Forum Unité Communiste Page d'accueil
  Sujets actifs Sujets actifs
  FAQ FAQ  Rechercher dans le Forum   Calendrier   Inscription Inscription  Connexion Connexion
Accueil Forum Accueil Forum > Autres > Archives

sans papiers et question nationale

 Répondre Répondre Page  <12345 15>
Auteur
Message
  Sujet Recherche Sujet Recherche  Options des sujets Options des sujets
Guests allez vers le bas
Guest Group
Guest Group
  Citer Guests Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 22 Feb 2008 à 09:54

 

Je ne vais pas vous faire mariner plus longtemps…Wink

Il s’agit d’un tract national du Parti communiste français.

Je vous l’envoie dans son intégralité.

 

 

« IMMIGRATION

L’opinion des communistes

 

Explosions de colère dans les villes,

croissance du sentiment d’insécurité, résurgence du racisme,…

La droite et l’extrême droite que nous combattons résolument,

cherchent à attiser la haine contre les immigrés.

Au-delà, l’immigration est-elle devenue aujourd’hui un vrai problème ?

Notre réponse est OUI.

 

Pourquoi tant d’immigrés viennent-ils dans notre pays ?

 

Depuis toujours et pour des raisons très diverses, il y a des immigrés en France, dont beaucoup ont choisi de rester dans notre pays. De nombreuses familles, immigrées à l’origine, sont devenues partie intégrante du peuple français.

 

Aujourd’hui c’est essentiellement l’effroyable misère du Tiers-Monde qui contraint des hommes, des femmes, des jeunes à venir tenter de vivre dans un pays développé comme le nôtre.

 

Cette immigration est d’autant plus forte qu’elle est organisée : les patrons y trouvent une main d’œuvre à bon marché. La politique suivie par les gouvernements a conduit à regrouper de nombreuses familles immigrées dans les banlieues, les cités populaires. Ainsi toutes les difficultés issues de la crise, du chômage, de l’exclusion, des inégalités se sont trouvées cumulées dans de véritables « cités-ghettos », où des familles françaises et immigrées voient leurs conditions de vie s’aggraver de façon intolérable.

 

Alors que toute immigration nouvelle aurait dû être arrêtée depuis longtemps (les communistes le disent depuis 1974), une immigration clandestine est organisée au mépris de la loi. Des patrons y trouvent leur intérêt en surexploitant cyniquement ces travailleurs, que des « passeurs » et des « logeurs » rançonnent. Tous les gouvernements ont fermé les yeux sur ces pratiques ignobles qui continuent à faire grandir le nombre d’immigrés dans notre pays.

 

La France peut-elle continuer à accueillir de nouveaux immigrés ? Non

 

Avec 3,5 millions de chômeurs, il faut arrêter toute immigration nouvelle : c’est l’intérêt commun des travailleurs français et immigrés. Pour cela, il faut sévèrement sanctionner ceux qui permettent, organisent et utilisent l’immigration clandestines (patronat, marchands de main d’œuvre, passeurs, logeurs,…). Des accords doivent être conclus avec l’ensemble des pays d’immigration pour un contrôle plus strict des sorties et retours de leurs ressortissants. Plus généralement, il faut s’engager sans attendre dans une politique nouvelle mettant fin au pillage des peuples du Tiers-Monde, aidant à leur propre développement, permettant d’apporter une solution durable et d’intérêt mutuel au douloureux problème de l’immigration.

 

N’y a-t-il pas des abus dans l’utilisation de la loi française qui permet le regroupement familial ? Si, il faut les supprimer

Un immigré doit avoir le libre choix de rester en France ou de retourner dans son pays. S’il décide de vivre en France, il est normal qu’il puisse y vivre avec sa famille pourvu que ce soit dans le respect de la loi française, avec les mêmes droits et les mêmes devoirs que les autres habitants du pays. Ce n’est pas toujours le cas. Certains utilisent les conditions actuelles pour rassembler sans contrôle sous un même toit un nombre élevé d’adultes et d’enfants en dissimulant une immigration illégale. Il faut donc que le droit au regroupement familial soit garanti, mais maîtrisé et rigoureusement contrôlé dans son application.

 

Un immigré peut également décider de retourner dans son pays. Des accords nouveaux basés sur l’intérêt mutuel avec les pays d’origine doivent lui permettre de réussir sa réinsertion.

 

L’existence d’une nombreuse population immigrée dans une même ville ne conduit-elle pas à des déséquilibres dans l’utilisation des ressources communales qui mécontentent d’autres couches de la population ? Si, et il faut y remédier.

 

Les familles immigrées sont souvent les plus nombreuses et les plus pauvres. Elles sont donc parmi les premières à bénéficier des aides accordées aux plus démunis. C’est une part importante du budget social de la commune –déjà trop limité- qui est ainsi dépensée. L’accès à certains services ou équipements est rendu plus difficile pour d’autres, parce que trop cher. C’est à une situation qui ne peut plus durer que se heurtent les élus dans de nombreuses communes populaires. Il faut donc assurer la construction de logements sociaux pour les familles françaises et immigrées dans toutes les villes où il en manque afin d’arrêter la création de villes ou de quartiers-ghettos. Sans attendre, l’Etat doit apporter des moyens exceptionnels aux communes confrontées à ces difficultés afin que partout on puisse aider toutes les familles qui en ont besoin.

 

Drogue, violence, délinquance : faut-il fermer les yeux quand des immigrés sont dans le coup pour ne pas être traité de raciste ?

Non, absolument pas.

 

Etre raciste, c’est prétendre que les immigrés sont la cause de « tout » : du chômage, de l’austérité, de l’insécurité, du trafic de drogue,… C’est absurde, monstrueux, criminel. Mais cela ne signifie pas qu’aucun d’eux ne pourrait par principe être coupable de rien ! Au contraire, nous disons, et depuis longtemps, qu’entre français et immigrés ce qui vaut, c’est la règle : mêmes droits, mais aussi mêmes devoirs.

En ce sens, le respect de la tranquillité des gens, des traditions et du mode de vie français –puisque nous sommes en France-, des droits et devoirs de la vie en commun est une exigence qui s’impose à tous et qui ne souffre aucune exception. La sécurité des personnes et des biens est un droit essentiel, et la force publique dont c’est la mission prioritaire doit disposer des moyens nécessaires pour l’assurer. La drogue est un fléau qui doit être combattu par l’information, la prévention et les soins mais aussi par la répression à l’encontre des trafiquants, quels qu’ils soient.

 

Faut-il retourner sa colère contre les immigrés, les traiter en boucs émissaires des maux dont souffrent notre pays ?

Non, il faut changer de politique.

 

Ce n’est pas parce que les immigrés occupent trop d’emplois qu’il y a du chômage, c’est parce que la politique du gouvernement s’aligne sur les choix patronaux de licenciements et de précarisation de l’emploi.

 

Ce n’est pas parce que les immigrés touchent trop de la Sécurité Sociale qu’elle est en déficit –ils y cotisent au même titre que les autres salariés-, c’est parce qu’il y a trop de chômage, que les salaires sont trop bas et que les revenus de la finance sont exonérés de cotisations.

 

Ce n’est pas parce que les familles immigrées occupent trop de logements H.L.M. qu’on en manque, c’est parce qu’on ne construit pas assez de logements sociaux, du fait de la politique gouvernementale et des choix de nombreuses municipalité de droite.

 

Ce n’est pas en infligeant des discriminations supplémentaires aux immigrés qu’on étendra le droit des français, c’est en élargissant pour les uns et pour les autres les droits économiques et sociaux, les libertés individuelles et collectives.

 

Nous combattons résolument le poison du racisme distillé par la droite et l’extrême droite, qui vise à dresser français et immigrés les uns contre les autres, à diviser les victimes d’une même politique.

Nous appelons à se rassembler et à agir pour une politique nouvelle, utilisant les richesses de la France non plus au profit des privilégiés de la fortune mais pour l’emploi, la formation, la santé, le logement, etc… C’est la mise en œuvre d’une telle politique qui sapera les bases du racisme et de la xénophobie et permettra à la tolérance, au respect mutuel de l’emporter.

 

Devant la situation difficile et dangereuse que

connaissent de nombreuses communes, les militants

et les élus communistes exigent un effort exceptionnel

du gouvernement. Ils sont partout disponibles pour que

le dialogue l’emporte et permette d’agir ensemble pour obtenir

les moyens de régler les problèmes

auxquels les populations sont confrontées. »

 

 

Il n’y a dans ce texte aucune référence aux « sans-papiers », au « droit à la différence », au « droit de vote des étrangers »…

 

Par contre, il n’hésite pas à dénoncer « l’immigration clandestine ».

 

Sans verser dans le racisme, il utilisait les bons mots pour décrire la réalité et désigner les vrais responsables de ce flux migratoire intempestif.



Edité par babeuf - 22 Feb 2008 à 09:57
Haut de la page
Ares allez vers le bas
Camarade assidu
Camarade assidu
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 860
  Citer Ares Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 22 Feb 2008 à 10:41
ben je vois rien là d'abominable, même si on pourrait formuler les choses d'une façon plus offensive à l'égard des politiques menées par l'umps, compléter avec les luttes des sans papiers...je ne dis pas que c'est Le tract idéal mais enfin c'est  bien aussi de prendre en compte des aspects dont les "angéliques"ne parlent jamais.
Peut mieux faire et puis il est trop long ce tract, plus percutant, plus clair, mais sans céder à l'angélisme.
Haut de la page
guillaume allez vers le bas
Pilier du FUC
Pilier du FUC
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 1997
  Citer guillaume Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 22 Feb 2008 à 14:34
En 1991, le PCF ... disait-il "tout haut ce que les autres pensaient tout bas"? Ce discours fascistoïde, affirmant que pour "lutter contre le FN" il faut lutter contre l'immigration, le regroupement familial, etc, c'est celui de l'UMP depuis bien longtemps... et on sait avec quelles dérives.
Ces propos du PCF de l'époque sont honteux.
voici un texte écrit à cette époque par le Cercle Henri Barbusse au sujet de cette dérive grave, qui détruit la nécessaire union ouvrière dans ce pays au profit d'une démagogie malhonnête:


La déclaration du Comité Central du PCF sur l’immigration. Une dérive opportuniste et électoraliste - octobre 1991



L'année 1991 aura vu se multiplier les déclarations anti-immigrés de la plupart des formations politiques bourgeoises, du Front National au Parti Socialiste. Cette situation n'est ni nouvelle, ni étonnante. Chaque échéance électorale depuis une décennie est désormais l'occasion d'une série de men¬songes à droite comme à « gauche » visant à présenter l'immigration comme responsable des problèmes de la société française, à éluder les causes réelles de la crise économique, c'est-à-dire les lois de fonctionnement économique du système capitaliste, et à masquer l'absence de propositions de ces formations bourgeoises face à une situation sociale de plus en plus insupportable pour la classe ouvrière et pour les masses populaires. Ce qui est nouveau par contre, ce sont trois caractéristiques importantes:
- L'absence d'échéance électorale nationale à court terme qui laisse malheureusement présager d'un climat anti-immigré durable ;
- Le degré d'unité des formations politiques bourgeoises rivalisant les unes avec les autres pour apparaître les plus résolues dans les propositions répres¬sives en direction de l'immigration ;
- La pression idéologique énorme sur les masses populaires et leurs organ¬isations (syndicales et politiques) pour les faire entrer dans le tourbillon des déclarations anti-immigrés.
Les pressions sur le PCF et les risques de dérive opportuniste et raciste
Alors que Jacques Chirac, ancien Premier ministre et futur candidat présidentiel, se déclare envahi par les « odeurs d'immigrés », alors qu’Edith Cresson, première femme Premier ministre de France envisage, sans rougir, de recourir à des avions charters pour procéder à des expulsions, à l'image de ce que le dernier gouvernement Chirac a réalisé avec des Maliens, alors que VGE nous parle d'une France « envahie » par les immigrés, alors que tous exploitent le problème des « travailleurs clandestins » pour masquer le fait que le système capitaliste est le seul responsable de la misère grandissante, les pressions dans tous les sens sont faites sur le PCF pour qu'il rejoigne cette hystérie anti-immigré. Une partie de la direction du parti est malheureusement sensible à ces pressions comme en témoigne la dernière déclaration intitulée « immigration, l'opinion des communistes ». Celle-ci, loin de répondre aux déclarations et positions des forces politiques bourgeoises, leur emboîte le pas à bien des égards. Nombreux ont été les militants, les cellules et les sections entières à refuser de la distribuer. Ils ont eu entièrement raison, et nous devons tous combattre fermement ces dérives opportunistes au sein du PCF.

l/ L'origine de l'Immigration
« Depuis toujours et pour des raisons très diverses, il y a des immigrés en France, dont beaucoup ont choisi de rester dans notre pays » déclare la direction du PCF. Une telle position consistant à amalgamer les différentes causes d'immigration indépendamment des poids respectifs des unes et des autres, contribue à masquer le fait que l'immigration est essentiellement le résultat de l'exploitation de leur pays par les Etats impérialistes et par la France en particulier. C'est également oublier que de nombreux immigrés ont été apportés avec maintes promesses avant la seconde guerre mondiale, pour défendre la France pendant la barbarie nazi, et après la libération pour la reconstruction. Bien sur, il existe des immigrés qui sont venus par attrait pour le mode de vie occidental, d'autres ont certes fui une vie villageoise jugée trop contraignante pour l'épanouissement individuel mais cette minorité issue d'ailleurs de couches petites bourgeoises et bourgeoises des pays sous-dével¬oppés ne doit pas masquer que la quasi totalité de l'immigration est le résultat d'une fuite de la misère. Elle n'est pas un choix mais une obligation lourde de souffrances.
La déclaration de la direction du PCF poursuit: « aujourd'hui c'est essentiellement l'effroyable misère du tiers monde qui contraint des hommes, des femmes, des jeunes à venir tenter de vivre dans un pays développé comme le notre ». Ici encore la déclaration se contente de constater une situation sans en expliquer les causes, dédouanant ainsi l'impérialisme français de sa respon¬sabilité dans l'existence et le développement de cette misère. Nous sommes ici aux antipodes d'une position marxiste qui, devant une attaque politique de la bourgeoisie pour diviser les exploités, répond par l'analyse des causes d'une situation afin de démontrer l'unité des intérêts des travailleurs français et immigrés. C'est en effet parce que le système capitaliste provoque l'exploitation des immigrés loin de leurs foyers et de leurs familles, mais aussi l'exploitation des travailleurs français, que leurs ennemis sont communs, et que leur combat doit l'être.
« Cette immigration est d'autant plus forte qu'elle est organisée : les patrons y trouvent une main d’œuvre bon marché » ajoute la déclaration. Là encore nous sommes en plein consensus, toute la classe politique condamne les employeurs de clandestins. Si cette position n'est pas fausse, elle pêche par insuffisance et induit en erreur le travailleur français. Certes il existe des filières d'immigration clandestine mais celles-ci n'ont pas besoin d'être directement organisées par le patronat. Il existe suffisamment de misère pour que des hommes et des femmes tentent de venir ici par n'importe quel moyen sans pour cela que le patronat ait à organiser lui même des filières. Focaliser sur des filières organisées par les employeurs permet de diviser le monde des capitalistes en bons et en mauvais : Une majorité de bons employeurs face à une minorité d'employeurs utilisant des clandestins. Une telle position masque le fait que c'est le système capitaliste lui même, dans son principe et dans son ensemble qui provoque et l'immigration, et la mise en clandestinité d'une partie d'entre elle. L'Etat lui-¬même est employeur de clandestins comme l'ont montré les révélations du Canard enchaîné à propos de la construction de l'Arche de la Défense et des infrastructures des Jeux Olympiques d'hiver.
La déclaration peut avec un tel raisonnement conclure, toujours dans le consensus avec la droite et le PS : « toute immigration nouvelle aurait du être arrêtée depuis longtemps (les communistes le disent depuis 1974) ». La déclara¬tion se vante des erreurs opportunistes antérieures du PCF et qui l'on amené à demander parmi les premiers « la fermeture des frontières », alors que les causes économiques qui provoquent l'immigration, c'est-à-dire l'exploitation par les pays impérialistes des pays sous développés, non seule¬ment perdurent mais s'accroissent encore fortement.

2/ Un discours proche de celui du PS
« La France peut-elle continuer à accueillir de nouveaux immigrés? Non » poursuit la déclaration du PCF. Cela ressemble étrangement au thème mitterrandien d'une France qui « ne peut pas accueillir toute la misère du monde ». Là encore c'est oublier que tant que l'exploitation et le pillage des pays du sud n'aura pas cessé, fermer les frontières revient à faire payer deux fois les opprimés: une première fois par les conditions qui leur sont faites dans leurs pays d'origine, une seconde en supprimant tout espoir de s'en sortir par la seule voie qui leur reste: l'immigration.
Pour arrêter ce flux d'immigrés, la déclaration propose: « des accords doivent être conclus avec l'ensemble des pays d'immigration pour un contrôle plus strict des sorties et retours de leurs ressortissants ». C'est donc en s'appuyant sur les gouvernements anti-populaires et souvent dictatoriaux des pays d'origine que l'on nous propose de stopper l'immigration. Déjà soumis à une surveillance policière à l'arrivée, les candidats à l'immigration auraient ainsi à subir une surveillance policière au départ. Là encore l'accord avec le PS est complet.

3/ Haro contre le regroupement familial
« Certains utilisent les conditions actuelles pour rassembler sans contrôle sous un même toit un nombre élevé d'adultes et d'enfants en dissimulant une immigration familiale », cette déclaration rejoint les multiples déclarations visant à supprimer ou à limiter le droit de vivre en famille. Que ces propos soient présents dans une déclaration nationale du PCF doit sérieusement nous in¬quiéter, compte tenu du fait que les conditions actuelles faites aux immigrés désirant faire venir leurs familles sont déjà scandaleusement restrictives. Nous ne prendrons qu'un exemple: la loi de Georgina Dufoix (1984) déterminant les conditions pour obtenir le droit au regroupement familial fixe des conditions d'espace et de confort du logement tellement strictes que plus de la moitié des ménages ouvriers français devraient être séparés si les mêmes conditions de logement leur étaient appliqués. Non content de ne pas dénoncer les conditions trop strictes actuelles du regroupement familial comme il devrait le faire en tant que parti communiste, la direction du PCF réclame une sévérité plus grande.

4/ Les « problèmes urbains »
Le ton de la déclaration se fait ici ouvertement raciste: « le respect de la tranquillité des gens, des traditions et du mode de vie français, puisque nous sommes en France, des droits et des devoirs de la vie en commun est une exigence qui s'impose à tous et ne souffre d'aucune exception ». Sans exagérer Jean Marie Le Pen aurait pu dire la même chose.
Arrêtons là cette autopsie d'une déclaration qui constitue une responsabilité grave de la direction du PCF et tentons de saisir les conséquences d'une telle analyse.
Le racisme divise la classe ouvrière et l'affaiblit
Le racisme anti-immigré dans les pays capitalistes a toujours été une arme de division de la classe ouvrière. Il aboutit à opposer des hommes et des femmes que leur intérêt de classe réunit et soude en un même combat pour abattre le système capitaliste. C'est le rôle des communistes et de leur parti que de combattre les points de vues racistes et de regrouper ensemble dans les mêmes organisations Français et immigrés. Des déclarations opportunistes comme celles du Comité Central éloignent du parti nos frères et sœurs de classe immigrés, qui devraient y voir toute leur place. Elles aboutissent au fait que beaucoup de personnes issues de l'immigration et désormais de nationalité française, ne votent plus communiste. L'opportunisme a également pour effet d'endormir la classe ouvrière française en orientant sa colère sur l'immigration au lieu de l'amener à un combat pour la destruction du système capitaliste. Une telle politique liquide l'indispensable unité de classe. Nous devons exiger du comité central qu'il l'abandonne et la critique. Les communistes doivent à l'inverse de la déclaration du comité central réaffirmer leur position de classe. Ce n'est pas en suivant les idées fausses, même si celles-ci sont implantées dans la classe ouvrière, que notre classe et notre parti renforceront leurs positions. Nous devons au contraire des positions bourgeoises et de principes, « ouvrir les yeux » et éduquer ceux qui sont endormis par les idéologues de la bourgeoisie. C'est ainsi au cœur même des combats de classe, que Français et immigrés, comprendront l'unité de leurs intérêts, issue de l'unité de leur exploitation.
Octobre 1991


Haut de la page
Ares allez vers le bas
Camarade assidu
Camarade assidu
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 860
  Citer Ares Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 22 Feb 2008 à 16:40
j'ai beau chercher je ne vois pas rien de  fascstoide ni de honteux dans ce texte...
il dénonce les vrais responsables et les vrais causes
dire que ça c'est du Le Pen : " le respect de la tranquillité des gens, des traditions et du mode de vie français, puisque nous sommes en France, des droits et des devoirs de la vie en commun est une exigence qui s'impose à tous et ne souffre d'aucune exception ». je ne suis pas d'accord. Il faut tenir compte dans notre expression politique de niveau réel de conscience des masses, un pas en avant mais plus, on se coupe des masses.
Je répéte que j'aurais fait un autre tract mais celui ci s'il ne me satisfait pas n'est pas si mauvais que ça.
Haut de la page
guillaume allez vers le bas
Pilier du FUC
Pilier du FUC
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 1997
  Citer guillaume Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 22 Feb 2008 à 17:40
ce que tu oublies camarade c'est que les masses ici en france c'est aussi les masses de travailleurs immigrés. Et avec ce discours, c'est plutot dix pas en arrière qu'un pas en avant, vis à vis d'eux.
Ce qu'il faut assumer c'est le "choix" des masses qui est fait...
avec un tel discours, le PCF aux "affaires" aurait trés bien pu créer un ... ministère de l'indetité nationale et de l'intégration!
Haut de la page
Guests allez vers le bas
Guest Group
Guest Group
  Citer Guests Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 22 Feb 2008 à 17:46
Le PCF a toujours été puant à ce niveau et ça ne date pas de 91 ça mais déjà de l'époque Marchai (un communiste qui arrive à se faire traiter de Pétainiste pour ses vues politiques faut le faire quand même), et encore on ne parle que d'immigration sinon on pourrait en citer des belles et pas que des Huistes...
Haut de la page
Ares allez vers le bas
Camarade assidu
Camarade assidu
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 860
  Citer Ares Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 22 Feb 2008 à 19:29
les masses ici en france c'est aussi les masses de travailleurs immigrés
tu as raison sur ce point mais il n'y a rien contre cette fraction des travailleurs dans le tract au contraire il dénonce le discours lepeniste

Ce n’est pas parce que les immigrés occupent trop d’emplois qu’il y a du chômage, c’est parce que la politique du gouvernement s’aligne sur les choix patronaux de licenciements et de précarisation de l’emploi.

 

Ce n’est pas parce que les immigrés touchent trop de la Sécurité Sociale qu’elle est en déficit –ils y cotisent au même titre que les autres salariés-, c’est parce qu’il y a trop de chômage, que les salaires sont trop bas et que les revenus de la finance sont exonérés de cotisations.

 

Ce n’est pas parce que les familles immigrées occupent trop de logements H.L.M. qu’on en manque, c’est parce qu’on ne construit pas assez de logements sociaux, du fait de la politique gouvernementale et des choix de nombreuses municipalité de droite.

 

Ce n’est pas en infligeant des discriminations supplémentaires aux immigrés qu’on étendra le droit des français, c’est en élargissant pour les uns et pour les autres les droits économiques et sociaux, les libertés individuelles et collectives.

 

Nous combattons résolument le poison du racisme distillé par la droite et l’extrême droite, qui vise à dresser français et immigrés les uns contre les autres, à diviser les victimes d’une même politique.

Nous appelons à se rassembler et à agir pour une politique nouvelle, utilisant les richesses de la France non plus au profit des privilégiés de la fortune mais pour l’emploi, la formation, la santé, le logement, etc… C’est la mise en œuvre d’une telle politique qui sapera les bases du racisme et de la xénophobie et permettra à la tolérance, au respect mutuel de l’emporter.

Rien que du bon, je n'arrive pas a lire ce tract comme Guillaume ou Isaï .....étrange phénoméne qui voit des communistes avoir des lectures diamétralement opposées du même texte !....ceci dit IOsai je voudrais bien savoir QUI a traité Marchais de "pétainiste"...le libéral-libertaire allemand Cohn-Bendit? ou l'agent de la cia, BHL ?
Haut de la page
EtienneB allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant


Depuis le: 16 Feb 2008
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 7
  Citer EtienneB Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 22 Feb 2008 à 22:42
Je trouve ce tract parfois un peu trop ambigu:

"Les familles immigrées sont souvent les plus nombreuses et les plus pauvres. Elles sont donc parmi les premières à bénéficier des aides accordées aux plus démunis. C’est une part importante du budget social de la commune –déjà trop limité- qui est ainsi dépensée. L’accès à certains services ou équipements est rendu plus difficile pour d’autres, parce que trop cher."

Enfin, je trouve ca bizarre d'un tract qu'il faille s'y prendre à deux fois pour lever cette ambiguïté.
Haut de la page
Ares allez vers le bas
Camarade assidu
Camarade assidu
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 860
  Citer Ares Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 23 Feb 2008 à 10:29
oui là je suis ok avec toi EtienneB
Haut de la page
Guests allez vers le bas
Guest Group
Guest Group
  Citer Guests Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 27 Feb 2008 à 13:35
Pas plus en 1991 qu'en 1980 (et encore moins aujourd'hui) le PCF n'a été un bloc monolithique. Les matériels que l'on peut qualifier "d'ambigües" ont souvent été mis au pilon dans les Fédés et les sections. Sur la question de l'immigration le progrés a été dans le bon sens il n'y a qu'a voir aujourd'hui la détermination pour les sans-papiers, le droit de vote des résidents étrangers et un nouveau rapport nord-sud.
 

Brisons le mur Hortefeux !

Les sans-papiers se défenestrent, on expulse des jeunes filles de quatorze ans menottées, on sépare des familles, on veut leur faire passer des tests ADN qui rappellent les heures les plus sombres de notre histoire. Le ministre Hortefeux commande à ses préfets de faire du chiffre.

Des rappels sont envoyés à des maires pour faire cesser les parrainages républicains et d’autres, comme Michel Beaumale, sont poursuivis pour avoir organisé des votations citoyennes.

Régulièrement, des citoyens s’opposent aux expulsions ; certains sont ou seront prochainement traduits devant les tribunaux parce que considérés comme coupables de solidarité : c’est le cas de Florimond Guimard à Marseille et de François Auguste, conseiller régional Rhône-Alpes.

Sournoisement, au-delà du projet de loi Hortefeux, des directives se multiplient dans les services publics : ANPE, ASSEDIC, Poste… qui tentent de faire devenir des citoyens délateurs, au mépris de la démocratie.

Bravo la France, qui bafoue le droit d’asile et le devoir d’asile ! Bravo la France, prompte à donner des leçons au monde entier et qui renvoie des hommes et des femmes aux vies brisées vers la misère et la mort !

Des luttes se multiplient dans tout le pays, menées par celles et ceux qui refusent d’être assimilés à cette France-là, qui refusent d’endosser cette honte.

Face à cette situation, il nous faut construire une politique alternative qui intègre le mouvement social des migrant-e-s, contre les replis identitaires, nationalistes, pour la justice sociale, la liberté de circulation et d’installation, la reconnaissance des droits sociaux fondamentaux.

Sophie Celton http://www.pcf.fr/spip.php?rubrique211

Haut de la page
Guests allez vers le bas
Guest Group
Guest Group
  Citer Guests Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 03 Mar 2008 à 12:50

Je ne suis pas loin de la ligne "ambiguë" de ce tract de 1991… Wink

Ligne pas si ambiguë que cela tout de même. S'i les auteurs de ce matériel souhaitaient bien évidemment protéger la communauté nationale, ils prenaient en compte l'intérêt des immigrés et condamnaient sans appel le racisme.

 

Le slogan longtemps utilisé dans le Parti "Mêmes droits, mêmes devoirs." me semblait un excellent repère dans ce domaine sensible.Smile

 

En additionnant les revendications communautaires et ou individuelles, le PCF-PGE a participé au délitement de la conscience de classe et à l'effacement de la Nation.



Edité par babeuf - 03 Mar 2008 à 12:51
Haut de la page
pourquoicomment allez vers le bas
Intervenant régulier
Intervenant régulier


Depuis le: 07 Mar 2008
Status actuel: Inactif
Messages: 32
  Citer pourquoicomment Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 07 Mar 2008 à 17:32
Message posté par guillaume

Grand concert du CSP59 à Lille ce dimanche.
Sur un des stands, les anarchistes mettent une banderolles de soutien aux sans papiers en évidence: "étrangers, ne nous laissez pas tout seuls avec les français!"
Je trouve ce slogan complétement débile et même dangereux.

petit sujet théorique:
la lutte des sans papiers est-elle une lutte de classe? une lutte démocratique? antiraciste? antifasciste?
S'inscrit-elle dans une lutte "internationale", nationale, ou "dépassant"/niant la question nationale?
    
    


la lutte des sans papier est une lutte liberale : la liberté a tout homme de vivre dans le lieux qu'il choisit
les liberaux qui ne defendent pas cela sont des faux liberaux.
ai-je tord ? :D

Haut de la page
Guests allez vers le bas
Guest Group
Guest Group
  Citer Guests Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 07 Mar 2008 à 17:37
"la liberté a tout homme de vivre dans le lieux qu'il choisit"
 
En l'occurence ces personnes ne font pas vraiment un choix, elles se sentent poussées à tort ou à raison par la nécessité.
Haut de la page
guillaume allez vers le bas
Pilier du FUC
Pilier du FUC
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 1997
  Citer guillaume Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 07 Mar 2008 à 17:40
absolument pas! la lutte des sans papiers est une lutte pour que les victimes de l'impérialisme françafricain et européen puisse trouver refuge dans le pays qui s'engraisse sur leur dos. mais c'est aussi une lutte contre les colons français qui s'installent dans leur pays impunément pour leur "liberté" comme tu dis (liberté d'entreprendre bien sur).

le libéralisme est un enfantillage: "tout le monde il est libreu". La lutte politique, c'est un combat de classe, pour la liberté et les démocratie des uns, pour la dictature sur les autres.

Edité par guillaume - 07 Mar 2008 à 17:40
Haut de la page
Guests allez vers le bas
Guest Group
Guest Group
  Citer Guests Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 07 Mar 2008 à 17:46

Le Cam. guillaume, même si l’illustration qu’il utilise ne me semble pas forcément heureuse, a tout à fait raison de rappeler que le libéralisme c'est "la liberté du renard dans le poulailler libre"...

Haut de la page
pourquoicomment allez vers le bas
Intervenant régulier
Intervenant régulier


Depuis le: 07 Mar 2008
Status actuel: Inactif
Messages: 32
  Citer pourquoicomment Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 07 Mar 2008 à 18:03
Message posté par guillaume

absolument pas! la lutte des sans papiers est une lutte pour que les victimes de l'impérialisme françafricain et européen puisse trouver refuge dans le pays qui s'engraisse sur leur dos. mais c'est aussi une lutte contre les colons français qui s'installent dans leur pays impunément pour leur "liberté" comme tu dis (liberté d'entreprendre bien sur).

le libéralisme est un enfantillage: "tout le monde il est libreu". La lutte politique, c'est un combat de classe, pour la liberté et les démocratie des uns, pour la dictature sur les autres.


a te lire, j'ai l'impression que les sans papiers aurais toutes les raisons de me trancher la gorge.. peut etre c'est mieux si ils viennent pas finalement ...
Haut de la page
pourquoicomment allez vers le bas
Intervenant régulier
Intervenant régulier


Depuis le: 07 Mar 2008
Status actuel: Inactif
Messages: 32
  Citer pourquoicomment Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 07 Mar 2008 à 18:04
Message posté par babeuf

Le Cam. guillaume, même si l’illustration qu’il utilise ne me semble pas forcément heureuse, a tout à fait raison de rappeler que le libéralisme c'est "la liberté du renard dans le poulailler libre"...



mais bon, a la base, on est tous des hommes.. donc pourquoi certains deviennent les esclaves des autres ?


Haut de la page
KGB Shpion allez vers le bas
Intervenant régulier
Intervenant régulier
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: Suisse
Status actuel: Inactif
Messages: 1423
  Citer KGB Shpion Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 07 Mar 2008 à 18:36
Message posté par pourquoicomment


mais bon, a la base, on est tous des hommes.. donc pourquoi certains deviennent les esclaves des autres ?


Une histoire de production et propriété, peut-être...

Edité par KGB Shpion - 07 Mar 2008 à 18:36
Haut de la page
Enilast allez vers le bas
Camarade assidu
Camarade assidu
Avatar

Depuis le: 19 Nov 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 939
  Citer Enilast Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 07 Mar 2008 à 19:31
Message posté par pourquoicomment


mais bon, a la base, on est tous des hommes.. donc pourquoi certains deviennent les esclaves des autres ?

Parce que certains pensent que c'est une liberté d'exploiter les hommes car ils n'ont aucun intérêts a les voir libre...


Edité par Enilast - 07 Mar 2008 à 19:32
Haut de la page
pourquoicomment allez vers le bas
Intervenant régulier
Intervenant régulier


Depuis le: 07 Mar 2008
Status actuel: Inactif
Messages: 32
  Citer pourquoicomment Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 10 Mar 2008 à 09:09
Message posté par KGB Shpion

Message posté par pourquoicomment


mais bon, a la base, on est tous des hommes.. donc pourquoi certains deviennent les esclaves des autres ?


Une histoire de production et propriété, peut-être...


ca veux dire que fondamentalement, le communisme est l'appropriation par tout de la meilleures productivité de certains.
la propriete n'etant que la resultante de la productivité
Haut de la page
 Répondre Répondre Page  <12345 15>

Aller au Forum Permissions du forum allez vers le bas

Powered by Flex Design® version v8m6r15
Copyright © 2001-2011 Flex Design

Cette page a été affichée en 0,184 secondes.