurs pas tués tout de suite. Pour commen­cer, il les a retirés de la circulation, il les a regroupés, concentrés. Et il les a fait travailler en les sous-alimentant, c'est-à-dire en les surexploitant à mort. Tuer l'homme au travail est une vieille méthode du capital. Marx écrivait en 1844 : «Pour être menée avec succès, la lutte industrielle exige de nombreuses armées qu'on peut concentrer en un point et décimer copieusement.» Il fallait bien que ces gens subviennent aux frais de leur vie, tant qu'ils vivaient, et à ceux de leur mort ensuite. Et qu'ils produisent de la plus­-value aussi longtemps qu'ils en étaient capables. Car le capi­talisme ne peut exécuter les hommes qu'il a condamnés, s'il ne retire du profit de cette mise-à-mort elle-même.

Mais l'homme est coriace. Même réduits à l'état de sque­lettes, ceux-là ne crevaient pas assez vite. Il fallait massacrer ceux qui ne pouvaient plus travailler, puis ceux dont on n'avait plus besoin parce que les avatars de la guerre ren­daient leur force de travail inutilisable.

Le capitalisme allemand s'est d'ailleurs mal résigné à l'assassinat pur et simple. Non certes par humanitarisme, mais parce qu'il ne rapportait rien. [...]"


Edité par KGB Shpion - 12 Aug 2010 à 13:43
Haut de la page
Vladimir allez vers le bas
Expulsé
Expulsé
Avatar

Depuis le: 24 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 2925
  Citer Vladimir Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 12 Aug 2010 à 14:43
N'oublions pas que l'assassinat rapportait, contrairement à ce que raconte Bordiga. Ils ont été réduits à l'état de simples marchandises, au sens propre : abat-jours, papier, savons, vêtements, etc. Il faut regarder et regarder encore le film Nuit et brouillard.


Edité par Vladimir - 12 Aug 2010 à 14:46
Haut de la page
skum allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant


Depuis le: 31 Dec 2009
Status actuel: Inactif
Messages: 27
  Citer skum Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 14 Aug 2010 à 20:39
Moishe Postone a d'ailleurs développé une théorie très intéressante sur l'abstraction valeur personnifiée/biologisée dans la figure du Juif (réduit aussi à l'état d'exemplaire), abstraction le considérant également comme représentant d'une fantasmatique conspiration juive internationale.

Quelques résumés de la théorie :

- Postone et son écrit sur l'antisémitisme par Jacques Guigou et Jacques Wajnsztejn

- Auschwitz comme usine à "détruire la valeur" chez Moishe Postone

- Le génocide juif selon Moishe Postone par Urbain Bizot

L'article en question :

- Antisémitisme et national-socialisme par Moishe Postone

Sinon un autre texte de Jean-Marie Vincent *

- Auschwitz et la suite

* A noter que l'article "La légende du travail" est désormais disponible en PDF : ici.
Haut de la page
 Répondre Répondre Page  <1 345

Aller au Forum Permissions du forum allez vers le bas

Powered by Flex Design® version v8m6r15
Copyright © 2001-2011 Flex Design

Cette page a été affichée en 4,828 secondes.