Forum Unité Communiste Page d'accueil
  Sujets actifs Sujets actifs
  FAQ FAQ  Rechercher dans le Forum   Calendrier   Inscription Inscription  Connexion Connexion
Accueil Forum Accueil Forum > Actualités > Actualités francophones

Belgique: Fin de la monarchie ?

 Répondre Répondre
Auteur
Message
  Sujet Recherche Sujet Recherche  Options des sujets Options des sujets
Red-Amau allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant
Avatar

Depuis le: 25 May 2013
Pays: Belgique
Status actuel: Inactif
Messages: 13
  Citer Red-Amau Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Sujet: Belgique: Fin de la monarchie ?
    Envoyé : 15 Jul 2013 à 20:18
Belgique: Fin de la monarchie ?


« Nous actons l’abdication du roi Albert II. Partisan d’une république démocratique en Belgique, nous nous prononçons pour son remplacement par un président élu par tous les Belges dans le cadre d’une circonscription fédérale unique » déclare Peter Mertens, président du PTB.

« Le PTB est pour une république démocratique de Belgique, unitaire, multilingue, basée sur la coopération et la solidarité, pas sur la division et la concurrence. L’introduction d’une circonscription fédérale unique amènerait à élire des hommes et femmes politiques élus par une majorité de la population des différentes communautés, ainsi qu’un(e) président(e) de la République. Au 21e siècle, il n’y a pas de raison de garder une institution, reliquat du moyen âge, qui n’a rien de démocratique, qui s’est construit sur un passé colonial sanglant, qui coûte cher en temps de crise et qui n’est pas sous le contrôle de la population, comme l’a encore montré l’affaire de la fondation de [la reine] Fabiola. » précise Peter Mertens.

« Nous nous inscrivons dans la tradition républicaine et marxiste de notre pays, celle qui a coûté la vie à Julien Lahaut [président du PC de Belgique] pour ses convictions républicaines en 1950. » dit encore le président du parti de gauche. « Albert a maintenant droit à une retraite paisible, comme les travailleurs devraient y avoir droit aussi. » conclut Peter Mertens.

Source

Edité par Red-Amau - 15 Jul 2013 à 20:33
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 21 Jul 2013 à 03:39

Belgique: Passage de sceptre royal dans un pays divisé

La fête nationale du 21 juillet est ce dimanche le cadre d’un événement auquel toute la Belgique se prépare: Philippe succède à son père Albert II, fatigué par vingt années de règne et de querelles politiques. 

Depuis une semaine que le roi Albert II a annoncé, en direct à la télévision, son abdication pour le 21 juillet, la Belgique vit dans l’attente de cet événement exceptionnel. Certes, ce n’est pas la première fois qu’un roi des Belges abdique. Le père d’­Albert, Léopold III, avait dû s’y résoudre aprè guerre, en 1951, à la suite d’un référendum révocatoire où la population lui fit payer une attitude jugée trop conciliante avec l’occupant. Il avait laissé le trône à son fils Baudouin, frère du roi actuel. À cette occasion, les fissures qui traversent le pays s’étaient révélées au grand jour, la partie flamande ayant voté pour le maintien du roi tandis que la partie francophone votait massivement contre.

Le roi : dernier ciment

Aujourd’hui, les choses sont bien différentes. Albert II est apprécié, même si un tout récent sondage montre qu’on le regrettera davantage en Wallonie et à Bruxelles qu’en Flandre. La différence est encore plus sensible quand il s’agit de l’opinion exprimée à propos du prince Philippe, son fils aîné, qui va lui succéder : 49 % des Flamands sont prêts à lui faire confiance, contre 66 % des Wallons, tandis que son épouse Mathilde est unanimement appréciée de tous.

C’est là que le bât blesse. Car le rôle principal du roi, dans ce pays compliqué qu’est la Belgique, est d’être l’un des derniers ciments (avec la dette et la capitale, Bruxelles, toutes deux difficiles à partager) qui maintient le pays et empêche son éclatement. On l’a vu lors des deux dernières grandes crises politiques entre communautés qui, en 2007 et 2010, ont mis la Belgique au bord du gouffre, la laissant plusieurs mois (541 jours la seconde fois) sans gouvernement. Albert II a su, alors, jouer les conciliateurs et favoriser les compromis, à force de patience et de ténacité. On dit que cet homme fatigué de soixante-dix-neuf ans y a laissé sa santé et les rumeurs faisant état d’une possible abdication se faisaient insistantes ces ­derniers mois.

6e réforme de l’État

La date du 21 juillet 2013 a été soigneusement choisie, parce qu’elle est symbolique, mais surtout parce que cela laisse un an avant la prochaine échéance délicate, celle des élections législatives de 2014 en Belgique. Elles pourraient être l’occasion d’une nouvelle crise institutionnelle. Car, tous les sondages le montrent, la NVA, le parti nationaliste flamand de Bart De Wever, a le vent en poupe. Il a rejeté la 6e réforme de l’État, négociée à grand-peine par tous les autres partis (sauf l’extrême droite du Vlaams Belang, dont le slogan est « Que la Belgique crève ») et qui s’appliquera en… 2014 !

Cela promet des jours difficiles au nouveau roi Philippe et constituera un test grandeur nature de ses capacités, dont certains doutent, surtout en Flandre. Il n’a jamais caché son hostilité aux séparatistes, sortant plusieurs fois de la réserve que la Constitution impose aux membres de la famille royale.

Lui, en tout cas, se dit « prêt à assumer ses responsabilités » et participe désormais à côté de son père à toutes les réunions avec les corps constitués. Avant de présider pour la première fois aux cérémonies du 21 juillet et de tenter de rallumer la flamme de la Belgique.

Françoise Germain-Robin

Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
 Répondre Répondre

Aller au Forum Permissions du forum allez vers le bas

Powered by Flex Design® version v8m6r15
Copyright © 2001-2011 Flex Design

Cette page a été affichée en 0,563 secondes.