Forum Unité Communiste Page d'accueil
  Sujets actifs Sujets actifs
  FAQ FAQ  Rechercher dans le Forum   Calendrier   Inscription Inscription  Connexion Connexion
Accueil Forum Accueil Forum > Actualités > Actualités francophones

Elections en Belgique

 Répondre Répondre
Auteur
Message
  Sujet Recherche Sujet Recherche  Options des sujets Options des sujets
Rogue allez vers le bas
Intervenant régulier
Intervenant régulier
Avatar

Depuis le: 19 Jan 2011
Pays: Belgique
Status actuel: Inactif
Messages: 290
  Citer Rogue Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Sujet: Elections en Belgique
    Envoyé : 15 Oct 2012 à 09:33

Percée du PTB+ dans le pays


"La Cité ardente est plus rouge ce soir."

Le PTB+ s'est enorgueilli dimanche dans un communiqué d'avoir réalisé une "percée" telle que le propulse aujourd'hui comme "force émergente à gauche dans toute la Belgique". Le parti du travail de Belgique (PTB+) obtient pas moins de 12 conseillers communaux dans l'agglomération liégeoise tandis qu'avec 4 conseillers communaux et 8 %, il fait une "entrée remarquée" au conseil communal à Anvers.

Le PTB+ obtient ses premiers élus en région bruxelloise à Molenbeek et à Schaerbeek, et dans le Hainaut, à Mons et à Charleroi (sous réserve des derniers résultats). Il confirme son élu à La Louvière.

À Genk, le parti de gauche passe de 1 à 3 sièges avec 8,8 %. Le PTB+ confirme à Zelzate (Gand) avec 22 % et six sièges. Le parti avance aussi à Gand, Malines, Louvain et Namur avec ses scores approchant les 3 %.

Avec 12 sièges communaux en région liégeoise, le PTB+ perce à Liège (6,5 %, 2 sièges), à Seraing (14 %, 5 sièges), Herstal (14 %, 4 sièges) et à Flémalle (6,3 %, 1 siège).

"La Cité ardente est plus rouge ce soir", a indiqué Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB+ qui rentre au conseil communal de Liège. "Nous devenons le deuxième parti à Seraing et Herstal et nous faisons notre entrée au conseil communal dans une grande ville wallonne. Nous avons pu imposer à l'agenda politique nos thèmes de campagne. Et nous avons ressenti, parmi la population, le besoin d'un véritable parti de gauche, en paroles et en actes", a-t-il ajouté.

Le président du parti, Peter Mertens, a pour sa part été élu à Anvers. Se présentant comme "l'opposition sociale", il promet la vie dure au futur bourgmestre Bart De Wever.

source

"La citatiomanie est notre plus grande ennemie" - Lénine :-)
Haut de la page
Rogue allez vers le bas
Intervenant régulier
Intervenant régulier
Avatar

Depuis le: 19 Jan 2011
Pays: Belgique
Status actuel: Inactif
Messages: 290
  Citer Rogue Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 15 Oct 2012 à 09:37

Surprenante percée du PTB

Bernard Demonty
| mise à jour

Le parti du travail de Belgique fait une percée : il devient deuxième parti à Herstal et Seraing. Gagne deux sièges à Liège. Et Monte à Anvers. Hedebouw :  « Cela dépasse nos espérances. »

Le PTB a réalise des scores dépassant les prévisions, tant en Wallonie qu’en Flandre. C’est surtout à Liège et Anvers que la victoire est spectaculaire.

Le parti d’extrême-gauche emporte deux sièges au conseil communal de la Cité ardente et obtient 6,5 % des suffrages. Les scores sont plus élevés encore dans la région liégeoise. A Seraing, le parti a séduit 14 % des électeurs, et devient le deuxième parti, derrière le PS. Performance également à Herstal, où le PTB devient aussi le deuxième parti, toujours derrière le PS, et obtient 14 % des voix.

En Flandre, le PTB avait mis toutes se forces sur Anvers. Avec succès également : aux derniers comptages, le parti avait séduit 8,64 % des électeurs, alors qu’il dépassait à peine le pourcent aux précédentes communales.

A quoi doit-on cette victoire ? Les bastions où le PTB fait des scores sont particulièrement touchés par la crise. C’est particulièrement vrai à Liège, Seraing et Herstal, où les restructurations dans la sidérurgie ont pesé de tout leur poids.

Pour Raoul Hedebouw, le porte-parole du parti, sa formation a séduit les déçus de la gauche. « Nous avons pris des voix au PS. Il a affiché une ligne plus au centre, et de nombreux électeurs ont choisi de voter plus à gauche. » Raoul Hedebouw attribue aussi la victoire de son parti aux efforts du centre d’étude, qui a révélé les avantages fiscaux de grandes entreprises et au « travail de terrain du parti. »

Il a conclu : « Nous réalisons ce soir une percée. Une percée surprenante, nous ne nous attentions pas à des scores aussi élevés. »

source

"La citatiomanie est notre plus grande ennemie" - Lénine :-)
Haut de la page
Rogue allez vers le bas
Intervenant régulier
Intervenant régulier
Avatar

Depuis le: 19 Jan 2011
Pays: Belgique
Status actuel: Inactif
Messages: 290
  Citer Rogue Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 15 Oct 2012 à 16:28

Dans le journal l'Humanité :


Municipales en Belgique : Le PTB devient la force émergente de gauche


Les élections municipales en Belgique ont été marquées par l’émergence du Parti des Travailleurs Belges qui s’implante dans toutes les grandes villes, flamandes comme wallonnes. C’est une véritable percée pour le parti au slogan : « les gens d’abord, pas le profit ».

«La Cité ardente est plus rouge ce soir», a indiqué Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB+ qui rentre au conseil communal de Liège. «Nous devenons le deuxième parti à Seraing et Herstal et nous faisons notre entrée au conseil communal dans une grande ville wallonne. Nous avons pu imposer à l’agenda politique nos thèmes de campagne. Et nous avons ressenti, parmi la population, le besoin d’un véritable parti de gauche, en paroles et en actes» !

Le Parti du Travail Belge qui ne dépassait pas les 2 % à l’échelle nationale se voit aujourd’hui récompensé de son engagement dans la crise, dans sa lutte claire contre les injustices sociales. Dans certaines municipalités, principalement au Sud du pays,le PTB devient le deuxième parti avec 14 % des suffrages. Avec 12 sièges communaux, le PTB+ perce dans l’agglomération liégeoise. Le PTB+ obtient ses premiers élus en région bruxelloise à Molenbeek et à Schaerbeek, et au Hainaut à Mons et à Charleroi.

Une opposition constructive, sociale, et forte

A Anvers, ville tombée à l’extrême droite, que Bart De Wever, le patron de la N-Van a réussi à ravir aux socialistes. Le PTB et son score de 8 %, fort de 4 conseillers communaux et 17 conseillers de districts veut se créer une vraie assise sociale dans la plus grande ville flamande et promet la vie dure au futur bourgmestre : « Nous pouvons être contents : il va enfin y avoir un parti à Anvers qui va mener une opposition sociale. Nous allons mener, dans les prochaines années, une opposition constructive, sociale, mais forte face au futur bourgmestre Bart De Wever. Le changement commence à Anvers ; nous devons transformer notre score en une organisation forte et en une pression venant de la base. »

Ravi de sa percée, le PTB, dès avant la communication de tous les résultats, a annoncé : « le PTB+ a émergé comme une force qui s’engagera, et au niveau communal et au niveau national, dans une opposition sociale de gauche. »

Source


Edité par Rogue - 15 Oct 2012 à 23:30
"La citatiomanie est notre plus grande ennemie" - Lénine :-)
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 16 Oct 2012 à 15:38

Elections locales en Belgique: percée significative du Parti du travail (PTB) avec une trentaine d'élus, et une moyenne de 4-5% dans les principales villes du pays

ptb

Elections locales en Belgique: percée significative du Parti du travail (PTB) avec une trentaine d'élus, et une moyenne de 4-5% dans les principales villes du pays

Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

Les élections communales et provinciales du 14 octobre mettaient à l'épreuve non seulement la « grande coalition » menée par le PS et soutenue par les principaux partis de centre-droit (chrétiens-démocrates, réformateurs du MR, centristes humanistes), mais aussi l'unité même de la Belgique.

Si le Parti socialiste est parvenu à maintenir ses positions dans ses bastions du bassin minier wallon et des grandes villes de Flandres, les partis de la « grande coalition » ont globalement souffert de la politique de « rigueur » menée par Bruxelles, laissant un espace à des partis aux marges du système.

Le premier enseignement, c'est naturellement la progression des nationalistes flamands conservateurs du NV-A (Nouvelle alliance flamande), symbolisée par la conquête de la deuxième ville du pays : Anvers. Les nationalistes arrivent également en tête des élections provinciales en Flandres avec 28,5% des voix.

Le second est plus positif pour les communistes et les progressistes, c'est la percée du Parti du travail de Belgique (PTB), qui obtiendrait – dans la mesure où les scores puissent être agrégés, pour ce qui est une élection locale – autour de 4% en Wallonie et 5% en Flandres, si on prend en compte les communes et les provinces où se présentaient des candidats du PTB.

Un résultat du PTB à valoriser triplement pour les communistes et les progressistes

Ce résultat se révèle, pour les communistes et progressistes des triplement positif :

  • d'une part parce que le PTB se revendique du marxisme et du léninisme, s'inscrit dans la démarche de coordination des Partis communistes et ouvriers et combat le projet de dissolution des Partis communistes dans une gauche réformiste euro-compatible porté par le PGE (Parti de la gauche européenne) ;

     

  • d'autre part parce que le PTB est le seul parti véritablement national et unitaire, refusant la division de la vie politique belge entre francophones et néerlandophones ;

     

  • enfin, parce que le PTB a noué des alliances historiques avec le Parti communiste (les listes PTB+) dans certaines villes Wallones comme à Liège, Verviers, Seraing ou Herstal, au moment même où le projet de « Front des gauches » porté par la direction du PC belge, en collaboration avec la LCR trotskiste est en pleine décrépitude.

Analyse des résultats du PTB : spectaculaire progression en Flandres, percée en Wallonie

Si toute généralisation en terme de pourcentages est problématique, le PTB a obtenu en tout 80 000 voix aux élections communales et 135 000 voix aux élections provinciales.

Dans les communes dans lesquelles le PTB s'est présenté, les scores tournent en moyenne autour de 4% en Wallonie et 5% en Flandres, ce qui révèle une homogénéisation d'un parti historiquement implanté plutôt en Flandres.

Le PTB obtient finalement 31 conseillers communaux, 17 élus de district (à Anvers) et 4 conseillers provinciaux

L'analyse plus détaillée des résultats, ville par ville, révèlent l'ampleur de la progression du PTB :

En Flandres même, le PTB réalise une progression spectaculaire. A Anvers, deuxième ville du pays il quadruple son score, passant de 1,8 à 8%, obtenant 4 conseillers communaux, 17 conseillers de district et 2 conseillers provinciaux. A Genk, il passe de 5,6 à 8,8%, obtenant trois conseillers communaux.

Le PTB réalise ses meilleurs scores dans les communes de Houthalen, dans la province de Limburg, avec 16% et 3 conseillers communaux, et dans la ville ouvrière de Zelzate en Flandres orientale, avec 22% et 6 conseillers.

Il obtient des scores honorables dans les autres villes moyennes dans lesquelles il s'est présenté, récoltant autour de 3% des voix à Malines, Gent ou encore Leuven.

Les résultats du Parti en Wallonie sont eux une relative nouveauté, tirant profit de l'alliance historique avec certaines sections du Parti communiste, dans l'agglomération liégeoise

A Liège, le PTB+ réalise ainsi 6,5% (1,4% en 2006) mais obtient des scores à deux chiffres dans la banlieue ouvrière Liégeoise, avec 14% des voix à Seraing et Herstal. Le PTB+ obtient en tout 12 places de conseillers dans l'agglomération.

Les résultats dans le « pays noir » du Hainaut sont également positifs : 3,5% à Charleroi (2% en 2006), 3,6% à Mons (1,2% en 2006), 4,5% à La Louvière, avec un conseiller communal dans chacune de ses municipalités.

Enfin, dans l'agglomération Bruxelloise, si les résultats restent modestes dans la commune de Bruxelles (1,5%), les bons résultats dans la banlieue obtenus à Molenbeek (4,5%) et Schaerbeek (3,5%) permettent à deux élus du PTB de faire leur entrée dans les conseils communaux de leur cité.

« Transformer notre score en une opposition forte et en pression venant de la base »

Selon le porte-parole du PTB+, Raoul Houdebouw, tête de liste à Liège et nouveau conseiller communal, le succès du PTB est aussi celui de l'accent mis sur des revendications concrètes et sur une alternative de gauche à la politique dominante :

« Nous avons pu imposer à l’agenda politique nos thèmes de campagne comme le logement, de l’emploi et la taxation des déchets. Et nous avons ressenti, parmi la population, le besoin d’un véritable parti de gauche, en paroles et en actes. »

Raoul Houdebouw en a également profité pour saluer l'importance du soutien du Parti communiste, dont un candidat a par ailleurs été élu à Seraing.

Pour Peter Mertens, président du PTB+, tête de liste à Anvers, le score du PTB est une bonne nouvelle pour la population anversoise qui permet de contre-balancer la victoire des nationalistes flamands :

« Nous allons mener, dans les prochaines années, une opposition constructive, sociale, mais forte face au futur bourgmestre Bart De Wever. »

Il s'agit désormais de faire de ses bons scores électoraux un point d'appui pour les luttes à l'échelle de la commune et du pays : « Le changement commence à Anvers ; nous devons transformer notre score en une organisation forte et en une pression venant de la base ».

Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 17 Oct 2012 à 20:49

Raoul Hedebouw « Une expression de la colère »

porte-parole du Parti du travail belge (PTB).

Quelle analyse faites-vous des résultats ?

Raoul Hedebouw. Ceux du Parti du travail 
sont très bons, dépassant nos espérances. Nous avons désormais 52 élus, nous en avions 15 en 2006. Nous voulions marquer la présence d’une vraie gauche dans les grandes villes. C’est fait. Nous avons 2 élus à Liège, 5 à Herstal et 5 à Seraing, deux villes où le PTB devient le deuxième parti après le PS. En Flandre, nous avons 4 élus à Anvers et 17 dans le district, 2 conseillers provinciaux à Anvers et 2 à Liège. Plus, dans cette ville, un élu de Vega, qui n’est pas tout à fait sur nos positions mais avec qui nous espérons bien travailler.

Comment expliquez-vous le raz-de-marée de la NVA ?

Raoul Hedebouw. C’est pour moi une expression de la colère des gens pris dans une crise européenne dont ils ne voient pas l’issue. La NVA, au lieu de leur expliquer les véritables raisons qui tiennent au système libéral, leur fait diriger cette colère vers le bas, en accusant les Wallons et les immigrés. À nous, la gauche, de la retourner vers le haut, vers les vrais responsables, les financiers, les spéculateurs, les politiques européennes complices qui ne font qu’aggraver la crise. C’est le sens de la contre-offensive que nous avons lancée depuis quelques années et qui commence à porter ses fruits. Nous voulons être en même temps une force de résistance au nationalisme de la NVA. C’est pourquoi nous voulions au moins un élu à Anvers : nous en avons quatre. Ce succès, nous l’avons obtenu en présentant des listes unitaires bilingues pour montrer notre refus d’un nationalisme qui se nourrit de la crise et qui est un vrai danger, pour la Belgique, mais aussi pour d’autres pays en Europe.

Pourquoi cette différence en Flandre ? Le SPA (PS flamand) 
s’effondre à Anvers et triomphe à Gand....

Raoul Hedebouw. Gand est un peu un cas particulier, avec 
un SPA plus à gauche que dans le reste du pays et qui 
échappe à l’alignement des sociaux-démocrates sur la 
pensée dominante, le néolibéralisme, et à leur complaisance 
à l’égard des nationalistes. Il ne faut pas oublier que le SPA a été, dans l’histoire, un précurseur de cette pensée. La Flandre, toute la Belgique, a un urgent besoin d’une autre gauche, réellement décomplexée vis-à-vis de la pensée dominante. C’est ce que nous voulons construire.

Entretien réalisé par F. G-R

Le spectre du séparatisme revient en force par Anvers

Une Flandre plus à droite, une  Wallonie plus à gauche, les élections locales en Belgique ont encore accentué le divorce entre les deux principales régions du pays, promettant au gouvernement Di Rupo des lendemains difficiles.

Belgique, correspondance. Après sa victoire à Anvers, Bart De Wever, le leader nationaliste flamand, n’aura pas perdu de temps pour afficher la couleur. Dès son premier discours post-électoral, devant les militants exaltés de son parti, la Nouvelle Alliance flamande (NVA), il a lancé un défi au premier ministre socialiste, Elio Di Rupo, et au gouvernement fédéral. « Ce jour, a-t-il dit, est un tournant de l’histoire. Nous avons remporté la plus grande victoire depuis la Seconde Guerre mondiale. À l’avenir, la NVA devra jouer son rôle de la rue de la Loi (1) à la place du village. Je lance un appel à Elio Di Rupo et à son gouvernement : préparez avec nous dès maintenant la réforme confédérale. » C’est-à-dire la réalisation du premier point de son programme séparatiste : mettre fin à la Belgique fédérale et la remplacer par une confédération de plusieurs micro-États.

Une « déclaration unilatérale », rejetée par Elio Di Rupo. Depuis sa ville de Mons où il venait d’obtenir la majorité absolue, il a dit et répété : « Nous sommes dans des élections communales, sans aucune relation avec des élections fédérales. 2012 n’est pas 2014 (date des prochaines élections législatives et régionales – NDLR). Le gouvernement va continuer les réformes. Par ces temps de crise de l’euro zone, on a besoin de stabilité, pas de provocations. »

Le PS plutôt conforté en Wallonie et à Bruxelles

Un discours partagé par la plupart des partis francophones qui rejettent « le diktat flamand », à une exception près : le chef du parti libéral (MR) Charles Michel a sauté sur l’occasion pour accuser les dirigeants de la Wallonie (majoritairement socialiste) d’être responsables du triomphe de la NVA : « La raison principale en est l’incapacité de la Wallonie et de Bruxelles à réussir le redressement économique et social. Il est temps de prendre des décisions courageuses. »

Voilà qui promet des lendemains difficiles à Elio Di Rupo, même si son parti, le PS, sort plutôt conforté par le scrutin en Wallonie et à Bruxelles, où il reste le premier parti. Il y a d’ailleurs peu de changement dans le paysage politique francophone. Les libéraux du Mouvement réformateur reculent à Liège et Bruxelles, mais progressent dans le Brabant wallon. Le Centre démocrate humaniste (CDH, ex-parti social-chrétien) régresse légèrement. Le FN s’effondre, comme le Vlaams Belang en Flandre. Les écolos, en revanche, sont en progression.

Dans la périphérie de Bruxelles, les maires francophones résistent bien à la vague flamande et l’épouse du président européen, Van Rompuy, qui présentait une liste flamande, échoue.

L’autre élément marquant de ce scrutin est la nette percée du Parti du travail de Belgique (voir ci-contre l’interview de son porte-parole).

Reste la Flandre, où « l’immense vague jaune et noir » exaltée par Bart De Wever s’étend sur trois des cinq provinces. Mais le « roi de Flandre » a eu beau monter avec ses troupes à l’hôtel de ville de Bruxelles, il lui reste à trouver une majorité. Il a, dès dimanche soir, fait des avances au vaincu, l’ancien maire socialiste Patrick Janssens, qui, pour l’instant, n’a répondu que par des larmes.

(1) Siège du gouvernement fédéral 
et du Parlement.

Nationalisme et culte de la personnalité 

Bart De Wever a sucé le nationalisme flamand dès son berceau. Son grand-père était secrétaire du Vlaams Nationaal Verbond, parti nationaliste né dans la foulée des fascismes en Europe 
et qui collabora avec l’Allemagne d’Hitler, espérant mettre à profit l’occupation pour réaliser l’indépendance de la Flandre. Son père était membre de la Volksunie, parti conservateur catholique et nationaliste qui explosa en 2001. Son aile droite a donné la NVA dont Bart 
De Wever, poursuivant la lignée, prit la tête 
dès 2003, à trente-trois ans. Son ascension fulgurante jusqu’à la mairie d’Anvers s’explique par une volonté inébranlable alliée à un art consommé 
de la communication. Tout est bon pour faire parler de lui : jouer les pipole en participant 
à des jeux télévisés ou faire un livre de sa victoire contre l’obésité. Surfant avec démagogie sur les conséquences tragiques de la crise pour les plus pauvres, il parcourt le pays avec des camionnettes pleines de billets symbolisant ce que la Flandre doit payer à ces « paresseux de Wallons »...

Françoise Germain-Robin

Source

Le PTB, c’est qui ?

Le Parti du travail de Belgique (PTB) a fait l’événement avec une percée électorale remarquée lors des élections municipales et provinciales belges. La première chose à en dire est qu’il est le seul parti unitaire du pays, dont il refuse la division. Résolument bilingue, le PTB s’appelle PVDA (Partij van de Arbeid van België) en Flandre et revendique 4 500 membres. Sous sa forme actuelle, il date de 1979. Il était alors l’héritier du groupuscule marxiste-léniniste Amada, fondé dans les années soixante à l’université de Louvain. Son premier président, Ludo Martens, était un admirateur de Staline à qui il a consacré un livre. Après avoir connu diverses évolutions, le PTB a tenu, en 2008, un congrès qui a profondément modifié sa ligne politique : il reste marxiste mais annonce l’abandon du sectarisme et des références au stalinisme ou au maoïsme. Il s’ouvre, fait porter ses efforts sur la communication et se montre très inventif. Son président, Peter Mertens, vient de faire son entrée au conseil communal d’Anvers où il aura à affronter le leader nationaliste Bart De Wever. Son très médiatique porte-parole, Raoul Hedebouw, est élu à Liège. Son ancrage dans les milieux populaires doit beaucoup aux maisons médicales de Médecine pour le peuple, fondée en 1985 par un médecin d’origine allemande, Hans Krammish. 
Le PTB dispose d’un hebdomadaire bilingue, Solidaire, 
qui organise depuis trois ans une fête populaire sur le modèle de notre Fête de l’Humanité. Son rédacteur en chef, David Pestiau, dirige un centre d’études qui a fait des révélations retentissantes sur la manière dont les banques et les grands groupes s’arrangent pour échapper au fisc. Grâce aux travaux d’un inspecteur des impôts, Marco van Hees, il est à l’origine des révélations récentes 
sur la holding financière belge de Bernard Arnault.

Par Françoise Germain-Robin, journaliste

Elections en Belgique: Félicitations aux camarades du PTB!
 


Comuniqué du RCC
 
Intéressés surtout par tout affaiblissement du mouvement ouvrier, la presse bourgeoise n’a fait écho qu’à la victoire des fascistes Belges du NVA qui ont remporté la ville d’Anvers, mais ceci ne doit pas nous cacher que le Parti du Travail de Belgique (PTB), à l’instar du Front de gauche dans notre pays en obtenant 80 000 voix aux élections communales et 135 000 voix aux élections provinciales devient une force électorale émergente avec un total de 52 élus en 2012 alors qu’il n’en avait que 15 en 2006.
Dans plusieurs villes de Belgique nos camarades font une percée électorale remarquable tant en Flandres qu’en Wallonie et à Bruxelles par une campagne dont le contenu progressiste antilibéral est résumé ainsi par le porte-parole du PTB : « Nous avons pu imposer à l’agenda politique nos thèmes de campagne comme le logement, de l’emploi et la taxation des déchets. Et nous avons ressenti, parmi la population, le besoin d’un véritable parti de gauche, en paroles et en actes ». Raoul Hedebouw précise que le PTB a capté les voix des électeurs qui commencent à comprendre que le PS n’est de « gauche » que pour tromper les travailleurs : « Nous avons pris des voix au PS. Il a affiché une ligne plus au centre, et de nombreux électeurs ont choisi de voter plus à gauche ».
Tout comme chez nous le défi que pose la crise du capitalisme au mouvement ouvrier est sa capacité d’affronter les vautours de la bourgeoisie eurocrate et sa politique d’appauvrissement généralisé des travailleurs et des peuples tout en combattant les sirènes fascistes du NVA en Belgique et du FN chez nous autres bras armés de la même bourgeoisie eurocrate. Signalons enfin que l’écologie politique, les Verts arrimés au PS perdent des voix au profit de nos camarades du PTB.
Le RCC adresse ses félicitations aux militants communistes du PTB.
 


Edité par T 34 - 30 Oct 2012 à 18:44
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
Gorri allez vers le bas
Moderateur
Moderateur


Depuis le: 04 Oct 2007
Status actuel: Inactif
Messages: 187
  Citer Gorri Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 19 Oct 2012 à 20:07
Message posté par T 34

Son ancrage dans les milieux populaires doit beaucoup aux maisons médicales de Médecine pour le peuple,


Tout à fait; j'ai d'ailleurs insisté là-dessus quand je parlais à des amis ou la famille: le PTB est le seul parti qui fait autre chose que publier des albums photo people sur les murs ou une gestion de routine (voirie, espaces verts etc): il y a les maisons médicales.
El mall, la falç, i la flama que abrusa
Haut de la page
Guests allez vers le bas
Guest Group
Guest Group
  Citer Guests Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 21 Oct 2012 à 23:30
Mais le PTB/Comac, c'est ça aussi...



Smile
Haut de la page
Rogue allez vers le bas
Intervenant régulier
Intervenant régulier
Avatar

Depuis le: 19 Jan 2011
Pays: Belgique
Status actuel: Inactif
Messages: 290
  Citer Rogue Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 24 Oct 2012 à 17:35
Euh... c'est quoi le rapport avec médecine pour le peuple ?

Tu n'aimes pas les femmes, Camarondeplata ?^^
"La citatiomanie est notre plus grande ennemie" - Lénine :-)
Haut de la page
DOXA allez vers le bas
Camarade assidu
Camarade assidu
Avatar

Depuis le: 01 Mar 2009
Status actuel: Inactif
Messages: 506
  Citer DOXA Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 27 Oct 2012 à 19:58
faut croire que non !
Haut de la page
Guests allez vers le bas
Guest Group
Guest Group
  Citer Guests Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 27 Oct 2012 à 22:03
Alors comme ça cette photo postée sur FB par un militant Comac ne vous pose aucun problème, ni ne suscite aucun questionnement? A croire que ni Rogue ni Doxa n'ont jamais entendu parler du patriarcat... La preuve de votre absence de matérialisme et de votre interprétation réactionnaire du monde n'est donc plus à faire. Car c'est quoi pour vous le patriarcat. Une abstraction?

Edité par Camarondeplata - 27 Oct 2012 à 22:04
Haut de la page
Rogue allez vers le bas
Intervenant régulier
Intervenant régulier
Avatar

Depuis le: 19 Jan 2011
Pays: Belgique
Status actuel: Inactif
Messages: 290
  Citer Rogue Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 29 Oct 2012 à 13:33
LOL

Je ne sais pas trop si tu blagues ou si tu parles sérieusement, alors dans le doute, je vais essayer de te répondre sérieusement :

1) Je trouve qu'en confondant le fond et la (les) forme(s) comme tu le fais, tu n'as justement pas une approche très matérialiste : être féministe, c'est défendre le droit des femmes, réclamer des salaires égaux, dénoncer les discriminations au travail, etc... et non s'offusquer à la vue de deux soutiens-gorge comme si nous étions des mormons (ta photo, c'est pas une pub sexiste pour coca-cola, que je sache ?).

2) Comac et le PTB+ sont à la première ligne du combat féministe tel que je le définis ci-dessus, fais-moi confiance... mais si tu ne me crois toujours pas, tu peux toujours demander à toutes les femmes qui y sont et qui luttent (à commencer par les deux filles sur ta photo, pourquoi pas).

3) Ce n'est pas une première que des femmes décident de manifester en (très) petite tenue pour une cause féministe (attention, cette image peut choquer ^^) :



Alors, tu vas exiger d'elles qu'elles mettent un veston-cravate ? Ok, on va voir comment tu seras reçu... LOL Et je comprendrai leur réaction ; après tout, personne ne se plaint jamais de voir des torses-nus, quand il s'agit d'hommes.

4) Je croyais qu'il n'y avait que les gros réac' qui s'amusaient à épier les fesse-book et compagnie à la recherche de photos soi-disant compromettantes, qu'il ne reste plus qu'à diffuser sur les forums en dehors de tout contexte pour faire dire tout et (surtout) n'importe quoi.

5) A moins d'ouvrir un débat sur le sujet, je ne réponds plus à ce HS qui a quand même commencé, il faut bien le dire, sur un bon gros troll.


Edité par Rogue - 30 Oct 2012 à 10:47
"La citatiomanie est notre plus grande ennemie" - Lénine :-)
Haut de la page
WAR-AXE allez vers le bas
Intervenant régulier
Intervenant régulier
Avatar

Depuis le: 11 May 2008
Pays: Belgique
Status actuel: Inactif
Messages: 46
  Citer WAR-AXE Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 02 Nov 2012 à 18:04
@Rogue: c'est ce qui s'appelle botter en touche. La question était, je pense, de savoir si tu avais déjà entendu parler du patriarcat, et tu te dédouanes en parlant de "féminisme", et de quel féminisme!!!
Pour se qui est de facebook, c'est drôle que tu te moques. J'ai moi-même un compte FB, je sais donc très bien que sur FB les pétébistes pullulent littéralement (Raoul et Peter y ont chacun un compte), ta position sur le sujet est donc un zeste schizo.
Quant à savoir si la photo est un hors-sujet, il me semble que tu n'es ni modo ni admin que je sache...


Edité par WAR-AXE - 02 Nov 2012 à 19:37
Haut de la page
Rogue allez vers le bas
Intervenant régulier
Intervenant régulier
Avatar

Depuis le: 19 Jan 2011
Pays: Belgique
Status actuel: Inactif
Messages: 290
  Citer Rogue Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 02 Nov 2012 à 21:34
Message posté par WAR-AXE

@Rogue: c'est ce qui s'appelle botter en touche. La question était, je pense, de savoir si tu avais déjà entendu parler du patriarcat, et tu te dédouanes en parlant de "féminisme", et de quel féminisme!!!

Nan mais c'est pathétique ce "débat", je sais même pas pourquoi je passe mon temps à répondre à ça.

1) Pour le patriarcat, d'abord il n'y avait pas de question, relis bien (seulement des sous-entendus pitoyables), ensuite -oui- on vit dans une société patriarcale ; maintenant explique-moi un peu en quoi le fait de vouloir empêcher des femmes de manifester dévétues si elles le souhaitent serait une forme de "lutte" contre le patriarcat... J'attends des arguments concrets, et non des positions de principe à deux sous.

2) Pour le féminisme, je recommence  :

Message posté par Rogue

être féministe, c'est défendre le droit des femmes, réclamer des salaires égaux, dénoncer les discriminations au travail, etc... et non s'offusquer à la vue de deux soutiens-gorge comme si nous étions des mormons

Je sais pas quoi ajouter de plus ; oui c'est ma vision du féminisme, et celle que partage d'ailleurs la plupart des camaradEs... ça te choque ?

Message posté par WAR-AXE

Pour se qui est de facebook, c'est drôle que tu te moques. J'ai moi-même un compte FB, je sais donc très bien que sur FB les pétébistes pullulent littéralement (Raoul et Peter y ont chacun un compte), ta position sur le sujet est donc un zeste schizo.

Je t'explique : j'ai moi-aussi un compte facebook depuis septembre, donc je sais que le PTB se sert de cet outil de communication pour faire de la communication, merci, et d'ailleurs, je ne vois pas trop ce qu'il y a de mal à ça.

Mais fesse-bouc est aussi un outil à fliquer pour ceux qui veulent fliquer ; l'un n'empêche pas l'autre. Donc oui, "schizo" si tu veux, c'est la dualité de l'âme vois-tu... comme pour toute chose, ça dépend qui s'en sert et pour quoi faire, tu comprends ?

Message posté par WAR-AXE

Quant à savoir si la photo est un hors-sujet, il me semble que tu n'es ni modo ni admin que je sache...

Ben voilà, tu as le sens de la hiérarchie visiblement... Pour parler comme l'autre, c'est bien "la preuve de votre interprétation réactionnaire du monde", ahah. LOL

Bon sur ce, et pour résumer :

C'est pas parce que facebook est un outil à fliquer que c'est mal de s'en servir pour informer les gens ; c'est pas parce que l'exploitation capitaliste du sexe existe qu'il est mal de se ballader à poil, etc. ; laissons ces amalgames aux religieux et autres amateurs de raccourcis métaphysiques foireux.

Et sur ces paroles pleines de sagesse, je propose qu'on passe à autre chose ?? Merci.


Edité par Rogue - 02 Nov 2012 à 22:48
"La citatiomanie est notre plus grande ennemie" - Lénine :-)
Haut de la page
Jagger allez vers le bas
Intervenant régulier
Intervenant régulier
Avatar

Depuis le: 17 Jun 2013
Pays: Belgique
Status actuel: Inactif
Messages: 46
  Citer Jagger Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 18 Jun 2013 à 23:01
Plus qu'un an avant les élections législatives belges de 2014... Tandis qu'en Wallonie le PTB (Parti du Travail de Belgique, parti marxiste-léniniste révolutionnaire, anciennement révisionniste maoïste) gagne du terrain (effet Mittal) pour faire reculer le Parti Socialiste (social-démocrate réformiste), en Flandre, tous les partis (y compris le PTB) semblent se liguer contre l'extrême droite flamande, représentée par les deux partis séparatistes partisans d'une confédération belge : la N-VA et le Vlaams Belang.

Avez-vous peur comme moi d'une éventuelle séparation de la Belgique? Sans la Flandre, la Belgique n'est plus, non seulement nationalement mais économiquement : l'accès flamand à la mer est une grande source économique...

La NV-A atteindra-t-elle ses objectifs? Que faire pour les contrer? Et comment survivrait-on sans la Flandre? Qu'adviendra-t-il de la monarchie?
Haut de la page
dd063 allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant


Depuis le: 02 Nov 2013
Pays: belgique
Status actuel: Inactif
Messages: 2
  Citer dd063 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 03 Nov 2013 à 18:59
il est bien dommage que dans ma commune que la liste du ptb nes point présente ne fusque pour le débat
Haut de la page
Jagger allez vers le bas
Intervenant régulier
Intervenant régulier
Avatar

Depuis le: 17 Jun 2013
Pays: Belgique
Status actuel: Inactif
Messages: 46
  Citer Jagger Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 13 Apr 2014 à 10:59
Bon, je me permets de faire remonter le sujet, ayant constaté le nombre de posts titrés en majuscules au dessus de celui concernant les élections en Belgique. Or, le 25 mai auront lieu les élections régionales, fédérales (autrement dit gouvernementales) et européennes. Je croyais que le camarade Rogue allait en parler, mais comme il ne fait pas, je cesse de rester oisif et je le fais moi-même.

Le Parti du Travail de Belgique (marxiste-léniniste) a lancé un appel qu'il a nommé : "PTB-Go !" Le "Go" étant l'acronyme de "Gauche d'ouverture". Ont répondu à cet appel le Parti Communiste de Belgique et la Ligue Communiste Révolutionnaire, ainsi que de nombreuses personnalités indépendantes du monde culturel, syndical, associatif et politique.

"Il est des rendez-vous qu'il ne faut pas manquer…

Le 25 mai 2014, pour la première fois depuis longtemps, la gauche de gauche aura la possibilité de faire élire des représentant-e-s au parlement fédéral et dans les régions. Aujourd’hui, la fracture sociale qui mène jusqu’à la pauvreté et la destruction de l’environnement nous imposent un choix radical.

Une voix qui propose des alternatives sociales et écologiques et relaie les luttes sociales sur le terrain.

Face à la montée des inégalités et du chômage et aux attaques contre les droits sociaux, fruits de décennies de luttes et de sacrifices, face à l'absurde politique de rigueur imposée par la commission européenne avec l'aval de tous les gouvernements nationaux, une autre voix doit se faire entendre dans les enceintes parlementaires. Une voix qui propose des alternatives sociales et écologiques et relaie les luttes sociales sur le terrain. Le Premier mai 2012, la FGTB de Charleroi appelait au rassemblement autour d’une alternative anticapitaliste à gauche du PS et d’Ecolo. D’autres secteurs syndicaux, comme la CNE, se montrent ouverts à cette perspective. Les lignes bougent.

Nous nous engageons dans cette dynamique. C’est pourquoi nous avons décidé d'appeler à voter en faveur des listes PTB-GO ! (Gauche d'Ouverture) qui regroupent autour du PTB des personnalités indépendantes, des militants syndicaux et associatifs et d’autres forces de gauche (le PC et la LCR). Nous ne partageons pas l'ensemble du programme du PTB et nous pouvons même avoir des divergences importantes mais ce parti s'est ouvert et est en évolution.

Il y a urgence:

Les partis de la gauche traditionnelle (PS et Ecolo) assument les politiques d’austérité et adhèrent au Traité budgétaire européen (TSCG) qui ne fera que les accentuer. Les travailleurs, les femmes, les jeunes, les allocataires sociaux, les personnes d’origine immigrée sont durement frappés. La chasse aux chômeurs s’amplifie. Le sort réservé aux demandeurs d’asile et aux sans papier est indigne d’une démocratie. Les interventions militaires à l'étranger se multiplient. On peut évoquer les rapports de force ou la volonté d’éviter le pire : cela ne suffit plus et cela conforte l’hégémonie d’une droite libérale dont la faillite économique n’a d’égale que son arrogance politique.

Des revendications largement partagées à gauche

Demain des élu(e)s se revendiquant pleinement de la gauche, pourront porter des revendications largement partagées à gauche comme, l’instauration d’une véritable fiscalité sur les grandes entreprises ou la défense des services publics. Par ailleurs, leur présence sera utile à toute la gauche, à ceux qui luttent, à ceux qui doutent, à ceux qui désespèrent de la politique et même à ceux qui tentent de modifier le cours des partis traditionnels. Voilà pourquoi nous pensons que cette fois voter pour les listes PTB–GO !, c’est faire progresser l’ensemble de la gauche. C’est le sens de l’appel que nous lançons : il est des rendez-vous qu'il ne faut pas manquer."

Source : http://ptb.be/go
Haut de la page
WAR-AXE allez vers le bas
Intervenant régulier
Intervenant régulier
Avatar

Depuis le: 11 May 2008
Pays: Belgique
Status actuel: Inactif
Messages: 46
  Citer WAR-AXE Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 13 May 2014 à 21:38
Elle est belle, "la gauche de la gauche" - "marxiste-léniniste"...

Au PTB, on honore la mémoire de Léopold III

http://blogs.lecho.be/carnets_politiques/2014/05/au-ptb-on-honore-le-souvenir-de-l%25C3%25A9opold-iii.html


Haut de la page
Jagger allez vers le bas
Intervenant régulier
Intervenant régulier
Avatar

Depuis le: 17 Jun 2013
Pays: Belgique
Status actuel: Inactif
Messages: 46
  Citer Jagger Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 14 May 2014 à 13:57
Ah oui, je m'attendais de la part du gauchiste de salon une réaction de la sorte.

En fait, vos contradictions sont telles, à vous, gauchistes, que vous vous accrocheriez à n'importe quoi qui puisse vous donner un semblant de crédibilité. Cette fois-ci, il s'agit du magazine l'Echo. Même sans lire l'article, nous pouvons nous arrêter là, citer l'Echo comme source pour étayer une contradiction constitue déjà une grave faute de la part d'un révolutionnaire (mais j'oublie que pour vous, ça ne signifie pas grand chose).

Il y a tellement de stupidités dans cet article, tant sur le fond que la forme, que j'ai peine à imaginer que toi, WAR-AXE, tu puisses y accorder de l'importance. Mais comme tu l'as déjà prouvé par le passé, tu as une obsession dans ton délire gauchiste, c'est d'attaquer le PTB de front, utilisant n'importe quoi pour appuyer ses propos (ici un article dégueulasse d'un magazine dégueulasse, auquel n'importe quel communiste n'aurait même pas jeté un oeil).

Allez, on commence par l'idée principale portée par l'article : le PTB rendrait hommage au Roi Leopold III. Chose démentie par l'article lui-même (et oui, que voulez-vous, quand on n'a pas d'argument, on utilise les formules choc... je sens le point Godwin là...) puisqu'il ne s'agit pas du parti, de son porte-parole, de sa direction nationale ou de ses militants, mais d'un de ses nouveaux membres qui a milité pendant des années au Parti Socialiste avant de rejoindre le PTB. Cela a été couvert médiatiquement, c'est pourquoi il a été négocié entre M. Panier et la direction nationale du Parti que l'ancien juge soit deuxième effectif sur la liste européenne du Parti (ce qui n'est qu'un coup médiatique, étant donné que même la tête de liste francophone, Aurélie Decoene a peu de chance d'être élue). Alors, un nouveau membre du PTB, humaniste et passionné d'histoire est membre d'un groupe qui veut "perpétuer le souvenir de Leopold III". Comme si tous les gens de gauche étaient républicains... Et puis ça ne change rien au fait que le PTB est un parti républicain. Les passions historiques d'un de ses très nombreux (8000) membres n'y changeront rien.

Ensuite, l'article lui-même... Plus j'analyse ce qui est écrit, plus j'ai du mépris pour toi, WAR-AXE. Tu agis comme tout bon gauchiste : tu utilises n'importe quel argument de pires propagandes capitalistes pour discréditer le mouvement ouvrier pour appuyer tes délires persécuteurs envers le PTB. On a compris que tu étais incapable de comprendre le changement de tactique du PTB, que tu ne comprenais rien au matérialisme dialectique, étant donné que toi-même, avec ton organisation maoïste, tu ne fais rien. Strictement rien. Et ça me désole autant que ton mépris pour les militants de ce parti communiste, ainsi que pour sa tactique, alors que toi-même, tu ne fais absolument rien de concret sur le terrain, à part appeler à ne "pas voter gnéééééé". Félicitations, voilà une position révolutionnaire. Enfin, je m'égare...

Donc, dans l'article, on va reprendre tous les trucs qui m'ont fait rire okay?Ca risque d'être long.

"Le PTB, on ne va pas vous faire l’injure de le rappeler, c’est le «Grand Soir», le pouvoir au peuple, la révolution, avec un modèle de société oscillant entre l’URSS, la Chine de Mao, le Cuba de Fidel Castro"

Ca se passe de commentaire.

"On imagine que Christian Panier a évidemment averti ses camarades Raoul Hedebouw et consorts de ses activités à caractère pro Léopold III. La transparence, il n’y a que ça de vrai…"

Tiens je ne savais pas que Modrikamen écrivait pour l'Echo...

"C’est bien simple: s’ils arrivent au pouvoir, ils forceront le Roi à l’abdication"

En voilà une analyse marxiste du concept de pouvoir ! Mais j'oubliais que WAR-AXE, tu aimais appuyer tes attaques avec n'importe quoi.

Si d'autres camarades belges veulent s'y essayer, je les laisse faire. Je risquerais de m'énerver.
Haut de la page
 Répondre Répondre

Aller au Forum Permissions du forum allez vers le bas

Powered by Flex Design® version v8m6r15
Copyright © 2001-2011 Flex Design

Cette page a été affichée en 0,582 secondes.