Forum Unité Communiste Page d'accueil
  Sujets actifs Sujets actifs
  FAQ FAQ  Rechercher dans le Forum   Calendrier   Inscription Inscription  Connexion Connexion
Accueil Forum Accueil Forum > Culture générale > Philosophie

Nietzsche, philosophe réactionnaire? - Date évènementielle: 12 May 2010

 Répondre Répondre Page  <12
Auteur
Message
  Sujet Recherche Sujet Recherche  Options des sujets Options des sujets
Leopardi allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant


Depuis le: 23 Jan 2013
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 7
  Citer Leopardi Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 23 Jan 2013 à 20:10
Message posté par Johann

Bien sûr, l'idéologie de Nietzsche est totalement réactionnaire. Contrairement à la propagande d'Onfray, il est bien un précurseur de l'hitlérisme. Onfray ment continuellement sur l'idéologie de Nietzsche. Il masque tout ce qui pourrait aller contre sa propagande, et cela en fait des kilomètres de lecture purement et simplement... oubliés. Nietzsche n'est ni de gauche, ni de droite (ici Onfray a raison, mais il dissimule soigneusement la suite), mais d'extrême droite, militariste et impérialiste, anti-démocratique, anti-égalitaire et esclavagiste, anti-humanitaire et anti-humaniste, colonialiste et anti-révolutionnaire, anit-hédoniste et anti-eudémoniste, eugéniste et totalement misogyne, bref un salopard. Ou plutôt un malade mental, l'un n'empêchant pas l'autre. Les vénérateurs de Nietzsche font croire qu'il a sombré dans la folie en janvier 1889 pour mieux escamoter le fait qu'il était dérangé du cerveau depuis son adolescence: maniaco-dépressif, mais le diagnostic est incomplet: trouble obsessionnel compulsif, mégalomanie. A partir de 1889, il n'est plus psychotique, car son cerveau est en partie détruit. Les vénérateurs construisent patiemment une légende. Ils veulent veut faire croire qu'il a eu la syphilis (cause externe, l'honneur est sauf, l'idéologie aussi par conséquent!), lui qui entrant dans un bordel par accident à Cologne, n'a trouvé qu'un piano pour cacher son embarras et fuir la place dans les plus brefs délais. Mensonges donc à tous les étages sur la vie de Nietzsche, qu'il s'agit d'embellir alors que le personnage n'a cessé de mentir, de délirer et de se conduire en parfait hypocrite. Lui qui éructe, vocifère contre la pitié, dans ses lettres et ses textes il ne cesse de se plaindre de ses "souffrances" sans doute réelles, mais manifestement fortement exagérées, et bien utiles pour se soustraire constamment à ses obligations. Souffrances qu'il s'inflige à lui-même par superstition. Aussi une idéologie sous influence: il change d'avis comme d'amis ou comme de livres après lecture. Quand il est avec Wagner, il est antisémite et disciple de Schopenhauer, quand il est avec Rée, il est pour les Lumières, et quand il est seul, il revient à ses premières amours totalement réactionnaires et exige l'esclavage pour le bétail humain, l'esclavage qui est l'essence de la civilisation. Et l'oisiveté pour les "génies" dans son genre. Message reçu 5 sur 5 par un certain Hitler, qui contrairement à un prétendu philosophe, lisait Nietzsche dans le texte et pas dans des traductions gommant parfois la violence des propos. Les héros de Nietzsche: Alcibiade, Alexandre le Grand, Jules César, Mahomet, César Borgia, Napoléon. Les deux derniers des modèles du surhomme. Sources:Le syndrome de NietzscheNietzsche, il rebelle aristocraticoLa destruction de la raisonRegards sur NietzscheA propos d'Onfray encore deux remarques.- dans les conférences diffusées cet été sur France Culture, Onfray a dit à deux reprises que Marx n'aimait pas la Commune (la seconde fois même qu'il la détestait). Amusant comme mensonge, non? Qui en dit plus sur Onfray que sur Marx. D'autant plus amusant que notre amuseur médiatique en bon disciple de Nietzsche (en passant: encore un mensonge éhonté quand il nous fait croire que Nietzsche ne voulait pas de disciples...) nous cache que son mentor avait la Commune en abomination, de même que la Révolution française, comme Charlotte Corday. l'héroïne d'0nfray;- Onfray parle de microfascisme à propos de ceux qui ne mettent pas en pratique leurs idées d'égalité dans la vie de tous les jours, notamment pour la gestion du ménage. Quand on regarde la manière dont se comporte Onfray avec Miller...


Nietzsche était a-politique, si la chose semble vous avoir échappé jusqu'à ce jour, il ne fait aucun doute qu'elle détruit toute la première partie de votre critique - aussi rondement menée qu'elle soit, il faut le reconnaître.
La littérature sur laquelle se fonde l'argutie habituelle quant à d'éventuelles visées nazies du moustachu, bien qu'elle porte malheureusement son nom, n'est pas de lui. En effet, lorsqu'il a perdu l'esprit, sa sœur et son mari, nazis de troisième zone, ont "réuni" ses notes, avec lesquelles ils ont pris toutes les libertés qu'on sait, pour offrir ensuite ce pot-pourri au Reich millénaire.
S'il convient d'ôter ses verres politisants face à un auteur, c'est bien lorsqu'il il s'agit de Nietzsche.
Le silence éternel de ces espaces infinis m'effraie.
Haut de la page
Rogue allez vers le bas
Intervenant régulier
Intervenant régulier
Avatar

Depuis le: 19 Jan 2011
Pays: Belgique
Status actuel: Inactif
Messages: 290
  Citer Rogue Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 23 Jan 2013 à 21:11
Message posté par Leopardi

Nietzsche était a-politique

Et alors ?

On a pas besoin de prendre part à la politique pour prôner une idéologie (qu'elle soit réactionnaire ou progressiste).

Ca n'a rien à voir.


Edité par Rogue - 23 Jan 2013 à 21:23
"La citatiomanie est notre plus grande ennemie" - Lénine :-)
Haut de la page
Leopardi allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant


Depuis le: 23 Jan 2013
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 7
  Citer Leopardi Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 23 Jan 2013 à 22:04
Message posté par Rogue




Message posté par Leopardi

Nietzsche était a-politique
Et alors ?On a pas besoin de prendre part à la politique pour prôner une idéologie (qu'elle soit réactionnaire ou progressiste).Ca n'a rien à voir.




Nietzsche est à la recherche de la vie bonne (philosophie) quitte à ce qu'il faille pour l'atteindre aller à contre-courant ou ailleurs. Il se situe par delà bien et mal et ses idées ne seront pas comprises de ceux qui n'auront pas fait ce chemin auquel il nous convie tous. S'il faut loger une balle dans le crâne de ce sinistre bouffon en définitive, qu'on se donne les moyens de le trouver auparavant, et ce sera sur ses terres.
Quelle idéologie prône ce vieux fou là ? En quoi est-elle réactionnaire ?
Le silence éternel de ces espaces infinis m'effraie.
Haut de la page
Mithr4ndir allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant


Depuis le: 07 Mar 2013
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 7
  Citer Mithr4ndir Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 07 Mar 2013 à 22:32
Nietzsche ne saurait être réactionnaire ou progressiste pour la seule et bonne raison qu'il est apolitique. C'est une chose qu'il a eu plusieurs fois fait remarquer et qui faisait notamment des reprises par les nazis une erreur incroyable, en plus de la déformation de ses propos. S'il ne disait jamais de quel cote il était, il disait de quel cite il n'était pas, et en réalité, il n'avait aucun parti pris politique. Sa philosophie est individualiste oui, mais seulement en vue d'un idéal de l'homme. Il estun philosophe de la destruction, droite cette raison est apolitique. Nietzsche n'était pas non plus partisan de quelque idéologie que ce soit. Ces oeuvres ne témoignent sue d'une destruction, ce qu'il envisage de construire apres cela, c'est uniquement un idéal pour l'homme, a savoir le surhomme.


Edité par Mithr4ndir - 07 Mar 2013 à 22:35
Haut de la page
Johann allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant
Avatar

Depuis le: 01 Sep 2012
Pays: Suisse
Status actuel: Inactif
Messages: 11
  Citer Johann Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 08 Mar 2013 à 18:52
@ Leopardi.

Penser que Nietzsche apolitique est ridicule. Aurait-on oublié qu'il propose une "Grande Politique"? Et c'est bien connu, être en faveur de l'esclavage, considérer qu'il y a différents types d'hommes dont certains (les "surhommes") sont fait pour dominer et créer alors qu'une immense masse d'hommes (les soushommes?, le bétail, le troupeau) est destinée à être exploitée par les premiers, bien sûr, c'est philosophique et nullement politique, n'est-ce pas? "Aucun parti pris politique" : c'est que vous n'avez pas lu Nietzsche. Et pour une analyse compète de son oeuvre totalement politique, vous feriez bien de vous instruire en lisant de Domenico Losurdo, "Il Rebelle Aristocratico". Conclusion : le plus grand penseur réactionnaire de l'histoire.


Il faut vivre commme on pense, sinon on finit par penser comme on a vécu.
Haut de la page
Johann allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant
Avatar

Depuis le: 01 Sep 2012
Pays: Suisse
Status actuel: Inactif
Messages: 11
  Citer Johann Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 08 Mar 2013 à 18:56
Message posté par Mithr4ndir

Nietzsche ne saurait être réactionnaire ou progressiste pour la seule et bonne raison qu'il est apolitique. C'est une chose qu'il a eu plusieurs fois fait remarquer et qui faisait notamment des reprises par les nazis une erreur incroyable, en plus de la déformation de ses propos. S'il ne disait jamais de quel cote il était, il disait de quel cite il n'était pas, et en réalité, il n'avait aucun parti pris politique. Sa philosophie est individualiste oui, mais seulement en vue d'un idéal de l'homme. Il estun philosophe de la destruction, droite cette raison est apolitique. Nietzsche n'était pas non plus partisan de quelque idéologie que ce soit. Ces oeuvres ne témoignent sue d'une destruction, ce qu'il envisage de construire apres cela, c'est uniquement un idéal pour l'homme, a savoir le surhomme.
Et encore et encore la fable de l'apolitisme de Nietzsche. Voir mon commentaire précédent. Aucune déformation de ses propos, mais la mise en application par Hitler de ce qu'il a lu dans Nietzsche et notamment la "Grande Politique". Et contrairement à la plupart des nietzschéolâtres Hitler a lu Nietzsche dans le texte.
Il faut vivre commme on pense, sinon on finit par penser comme on a vécu.
Haut de la page
Johann allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant
Avatar

Depuis le: 01 Sep 2012
Pays: Suisse
Status actuel: Inactif
Messages: 11
  Citer Johann Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 08 Mar 2013 à 19:04
Message posté par Leopardi

La littérature sur laquelle se fonde l'argutie habituelle quant à d'éventuelles visées nazies du moustachu, bien qu'elle porte malheureusement son nom, n'est pas de lui. En effet, lorsqu'il a perdu l'esprit, sa sœur et son mari, nazis de troisième zone, ont "réuni" ses notes, avec lesquelles ils ont pris toutes les libertés qu'on sait, pour offrir ensuite ce pot-pourri au Reich millénaire.
Oui, c'est l'argument favori des Onfray et autres vénérateurs du réactionnaire Nietzsche. D'abord le mari d'Elisabeth était mort quand elle a réuni ses "notes" et les a publiés en s'appuyant sur les plans de l'ouvrage de la main même de Nietzsche. Et toutes ces centaines "notes" ont bien été écrites par Nietzsche. Vous pouvez les prendre dans l'ordre de la "Volonté de Puissance", ou dans l'ordre chronologique publiées en tant que Fragments Posthumes, elles continuent à dire la même chose, et elles continuent à dire la même chose que ce qu'il a écrit dans ses autres ouvrages : esclavage, création d'un empire européen, domination de l'Europe sur le reste du monde, racisme, colonialisme. Et quand la soeur a publié la première version des aphorismes posthumes, elle ne pouvait être nazie. C'est un anachronisme. Nietzsche n'ont plus n'a pas été nazi, il en a été le précurseur. Pour ceux qui savent ou ont la volonté de lire Nietzsche.
Il faut vivre commme on pense, sinon on finit par penser comme on a vécu.
Haut de la page
Mithr4ndir allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant


Depuis le: 07 Mar 2013
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 7
  Citer Mithr4ndir Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 08 Mar 2013 à 20:24
Tu en parleras à un normalien docteur en philosophie... La fable n'en est pas une.

Johann, non, Nietzsche n'estpas nonplus un precurseur du nazisme, c''est tout a fait erroné... Hitler s' est juste servi de ses ecrits en les manipulant. Justement, ilfaut savoir lire correctement Nietzsche, en revanche, ce n'est certainement celle que tu en donnes. Ou alors, il faudrait un certain talent pour montrer que le philosophe ultra-individualiste, est à la base d'un regime totalitaire.
Il condamne lui-même la "morale de troupeau", condamnant le monothéisme, la democratie, le socialisme, il interdit lui-même qu'on asservisse sa volonté, ce qu'Hitler a fait, etant attache a la volonté. Bataille en 1936 dènonce déjà les falsifications conduites jusque-là, de même que Jaspers.
Dans le Gai savoir évoque d'ailleurs les juifs à la première personne, sans hostilité : "Nous, sans patrie".
Le 26 décembre, il ecrit a l'egard ded l'extreme droite en general : "ma répulsion envers ce parti", ou encore : "brouillards antisémites".
Il est d'ailleurs en ce sens marginal, en tant qu'il fait partie des rares qui n'est pas antisemite dans u e Europe rongée par cette maladie.
Edit: sa dispute avec Wagner pour son antisémitisme trop affirmé nuit egalement a l'affirmation erronée d'un Nietzscheprecurseur du nazisme.

Edité par Mithr4ndir - 08 Mar 2013 à 20:31
Haut de la page
Johann allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant
Avatar

Depuis le: 01 Sep 2012
Pays: Suisse
Status actuel: Inactif
Messages: 11
  Citer Johann Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 09 Mar 2013 à 13:34
Normalien? Qu'est-ce que c'est? Du style Deleuze, Wotling ou Onfray? Et philosophe, qu'est-ce que c'est? Du style Lévy, Glucksman ou Finkelkraut tous marxistes bien connus?

Hitler n'a pas manipulé les texte de Nietzsche, il les a juste parfaitement compris en allemand. Et je sais lire correctement Nietzsche. Je parie que vous n'avez même pas lu l'Etat chez les Grecs. Et Domenico Losurdo un marxiste et Lukas un marxiste ont parfaitement lu dans le texte Nietzsche et l'ont compris. Il n'y a qu'en France où l'on veut gracier Nietzsche de son idéologie politique complètement réactionnaire.
Nietzsche interdit qu'on limite la volonté de puissance. Message reçu 5/5 par Hitler. Les falsificateurs ce sont jsutement les Bataille, Jaspers et autres nietzschéolâtres. La liste est longue surtout en France.
Et Nietzsche dans sa correspondance n'arrête pas de se plaindre qu'il n'a pas de disciples. Vous devriez aussi lire - ce qu'apparemment vous n'avez pas fait - ce qu'il écrit sur l'hypocrisie.
Pas antisémite - quoique - mais raciste, complètement raciste envers tout ce qui n'est pas européen. Vous avez dit "aryen", oui vous avez raison.
Sa dispute avec Wagner relève plus de causes personnelles et politiques. Voilà pour "apolitique" entre parenthèses. Wagner avait compris que Nietzsche était un menteur et un homosexuel (ce qui à l'époque ne pouvait être accepté par Nietzsche).
Il faut vivre commme on pense, sinon on finit par penser comme on a vécu.
Haut de la page
Mithr4ndir allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant


Depuis le: 07 Mar 2013
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 7
  Citer Mithr4ndir Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 09 Mar 2013 à 17:40
Prétendre savoir "lire correctement Nietzsche" est d'une prétention...
Argumentez alors je vous prie. La Volonté de puissance a été démontré à de nombreuses reprises comme étant un faux grâce à la philologie.
Démontrez-moi en quoi ces Bataille, Jaspers, et autrse nietzschéolâtres sont des falsificateurs. Faut-il nécessairement être marxiste pour pouvoir prétendre avoir compris Nietzsche ?
Raciste, soit. Mais qui ne l'était pas alors ? Nietzsche fait bel et bien parti des rares à penser l'antisémitisme comme une aberration profonde. Il est également hostile à l'égard du nationalisme allemand. Partisan d'une société inégalitaire, il demeure contre tout régime participant de l'abrutissement. Elitiste, il est impossible de l'assimiler au régime nazi en tant que ce dernier n'était pas élitiste, mais seulement totalitaire, faire adhérer le peuple aux idéaux nazis est le seul but du parti en question.
En définitive, Nietzsche ne prône aucun des régimes existant, que ce fut le libéralisme, la démocratie, le socialisme, ou encore les thèses du parti antisémite allemand, et du nationalisme allemand. Nietzsche ne supporte pas un régime un tant soit peu égalitariste, et le parti nazi a prôné cette partie sociale... Les conclusions à en tirer ne sont pas bien compliquées.

Haut de la page
Johann allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant
Avatar

Depuis le: 01 Sep 2012
Pays: Suisse
Status actuel: Inactif
Messages: 11
  Citer Johann Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 09 Mar 2013 à 18:00
Bien, commencez par digérer ce texte de votre Nietzsche soi-disant apolitique, soi-disant affirmant l'individu. Allez comme je suis gentil, je vous mets en évidence les passages les plus intéressants, le reste étant beaucoup de littérature :

"Demgemäß müssen wir uns dazu verstehen, als grausam klingende Wahrheit hinzustellen, daß zum Wesen einer Kultur das Sklaventhum gehöre: eine Wahrheit freilich, die über den absoluten Werth des Daseins keinen Zweifel übrig läßt. Sie ist der Geier, der dem prometheischen Förderer der Kultur an der Leber nagt. Das Elend der mühsam lebenden Menschen muß noch gesteigert werden, um einer geringen Anzahl olympischer Menschen die Produktion der Kunstwelt zu ermöglichen. Hier liegt der Quell jenes Ingrimms, den die Kommunisten und Socialisten und auch ihre blasseren Abkömmlinge, die weiße Race der „Liberalen“ jeder Zeit gegen die Künste, aber auch gegen das klassische Alterthum genährt haben. Wenn wirklich die Kultur im Belieben eines Volkes stünde, wenn hier nicht unentrinnbare Mächte walteten, die dem Einzelnen Gesetz und Schranke sind, so wäre die Verachtung der Kultur, die Verherrlichung der Armuth des Geistes, die bilderstürmerische Vernichtung der Kunstansprüche mehr als eine Auflehnung der unterdrückten Masse gegen drohnenartige Einzelne: es wäre der Schrei des Mitleidens, der die Mauern der Kultur umrisse; der Trieb nach Gerechtigkeit, nach Gleichmaaß des Leidens würde alle anderen Vorstellungen überfluthen. Wirklich hat ein überschwänglicher Grad des Mitleidens auf kurze Zeit hier und da einmal alle Dämme des Kulturlebens zerbrochen; ein Regenbogen der mitleidigen Liebe und des Friedens erschien mit dem ersten Aufglänzen des Christenthums, und unter ihm wurde seine schönste Frucht, das Johannesevangelium geboren. Es giebt aber auch Beispiele, daß mächtige Religionen auf lange Perioden hinaus einen bestimmten Kulturgrad versteinern und alles, was noch kräftig weiter wuchern will, mit unerblittlicher Sichel abschneiden. Eins nämlich ist nicht zu vergessen: dieselbe Grausamkeit, die wir im Wesen jeder Kultur fanden, liegt auch im Wesen jeder mächtigen Religion und überhaupt in der Natur der Macht, die immer böse ist; so daß wir ebenso gut es verstehen werden, wenn eine Kultur mit dem Schrei nach Freiheit oder mindestens Gerechtigkeit ein allzuhochgethürmtes Bollwerk religiöser Ansprüche zerbricht. Was in dieser entsetzlichen Constellation der Dinge leben will das heißt leben muß, ist im Grunde seines Wesens Abbild des Urschmerzes und Urwiderspruches, muß also in unsrer Augen „welt- und erdgemäß Organ“ fallen als unersättliche Gier zum Dasein und ewiges Sichwidersprechen in der Form der Zeit, also als Werden. Jeder Augenblick frißt den vorhergehenden, jede Geburt ist der Tod unzähliger Wesen, Zeugen Leben und Morden ist eins. Deshalb dürfen wir auch die herrliche Kultur mit einem bluttriefenden Sieger vergleichen, der bei seinem Triumphzuge die an seinen Wagen gefesselten Besiegten als Sklaven mitschleppt: als welchen eine wohlthätige Macht die Augen verblendet hat, so daß sie, von den Rädern des Wagens fast zermalmt, doch noch rufen „Würde der Arbeit!“ „Würde des Menschen!“ Die üppige Kleopatra Kultur wirft immer wieder die unschätzbarsten Perlen in ihren goldenen Becher: diese Perlen sind die Thränen des Mitleidens mit dem Sklaven und mit dem Sklavenelende. Aus der Verzärtelung des neueren Menschen sind die ungeheuren socialen Nothstände der Gegenwart geboren, nicht aus dem wahren und tiefen Erbarmen mit jenem Elende; und wenn es wahr sein sollte, daß die Griechen an ihrem Sklaventhum zu Grunde gegangen sind, so ist das Andere viel gewisser, daß wir an dem Mangel des Sklaventhums zu Grunde gehen werden: als welches weder dem ursprünglichen Christenthum, noch dem Germanenthum irgendwie anstößig, geschweige denn verwerflich zu sein dünkte. Wie erhebend wirkt auf uns die Betrachtung des mittelalterlichen Hörigen, mit dem innerlich kräftigen und zarten Rechts- und Sittenverhältnisse zu dem höher Geordneten, mit der tiefsinnigen Umfriedung seines engen Daseins — wie erhebend — und wie vorwurfsvoll!"

Tout un programme. Qu'Hitler a fait sien et qu'il a commencé à mettre en application. De même que celui-ci :

"Die Schwachen und Missrathnen sollen zu Grunde gehn: erster Satz unsrer Menschenliebe. Und man soll ihnen noch dazu helfen."

Oui, Hitler a bien aidé. Merci Nietzsche.

Je reviendrai ultérieurement sur la personnalité de Nietzsche. C'est fascinant et encore davantage quand on observe combien de "docteurs" non décidément pas compris grand chose. Car l'homme est à l'image de son idéologie : nauséabonde. On essayera bien de trouver des explications, si ce ne sont des excuses.

Prendre la défense, faire l'éloge d'un personnage viscéralement anticommuniste sur un forum communiste, il fallait le faire et c'est fait. Je vous félicite et je félicite ceux qui nous accueillent de nous permettre d'avoir ces échanges. Merci.
Il faut vivre commme on pense, sinon on finit par penser comme on a vécu.
Haut de la page
Mithr4ndir allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant


Depuis le: 07 Mar 2013
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 7
  Citer Mithr4ndir Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 09 Mar 2013 à 18:26
Entre éloge et défense, il y a une certaine marge.
Je ne reviendrai pas sur le texte. S'il y a un problème, c'est bel et bien dans l'interprétation. Nietzsche est philosophe et poète, prendre au pied de la lettre ses dires, c'est sombrer dans l'erreur. Nietzsche était adepte du darwinisme social, soit. Mais ce n'est pas une particularité de Nietzsche en Europe car une très grande majorité des allemands était pour le darwinisme social, chez les intellectuels.
Il semble qu'il y ait communisme et communisme. Si le communisme doit se limiter au marxisme-léninisme alors non, je ne suis pas communiste. Cela n'a cependant jamais été mentionné dans quelle définition du communisme que ce soit, alors je considère qu'effectivement, un communiste n'est pas nécessairement marxiste-léniniste.
Haut de la page
Johann allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant
Avatar

Depuis le: 01 Sep 2012
Pays: Suisse
Status actuel: Inactif
Messages: 11
  Citer Johann Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 09 Mar 2013 à 18:48
Message posté par Mithr4ndir

Prétendre savoir "lire correctement Nietzsche" est d'une prétention...
Pas davantage que les autres Bataille, Deleuze, Onfray et la clique dont la plupart ne comprennent même pas l'allemand. Et c'est d'une plus grande prétention encore que d'affirmer des choses sans l'avoir lu, en plagiant nos illustres nietzschéolâtres.

Message posté par Mithr4ndir

Argumentez alors je vous prie.
Voir mon précédent commentaire ci-dessus.

Message posté par Mithr4ndir

La Volonté de puissance a été démontré à de nombreuses reprises comme étant un faux grâce à la philologie.
Faux. Domenico Losurdo a démontré texte et exemples à l'appui qu'au contraire elle a édulcoré plus d'un texte de son frère. Mais peut-être ne lisez vous pas l'italien? Qu'elle a contribué au mythe.

Message posté par Mithr4ndir

Démontrez-moi en quoi ces Bataille, Jaspers, et autrse nietzschéolâtres sont des falsificateurs.
Lisez Nietzsche, tout Nietzsche et vous comprendrez si vous n'avez pas de parti pris. Deleuze sur l'éternel retour est un falsificateur. Onfray falsifie à chacune des ses conférences sur Nietzsche sur la volonté de puissance.

Message posté par Mithr4ndir

Faut-il nécessairement être marxiste pour pouvoir prétendre avoir compris Nietzsche ?
Non, puisque je ne le suis pas.

Message posté par Mithr4ndir

Raciste, soit. Mais qui ne l'était pas alors ?
Peut-être ceux qui voulaient abolir le servage, l'esclavage? Ca en fait du monde.

Message posté par Mithr4ndir

Nietzsche fait bel et bien parti des rares à penser l'antisémitisme comme une aberration profonde.
Pas tout le temps et par opportunisme. Car son antijudaïsme était carabiné. Selon lui ils ont été responsables du christianisme. Voyez aussi ce qu'il a écrit sur les juifs polonais...

Message posté par Mithr4ndir

Il est également hostile à l'égard du nationalisme allemand.
La bonne blague! Par pur ressentiment. Il n'était pas lu en Allemagne. Il était méprisé. Vous savez bien ce que Nietzsche a écrit sur le mépris?!

En fait, il appelait de ses voeux un impérialisme allemand. Merci qui? Merci Hitler. Qui a reçu le message 5 sur 5. Qui était l'idole de Nietzsche, son modèle? Le boucher de l'Europe. Allez je ne résiste pas plus longtemps (et comme je suis toujours très [trop?] gentil, je continue à souligner)  :

"Unser Glaube an eine Vermännlichung Europa’s. — Napoleon verdankt man’s (und ganz und gar nicht der französischen Revolution, welche auf „Brüderlichkeit“ von Volk zu Volk und allgemeinen blumichten Herzens-Austausch ausgewesen ist), dass sich jetzt ein paar kriegerische Jahrhunderte auf einander folgen dürfen, die in der Geschichte nicht ihres Gleichen haben, kurz dass wir in’s klassische Zeitalter des Kriegs getreten sind, des gelehrten und zugleich volksthümlichen Kriegs im grössten Maassstabe (der Mittel, der Begabungen, der Disciplin), auf den alle kommenden Jahrtausende als auf ein Stück Vollkommenheit mit Neid und Ehrfurcht zurückblicken werden: — denn die nationale Bewegung, aus der diese Kriegs-Glorie herauswächst, ist nur der Gegen-choc gegen Napoleon und wäre ohne Napoleon nicht vorhanden. Ihm also wird man einmal es zurechnen dürfen, dass der Mann in Europa wieder Herr über den Kaufmann und Philister geworden ist; vielleicht sogar über „das Weib“, das durch das Christenthum und den schwärmerischen Geist des achtzehnten Jahrhunderts, noch mehr durch die „modernen Ideen“, verhätschelt worden ist. Napoleon, der in den modernen Ideen und geradewegs in der Civilisation Etwas wie eine persönliche Feindin sah, hat mit dieser Feindschaft sich als einer der grössten Fortsetzer der Renaissance bewährt: er hat ein ganzes Stück antiken Wesens, das entscheidende vielleicht, das Stück Granit, wieder heraufgebracht. Und wer weiss, ob nicht dies Stück antiken Wesens auch endlich wieder über die nationale Bewegung Herr werden wird und sich im bejahenden Sinne zum Erben und Fortsetzer Napoleon’s machen muss: — der das Eine Europa wollte, wie man weiss, und dies als Herrin der Erde."

Passage évidemment parfois fort mal traduit..., mais néanmoins très clair.

Message posté par Mithr4ndir

Partisan d'une société inégalitaire,
Ce n'est pas vous qui affirmiez que Nietzsche était "apolitique"? Merci de ce revirement salutaire.


Message posté par Mithr4ndir

il demeure contre tout régime participant de l'abrutissement.
Faux. Il ne s'adresse qu'à un petit nombre. Et de mémoire : "il ne faut pas éduquer les masses si l'on ne veut pas en faire des maîtres". Arrêtez de dire n'importe quoi et lisez Nietzsche et non ce que d'autres disent de Nietzsche.

Message posté par Mithr4ndir

Elitiste, il est impossible de l'assimiler au régime nazi en tant que ce dernier n'était pas élitiste, mais seulement totalitaire, faire adhérer le peuple aux idéaux nazis est le seul but du parti en question.
Hitler voulait réduite les autres "races" en esclavage ou les exterminer. Si une race de seigneurs jouissant du travail des esclaves et se reposant sur eux pour vaquer à ses loisirs ne participe pas de l'élite, alors encore une fois vous n'avez pas lu Nietzsche. Bien sûr le programme de Hitler n'a pas pu être mis en place dans sa totalité, et pour cause, mais il a essayé. Vous avez entendu parler des camps de travail sous le 3me Reich, non?

Message posté par Mithr4ndir

En définitive, Nietzsche ne prône aucun des régimes existant, que ce fut le libéralisme, la démocratie, le socialisme, ou encore les thèses du parti antisémite allemand, et du nationalisme allemand. Nietzsche ne supporte pas un régime un tant soit peu égalitariste, et le parti nazi a prôné cette partie sociale... Les conclusions à en tirer ne sont pas bien compliquées.
Effectivement, les conclusions sont toujours simples quand les prémisses ont été simplifiées au-delà de tout. Nietzsche prône un régime aristocratique avec une race de nobles ou d'"homme supérieurs" s'adonnat à l'art et autres loisirs et vivant du travail d'un troupeau d'esclaves qui doit être abruti pour demeurer content de son sort et surtout, surtout ne pas se révolter (saloperies d'idéologies égalitaristes, démocratiques), ce qui est pour Nietzsche l'abomination absolue. Oui, les aryens selon Hitler auraient été les nobles face au bétail du reste de l'humanité. Ca n'a pas marché, mais nous vivons la version soft de ce même programme. Mais c'est une autre histoire.
Il faut vivre commme on pense, sinon on finit par penser comme on a vécu.
Haut de la page
Johann allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant
Avatar

Depuis le: 01 Sep 2012
Pays: Suisse
Status actuel: Inactif
Messages: 11
  Citer Johann Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 09 Mar 2013 à 19:01
Message posté par Mithr4ndir

Entre éloge et défense, il y a une certaine marge.
Je ne reviendrai pas sur le texte. S'il y a un problème, c'est bel et bien dans l'interprétation. Nietzsche est philosophe et poète, prendre au pied de la lettre ses dires, c'est sombrer dans l'erreur. Nietzsche était adepte du darwinisme social, soit. Mais ce n'est pas une particularité de Nietzsche en Europe car une très grande majorité des allemands était pour le darwinisme social, chez les intellectuels.
Il semble qu'il y ait communisme et communisme. Si le communisme doit se limiter au marxisme-léninisme alors non, je ne suis pas communiste. Cela n'a cependant jamais été mentionné dans quelle définition du communisme que ce soit, alors je considère qu'effectivement, un communiste n'est pas nécessairement marxiste-léniniste.
Le texte est parfaitement clair. Il n'y a pas d'interprétation possible. La belle fable de l'"interprétation"! Il fallait le sortir cet argument bidon. Et c'est bien pourquoi aucun des nietzschéolâtres ne cite ce texte. Entre autres. Mais peut-être n'y avez-vous rien compris? Comme les autres quoi...

Nietzsche n'était pas un philosophe, c'était un philologue est fort mauvais d'ailleurs, car il n'aimait pas sa discipline. Et ça se voit. Un véritable philologue aurait fait autre chose que d'insulter le christianisme. (S'il faut le préciser, je ne suis pas chrétien non plus.) Un poète. Laissez-moi rire. Qui lit encore les "poésies" de Nietzsche, si elles ont jamais été lues.

Darwinisme social?! Nietzsche était farouchement, hystériquement anti-Darwin. Merci de confirmer ainsi une deernière fois que vous n'avez pas lu Nietzsche.

La base de l'idéologie communiste, ce qui la fonde, est le Manifeste. Encore un ouvrage que vous n'avez pas lu, je suppose. Le léninisme est un anti-marxisme. Le pensée de Marx est démocratique et n'est pas dogmatique. Encore faut-il savoir penser. La dictature du prolétariat n'est en aucun cas la dictature au nom de prolétariat. Mais il serait intéressant de montrer quelles sont les passerelles entre le nitzschéisme et le stalinisme.
Il faut vivre commme on pense, sinon on finit par penser comme on a vécu.
Haut de la page
Johann allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant
Avatar

Depuis le: 01 Sep 2012
Pays: Suisse
Status actuel: Inactif
Messages: 11
  Citer Johann Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 09 Mar 2013 à 19:24
Message posté par Leopardi

Nietzsche est à la recherche de la vie bonne (philosophie) quitte à ce qu'il faille pour l'atteindre aller à contre-courant ou ailleurs. Il se situe par delà bien et mal et ses idées ne seront pas comprises de ceux qui n'auront pas fait ce chemin auquel il nous convie tous. S'il faut loger une balle dans le crâne de ce sinistre bouffon en définitive, qu'on se donne les moyens de le trouver auparavant, et ce sera sur ses terres.
Quelle idéologie prône ce vieux fou là ? En quoi est-elle réactionnaire ?


Nietzsche est à la recherche de l'immortalité. Il a viré sa cuti face au christianisme familial (il était croyant au départ, rien de plus terrible que ceux qui ont perdu la foi) et il est orphelin. Le dieu est mort, vive le dieu nouveau. La quête de l'immortalité est vieille comme le monde. Sauf que Gilgamesh a donné la réponse dès l'antiquité et qu'il n'y a rien de nouveau sous le soleil depuis lors, même pas Nietzsche. Que des fables pour les faibles et les ratés comme dirait Nietzsche. Sauf que lui en est aussi un (et un parasite qui plus est - soit dit en passant) et qu'il n'a de cesse de retrouver cette immortalité illusoire et perdue. Ce sera l'éternel retour. Son propre arrière-monde, sa propre consolation face à son angoisse gigantesque et jamais maitrisée de la mort.

Pour résumer, malade mental, trouble bipolaire (de type 2 dit J.Rougé), mégalomane, graphomane, trouble obsessionnel compulsif, touble de l'anxiété. Appelez le psychiatre!

Tout cela explique que Nietzsche a toujours été à la recherche d'un guide, successivement certains auteurs grecs comme Héraclite, Emerson, Schopenhauer, Wagner, Rée (à qui il doit notamment ses pages sur la morale), Lou, puis à nouveau Emerson et les nombreuses lectures qu'il fera durant ses dernières années, notamment Stendhal, Dostoïevsky et la découverte des lois de Manou, le paradis sur terre avec son système des castes. Et finalement il n'a pas pu assumer son dernier écrit sur l'antichrist, trop terrorisé, il a craqué définitivement.
Il faut vivre commme on pense, sinon on finit par penser comme on a vécu.
Haut de la page
Johann allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant
Avatar

Depuis le: 01 Sep 2012
Pays: Suisse
Status actuel: Inactif
Messages: 11
  Citer Johann Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 10 Mar 2013 à 23:14
Message posté par Mistra

1. le livre de Domenico Losurdo a un avantage et un inconvénient : l'avantage d'apporter un éclairage historique sur Nietzsche, le désavantage de ne pas faire attention à ses concepts.
Faux. Ou alors nous ne parlons pas du même livre. Nietzsche Il Rebelle Aristocratico couvre toute l'oeuvre de Nietzsche. (pas traduit en français...¨)

Message posté par Mistra

ce livre est d'ailleurs essentiellement centré sur la période du 1er Nietzsche, celle de la Naissance de la tragédie. on ne peut pas considérer que les analyses de Losurdo sont valides pour la partie suivante de l'oeuvre nietzschéenne.
Faux. Voir ci-dessus.

Message posté par Mistra

2. Ce que tu dis concerne en effet le premier Nietzsche. Mais il faut émettre une réserve : la Naissance de la tragédie est un ouvrage qui traite de questions d'esthétique, non de politique.
Faux. Lire le chapitre 18. Quant au "premier" Nietzsche, c'est le même qui a écrit l'Etat chez les Grecs qui contient déjà toute l'idéologie politique réactionnaire de Nietzsche.

Message posté par Mistra

A partir de là on ne peut pas dire que Nietzsche se range directement dans la réaction.
Voir la citation postée quelques messages plus haut.

Message posté par Mistra

Ensuite, il faut voir de plus près ce qui se passe : en effet le jeune Nietzsche est plutôt romantique, poétisant, voire irrationaliste (disons plutôt qu'il prend acte du constat kantien et schopenhauérien des limites de la Raison, limites qu'il veut dépasser par la force de l'intuition artistique).
Romantique? C'est une plaisanterie. Il ne faut pas se contenter d'un seul livre. Mais voir la position de Nietzsche sur la Commune, par exemple. 1871. Avant donc la publication de la Naissance. C'est un romantique qui se porte volontaire pour la guerre contre la France? Alors qu'il n'a aucune obligation s'étant réfugié en Suisse? Ah, le romantisme guerrier!

Message posté par Mistra

Et j'ajouterai même, ayant lu deux fois la Naissance de la tragédie, qu'il y a deux passages pas nets : un où il est question de civilisation aryenne et de civilisation sémitique
Ah, quand même!

Message posté par Mistra

(certes pas au sens que leur donnera Hitler plus tard, mais on ne peut que voir une anticipation dans ces propos),
Hitler avait parfaitement compris.

Message posté par Mistra

George Sand en France.
La vache à lait. dixit Nietzsche.

Message posté par Mistra

Il est comme un échappatoire apolitique face aux options que sont la révolution socialiste, le conservatisme religieux, le capitalisme cynique ou encore le fascisme.
Apolitique? Encore! Une race d'olympiens qui commande au bétail, à un troupeau d'instruments. Vachement apolitique.

Message posté par Mistra

4. Nietzsche adresse un certain nombre de critiques au socialisme (surtout dans sa dernière période, pas concernée par l'ouvrage de Losurdo donc) qui sont intéressantes à lire, quoiqu'évidemment je ne les partage pas.
Lisez donc Losurdo dans le texte. Un texte qui n'a pas été traduit en français. Pourquoi? Pour ne pas déplaire aux nietzschéolâtres, voyons!

Message posté par Mistra

On peut en retour faire une critique marxiste très pertinente des écrits nietzschéens. Je ne développe pas ce point car il serait long. En résumé, Nietzsche reproche au socialisme de croire en des idéaux chimériques et de martyriser la réalité au nom de ces idéaux. Il reproche également aux socialistes de vouloir simplement remplacer une domination par une autre.
Il reproche aux socialistes, aux anarchiques et aux chrétiens (comme quoi il n'a pas compris grand chose au christianisme, que sa "critique" du christianisme est de pure mauvaise foi - s'il veut abolir le christianisme, c'est pour le remplacer par sa propre mégalomaniaque religion) de vouloir l'égalité et la justice parmi les hommes, d'être des démocrates, toutes idées "modernes" vomies par Nietzsche. Ce en quoi son idéologie est totalement politique et réactionnaire. Nietzsche ne cite jamais Marx. On n'est évidemment pas dans le rationnel, mais dans sa destruction.

Message posté par Mistra

5. Nietzsche n'a jamais souhaité que des aristocrates commandent et des esclaves dirigent. Là encore je résume car c'est long : Nietzsche dit que si vous êtes un suiveur, que vous ne pensez pas par vous-mêmes, etc., vous êtes un esclave. Si au contraire vous pensez par vous-même, indépendamment des dogmes religieux et économiques, si vous êtes créateur et si vous savez vous sculpter vous-même (le précepte de Pindare "deviens ce que tu es"), alors vous êtes un "aristocrate" (mais le mot est impropre).
Non le mot n'est pas impropre. Un esclave est celui qui n'a pas tout son temps pour ses loisirs. Pour faire un sort à votre assertion, prière de lire Par delà le bien et le mal, Qu'est ce qui est noble. § 257.

Message posté par Mistra

6. Un petit post-scriptum mais très important, sur la Naissance de la tragédie : Nietzsche en a écrit une autocritique, qu'il a mise en préface, bien des années après. Et cette autocritique est réellement irréprochable : Nietzsche critique toutes ses illusions de jeunesse sur l'art et la germanité. Par ailleurs, à cette même époque (la dernière de sa vie), Nietzsche critique avec virulence les antisémites et les nationalistes. Il critique aussi le conservatisme social, l'électoralisme et le culte de l'Etat.
C'est bien l'une des seules choses de vrai qu'il ait écrit: c'est un très mauvais livre.

Message posté par Mistra

Nietzsche ne se contredit pas, il change simplement d'avis. On découpe généralement son oeuvre et sa vie en trois périodes, et l'Antéchrist (dernière période) est en effet contradictoire de la Naissance de la tragédie (première période).
Non. Pas de contradiction entre la première et la dernière période. Qu'il change d'avis, c'était l'opinion de Lou. En fait c'était une girouette sous influence. Et les nietzchéolâtres citent systématiquement des passages d'Humain, trop humain quand il était sous l'influence de Pau Rée. Sa période des Lumières comme l'analyse Losurdo. Mais vouloir analyser l'idéologie des "périodes" ne sert à rien si on n'a pas compris sa maladie mentale.
Il faut vivre commme on pense, sinon on finit par penser comme on a vécu.
Haut de la page
Mithr4ndir allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant


Depuis le: 07 Mar 2013
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 7
  Citer Mithr4ndir Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 11 Mar 2013 à 20:27
La distinction progressisme et reactionnaire ne correspond pas à Nietzsche. Cet homme est aristocrate, ce qui n'est ni progressiste ni reactionnaire étant donné que cela ne repose pas sur un système déjà existant. Il emprunte aux grecs, mais cela s' arrete la. Nietzsche n'est ni de gauche ni de droite. Il est apolitique en ce sensqu'il ne prend pas position dans l'affaire de la Cité de son epoque. Il est révolutionnaire en ce sens que le systeme politique dont il traite n'est pas existant.
L'objet de sa dispute avec Wagner, qu'il trouve profond reste l'antisemitisme de bas etage de Wagner. Il aura le meme ressentiment vis a vis de sa mere et de sa soeur dont il dit preferer ne pas avoir de fami lle plutot que celle-ci, car marquée par un antiselitisme de bas etage.
Les termes qu'il emploie concernant les juifs ne le sont que pour critiquer le christiannisme.
Haut de la page
Johann allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant
Avatar

Depuis le: 01 Sep 2012
Pays: Suisse
Status actuel: Inactif
Messages: 11
  Citer Johann Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 11 Mar 2013 à 23:32
Première constatation : vous ne répondez pas sur le fond.
Deuxième constatation : vous répétez les mêmes mantras sans les appuyer sur aucun argument.

Nietzsche n'est pas aristocrate, c'est socialement un petit bourgeois parasite selon sa propre définition du parasite. Il vomit constamment le progrès et les idées modernes. Le régime aristocratique qu'il préconise non seulement a existé, mais existe encore de son temps et même jusqu'à aujourd'hui. C'est en cela qu'il est réactionnaire. Totalement. C'est la défense d'un régime politique d'une race de seigneurs auxquels sont soumis une race d'esclaves, d'instruments. Ce sont les termes utilisés par Nietzsche. Il défend la société grecque esclavagiste, il défend le système des caste en Inde. Le paradis pour lui. Il s'intéresse exactement à ce qui se passe en Europe et reproche au Reich de se limiter à une ambition nationaliste et non européenne à la manière d'un Napoléon. Son modèle du surhomme, c'est César Borgia.

Sa mère antisémite? Vous affabulez complètement. Vous n'avez rien pour soutenir votre propos qui est un mensonge. Sa soeur antisémite? Prouvez-le! Le fait qu'elle ait épousé un antisémite ne démontre en rien qu'elle l'ait été elle-même. C'était une ambitieuse. Tout ce qui l'intéressait, c'était l'argent et la gloire monnayable de son frère à laquelle elle a travaillé sans relâche. Bien récompensée en cela par la mise en application de l'idéologie de celui-ci par le régime hitlérien. Si elle était antisémite, comment expliqueriez-vous qu'elle ait fait diffuser la pensée de son frère critiquant l'antisémitisme?

Que pour critiquer le christianisme... vraiment? Alors lisez ceci :
Nous fréquenterions des premiers chrétiens tout aussi peu que des juifs polonais: ce n'est pas qu'on ait besoin de leur reprocher même la moindre des choses... Tous deux sentent mauvais.
Rome sentait dans le juif quelque chose comme la contre-nature par excellence.
Peut-être le jeune boursicoteur juif est-il est-il en somme l'invention la plus répugnante du genre humain.
Il a aussi "changé d'avis" sur les juifs à plusieurs reprises.
Dernière constatation : vous n'avez pas lu Nietzsche, sinon vous ne débiteriez pas de pareilles âneries qui sont colportées par les "docteurs en philosophie" et autres vénérateur de Nietzsche.

Alors pour la route, notre Nietzsche totalement politique comme même l'imbécile le plus obtus peut le constater :

http://fr.wikisource.org/wiki/Par_del%C3%A0_le_bien_et_le_mal/Chapitre_IX._Qu%E2%80%99est-ce_qui_est_noble_%3F

Bonne digestion.

Et pour être sûr qu'elle soit complète, ne manquez pas le passage suivant :
Ce qui distingue au contraire une bonne et saine aristocratie, c’est qu’elle n’a pas le sentiment d’être une fonction (soit de la royauté, soit de la communauté), mais comme le sens et la plus haute justification de la société, c’est qu’elle accepte, en conséquence, d’un cœur léger, le sacrifice d’une foule d’homme qui, à cause d’elle, doivent être réduits et amoindris à l’état d’homme incomplets, d’esclaves et d’instruments. Cette aristocratie aura une foi fondamentale : à savoir que la société ne doit pas exister pour la société, mais seulement comme une substruction et un échafaudage, grâce à quoi des êtres d’élite pourront s’élever jusqu’à une tâche plus noble et parvenir, en général, à une existence supérieure.
Apolitique, avez-vous osé écrire? A votre place j'aurais honte. Hitler aussi était "apolitique" alors... car sa politique visait à la mise en oeuvre de ces "idées" là de notre malade mental. Qu'il y ait eu divergence sur qui étaient les faibles et les ratés à éliminer ne remet en cause ni le principe, ni le but.

Il faut vivre commme on pense, sinon on finit par penser comme on a vécu.
Haut de la page
Dominique allez vers le bas
Intervenant régulier
Intervenant régulier


Depuis le: 12 Apr 2010
Pays: Suisse
Status actuel: Inactif
Messages: 68
  Citer Dominique Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 01 Jun 2013 à 16:08
Message posté par Besuchbarsuk

Question de néophyte : comment une philosophie peut-elle ne pas être une philosophie de la praxis ?

Si je comprend bien "philosophie de la praxis" ça veut dire philosophie tournée vers l'action.
Mais le but de la philo c'est bien d'apporter une analyse sur le monde (réel), non ?
Et donc d'être un guide pour l'action.
Comme toute connaissance quoi...

Je ne vois pas comment une philosophie peut être détachée de cela.
Enfin si, je vois bien l'intérêt pour les capitalistes de promouvoir de telles philosophies mais bon du point de vue de l'honnête réflexion, c'est de la merde non ?

Enfin je cherche à comprendre...

La majorité des philosophies occidentales depuis les grecs sont des philosophies de l'être, je pense donc je suis.

S'il y a des prémices de philosophie de l'acte chez Kant et d'autres philosophes, il faut attendre Marx (encore lui Clap) pour qu'une telle philosophie prenne son essor et affirme que la pensée consciente sert à définir l'action.

La partie philosophique de l'oeuvre de Marx est pour moi la plus importante car je suis convaincu que c'est à partir de cette prise de conscience qui révolutionne la conception de ce qu'est un être humain dans la philosophie occidentale qu'il a pu construire autant sa critique du capitalisme que sa théorie du socialisme.

C'est véritablement une révolution car les philosophies de l'être, comme les théologies, ne sont que des justifications de ce qui est, alors qu'une philosophie de l'acte est résolument tournée vers l'avenir et elle redonne au présent et à l'être humain leur caractère transcendantal.

C'est au présent que le monde de demain se construit, et si l'homme est maître de ses buts, c'est à dire s'il est capable de les définir ici, maintenant et de façon consciente, il est le maître de son travail. Ceci est la seule forme de transcendance qui existe, et c'est bien pour l'avoir énoncé et prouvé que Marx est véritablement révolutionnaire et que les bourgeois le haïssent tant. Il s'en prend ainsi à la base même de toute leur idéologie et la fait s'écrouler entièrement comme un château de cartes.

La transcendance cesse ainsi d'être une superstition et ce que certains appellent la mort de la philosophie est en fait son renouveau dans l'homme avec la réapropriation par l'être humain de sa véritable nature transcendantale.

Ceci implique aussi qu'une philosophie, pour pouvoir prétendre être une philosophie de la praxis, doit être une philosophie de l'acte.
« Je suis cette voie-là, suivez-moi et nous y arriverons ensemble. » Richard M. Stallman
Haut de la page
 Répondre Répondre Page  <12

Aller au Forum Permissions du forum allez vers le bas

Powered by Flex Design® version v8m6r15
Copyright © 2001-2011 Flex Design

Cette page a été affichée en 0,074 secondes.