Forum Unité Communiste Page d'accueil
  Sujets actifs Sujets actifs
  FAQ FAQ  Rechercher dans le Forum   Calendrier   Inscription Inscription  Connexion Connexion
Accueil Forum Accueil Forum > Culture générale > Philosophie

Qu'est-ce que la philosophie?

 Répondre Répondre Page  123>
Auteur
Message
  Sujet Recherche Sujet Recherche  Options des sujets Options des sujets
KGB Shpion allez vers le bas
Intervenant régulier
Intervenant régulier
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: Suisse
Status actuel: Inactif
Messages: 1423
  Citer KGB Shpion Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Sujet: Qu'est-ce que la philosophie?
    Envoyé : 16 Oct 2007 à 22:36
Comment peut-on la définir? Avez-vous une définition bien précise?
Haut de la page
maarnaden allez vers le bas
Intervenant régulier
Intervenant régulier
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 437
  Citer maarnaden Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 17 Oct 2007 à 10:11
    Inspirée des cours de Politzer:

"la philosophie cherche à expliquer l’univers, la nature… C’est l’étude des problèmes les plus généraux."

"le problème fondamental de la philosophie, c’est le rapport entre la matière et la pensée ; deux possibilités s’offrent à nous, soit on considère que la pensée est de la matière, soit qu’elle n’en est pas."
Haut de la page
KGB Shpion allez vers le bas
Intervenant régulier
Intervenant régulier
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: Suisse
Status actuel: Inactif
Messages: 1423
  Citer KGB Shpion Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 17 Oct 2007 à 12:10
"le problème fondamental de la philosophie, c’est le rapport entre la matière et la pensée ; deux possibilités s’offrent à nous, soit on considère que la pensée est de la matière, soit qu’elle n’en est pas."
Je sais bien, mais ceci n'est pas une définition.

"la philosophie cherche à expliquer l’univers, la nature… C’est l’étude des problèmes les plus généraux."

Etre philosophe n'est-ce pas désirer le savoir? (Et donc par conséquent la philosophie ne pourrait rien expliquer, puisque le désir du savoir implique sa non-possession.)


Edité par KGB Shpion - 17 Oct 2007 à 12:11
Haut de la page
jeune_rouge allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant


Depuis le: 19 Nov 2007
Status actuel: Inactif
Messages: 9
  Citer jeune_rouge Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 19 Nov 2007 à 16:20
c'est l'amour de la connaissance et non de la sagesse comme on le pense aujourd'hui.

un site avec un lien sur la philosophie:
http://www.jeunessecommuniste.org
Haut de la page
KGB Shpion allez vers le bas
Intervenant régulier
Intervenant régulier
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: Suisse
Status actuel: Inactif
Messages: 1423
  Citer KGB Shpion Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 19 Nov 2007 à 17:56
Le mot "sophia" est effectivement ambigu, mais entre le savoir et la sagesse, il n'y a pas de grande différences.
La sagesse implique un usage intelligent du savoir.
Haut de la page
Ares allez vers le bas
Camarade assidu
Camarade assidu
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 860
  Citer Ares Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 16 Dec 2007 à 15:22
en grec on appelait "sophoï " ceux qui s'occupaient de connaitre les choses divines et humaines, les origines et les causes de toute chose d'aprés Héraclite, rapporté par Cicéron....
Mais surtout les philosophes n'ont pas tous le même définition de la philo
ainsi pour un philo idéaliste Marx n'est pas un philo, mais un économiste, un historien, un sociologue....
Donc autant de définitions qu'il y a de philosophes et de philosophie....
Haut de la page
Vladimir allez vers le bas
Expulsé
Expulsé
Avatar

Depuis le: 24 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 2925
  Citer Vladimir Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 17 Dec 2007 à 12:43
Ca fait longtemps que Marx est au programme de philo dans les facs. D'ailleurs, je ne connais pas beaucoup de philosophe idéaliste ne considérant pas Marx comme un philosophe. C'est vrai que pendant un certain temps les philosophes marxistes eux-même (dont Althusser)ont envisagé la fin de la philosophie, mais c'est dépassé. Il est loin le temps ou Marx était considéré comme un philosophe par les économistes et comme un économiste par les philosophes.
Haut de la page
Enilast allez vers le bas
Camarade assidu
Camarade assidu
Avatar

Depuis le: 19 Nov 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 939
  Citer Enilast Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 17 Dec 2007 à 14:30
Message posté par Vladimir

Ca fait longtemps que Marx est au programme de philo dans les facs. D'ailleurs, je ne connais pas beaucoup de philosophe idéaliste ne considérant pas Marx comme un philosophe. C'est vrai que pendant un certain temps les philosophes marxistes eux-même (dont Althusser)ont envisagé la fin de la philosophie, mais c'est dépassé. Il est loin le temps ou Marx était considéré comme un philosophe par les économistes et comme un économiste par les philosophes.

Il est même au programme au lycée en philo et aussi en spécialité économie
Haut de la page
Ares allez vers le bas
Camarade assidu
Camarade assidu
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 860
  Citer Ares Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 17 Dec 2007 à 16:47
désolé mais beaucoup d'idéalistes réfutent le caractére de philosophe à Marx
certes moi je vais l'étudier en Terminale ES mais comme j'écoute des philosophes sur france culture (because paternel je vous rassure) je peux vous dire que Marx n'est pas considéré comme un philosophe par la plupart des intervenants de ces émissions !
Haut de la page
Emile allez vers le bas
Camarade assidu
Camarade assidu


Depuis le: 21 Nov 2007
Status actuel: Inactif
Messages: 658
  Citer Emile Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 17 Dec 2007 à 18:07
Etant donné que certains philosophes connus, par exemple Foucault, ont été influencés par Marx, ceux que tu cites doivent élaguer pas mal leurs etudes. Même Léon Brunschwicg, philosophe à l'origine de l'idéalisme critique en France, parlait de Marx dans son cours de philosophie (même si infimement, et en le considérant comme un penseur réactionnaire).
Haut de la page
Vladimir allez vers le bas
Expulsé
Expulsé
Avatar

Depuis le: 24 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 2925
  Citer Vladimir Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 17 Dec 2007 à 18:29
Tout à fait. D'autant plus que leur conception même du marxisme doit être fichtrement tronquée. 
Haut de la page
Cam. KatyuSha allez vers le bas
Camarade assidu
Camarade assidu
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 798
  Citer Cam. KatyuSha Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 17 Dec 2007 à 18:31
Franchement , moi cette année j'étudie pas mal le marxisme en philo , en économie , en science politique et en histoire et on en parle beaucoup , enormement même . Evidemment un ennemi que l'on ne craint pas , on en parle pas .
A l'Assemblée Nationale, les députés n'ont plus accés aux sites porno...pourtant l'on voit encore chaque jour M. Sarkozy cravacher ses ministres, niquer les parlementaires et baiser la démocratie =)
Haut de la page
KGB Shpion allez vers le bas
Intervenant régulier
Intervenant régulier
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: Suisse
Status actuel: Inactif
Messages: 1423
  Citer KGB Shpion Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 17 Dec 2007 à 18:37
Et donc? Que serait la philosophie? Il nous faut bien une définition.
Haut de la page
Cam. KatyuSha allez vers le bas
Camarade assidu
Camarade assidu
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 798
  Citer Cam. KatyuSha Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 17 Dec 2007 à 21:01
Bon certes je ne vais pas mouiller en citant cette définition qui n'est pas de moi mais des soviètique de 55 , mais je penses qu'elle est plus que juste . Nous pourrions nous en inspirer pour faire une définition ( peut être aussi plus courte ^^ ). Voici donc ce que dit le dictionnaire philosophique de la philosophie justement !

PHILOSOPHIE (du grec […] — ami et […] — sagesse). L'objet de la philosophie en tant que science s'est modifié au cours
de l'histoire. Avant l'apparition du marxisme, la philosophie était considérée comme une « science des sciences » englobant
tout le savoir humain et tenant lieu de toutes les sciences Cet état de choses s'expliquait par le faible développement des
connaissances concrètes sur la nature et sur la société, par la différenciation insuffisante de la science. Le progrès des
connaissances concrètes et l'apparition du marxisme ont mis fin à une philosophie de ce genre. La différenciation des
sciences, l'aptitude des sciences expérimentales à découvrir les liaisons réelles des phénomènes de la nature et à substituer
aux fictions de l'ancienne philosophie, surtout idéaliste, un savoir positif et concret ont rendu superflue la « science des
sciences » avec son ambition de bâtir des systèmes universels où les diverses sciences ne représenteraient que des maillons,
seraient subordonnées à la philosophie. La philosophie de Hegel (V.) fut la dernière tentative de ce genre. La fin de la
philosophie en tant que « science des sciences » a été un événement progressiste tant pour les sciences naturelles et sociales
que pour la philosophie elle-même. A l'opposé des systèmes philosophiques antérieurs, la philosophie marxiste n'est pas une
science au-dessus des autres sciences. Elle a pour objet la démonstration de l'antériorité de la matière par rapport à la
conscience, l'étude des lois les plus générales du développement de la nature, de la société et de la pensée ; elle est la
méthode, l'instrument de la connaissance scientifique et de la transformation pratique révolutionnaire du monde.
La question fondamentale de la philosophie est celle des rapports entre l'être et la pensée. Suivant leur façon de trancher ce
problème, tous les courants philosophiques se partagent en deux grands camps : le matérialisme et l'idéalisme.
La lutte entre le matérialisme et l'idéalisme, la consolidation et le développement, au cours de cette lutte, de la tendance
progressiste, matérialiste, représentent une loi de toute l'histoire millénaire de la philosophie. La lutte du matérialisme contre
l'idéalisme reflète la lutte des classes progressistes contre les classes réactionnaires.
Dans les temps les plus reculés, la philosophie était cultivée en Chine et dans l'Inde. Aux VIIe et VIe siècles avant notre ère, la
philosophie apparut dans la Grèce antique où elle atteignit un niveau élevé. Au moyen âge, la philosophie faisait partie de la
théologie et n'existait pas comme science indépendante. Le XVe et le XVIe siècles marquent le début d'un tournant important :
le passage de la scolastique à la recherche expérimentale. Le progrès des rapports capitalistes, de l'industrie et du commerce,
les grandes découvertes géographiques et astronomiques et les réalisations des autres sciences de la nature engendrent une
nouvelle conception du monde basée sur des connaissances acquises par l'expérience. Grâce aux découvertes de Copernic
(V.), de Galilée (V), de Giordano Bruno (V.), la science fait un bond. L'étude des phénomènes de la nature favorise
l'apparition de systèmes philosophiques matérialistes. Au XVIIe et au XVIIIe siècle, la conception matérialiste du monde fait
des progrès rapides. On voit surgir les théories matérialistes de F. Bacon (V.), Hobbes (V.), Toland (V.), Priestley en
Angleterre, de Spinoza (V.) en Hollande, de La Mettrie (V.), Holbach (V.), Helvétius (V.), Diderot (V.) en France, de
Lomonossov (V.), Radichtchev (V.) en Russie. Les philosophes matérialistes critiquent vigoureusement l'idéalisme
philosophique, combattent la religion, défendent le principe de la matérialité du monde, exaltent la raison et les sentiments
humains. Lomonossov découvrit le premier la loi de la conservation de la matière et du mouvement, dont l'importance est
considérable pour la justification scientifique du matérialisme. Radichtchev se fait connaître non seulement comme
matérialiste, mais comme partisan actif de l'abolition du servage. A cette époque, le matérialisme était étroitement lié aux
mouvements sociaux progressistes, à la lutte du peuple et de la bourgeoisie révolutionnaire contre le féodalisme : « Au cours
de toute l'histoire moderne de l'Europe et surtout à la fin du XVIIIe siècle, en France, où se déroulait une lutte décisive contre
tout le fatras du moyen âge, contre la féodalité dans les institutions et dans les idées, le matérialisme fut l'unique philosophie
conséquente, fidèle à tous les enseignements ries sciences naturelles, hostile aux superstitions, au cagotisme, etc. Aussi les
ennemis de la démocratie s'appliquèrent-ils de toutes leurs forces à « réfuter » le matérialisme, à le discréditer, à le calomnier ;
ils défendaient les diverses formes de l'idéalisme philosophique qui de toute façon se réduit toujours à la défense ou au
soutien de la religion » (Lénine : OEuvres choisies en deux volumes, t. I, 1re partie, M. 1954, p. 64). Mais le matérialisme
prémarxiste, était limité par son caractère métaphysique et mécaniste. En matière de vie sociale, ses positions étaient
idéalistes. Il représentait néanmoins, pour son temps, un phénomène éminemment progressiste. (V. Matérialisme mécaniste ;
Métaphysique.)
Au XVIIe et au XVIIIe siècle, le matérialisme voit se dresser contre lui les théories idéalistes de Berkeley (V.), de Hume (V.)
en Angleterre, ainsi que la philosophie allemande de la fin du XVIIIe siècle et du commencement du XIXe siècle, illustrée par
les noms de Kant (V.), Schelling (V.), Fichte (V.), Hegel (V.). Les idéalistes tentent d'annihiler les résultats obtenus en
liaison étroite avec les sciences naturelles par la philosophie matérialiste ; ils s'efforcent de restaurer les idées religieuses de
la primauté de l'« esprit absolu », de Dieu, du « moi » subjectif, etc. Une acquisition importante de la philosophie allemande,
surtout de la philosophie hégélienne, fut la méthode dialectique. Mais cette méthode était bâtie sur des principes erronés,
idéalistes; seul le marxisme, en utilisant le noyau rationnel, l'élément positif de cette méthode, a créé la dialectique
matérialiste révolutionnaire.
Après 1840, il s'est produit dans la philosophie un tournant historique. Sur le fond des toutes dernières réalisations de la
science, surgit la philosophie marxiste, expression théorique des intérêts de la classe la plus révolutionnaire fie la société
capitaliste, le prolétariat. Ce fut un véritable bond révolutionnaire de la vieille à la nouvelle philosophie, la seule qui soit
fondée sur les sciences de la nature et l'histoire de la société humaine. Aucune école, aucun courant philosophique n'a jamais
eu de très nombreux adeptes, n'a jamais exercé une influence sur les larges masses populaires. Les anciens systèmes
philosophiques étaient professés surtout par des individus isolés et ne s'adressaient qu'à des initiés. La philosophie marxiste
n'est pas une école philosophique au sens courant du terme, ce n'est pas simplement une nouvelle école de plus en
philosophie, suivie par une poignée de disciples ; c'est l'idéologie de millions de travailleurs et avant tout de la classe ouvrière,
la classe la plus avancée et la plus révolutionnaire. Le marxisme-léninisme (V.) est l'idéologie du prolétariat, la doctrine qui
indique la voie pour renverser le capitalisme, édifier le socialisme et le communisme. C'est donc la philosophie de millions
d'êtres humains, leur arme de lutte pour leur affranchissement. Aucun système ou école philosophique n'a eu et ne pouvait
avoir de telles qualités. L'ancien matérialisme était contemplatif. La philosophie marxiste a proclamé que son objectif est la
transformation révolutionnaire du monde.
Le marxisme a créé une forme supérieure du matérialisme, le matérialisme dialectique (V.), qui résout tous les problèmes
que posait, sans pouvoir leur apporter de solution, la pensée d'avant-garde prémarxiste. L'ancienne philosophie, y compris la
philosophie matérialiste, était incapable d'expliquer scientifiquement les phénomènes sociaux. Avant Marx et Engels
dominait une conception fausse, idéaliste de l'histoire. Les idéologues du prolétariat ont créé une science sociale aussi précise
que les sciences naturelles Le matérialisme historique (V.) est une des plus belles conquêtes de la philosophie scientifique.
Cette théorie a révélé les forces motrices véritables de l'évolution sociale, a montré aux classes opprimées, en lutte contre le
capitalisme, les lois du développement social, ce qui leur permet d'agir consciemment, en parfait accord avec la nécessité
historique, avec les lois objectives du développement social. Grâce au matérialisme dialectique et au matérialisme historique,
le socialisme qui n'était qu'un rêve utopique est devenu une science véritable. La philosophie marxiste est liée
indissolublement au socialisme prolétarien dont elle constitue le fondement théorique.
En Russie, vers le milieu du XIXe siècle, à l'époque où la paysannerie soutenait une lutte acharnée contre le servage, la
philosophie matérialiste connut un développement intense. Une brillante pléiade de révolutionnaires démocrates, porte-parole
de la révolution anti-servagiste qui montait, se dressa contre l'idéalisme philosophique, instrument de l'ancien régime, et mit
au point la philosophie matérialiste la plus avancée de la période prémarxiste (Biélinski — V., Herzen — V., Tchernychevski
— V., Dobrolioubov — V.). Les démocrates révolutionnaires russes, dont le matérialisme était militant et non contemplatif,
comprenaient la nécessité d'une refonte radicale de la société, s'inspiraient de la théorie du développement et du changement,
avaient conscience du rôle immense des masses populaires dans l'histoire. Marx et Engels avaient la plus haute opinion de
Tchernychevski et de Dobrolioubov qu'ils considéraient comme de grands savants et critiques du capitalisme. Cependant les
conditions de la Russie servagiste n'ont pas permis aux démocrates révolutionnaires de s'élever jusqu'au matérialisme
dialectique et historique bien qu'ils aient avancé dans cette voie.
A la fin du XIXe siècle, parallèlement à l'essor du capitalisme en Russie, grandissait rapidement la classe ouvrière russe
appelée à devenir — à l'époque de l'impérialisme, stade suprême du capitalisme — l'avant-garde de tout le prolétariat
international. Pour des raisons historiques, la Russie était à ce moment le noeud de toutes les contradictions de l'impérialisme.
Le centre du mouvement révolutionnaire s'était déplacé en Russie où mûrissait une grandiose révolution populaire à la tête de
laquelle se trouvait le prolétariat russe, le plus révolutionnaire du monde. C'est pourquoi la Russie devint le foyer du
léninisme, étape nouvelle et supérieure du marxisme, propre à l'époque de l'impérialisme et des révolutions prolétariennes. La
Russie fut la première à briser la chaîne de l'impérialisme et à inaugurer l'ère du triomphe du socialisme. C'est en Russie que
les idées du socialisme scientifique de Marx et d'Engels ont triomphé pour la première fois. La victoire du socialisme en
Russie marque la victoire du marxisme, de la philosophie marxiste. Dans les travaux de Lénine, guide du prolétariat russe et
international, tous les aspects de la philosophie marxiste ont trouvé un nouveau développement. Lénine a enrichi toutes les
parties constitutives de la philosophie marxiste : la méthode dialectique, théorie matérialiste, matérialisme historique. Il a
défendu la philosophie marxiste contre les attaques des opportunistes de la IIe Internationale et a perfectionné encore plus ce
puissant instrument du prolétariat. La philosophie marxiste a continué à se développer dans les travaux de J. Staline. Le
matérialisme dialectique et le matérialisme historique sont aujourd'hui le fondement théorique de la lutte libératrice du
prolétariat de tous les pays, c'est la base théorique de l'édification du socialisme dans les pays de démocratie populaire, de
l'édification du communisme en U.R.S.S. Le matérialisme dialectique est la seule méthode valable des sciences modernes, la
seule théorie scientifique permettant d'expliquer et de transformer la nature et la société.
    

Edité par Cam. KatyuSha - 17 Dec 2007 à 21:03
A l'Assemblée Nationale, les députés n'ont plus accés aux sites porno...pourtant l'on voit encore chaque jour M. Sarkozy cravacher ses ministres, niquer les parlementaires et baiser la démocratie =)
Haut de la page
Vladimir allez vers le bas
Expulsé
Expulsé
Avatar

Depuis le: 24 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 2925
  Citer Vladimir Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 18 Dec 2007 à 10:25
Plus dogmatique et stérile que ça, tu meurs. 
Haut de la page
Ares allez vers le bas
Camarade assidu
Camarade assidu
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 860
  Citer Ares Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 18 Dec 2007 à 16:16
ouais c'est pas que c'est faux mais c'est imangeable !
Haut de la page
Cam. KatyuSha allez vers le bas
Camarade assidu
Camarade assidu
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 798
  Citer Cam. KatyuSha Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 18 Dec 2007 à 17:24
Pourtant ce n'est pas une source hojdiste mais bien soviètique , de 1955 qui plus est !


PETIT DICTIONNAIRE
PHILOSOPHIQUE
Sous la direction de M. Rosentahl et P. Ioudine
Le Petit dictionnaire philosophique est
conforme à l'édition abrégée du texte russe
publié par les Editions politiques d'Etat
(Moscou, 1955).
Edition électronique réalisée par Vincent Gouysse à partir de
l’ouvrage paru en 1955 aux Editions en langues étrangères de Moscou.
Les portraits ainsi que les termes grecs ne sont pas reproduits dans
cette édition, ces derniers étant signalés par […]. Edité avant
l’officialisation du triomphe des révisionnistes soviétiques, cet ouvrage
ne comporte pas de révision flagrante des principes du marxismeléninisme,
à l’exception de quelques appréciations anti-matérialistes
sur la Chine maoïste — en particulier l’incompréhension du caractère
révisionniste et nationaliste bourgeois des thèses sur la « démocratie
nouvelle ». (Voir notre étude « Impérialisme et anti-impérialisme ».)
A l'Assemblée Nationale, les députés n'ont plus accés aux sites porno...pourtant l'on voit encore chaque jour M. Sarkozy cravacher ses ministres, niquer les parlementaires et baiser la démocratie =)
Haut de la page
Ares allez vers le bas
Camarade assidu
Camarade assidu
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 860
  Citer Ares Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 28 Dec 2007 à 21:05
parceque tu trouves que les textes soviétiques sont tous d'une grande finesse dialectique? Tu blagues j'éspére, c'est y compris jusqu'à Brejnev, d'un dogmatisme qui cachait mal la réalité plus...discutable selon les canons marxistes.....
Haut de la page
Cam. KatyuSha allez vers le bas
Camarade assidu
Camarade assidu
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 798
  Citer Cam. KatyuSha Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 28 Dec 2007 à 23:54
Pas dit le contraire , en plus c'est un définition de dico , et les def de dico sont rarement d'une grande finesse dialectique . De plus j'ai dit qu'on pourrait s'en inspiré . Ensuite sa a été rédigé par des marxistes-léninistes ( bien qu'il y ai dans ce même dico une mauvaise appreciation de la Chine Populaire et de Tito ) soviètiques donc ca ne peut pas être que mauvais ( sauf si il avait été écrit après le XXeme congres , là il y aurait eu de forte chance qu'il soit totalement mauvais )
A l'Assemblée Nationale, les députés n'ont plus accés aux sites porno...pourtant l'on voit encore chaque jour M. Sarkozy cravacher ses ministres, niquer les parlementaires et baiser la démocratie =)
Haut de la page
Emile allez vers le bas
Camarade assidu
Camarade assidu


Depuis le: 21 Nov 2007
Status actuel: Inactif
Messages: 658
  Citer Emile Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 29 Dec 2007 à 00:10
Pourquoi il aurait été totalement mauvais ?
Haut de la page
 Répondre Répondre Page  123>

Aller au Forum Permissions du forum allez vers le bas

Powered by Flex Design® version v8m6r15
Copyright © 2001-2011 Flex Design

Cette page a été affichée en 0,070 secondes.