Forum Unité Communiste Page d'accueil
  Sujets actifs Sujets actifs
  FAQ FAQ  Rechercher dans le Forum   Calendrier   Inscription Inscription  Connexion Connexion
Accueil Forum Accueil Forum > Autres > Chants Révolutionnaires

Cuba [Chants révolutionnaires]

 Répondre Répondre Page  12>
Auteur
Message
  Sujet Recherche Sujet Recherche  Options des sujets Options des sujets
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Sujet: Cuba [Chants révolutionnaires]
    Envoyé : 27 Sep 2007 à 18:03

 

La Bayamesa
 
Himno Nacional de Cuba
(Letra y música)
Es un himno de combate, surgido en el fragor del combate, escuchado en el combate y llama a defender la Patria en el combate.
El Himno de Bayamo es el Símbolo de la Nación, cuya letra y melodía fueron compuestos por Perucho (Pedro) Figueredo y cantado en su forma original el 20 de octubre de 1868 al ser tomada la ciudad de Bayamo por las fuerzas independentistas.
Nació en agosto de 1867 y está indisolublemente relacionado con el proceso mismo de génesis de la primera contienda libertadora de Cuba. Se le llamó La Bayamesa, por nacer en Bayamo y en clara alusión a la ya conocida Marsellesa francesa.
El jueves 11 de junio de 1868, en la Iglesia Mayor de Bayamo, durante un solemne Te Deum y por las festividades del Corpus Christie, ante la concurrencia de altas personalidades del gobierno y el pueblo de Bayamo, se estrena la música.
El día 18 de octubre de 1868, se inició la toma de Bayamo y a las 11 de la noche del día 20, se firmó la capitulación. Entre el júbilo por la victoria y el tarareo incesante de la música por parte de la multitud, Figueredo sacó lápiz y papel de su bolsillo y, sobre la misma montura de su caballo, llevó a versos la melodía ya conocida y lo repartió entre los congregados. Surgía así, en labios del pueblo y dentro de los combates por la liberación, el Himno Nacional de Cuba.

Al combate corred, bayameses,
que la patria os contempla orgullosa.
No temáis una muerte gloriosa,
que morir por la Patria es vivir.

En cadenas vivir, es vivir
en afrenta y oprobio sumido.
Del clarín escuchad el sonido.
¡A las armas valientes corred!

No temáis; los feroces iberos
son cobardes cual todo tirano
no resiste al brazo cubano
para siempre su imperio cayó.

Cuba libre; ya España murió
su poder y orgullo do es ido
¡Del clarín escuchad el sonido,
a las armas valientes corred!

Contemplad nuestras huestes triunfantes
contempladlos a ellos caídos,
por cobardes huyeron vencidos
por valientes supimos triunfar.

¡Cuba libre! Podemos gritar
del cañón al terrible estampido
¡Del clarín escuchad el sonido,
a las armas valientes corred!



http://www.nacion.cult.cu/fr/musica.htm
 
Composé par Pedro Figueredo Cisneros, dit Perucho, entre le 13 et le 14 août 1867, au moment où les patriotes préparaient la guerre contre l'Espagne, l'hymne national cubain fut chanté pour la première fois le 20 octobre 1868 à Bayamo, lors du siège de la ville.
 



Edité par T 34 - 17 Aug 2010 à 17:26
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 29 Sep 2007 à 18:42


Cuba : Y En eso llegó Fidel



Poesía de Carlos Puebla


Así pensaban seguir, ganando el ciento por ciento,
con casas de apartamentos, y echar al pueblo a sufrir.
Y seguir de modo cruel contra el pueblo conspirando,
para seguirlo explotando... ¡y en eso llegó Fidel!

Y se acabó la diversión:
¡llegó el Comandante y mandó a parar!

Así pensaban seguir, tragando y tragando tierra,
sin sospechar que en la Sierra se alumbraba el porvenir.
Y seguir de modo cruel la costumbre del delito:
hacer de Cuba un garito... ¡y en eso llegó FIdel!

Y se acabó la diversión:
¡llegó el Comandante y mandó a parar!

Así pensaban seguir diciendo que los cuatreros,
forajidos, bandoleros, asolaban al país.
Y seguir de modo cruel con la infamia por escudo,
difamando a los barbudos... ¡y en eso llegó Fidel!

Y se acabó la diversión:
¡llegó el Comandante y mandó a parar!

Así pensaban seguir, jugando a la democracia
y el pueblo, que en su desgracia, se acabara de morir.
Y seguir de modo cruel, sin cuidarse ni la forma,
con el robo como norma... ¡y en eso llegó Fidel!

Y se acabó la diversión:
¡llegó el Comandante y mandó a parar!

 
 
Y en eso llego Fidel
 

Source



Edité par T 34 - 29 Jul 2010 à 20:25
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 26 Jul 2008 à 18:48
 
Marche du 26 Juillet
 
Cette chanson commémore l'attaque de la Moncada le 26 Juillet 1953 par Fidel , Raul et leurs compagnons. Composée par Agustín Díaz Cartaya.
 
Marchando, vamos hacia un ideal
sabiendo que hemos de triunfar
en aras de paz y prosperidad
lucharemos todos por la libertad.
Adelante cubanos
que Cuba premiará nuestro heroísmo
pues somos soldados
que vamos a la Patria liberar
limpiando con fuego
que arrase con esta plaga infernal
de gobernantes indeseables
y de tiranos insaciables
que a Cuba
han hundido en el Mal.

La sangre que en Oriente se derramó
nosotros no debemos olvidar
por eso unidos hemos de estar
recordando a aquellos que muertos están.

La muerte es victoria y gloria que al fin
la historia por siempre recordará
la antorcha que airosa alumbrando va
nuestros ideales por la Libertad.

El pueblo de Cuba...
sumido en su dolor se siente herido
y se ha decidido...
hallar sin tregua una solución
que sirva de ejemplo
a ésos que no tienen compasión
y arriesgaremos decididos
por esa causa hasta la vida
¡que viva la Revolución!

 
 
Version insrumentale
 
Espagnol
 
Russe
 
 
Entrada triunfal de Fidel en la Habana
 
Nous marchons vers un idéal
Sachant que nous devons triompher
Dans une aire de paix et de prospérité
Nous lutterons tous pour la liberté.
En avant, Cubains !
Cuba récompensera notre héroïsme
Car nous sommes des soldats
Qui vont libérer la Patrie
Nettoyant par le feu
Qui détruit cette plaie infernale
De gouvernants indésirables
Et de tyrans insatiables
Qui ont plongé Cuba
Dans le mal.
Le sang qui a coulé en Oriente
Nous ne devons pas l’oublier.
Pour cela, nous devons être unis
Nous souvenant de ceux qui sont morts.
La mort est victoire et gloire
Dont l’Histoire se souviendra toujours,
La belle torche qui éclaire
Nos idéaux de Liberté.
Le peuple de Cuba…
Plongé dans sa douleur, se sent blessé
Et a décidé…
De chercher sans trêve une solution
Qui serve d’exemple
A ceux qui n’ont aucune compassion
Et nous risquerons sans hésitations
Notre vie même pour cette cause.
Vive la Révolution !

 
Y en eso llegó Fidel (ce n'est pas la même chanson mais je la mets quand même)
 



Edité par T 34 - 08 Oct 2012 à 22:27
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 04 Mar 2010 à 22:59
Balada de Elpidio Valdés
 

 
Elpidio Valdés est un personnage de dessin animé et de bande dessiné cubain qui a été crée par Juan Padrón. IL s'agit d'un mambi (un combattant indépendantiste cubain) qui se bat contre les colonisateurs espagnols (et un peu contre les Etats-Unis de temps en temps) lors de la guerre de 10 ans (1868-1878) et celle de d'indépendance (1895-1898). Suivant les épisodes il se bât lors de la première guerre où est le fils d'un combattant de la guerre de dix ans et se bat durant celle de 1895, voire même en 1933 (il a dû prendre sa retraite en 1959). Il monte son cheval Palmiche.
 
Vous pouvez voir les épisodes d'Elpidio Valdes ici.
 
Texte et musique de Silvio Rodríguez (1970)
 
Para Elpidio Valdés, patriota sin igual,
no hay gaito que lo pueda espantar.
En el combate es enérgico y vivaz,
a las balas el pecho siempre da.

Él no cree en nadie,
ni en esto ni en lo otro,
ni en lo de mas allá.

Él no cree en nadie
a la hora de buscar la libertad.
 
 
 
 
 

Elpidio Valdés en comédie musicale
Vidéo Un canto de amor por la revolución par Silvio Rodriguez


Edité par T 34 - 10 Aug 2013 à 05:09
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
Emile allez vers le bas
Camarade assidu
Camarade assidu


Depuis le: 21 Nov 2007
Status actuel: Inactif
Messages: 658
  Citer Emile Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 11 Mar 2010 à 23:34
Message posté par T 34



J'aime bien le côté Petite maison dans la prairie avec la maman qui tient un fusil en rigolant.
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 06 Apr 2010 à 19:51
El Mambí
 

 
Luis Casas Romero
 
Le compositeur de cette oeuvre fut aussi le créateur du genre "créole" auquel appartient "El Mambí". Le camagueyano Luis Casas Romero (1882-1950) ne fut pas seulement un musicien remarquable, mais aussi un patriote admirable, appartenant à l'Armée de Libération a l'age précoce de 13 ans, où il arrivat au titre de Corneta de Orden.
 
Un des ses succès les plus important l'a été en 1922, à la sortie sur les ondes la première émission de radio cubaine. La première chanson qui a été diffusée fut "El Mambí" avec des vers de Sergio Lavilla.
 
Cette chanson raconte l'histoire d'un mambí et de la femme qu'il aime, laquelle meure en luttant pour Cuba d'une blessure mortelle au torse, ce qui accroit l'implication du mambí dans la lutte de libération.

Allá en el año noventa y cinco,
y por la selvas del Mayarí
una mañana dejé el bohío,
y a la manigua salió un mambí.

Una cubana que era mi encanto,
y a quien la noche llorando vio,
al otro día con su caballo,
busco mis huellas y me siguió.

Aquella niña de faz trigueña,
y ojos más negros que la maldad,
unió sus fuegos a mi fiereza,
y dio su vida a la libertad.

Un día triste cayó a mi lado,
su hermoso pecho sangrando ví,
y desde entonces fue más ardiente,
Cuba adorada mi amor por ti,
y desde entonces fue más ardiente,
Cuba adorada mi amor por ti.

 

 
 



Edité par T 34 - 22 Jul 2010 à 01:45
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 08 Apr 2010 à 18:57
Carlos Puebla - Duro con el
 
Carlos Puebla - Mira yanki como nos reimos
 
Carlos Puebla - Cuba no está sola


Edité par T 34 - 24 Apr 2010 à 23:39
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 10 Apr 2010 à 00:04
Les Guerilleros
 
 
Jean Ferrat
 
Avec leurs barbes noires
Leurs fusils démodés
Leurs fusils démodés
Leurs treillis délavés
Comme drapeau l'espoir
Comme drapeau l'espoir
Ils ont pris le parti
De vivre pour demain
Ils ont pris le parti
Des armes à la main
Les guérilleros
Les guérilleros

S'ils sont une poignée
Qui suivent leur chemin
Qui suivent leur chemin
Avant qu'il soit demain
Ils seront des milliers
Ils seront des milliers
Il y a peu de temps
Que le nom des sierras
De tout un continent
Rime avec Guevara
Les guérilleros
Les guérilleros

Ce qu'ils ont dans le coeur
S'exprime simplement
S'exprime simplement
Deux mots pleins de douceur
Deux mots rouges de sang
Deux mots rouges de sang
Cent millions de métis
Savent de quel côté
Se trouve la justice
Comme la dignité
Les guérilleros
Les guérilleros

Deux petits mots bien lisses
Qui valent une armée
Qui valent une armée
Et toutes vos polices
N'y pourront rien changer
N'y pourront rien changer
Mes frères qui savez
Que les plus belles fleurs
Poussent sur le fumier
Voici que sonne l'heure
Des guérilleros
Des guérilleros
 
 
 
 

Cuba Sí - Jean Ferrat


Edité par T 34 - 10 Aug 2013 à 05:11
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 26 Jul 2010 à 16:05
Para nosotros siempre es 26
 

 
Carlos Puebla
 
 
El Moncada nos mostro

el camino a recorrer

 y desde aquel alto ejemplo

para nosotros siempre es 26.

 Siempre es 26,siempre es 26,

 para nosotros siempre es 26.

 La patria es canto y amor

la patria es lucha y deber

y eso del patritismo

para nosotros siempre es 26.

 Solo el trabajo creador

es la via de crecer

y en la cuestion del trabajo

para nosotros siempre es 26.

 La ideologia es motor

para avanzar y vencer

y en cuento a la ideologia

para nosotros siempre es 26.

 La conciencia y el valor

triunfaron sobre el ayer

y desde aquel mismo instante
para nosostros siempre es 26.
 
 
 


Edité par T 34 - 10 Aug 2013 à 05:11
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 09 Oct 2010 à 17:57
Cuba va
 
 
Silvio Rodríguez
 
Del amor estamos hablando,
por amor estamos haciendo,
por amor se está hasta matando
para por amor seguir trabajando.
Que nadie interrumpa el rito,
queremos amar en paz
para decir en un grito:
¡Cuba va, Cuba va!
 
Quiero abrir mi voz al mundo
que llegue al último confín
de norte a sur y de este a oeste.
Y que cualquier hombre pueda
gritar sus propias esperanzas,
sus heridas, y su lucha
cuando diga:
¡Cuba va!
 
Puede que algún machete
se enrede en la maleza,
puede que algunas noches
las estrellas no quieran salir.
Puede que con los brazos
haya que abrir la selva
pero a pesar de los pesares, como sea
¡Cuba va!, ¡Cuba va!
 
Cuba Va !! - Silvio Rodríguez
 


Edité par T 34 - 09 Oct 2010 à 17:58
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 06 Apr 2011 à 20:38

Cuba et Jean ferrat

ergtg.jpg

Rafael Lam

JEAN Ferrat, considéré comme le dernier grand nom de la chanson française avec Jacques Brel, Leo Ferré et Georges Brassens, est décédé il y a un an. Sa dernière visite à Cuba date de mai 1967.

Pour en savoir plus sur les détails de son voyage dans l’île, il y a 44 ans, j’ai rencontré Julio Bidopia, directeur général de l’agence de musique Clave, qui organisa la tournée du chanteur français.

« En 1967, je me suis rendu à Paris alors que j’étais directeur des Relations internationales du Conseil national de la Culture. C’est au cours d’une réception à l’ambassade de Cuba que s’est décidée la visite de Jean Ferrat. On peut voir des photos de cette première rencontre et, bien sûr, de sa tournée dans plusieurs villes du pays, où il a été accueilli par l’Institut d’amitié avec les peuples (ICAP).

Julio Bidopia se souvient d’une rencontre de deux heures à l’hôtel National entre Ferrat et le chanteur, compositeur et pianiste cubain Bola de Nieve et d’autres chanteurs du mouvement « feeling », notamment Cesar Portillo de la Luz, Rosendo Ruiz Quevedo, José Antonio Méndez.

« Nous n’avons pas chanté, me précise Portilio, nous avons plutôt échangé des vues sur la chanson en général. Bola avait déjà fait plusieurs tournées en France qui lui avaient valu une notoriété certaine. Une rencontre très amicale : Jean Ferrat était un artiste sensible, qui ne cachait pas ses inquiétudes sur les problèmes de l’industrie de la musique et de la politique, qu’il considérait avec un esprit critique et avec fermeté.

Pour Ferrat la chanson était un moyen d’expression qui lui permettait de transmettre ses inquiétudes, non d’une façon commerciale, mais comme une œuvre d’art.

«Je crois que mes chansons font réfléchir la jeunesse. Autrement, je ne chanterais pas. L’essentiel est que chacun apporte sa pierre à l’édifice dans son champ d’action. La chanson est un outil qui me sert à dire mes préoccupations aux gens. Ainsi, dans Nuit et brouillard je parle des déportés vers les camps de concentration. Le chanteur doit être compris par tout le monde, sans pour autant chanter des bêtises. L’artiste doit être complexe et simple à la fois. »

Ferrat se produisit à La Havane le 24 mai 1967, au théâtre Amadeo Roldan où le public de la capitale l’attendait avec impatience. À cette époque à La Havane on écoutait le rythme Mozambique, le quatuor Los Zafiros, et le Changüi-Shake de Juan Formell et Elio Revé.

Ferrat avait alors 37 ans, et portait une énorme moustache. Il arriva avec Christine Sèvres, sa compagne, et Jean Tessier, le photographe du journal l’Humanité, accompagné de ses musiciens Guy Boulanger (piano), Marc Larrange (batterie), Roland Evans (contrebasse) et J.C. Mouling, ingénieur du son.

Il interpréta une vingtaine de chansons sur des sujets principalement consacrés à l’homme, à ses luttes et à l’amour. A l’époque, certaines de se chansons étaient interdites en France.

Le public de l’Amadeo put apprécier notamment Aimer à perdre la raison, Camarade, La montagne, Nuit et brouillard, et parmi ses plus grands succès, Les yeux d’Elsa, un poème de Louis Aragon. Chaque interprétation soulevait l’enthousiasme du public.

Les paroles de ses chansons démontraient  « qu’il ne chantait pas pour passer le temps », mais pour remplir le temps. Parmi ses chansons qui traduisait le mieux le ressenti populaire, auquel se mêle la dureté de ses dénonciations, on trouve : La montagne, qui raconte l’inquiétude de l’homme qui doit émigrer loin de sa terre pour gagner sa vie ; La liberté est en voyage, une dénonciation de la liberté apparente du monde capitaliste ; En groupe, en ligue, en procession, où il fustige les guerres coloniales, et Potemkine (paroles de Georges Coulonges et musique de Ferrat), où il affirme sa conviction que la rébellion contre l’injustice est toujours d’actualité.

Jean Ferrat est venu deux fois dans notre pays. La deuxième à l’occasion du 1er Festival international de la Chanson populaire de Varadero.

En 1972, il quitte la scène, déçu par les nombreux problèmes politiques de son époque, mais aussi très critique par rapport aux multinationales de la musique et à la manipulation de l’industrie du disque qui, selon lui, mettaient en danger l’indépendance de la création. Il meurt à 79 ans, le 13 mars 2010.

Le public parisien considérait Jean Ferrat comme l’« icône chanson rebelle ».

Tiré de Granma

Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 14 Apr 2011 à 02:16

PRELUDIO DE GIRÓN (MEMORIAS)

Letra y música: Silvio Rodríguez

Intérpretes: Grupo Sampling

El aire toma forma de tornado
y en él van amarrados
la muerte y el amor.
Una columna oscura se levanta
y los niños se arrancan
los juegos de un tirón.
Abuela tus tijeras son rurales
y cortan otros males
pero este viento, no.
Guárdate tu oración, amigo viejo,
e invoca a Peralejo,
que nos viene mejor.

Nadie se va a morir, menos ahora
que esta mujer sagrada inclina el ceño.
Nadie se va a morir, la vida toda
es un breve segundo de su sueño.
Nadie se va a morir, la vida toda
es nuestro talismán, es nuestro manto.
Nadie se va a morir, menos ahora
que el canto de la Patria es nuestro canto.

Delante de la columna, al frente,
donde ha viajado siempre
la mira del fusil,
que hable la fértil puntería,
que esa garganta envía
mi forma de vivir.

Con la muerte todas las cosas ciertas
grabaron una puerta
en el centro de abril.
Con la Patria se ha dibujado
el nombre del alma de los hombres
que no van a morir.

 
Girón, preludio. Interpreté par le groupe Sampling
 

 
El pueblo cubano celebra 50 años de Socialismo desde la victoria de Playa Giron (video completo y fotos)


Edité par T 34 - 18 Apr 2011 à 04:03
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 11 May 2011 à 01:18
Silvio Rodrigez inaugure son propre site : http://www.zurrondelaprendiz.com/




Photos et vidéos Silvio inaugura su web “Zurrón del Aprendiz”

Edité par T 34 - 11 May 2011 à 01:19
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 10 Jun 2011 à 04:18
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 03 Feb 2012 à 04:34
La chanteuse cubaine Sara González est décédé.
 

 
Girón, La Victoria - Intérprete: Sara González
 
SARA GONZALES - Su Nombre el Pueblo
 

La compositrice et chanteuse cubaine Sara González est décédée

La Havane, 2 février, (RHC)- La compositrice et chanteuse cubaine Sara González est décédée à La Havane et ses cendres sont exposées ce jeudi au siège de l’Institut Cubain de la Musique. 

Sara González, fondatrice du Mouvement de la Nouvelle Chanson Cubaine a été la voix féminine la plus représentative de la génération de musiciens formée aussi par des compositeurs et des chanteurs comme Silvio Rodríguez, Pablo Milanés et Noel Nicola.

Sara González, qui a reçu l’Ordre Félix Varela de Premier Degré pour son talent interprétatif  s’était présentée dans plusieurs pays d’Amérique Latine et d’autres régions du monde.

Source

Fidel Castro et Raúl Castro envoient des gerbes de fleurs à la mémoire de Sara González

La Havane, 3 février (RHC)- Le leader historique de la Révolution Cubaine, Fidel Castro et le président cubain Raúl Castro ont envoyé des gerbes de fleurs au siège de l’Institut de la Musique, à La Havane,  où se trouvaient exposées les cendres de la compositrice et chanteuse cubaine Sara González, décédée mercredi.

Le Chef d’État du Nicaragua, Daniel Ortega et le Président vénézuélien Hugo Chávez ont également envoyé des gerbes de fleurs à Sara González, figure emblématique du Mouvement de la Nouvelle Chanson Cubaine dont elle a été est l’une des fondatrices.

Jeudi après-midi, des musiciens de plusieurs générations ont organisé à l’Institut de la Musique une cantate à la mémoire de Sara González. Des musiciens comme Carlos Varela et Amaury Pérez ainsi que le Président de l’Union des Écrivains et Artistes de Cuba (UNEAC), l’écrivain Miguel Barnet sont allés également rendre hommage à Sara González.

Pour sa part, le célèbre compositeur et chanteur cubain Silvio Rodríguez a mis sur son blog « Segunda cita » une photo récente de lui avec l’artiste sous le titre « Sara » et sans paroles. De nombreuses personnes ont écrit des commentaires qui font l’éloge de l’œuvre de Sara et qui déplorent son décès.  

Source

Les cendres de Sara González sont dispersées dans la Baie de La Havane.

La Havane, 4 février, (RHC)- Les cendres de la célèbre compositrice et chanteuse cubaine Sara González, décédée mercredi d’un cancer ont été dispersées dans la baie de la Havane selon sa dernière volonté.

 De nombreux messages de condoléances parvenus de tous les coins du monde sont reproduits aujourd’hui par le quotidien Granma dont celui d’Antonio Guerrero, un des 5 antiterroristes cubains prisonniers politiques aux Etats-Unis. Il a indiqué que nous nous souviendrons de Sara sans pleurer, paraphrasant ainsi la strophe d’une de ses chansons emblématiques.

Granma souligne qu’en Équateur, une vingtaine d’artistes du Collectif d’Art Cienfuegos ont exprimé leur admiration pour Sara González et qu’au Nicaragua, le chanteur et compositeur Enrique Mejía Godoy a dit qu’il a pleuré le départ de Sara avec ses chansons à elle.

Granma a publié  également des propos du poète péruvien Hidelbrando Pèrez, coordinateur dans son pays du Réseau des Intellectuels et Artistes en défense de l’Humanité, qui a signalé que Sara González fait partie du contingent qui a assumé avec une conviction, digne d’éloge, les batailles lui permettant de construire un monde nouveau et généreux.

Source


Edité par T 34 - 04 Feb 2012 à 23:56
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 11 Jul 2012 à 00:49

%5bcdr_logo.jpg%5d

Canción de los C.D.R. (Comités de Defensa de la Revolución)

(Eduardo Ramos)

De cara a cara con el porvenir,
qué meta puede hablar,
si no es la meta de vencer o morir.
En cada cuadra un comité,
en cada barrio revolución,
cuadra por barrio, barrio por pueblo,
país en lucha: revolución.

Desde las cuadras crece mi país,
se desarrolla y se proyecta así,
qué importa el reto, la respuesta es:
en cada cuadra un comité,
en cada barrio revolución,
cuadra por barrio, barrio por pueblo,
país en lucha: revolución.

Desde que el sol rompió su molde,
y el enemigo su consuelo,
ya desde entonces la respuesta fue:
en cada cuadra un comité,
en cada barrio revolución,
cuadra por barrio, barrio por pueblo,
país en lucha: revolución.

Desde la sierra a la ciudad,
tanto en el monte como en el mar,
cuadra por barrio, barrio por pueblo
a la vanguardia va el Comité.

 
 



Documentaire sur la Nueva Trova De mi alma recuerdos




Edité par T 34 - 10 Aug 2013 à 05:10
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 11 Aug 2012 à 05:20
LOS MONSTRUITOS - FIDEL CASTRO
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 14 Aug 2012 à 18:31
A l'occasion du 86ème anniversaire de Fidel voici une des dernières chansons de Julián Conrado, Ciudadano Mundial, dédié à Fidel :
 
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 17 Apr 2013 à 21:54
Sara González: Girón, la Victoria
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 10 Aug 2013 à 05:13
Quilapayún - Un son para cuba
 

Un son para Cuba


(Pablo Neruda - Quilapayún)

Si el hondo mar callaba sus dolores
las esperanzas levantó la tierra
éstas desembarcaron en la costa
eran brazos y puños de pelea.

Fidel Castro con quince de los suyos
y con la libertad bajó a la arena
bajó a la arena,
Fidel,
con la libertad,
Fidel.


La isla estaba oscura como el luto
pero izaron la luz como bandera
no tenían más armas que la aurora
y ésta dormía aún bajo la tierra.

Las madres despidieron a sus hijos
el campesino relató su pena
y el ejército libre de los pobres
creció y creció como la luna llena.

Mientras que el movimiento de los libres
movía como el viento las praderas
sacudía los surcos de la isla
surgía sobre el mar como un planeta.

Fidel Castro con quince de los suyos
y con la libertad bajó a la arena
bajó a la arena,
Fidel,
con la libertad,
Fidel,
y el Che Guevara.
Fidel,
y con Camilo,
Fidel,
también Raúl,
Fidel,
y todo el pueblo,
Fidel,
latinoamericano,
Fidel...
 


Edité par T 34 - 18 Aug 2013 à 18:50
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
 Répondre Répondre Page  12>

Aller au Forum Permissions du forum allez vers le bas

Powered by Flex Design® version v8m6r15
Copyright © 2001-2011 Flex Design

Cette page a été affichée en 4,766 secondes.