Forum Unité Communiste Page d'accueil
  Sujets actifs Sujets actifs
  FAQ FAQ  Rechercher dans le Forum   Calendrier   Inscription Inscription  Connexion Connexion
Accueil Forum Accueil Forum > Pour s'informer, notre sélection d'articles > France

Nucléaire

 Répondre Répondre Page  <1 456
Auteur
Message
  Sujet Recherche Sujet Recherche  Options des sujets Options des sujets
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 20 Jun 2013 à 18:32
Green et Vert, finalement, ce n’est ni green, ni vert, c’est pronucléaire.
 

Green et vert et le hameçonnage écolo

 

On connait tous le hameçonnage phishing par mail ou par site falsifié qui consiste à usurper l’identité d’une entreprise ou d’une personne de confiance afin de soutirer des renseignements personnels.

Eh bien tout utilisateur d’Internet doit être averti qu’une autre forme de « hameçonnage » existe pour l’écologie à travers de nombreux sites. Ce n’est ni de l’écoblanchiment (greenwashing), ni du filoutage mais c’est une démarche trompeuse pour qui n’y prend pas garde. Le lobby nucléaire est très puissant, il n’a pas peur des dépenses dès qu’il s’agit de favoriser l’idée que le nucléaire est indispensable à nos sociétés. Pour ce faire, des associations, des fondations ou des sociétés sont créées avec des buts reprenant les thèmes écologistes. Ça, c’est pour la façade officielle et irréprochable. Puis, du fait de l’absence de militants, la vie de ces organismes est activée artificiellement par l’intermédiaire de sites internet subventionnés par des fonds inconnus. Ces sites présentent bien, ils sont riches d’informations diverses et variées touchant à l’écologie, et abordent des sujets intéressants de manière régulière. Mais, dans le même temps, sous couvert de « développement durable », de « communication responsable », d’ « éco-acteur », etc., on y place, parmi beaucoup d’articles hameçons, des articles favorables aux idées du lobby nucléaire.

L’exemple de Green et Vert

D’après la rubrique « Qui sommes-nous ? », le site existerait depuis mars 2010 ; mais les premiers articles en lignes datent bizarrement de janvier 2010. Six mois après Fukushima, une association loi 1901 intitulée « Green et Vert » est constituée. En septembre 2011, le site est édité par le « Fonds de dotation Green et Vert », constitué et financé par les fondateurs du site. Qui sont-ils ? Mystère. Les noms des fondateurs sont introuvables. La demande de renseignement adressée à l’adresse mail de contact reste sans réponse.

Quel est l’objectif de cet « Établissement à but non lucratif » ? Il « opère toutes activités d’intérêt général visant à sensibiliser sur les enjeux et les opportunités du développement durable ».

Au fait, que signifie ce terme, « développement durable » ? Voici sa définition : Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. Selon la déclaration de Rio, il doit respecter entre autres principes :

- La protection de l’environnement est partie intégrante du processus de développement.

- Le public doit être impliqué dans les décisions.

- Le principe de précaution doit être mis en œuvre.

Donc, très clairement, l’industrie nucléaire ne peut pas prétendre contribuer à ce développement durable puisqu’elle produit des déchets radioactifs qu’elle disperse dans l’environnement pour des milliers d’années, que l’avis de l’opinion publique n’est quasiment jamais pris en compte et que le principe de précaution n’est jamais appliqué (on aurait dû arrêter la production d’énergie nucléaire dès la catastrophe de Tchernobyl. On aurait ainsi évité Fukushima et les catastrophes futures).

Alors pourquoi cet exemple de Green et Vert ? Parce que le site présente de nombreux articles qui, sournoisement, diffusent les idées pronucléaires traditionnelles, à savoir :

- Fukushima n’est pas une catastrophe, c’est un « incident ».

- On ne peut pas se passer du nucléaire.

- Les énergies renouvelables sont trop chères.

- L’énergie nucléaire est la moins chère à produire.

- Le nucléaire est une énergie propre, sans résidus.

- Il faut accepter l’idée des réacteurs de 4ème génération.

- Le nucléaire est acceptable si l’on met le paquet sur la sécurité.

- La science va permettre de faire des progrès pour diminuer les risques.

- On doit se préparer à une nouvelle catastrophe.

- On peut vivre en territoire contaminé.

Vous ne me croyez pas ? Alors lisez ces exemples :

7 juin 2013 : Quand le nucléaire menace plus que la santé et l’environnement

Le titre est bien accrocheur, mais au fil de l’article, on lit : « la fermeture de près de la moitié du parc nucléaire national combiné à un été qui s’annonce torride et allongé, fait craindre des rationnements d’électricité. De quoi faire dérailler une économie qui se relève doucement après une période difficile » . Le principe trompeur développé dans cet article est de faire croire au rationnement. Or il a été démontré au Japon qu’un pays fortement nucléarisé pouvait stopper toutes ses centrales sans problème majeur.

5 janvier 2013 : Réacteurs au thorium : le nucléaire du futur ?

C’est une publicité pour ce type de réacteur : « Un chercheur local affirme néanmoins avoir trouvé une alternative plus sûre et fiable, et bien meilleur marché ». Et plus bas ce titre : « Une énergie nucléaire plus respectueuse de l’environnement ».

17 juin 2012 : La preuve du retour en force du nucléaire

Le titre est trompeur, car il concerne la Chine uniquement. « Le seul espoir qu’il reste, c’est que la sécurité ne soit pas sacrifiée pour la vitesse de réalisation de ces projets » : Green et vert accepte donc l’option nucléaire en Chine en se satisfaisant d’une sécurité accrue.

20 mars 2012 : Des mini-centrales nucléaires plus sûres ?

« le réacteur modulaire Carem-25 devrait permettre de diminuer les risques grâce à sa petite taille ». Green et Vert insinue que le nucléaire est acceptable si on diminue les risques.

14 mars 2012 : Un an après Fukushima

« Le Canada et les États-Unis se veulent rassurants et soulignent la fiabilité de leurs réacteurs ». « Selon de nombreux experts, la tragédie de Fukushima a démontré que le Japon n’était pas prêt à faire face à une crise nucléaire de cette ampleur ». Green et Vert insinue que, dans les autres pays, on est prêt ?

La photo d’illustration – on croit rêver – date de 1999, et montre la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi impeccable ! Il y a là une véritable volonté de Green et Vert de ne pas diffuser les images des bâtiments nucléaires éventrés après les multiples explosions.

Et puis cette phrase extraordinaire : « Si les autorités de l’archipel multiplient les déclarations en faveur des énergies renouvelables, comme l’a récemment fait le gouverneur de la préfecture de Fukushima, on ne voit pas comment il se passerait totalement, à court terme, de l’énergie atomique ». Green et Vert, le soi-disant défenseur du développement durable, ne voit pas comment faire pour se passer de nucléaire ! Et pour bien embrouiller le lecteur, ils parlent du « ratio production/capacité [qui] s’élevait aux alentours de 80% » au lieu de parler des 30 % de production d’électricité… C’est dans ce genre d’article glissés de temps en temps que le véritable objectif du site se dévoile : promouvoir le nucléaire.

12 mars 2012 : La place du nucléaire dans le monde de demain

« L’énergie est reconnue par l’ONU comme la clé de voûte du développement et de la stabilisation des civilisations. Étant donné les ressources limitées dont nous disposons à tous points de vue, la question ne semble pas être pour ou contre le nucléaire, mais plutôt comment ». Green et Vert ne remet pas en cause le nucléaire, c’est clair.

Publicité pour Areva : « Areva investit dans le renouvelable »

« Le nucléaire justifie donc sa place par le besoin d’une énergie disponible, abondante et propre ». Euh, oui, il n’y a pas de souci, Green et Vert, on a bien compris votre position ! Encore un article très clair sur les intentions du site !

16 décembre 2011 : Bill Gates en visite pour réduire la pauvreté ou pour vendre du nucléaire ?

« L’alliance entre Bill Gates et la Chine pour développer la nouvelle génération de nucléaire est une preuve supplémentaire de la confiance qu’ont les dirigeants de Pékin dans cette filière. C’est une option essentielle de la politique énergétique chinoise pour faire face à l’augmentation de la demande électrique ». En somme, vive Bill Gates, vive le nucléaire chinois !

25 novembre 2011 : L’archipel doit-il miser sur le nucléaire ?

Green et Vert apporte le témoignage d’un « entrepreneur du secteur des énergies « amies » de l’environnement ». Et que dit cet homme ?

- « Les politiques récentes de retour aux énergies renouvelables sont critiquables en raison de leurs coûts. »

- « Le nucléaire offre des garanties »

- « L’énergie nucléaire est la moins chère à produire »

- « Pour le Cap Vert, il suffirait d’une centrale de 100 MW, qui ne génère pratiquement pas de résidus. » (Si, si, vous avez bien lu !)

- « Nous devons nous préparer pour le futur, et le futur sera l’énergie nucléaire. »

Cet article est bien révélateur des intentions du site, n’est-ce pas ?

16 novembre 2011 : Les grands moyens pour faire un état des lieux de la contamination autour de Fukushima
« Pour reconstruire la région autour de Fukushima, il faut d’abord décontaminer et rassurer la population sur le niveau de radiations ». Mais surtout ne pas l’informer des risques sur la santé ! Green et Vert fait donc connaître son avis sur la question de la contamination : il faut apprendre aux populations à vivre en territoire contaminé.

30 juillet 2011 : Le premier réacteur de 4ème génération connecté au réseau électrique

Encore un coup de pub pour les réacteurs de 4ème génération : « c’est une étape sensible de plus dans la maîtrise et le développement de la quatrième génération de réacteurs nucléaires par la Chine. Cette technologie devrait permettre de mieux utiliser le combustible nucléaire, de faire des avancées en termes de sécurité, et de réduire le problème des déchets. »

28 juillet 2011 : Le secteur du nucléaire à peine ébranlé après Fukushima

« À ce jour, l’Allemagne, la Suisse, l’Italie et le Japon sont cependant les seuls pays à avoir réellement cédé à la pression populaire et aux écologistes ». C’est vrai que par ailleurs, on ne demande que rarement à la population si elle est d’accord ou pas à prendre ce risque.

« Pourquoi ne pas continuer avec le nucléaire effectivement ? »

« Sortir du nucléaire aujourd’hui ne serait pas possible »

« L’industrie de l’atome n’est donc pas prête à régresser »

6 juin 2011 : Christophe de Margerie s’adresse aux jeunes

Arrêter le nucléaire, ce n’est pas bien, et hop, on tape sur le choix de l’Allemagne : « M. de Margerie ne mâche pas ses mots, jugeant la sortie de l’Allemagne du nucléaire d’ici 10 ans comme étant une « décision unilatérale et égoïste » »

Et puis le traditionnel : « Les énergies renouvelables coûtent très chères ». A force de le marteler, les gens le croient !

15 mars 2011 : Le spectre de Tchernobyl plane sur Fukushima

« La possible catastrophe nucléaire au Japon rappelle aux Ukrainiens et aux Russes l’explosion dramatique de la centrale de Tchernobyl, le 26 avril 1986. Selon les experts interrogés par la Komsomolkaya Pravda, en Ukraine et en Russie, les deux situations sont loin d’être identiques, même si au fil des jours, des voix discordantes se font entendre sur la dangerosité de l’incident japonais ». Green et Vert, comme le gouvernement français, refuse de voir une catastrophe nucléaire alors que les 4 réacteurs de Fukushima Daiichi ont déjà explosé !

Dans quel but Green et Vert agit ainsi ? Apparemment pour maintenir l’état de désinformation des Français au sujet du nucléaire, comme cela se fait depuis des décennies. Egalement pour contrer l’effet négatif de la catastrophe de Fukushima. En tout cas ça marche, ça mord, car en deux ans ce site est devenu très bien référencé sur la toile.

Ce genre de site utilise une technique se rapprochant du hameçonnage (ou phishing ou filoutage si vous préférez !) parce qu’il utilise une technique de communication qui détourne l’utilisation de l’expression « développement durable » au profit de l’énergie nucléaire. Ce n’est pas une usurpation d’identité mais une usurpation de sens. Si on ne fait pas attention, on peut facilement être trompé. Les internautes qui font confiance à ce genre de site sont des victimes potentielles si elles vont plus loin. En effet, le site est devenu en 2012 un « social media ». Dans ce nouveau cadre, on peut créer un compte et donner ses coordonnées. Mission accomplie alors pour les fondateurs inconnus du site si des écolos distraits sont ferrés.

Green et Vert, finalement, ce n’est ni green, ni vert, c’est pronucléaire.

Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 24 Jun 2013 à 18:55

Greenpeace lance les factures du futur pour alerter contre le nucléaire

Quelques jours avant le recalcul des factures d’énergie en France, l’association Greenpeace, qui milite pour une sortie du nucléaire, a envoyé lundi des factures d’électricité virtuelles à 80.000 foyers

Quelle sera votre consommation d’énergie en 2017 ? Si personne ne peut le prévoir avec exactitude, Greenpeace, ONG leader de protection de l’environnement, a imaginé des factures virtuelles qu’elle a envoyé à 80.000 foyers, et distribué 35.000 exemplaires d’un faux journal dans 17 villes de France.

Une campagne d’information parodique contre l’énergie nucléaire

Le projet de Greenpace s’inscrit dans une campagne contre le nucléaire lancée ce lundi. « Nous avons utilisé la parodie pour dénoncer le mythe du nucléaire pas cher », a expliqué Sébastien Blavier, chargé de campagne nucléaire dans la délégation France. La facture ressemble à s’y méprendre à une vraie facture EDF, mis à part qu’elle est siglée EGF. Elle s’accompagne d’une lettre signée Henri Groglio, inspiré du patronyme du Pdg d’EDF, Henri Proglio. Dans ce faux courrier, Greenpeace fait dire au dirigeant d’EGF que « le nucléaire est la seule voie possible » et qu’ « il va falloir payer… pour la prolongation de la vie des centrales, la construction de nouveaux réacteurs, la gestion des déchets »… De quoi freiner les ardeurs des défenseurs du nucléaire. Le faux journal, baptisé « 02 minutes » comprend deux pages d’interview d’Henri Groglio avec pour titre « Je dois la vérité à la France ».

« Le but n’est pas de tromper les gens, mais d’attirer leur attention sur l’évolution possible de leur facture si on continue sur la lancée actuelle », a commenté Sébastien Blavier. Pour l’établir, Greenpeace a pris la facture moyenne annuelle de 2012 (930€), à laquelle elle a appliqué un certain nombre de projections officielles sur l’évolution de la consommation. Les estimations de l’ONG prévoient une augmentation de 25% en 2017, soit 266 en plus.

Vers une transition énergétique ?

Le scénario de Greenpeace inclut une sortie totale du nucléaire en 2031, et la fermeture de 30 centrales d’ici 2017, ainsi que la non mise en route de la centrale EPR de Flamanville, prévue pour fin 2016. Pour appuyer son propos, Greenpeace a mis en place mafacturedufutur.com. Les internautes peuvent comparer et choisir entre deux factures annuelles moyennes estimées pour 2017 : une qui maintient du nucléaire, et une autre qui prend en compte la transition énergétique proposée par Greenpeace.

Concernant les projets de lois sur l’énergie, le PCF, lui, a demandé une intervention publique. Dans un communiqué, le PCF estime qu’ « il est de la responsabilité de l’Etat de piloter la production d’électricité et d’être le garant de l’alimentation électrique pour les citoyens ».

Greenpeace a lancé un rendez-vous le samedi 29 juin dans 17 villes pour une grande journée de mobilisation où les Français pourront choisir leur facture du futur.

Julie Clément

Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 15 Jul 2013 à 19:21

Opération coup de poing de Greenpeace à Tricastin pour réclamer la fermeture de la centrale

Greenpeace%20pénètrent%20dans%20la%20centrale%20nucléaire%20du%20Tricastin

 

Plusieurs dizaines de militants se sont introduits ce matin dans la centrale nucléaire de Tricastin pour réclamer la fermeture du site. Selon l’ONG, Tricastin fait partie des cinq centrales à fermer en priorité.

Une inscription, « Président de la catastrophe ? » et un portrait, celui de François Hollande. Le tout sur une banderole de dix mètres sur dix, en plein cœur de la centrale nucléaire de Triscastin (Drôme). Habituée des opérations coups de poing, l’organisation écologiste Greenpeace sait comment provoquer le débat sur le nucléaire. Plusieurs dizaines d’activistes de l’ONG ont réussi à pénétrer ce matin, vers 5 heures, dans la centrale, la troisième plus vieille de France. La police a confirmé avoir arrêté, vers 8 h 45, 21 personnes, de nationalité française, italienne, roumaine et espagnole. Avec cette action, Greenpeace veut interpeller le gouvernement et réclame « la fermeture de la centrale, parmi les cinq plus dangereuses de France ». En mars, l'ONG avait publié un rapport, « Cinq centrales à fermer en priorité », qui détaillait les arguments en faveur de la fermeture du site.

Du côté du ministère de l’Intérieur, on relativise l’intrusion : « C'est une action médiatique qui ne représente pas de danger pour la sécurité des installations », a expliqué Pierre-Henry Brandet, le porte-parole du ministère. Il s’est aussi félicité qu’aucun militant n’ait pu « accéder aux zones sensibles de la centrale, notamment les salles de commande. » Manuel Valls, le ministre de l’Intérieur, et Philippe Martin, le ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, ont réclamé « un rapport d’inspection sur les conditions de l’intrusion ».

Déjà-vu

L’ONG rappelle que « la centrale du Tricastin est une de celles qui connaît le plus de risques de sûreté et d’agressions externes naturelles ou humaines ». En juillet 2008, une fuite de 30 m3 d’effluents, contenant 75 kilogrammes d’uranium, s’était produite. À l’époque, le Haut Commissariat pour la transparence et l'information sur la sécurité nucléaire (HCTISN) avait conclu à « une série de dysfonctionnements et de négligences humaines ».

Ce type d’opération n’est pas nouveau pour Greenpeace. Le 5 décembre 2011, plusieurs militants s’étaient introduits dans deux centrales nucléaires, à Nogent-sur-Seine (Aube) et à Cruas (Ardèche), pour dénoncer le manque de sécurité dans les centrales nucléaires françaises. Cinq mois plus tard, un militant de l’ONG était parvenu à se poser sur le dôme du réacteur de la centrale du Bugey (Ain) grâce à un paramoteur.

Le risque nucléaire en question

Sophia Majnoni, chargée de campagne nucléaire pour Greenpeace France, a dénoncé le fait que « la question du risque nucléaire n’ait jamais été abordé dans le cadre du débat national sur la transition énergétique ». Le débat, lancé en janvier, réunit experts, élus, syndicats, patronat et ONG et devrait déboucher sur un projet de loi à l’automne 2013.

De son côté, Pierre Laurent, le secrétaire national du Parti communiste, a parlé d’un « non-événement » : « L’autorité de sûreté nucléaire a dit que ces centrales étaient exploitables, donc il n’y a pas de problème de sécurité immédiat. » Le sénateur de Paris a proposé l’organisation d’un « grand débat sur l’avenir de l’énergie en France ». Autre son de cloche du côté d’Europe Écologie – Les Verts. Jean-Vincent Placé, président des sénateurs d’EELV, a salué « l’action citoyenne », avant d’ajouter « qu’on rentrait quelque part dans ces centrales extrêmement dangereuses un peu comme dans une passoire ».

François Hollande avait promis, lors de la campagne présidentielle, de réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité de 75 à 50 %, d’ici 2025. Selon Greenpeace, pour tenir cette promesse, le gouvernement devra fermer « 10 réacteurs d’ici 2017 et 20 d’ici 2020 ». Pour le moment, seule la fermeture de la centrale de Fessenheim (Bas-Rhin), soit deux réacteurs, a été programmée par le gouvernement pour fin 2016, début 2017.

 

Les photos de l'action, prises par Greenpeace :

 
 


Edité par T 34 - 16 Jul 2013 à 19:51
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 23 Jul 2013 à 17:38

la fermeture de Fessenheim confirmée d’ici à fin 2016 

La centrale nucléaire de Fessenheim, dans le Haut-Rhin, sera fermée d’ici au 31 décembre 2016, a annoncé hier, dans le JDD, le nouveau ministre de l’Écologie, Philippe Martin. Le successeur de Delphine Batho a ainsi confirmé un engagement pris par François Hollande lors de sa campagne électorale.



Edité par T 34 - 18 Aug 2013 à 20:32
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
babeuf allez vers le bas
Pilier du FUC
Pilier du FUC


Depuis le: 29 Aug 2013
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 1621
  Citer babeuf Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 20 Mar 2014 à 17:23

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE LA FNME-CGT DU 18 MARS 2014

Encore une fois, Greenpeace a pénétré ce matin dans une centrale, celle de Fessenheim. Cette action a déjà eu lieu dans d’autres sites et risque visiblement de se répéter. Nous souhaitons interpeller les militants de Greenpeace afin qu’ils comprennent que les premiers touchés par leurs actions sont les salariés qui travaillent dans ces centrales.

D’une part lors de tels événements le site est bouclé, empêchant les salariés qui ont travaillé la nuit de rentrer chez eux, d’autre part l’augmentation des contrôles de sécurité qui s’en suivent, les affectent et perturbent leur travail. Mais les militants de Greenpeace savent-ils ce que c’est de travailler sur ce type de site industriel.

La fermeture réclamée de la centrale de Fessenheim conduirait à importer de l’électricité de centrales au charbon Outre-Rhin qui ont été pour partie responsable des pics de pollution que nous venons de vivre.

Nous proposons à Greenpeace une action plus courageuse : venir débattre publiquement et de manière contradictoire sur les conséquences du réchauffement climatique, de l’industrie, de l’emploi des choix qu’ils préconisent. Nous laissons le choix aux médias la manière de le relayer.

Haut de la page
 Répondre Répondre Page  <1 456

Aller au Forum Permissions du forum allez vers le bas

Powered by Flex Design® version v8m6r15
Copyright © 2001-2011 Flex Design

Cette page a été affichée en 0,063 secondes.