Forum Unité Communiste Page d'accueil
  Sujets actifs Sujets actifs
  FAQ FAQ  Rechercher dans le Forum   Calendrier   Inscription Inscription  Connexion Connexion
Accueil Forum Accueil Forum > Administration / vie du site > Présentation des participants

Re bonjour

 Répondre Répondre
Auteur
Message
  Sujet Recherche Sujet Recherche  Options des sujets Options des sujets
Rakhmetev allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant


Depuis le: 10 Mar 2015
Status actuel: Inactif
Messages: 4
  Citer Rakhmetev Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Sujet: Re bonjour
    Envoyé : 10 Mar 2015 à 10:27
Salut à tous, j'ai 21 ans, je suis en Droit à Perpignan, en cité universitaire. Il y a 3 ans je me suis engagé au NPA en tant qu'écolo décroissant, mais la bibliothèque labréche m'a amené naturellement vers le marxisme puis vers le léninisme. Me sentant étranger aux militants gauchistes de ce parti, je le quitte 1 an plus tard. L'an dernier je suis aller à l'UNEF sans grandes convictions. Je penche naturellement pour le marxisme-léninisme, mais je ne sais pas trop ou aller encore, j'hésite à aller au PCF, voire PRCF qu'en pensez vous ?

Je viens également parce que je voudrais aborder la guerre d'espagne, loin de la propagande trotskyste et fasciste.

Rakhmetev


Edité par Rakhmetev - 10 Mar 2015 à 10:27
Haut de la page
Maraud allez vers le bas
Intervenant régulier
Intervenant régulier


Depuis le: 09 Apr 2013
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 122
  Citer Maraud Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 10 Mar 2015 à 11:34
Je te dirait bien PCF mais je vais me faire taper sur les doigts làBig%20smile.
Tu recherches quoi dans l'organisation que tu veux rejoindre?
Haut de la page
AllXS allez vers le bas
Camarade assidu
Camarade assidu
Avatar

Depuis le: 25 Jan 2008
Status actuel: Inactif
Messages: 1181
  Citer AllXS Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 10 Mar 2015 à 17:01
Bienvenue

Sur un point de vue communiste sur la guerre d'Espagne tu peux commencer par lire :

- Brochure sur le trotskisme par le Cercle Henri Barbusse de culture ouvrière et populaire (pp.15-16)http://fr.calameo.com/read/000792657c66ca66d9046
- Pierre Vilar, La guerre civile espagnole (Que sais-je ?)
- http://etoilerouge.chez-alice.fr/documents3/espagne.html

Ou encore un discours historique de Francisco Anton :




Putsch de mai 1937, Catalogne :
Une étroite collaboration des cadres du P.O.U.M avec les fascistes espagnols, italiens et allemands



«Le trotskisme : ennemi mortel du Front Populaire» discours prononcé par Francisco ANTON, secrétaire de l'organisation de Madrid du Parti Communiste à l'Assemblée plénière du Comité Central du P.C.E (1938)



- Sur les évènements de mai 1936 en Catalogne -

Copie d'une communication confidentielle du "Comité de Contrôle" de la "Commission internationale pour la non-intervention"

"D'après les renseignements reçus de différentes sources officielles et officieuses, nous avons pu nous convaincre de la participation des agents de la Gestapo allemande et de l'Ovra italienne aux récents évènements de Catalogne. Les agents de la Gestapo et de l' Ovra attachés aux ambassades adressaient sans discontinuer des informations aux organismes officiels allemands et italiens qui suivaient avec attention les évènements en Catalogne. Nous avons pu nous convaincre de l'existence d'une liaison directe entre les agents de la Gestapo, les agents de l'Ovra et les agents de Franco résidant à Fribourg, avec les trotskistes et les fascistes catalans. On sait qu'ils ont introduit et introduisent systématiquement en Espagne, par la frontière catalane, des fusils à canons court et des mitrailleuses, et que de Catalogne des objets précieux ont été expédiés et transmis aux fascistes espagnols à l'étranger, en paiement des convois d'armes effectués par ces derniers. On sait que le but des agents fascistes était de mettre tout en oeuvre pour que le putsch en Catalogne durât le plus longtemps possible afin de permettre au "Comité de contrôle" d'intervenir. On sait que les agents allemands et italiens du "Comité de contrôle" ont parlé à Lord Pymouth de la nécessité d'opérer un débarquement de troupes en Catalogne et dans certains autres points du littoral de la Méditerranée, pour rétablir l'ordre au cas où le putsch se prolongerait. La prompte liquidation du putsch de Catalogne a été considéré par les organismes fascistes comme un gros échec. On sait qu'un agent de la Gestapo a déclaré que la nomination du général Pozas chargé d'organiser les forces armées en Aragon est considérée comme un coup violent porté au travail de sabotage à l'arrière, mais qu'il faut en relation avec ce fait, essayer d'autres méthodes pour ravitailler en armes les groupes non contrôlés. Il a également exprimé sa déception de ce que le front d'Aragon ne se soit pas désagrégé malgré le travail entrepris dans ce sens : il en a accusé les agents envoyés de l'étranger pour travailler dans les rangs des extrémistes, et leur a reproché de n'avoir pas su gagner la confiance des chefs militaires d'Aragon "


- " Au cours des mois d'avril et de mai, la police de Madrid a découvert une vaste organisation d'espionnage et a opéré plus de 200 arrestations. Parmi les membres de cette organisation d'espionnage figurent des collaborateurs de l'état major de l'armée opérant sur les fronts du centre, ainsi que des militaires des unités de cette armée. Cette organisation a su pénétrer dans la garde républicaine nationale, dans la direction des services sanitaires, dans les services de renseignements du ministère de la Guerre, dans la section de la défense anti-aérienne du ministère de la Marine et de l'Air, dans la croix rouge, etc. Son activité est très variée. Elle communiquait à l'ennemi des renseignements militaires confidentiels, les plans d'opérations, des indications sur l'emplacement des batteries, etc. L'enquête a établi que :


Cette organisation non seulement se livrait à l'espionnage au profit de l'ennemi mais, fort de son groupe actif et d'une liaison bien organisée avec les groupes d'extrémistes, comme le P.O.U.M, elle préparait pour le moment propice une rébellion armée.

Là apparaissent nettement les racines du putsch de mai en Catalogne et de tout le travail de sape fait par le P.O.U.M. Qui dirige cette bande de criminels, c'est ce qu'on voit clairement aujourd'hui ! Les documents saisis chez les fascistes arrêtés à Madrid fournissent des données plus concrètes :


Au verso du plan de la ville de Madrid, saisi sur un de ceux qui ont été arrêtés, on avait écrit à l'encre sympathique, en langage chiffré, les mots suivants : "Au généralissime, en mains propres. A l'heure présente nous sommes en mesure de vous communiquer tout ce que nous savons sur la situation et les déplacements des troupes rouges. Les derniers renseignements communiqués par notre station de T.S.F attestent une sérieuse amélioration de nos services d'informations"

Maintenant, la population madrilène comprend d'où vient la justesse du tir des canons allemands et italiens ! A l'aide de cette carte et des indications fournies par le poste de T.S.F secret, les fascistes pouvaient rectifier leur tir et mieux atteindre les buts indiqués par les espions trotskistes, qui auraient dû étouffer déjà dans le sang que leurs crimes ont fait verser aux anti-fascistes.


Les autres documents de l'enquête policière montrent combien grave était le danger que présentait la rébellion armée qui se préparait à Madrid :


Le rassemblement des forces pour organiser les mouvements à l'arrière traîne quelque peu en longueur. Néanmoins, nous avons à notre disposition 400 hommes prêts à agir. Ces hommes sont bien armés et se trouvent dans des conditions avantageuses sur le front de Madrid; la pénétration de nos gens dans les rangs des extrémistes, des anarchistes et du P.O.U.M se fait avec succès. Il nous manque un bon chef de propagande, capable de mener ce travail indépendamment de nous, afin qu'il soit possible d'agir avec une plus grande sécurité ...


Et puis :


En exécution de l'ordre que vous m'aviez donné, je me suis rendu personnellement à Barcelone pour m'y rencontrer avec un des dirigeants du P.O.U.M. Je vous communique toutes ses indications. L'absence de liaison entre vous et lui explique s'explique par les avaries des stations de T.S.F.; la station de T.S.F. a recommencé à fonctionner alors que je me trouvais encore là-bas. Vous avez probablement déjà reçu la réponse au sujet du problème essentiel. N. vous demande instamment, vous et les amis étrangers, que je sois la seule personne assurant la liaison avec lui. Il a promis d'envoyer à Madrid de nouveaux hommes pour intensifier l'activité du P.O.U.M. Grâce à ces efforts le P.O.U.M. saura devenir, là-bas, comme à Barcelone, un appui ferme et sûr de votre mouvement.


Il y a là une preuve irréfutable de la liaison du P.O.U.M. avec Franco. Qui se cache sous la lettre N., mentionnée dans cette communication ?

C'est Andres Nin en personne, le chef de la bande. C'est pourquoi il a été arrêté et déféré en justice. (...) Mais Nin n'est pas le seul à oeuvrer sur les ordres de Franco au sein du P.O.U.M. : le P.O.U.M. tout entier est au service du fascisme, exception faite pour les ouvriers trompés par les espions et les traîtres.

La feuille illégale La Batalla du 19 juillet, déclare :

Même en admettant cette hypothèse que les accusations d'espionnage et de liaison avec Franco portées contre nos leaders peuvent être fondées, le plus naturel en ce cas, est d'infliger un châtiment exemplaire, le plus rapide et public, aux coupables, au lieu de s'en prendre à toute l'organisation

La trahison des chefs du P.O.U.M. qui ont été arrêtés est tellement évidente que les gredins du P.O.U.M. sont obligés, du moins indirectement, de reconnaître leur forfait.
Pourquoi les poumistes reconnaissent-ils la culpabilité de Nin ? Parce que, placés devant les preuves accablantes de leur culpabilité, ils ne veulent pas que le châtiment frappe toute l'organisation et ils sacrifient un des bandits pour permettre à toute la bande de continuer son travail criminel.
(...)


Le document que je viens de citer des autorités madrilènes, indique qu'il ne s'agit pas d'une cellule de caractère local, mais de toute une organisation, qui avait des filiales dans presque tous les centres et provinces de l'Espagne républicaine. Tout dernièrement encore, la police populaire, a découvert en Catalogne une importante organisation d'espionnage à caractère militaire, des plus dangereuse, dont les agents principaux sont des membres du P.O.U.M. qui se trouvaient en liaison direct avec l'état major de Franco. Ayant pénétré dans nos unités militaires, ils préparaient des attentats contre un des ministres de la République et plusieurs chefs militaires éminents; ils organisaient des actes de sabotage très grave au préjudice de notre cause.


Dans le communiqué que le chef de la police de Barcelone a remis aux journaux le 23 octobre, il est dit ce qui suit :

Au cours de la perquisition opérée au domicile de R., l'un des principaux meneurs de l'organisation, on a trouvé dans un sommier des documents très importants qui joints aux déclarations du membre mentionné de l'organisation prouvent qu'une des plu fortes cellules de cette organisation d'espionnage se trouvait dans un groupe d'espions, nombreux et bien organisés, membres du P.O.U.M.


Dans une lettre adressée à l'état-major général de Franco et trouvée dans la bibliothèque du père de R., au cours d'une perquisition opérée le 18 septembre, on communique ce qui suit :

1- Le groupe dirigé par l'agent C16, a réussi le 16 août à mettre hors d'usage trois pièces d'artillerie dans la division N. et quatre canons dans la division M., et tout cela au moment décisif de l'opération.
2- On a préparé l'explosion d'un pont sur l'Elbe.
3- Un convoi militaire est arrivé avec un transport d'armes (suit une liste détaillée des armes)
4- Renseignements sur l'artillerie du front d'Aragon.
5- L'établissement de la nouvelle norme de ravitaillement a été utilisé pour inciter la population à des actes de protestation
6- On continue à préparer des attentats contre des chefs imminents de l'armée populaire (suivent les noms)
7- On continue à préparer des attentats contre un ministre de la République. On se propose d'utiliser le moment où il se rendra en auto hors de la ville.


Dans ce but deux automobiles avaient été préparées, dans lesquelles des hommes armés de grenades à main devaient donner la chasse à l'automobile du ministre. L'organisation de l'attentat avait été confiée à deux terroristes, membres du P.O.U.M. : C18 et C23. Le croquis d'un atelier du P.O.U.M. fabriquant des grenades à main est joint à la lettre.

L'enquête ultérieure a confirmé l'exactitude des indications mentionnées

Dans la lettre citée, la direction du service d'espionnage du P.O.U.M. se plaignait de ne pouvoir utiliser tout le réseau de ses agents attendu que la liste complète des membres sûrs du P.O.U.M. n'était connue que de deux membres notoires de cette organisation, et que ceux-ci se trouvaient, à ce moment, à la prison de Valence et devaient comparaître devant le tribunal...

Ces nouvelles preuves révèlent la participation des membres du P.O.U.M. à l'espionnage et aux provocations organisées par Franco. En outre, c'est là une preuve irréfutable que ces bandes terroristes, non seulement attentent à la vie des communistes, mais veulent assassiner les dirigeants les plus en vue de l'ensemble du mouvement ouvrier et populaire d'Espagne. Ces assassins ont donné la chasse à Prieto, chef du Parti socialiste, parce qu'il occupe le poste de la Défense nationale. Là est la confirmation aboslue de la nécessité pour le peuple entier, pour toutes organisations anti-fascistes sans exception d'anéantir sans pitié tous ces criminels (Tempête d'applaudissements).


Les provocateurs du P.O.U.M. n'agissent pas seulement sur les indications et sous la direction de Franco. Voici la photographie d'une lettre découverte au siège même du P.O.U.M., c'est la lettre d'un agent de la Gestapo allemande adressée personnellement à Andres Nin. Voici ce qui est dit :


Bayonne, le 12 juillet 1937. Au Comité exécutif du P.O.U.M.

Je confirme mes précédentes communications. Ces derniers temps, dans le groupe des Basses-Pyrenées dont nous avons parlé, des désaccords se sont révélés avantageux pour nous, car ils marquent le début - si nous les soutenons- de la constitution d'un groupe de notre Parti. Les meilleurs du groupe, y compris Walter, Bobinotte et les autres, qui jouissent d'une influence décisive, ont eu une violente discussion avec les éléments de Saint-Jean-de-Luz, ces derniers ayant refusé de désigner des hommes pour un voyage éventuel avant d'avoir reçu des instructions concrètes de la C.N.T. Il faut avoir soin d'envoyer une autorisation de la C.N.T., bien que les gens de Bayonne se préparent à tâter le terrain dans un autre endroit avec des gens auxquels ils font confiance. En outre, il a été fait une déclaration fort intéressante à savoir : "Que Barcelone envoie du matériel et des ressources suffisantes pour expliquer les positions du parti, et nous travaillerons alors avec assurance et saurons former un groupe prêt à tout". Telles sont, entre autres, les déclarations de "ceux qui ont quitté le Parti". Mais ce n'est pas encore tout. La femme du généralissime Franco est en France. Confirmez-vous ce que vous nous aviez dit dans votre communication précédente sur son voyage éventuel à Barcelone ? Et quelles possibilités cela nous donnera t'il relativement à ce que Bonnet a dit à propos de l'ICJ : "C'est pourquoi j'insiste sur la nécessité de donner une aide matérielle et idéologique à ce groupe, qui peut être d'une très grande utilité; mais pour cela nous devons faire en sorte que ce soit Walter qui aille à Barcelone". C., à Perpignan, a déjà établi des liaisons. Là où je me rends aujourd'hui, il est difficile d'envoyer des renseignements concrets. Vous devez confirmer par dépêche la réception de tout ce dont je vous parle et nous dire si vous l'appliquez. Salutations Vive le P.O.U.M. ! -Ima


Le P.O.U.M. entretient des liaisons directes avec le bureau de Saint-Jean-de-Luz. Ce bureau, tout le monde le sait, est une agence de la Gestapo, le centre d'espionnage de Franco en France. Et les personnes mentionnées dans la lettre dont des agents des services d'espionnages allemands


Ces documents sont connus des autorités. Ils se rapportent à la dernière période. Peut-on en conclure que la liaison des trotskistes avec nos ennemis n'a commencé que maintenant ? A l'égal de leur grand-prêtre suprême, le gredin Trotski, les trotskistes espagnols entretiennent des liaisons avec le fascisme depuis déjà plusieurs années. Dans une lettre trouvée dernièrement adressée par l'avocat Eurico Angulo à Gil Robles, ministre de la Guerre de l'époque il est dit :


Cher ami, un ami de barcelone, l'avocat don José Maria Palles, qui se rend fréquemment pour ses affaires à l'étranger, où il a des relations avec des personnalités importantes du monde international, m'a informé qu'il avait la possibilité de se mettre d'accord avec les organisations des Russes blancs et des trotskistes à Paris, lequels pourront le renseigner sur les machinations des communistes à l'égard de l'Espagne ...


La lettre est suivie d'une liste de questions sur lesquelles les Russes blancs et les trotskistes proposent de fournir des renseignements aux fascistes espagnols :


1-Renseignement sur l'activité de la section espagnole de la IIIe Internationale, sur les dirigeants de cette section, ses instructeurs, sur leurs voyages à l'étranger, avec des indications détaillées touchant les dits voyages.
2-Renseignements sur le système de correspondance entre la IIIe Internationale et l'Espagne.
3-Renseignements sur l'activité illégale du Parti Communiste en Espagne même.
4-Renseignements sur les tentatives de créer le Front populaire des partis espagnols de gauche sous la direction des communistes de la IIIe Internationale, du même que sur les dispositions que prend le Front populaire en France, et qui peuvent avoir des conséquences politiques en Espagne, etc.
«Il est impossible d'en finir avec le capitalisme sans en avoir fini avec la social-démocratie dans le mouvement ouvrier.» (J. Staline : les Questions du léninisme, 1950)

Haut de la page
Rakhmetev allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant


Depuis le: 10 Mar 2015
Status actuel: Inactif
Messages: 4
  Citer Rakhmetev Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 10 Mar 2015 à 17:24
Message posté par Maraud

Je te dirait bien PCF mais je vais me faire taper sur les doigts làBig%20smile.
Tu recherches quoi dans l'organisation que tu veux rejoindre?


Je sais qu'au PC, une partie des militants n'a pas accepté la liquidation du parti, je veux parler des "orthodoxes". J'ai longtemps réfléchis à une lutte interne pour redresser le parti sur le plan idéologique mais beaucoup de mes interlocuteurs militants de gauche me disent que le PC est inréformable, que c'est une vieille machine rouillée vouée au déclin, tout  ça est très péjoratif. J'aimerais avoir l'avis des militants ML du PCF sur la situation du parti. Peut-on faire du PCF le parti révolutionnaire  (léniniste entendons nous bien la dessus) dont le prolétariat a besoin ?
Haut de la page
Maraud allez vers le bas
Intervenant régulier
Intervenant régulier


Depuis le: 09 Apr 2013
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 122
  Citer Maraud Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 10 Mar 2015 à 23:44
Ca dépent de la section en faits.
Quand j'étais à Givors, c'était des gars pacifistes qui ne croyaient plus en la révolution car le capitalisme avait trop fait fuir les gens de l'espoir d'un monde meilleur et qu'il fallait passer par une phase de réforme pour montrer au gens que c'était possible de changer de politique. Ils fesaient des alliances avec le PS plus par dépit que par conviction que le PS est potable d'où une baisses des revendications. Mais la contrepartie c'est que des gens pour qui l'URSS=méchant venaient quand même nous rejoindre dans notre lutte (que beaucoup partagent au fond). Mais beaucoup de militants regrètes le fait que l'on frappe pas réellement le capital (pour pas faire peur aux gens) et donc les plus motivé pour lutter se barrent de ces sections. (Et j'attribue surtout une mention spéciale à l'ancien chef de section borné qui avait mis au bans les camarades qui dénonçaient les horreurs du régime "communiste" de la perestroika et même avant et qui a finit par rejoindre l'ump, prouvant donc aux autre camarades loceaux que ses méthodes étaient mauvaises et donc que la lutte doit passer par le réformisme).

La où je suis maintenant c'est l'inverse. On sait parfaitement que un programme révolutionnaire peut réussir et on participe plus au élections pour la gloire qu'autre choses (avec quelques succès). Pas d'alliances avec les sociaux traitres et même les verts locaux sont envoyé chier si ils acceptent pas nos conditions. On collabore quand même avec les autres membres du front de gauches (parceque on est entre communistes). La contrepartie c'est que l'on arrive pas à se débarrasser de l'idée que PCF=méchant toutou de staline d'où très peu d'adhésions. Toutes les sections locales ont disparus fautes de jeunes (autant dire que je me fait chier) et les gens nous fuient comme la peste.
Donc il est possible de refaire du PCF un programme révolutionnaire en fesant basculer les sections réformistes lors des élections tout en mettant à l'écart les profiteurs, mais il faut aussi faire disparaitre les amalgames sinon le PCF disparaitra et fera comme le PCI. Donc si tu le sent tente ta chance au PCF mais sert les doigts pour tomber sur une section révolutionnaire (ou au moins avec un programme potable), sinon essaye toujours de la faire changer, des fois il suffit juste d'une voie pour ammener le débat. Au pire au PCF tu rencontreras plein de gens au tendances ML différentes c'est toujours une bonne expérience.
Et du sang neuf rappelera au vieux que les rêves peuvent se réaliser.
Après si tu tiens vraiment à tomber sur les ML pur et dur ben rejoint le PRCF.

Et au passage question pour les anciens: j'ai croisé un gars qui se disait guevariste, ça existe vraiment comme tendance ou c'est juste une bande de redskins?


Edité par Maraud - 10 Mar 2015 à 23:46
Haut de la page
Ecnaroui allez vers le bas
Moderateur
Moderateur
Avatar

Depuis le: 28 Feb 2009
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 657
  Citer Ecnaroui Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 11 Mar 2015 à 19:18
Bienvenue Rakhmetev


Et au passage question pour les anciens: j'ai croisé un gars qui se disait guevariste, ça existe vraiment comme tendance ou c'est juste une bande de redskins?

Salut Maraud
Un ancien, du PCF, je crois en être un

alors tu demandes si ça existe, un gai variste? ben oui que j'veux.

Actuellement je suis en campagne électorale et, voici 2 ou 3 semaines, lors d'une assemblée populaire nous avions rassemblé plus d'une trentaine de personnes dans un petit village. Il y avait 2 encarté(e)s PCF  en + de moi. Eh bien quand on fit le tour de table (passage obligé)  pour la présentations des uns et des autres nous étions une douzaine de communistes autour de la table !!!.
Je n'ai pas demandé tu t'en doutes bien, à ces communistes déclaré(e)s, leur conception communiste car c'est totalement inutile de chercher à en avoir l'explication mais toutes, sincèrement je crois,
se disaient communistes.
Ce qui compte réellement c'est leur engagement à nos côtés (ou nous à leurs côtés va savoir?) pour virer l'oligarchie du pays.
Actuellement pour tous les décideurs de merde c'est l'entre soi qui est la règle.
Nous, nous voulons une règle complètement différente pour un vrai fonctionnement démocratique de toutes les institutions en commençant, en premier, de pouvoir décider dans les usines. Pas de lézard la dessus c'est aux travailleurs d'être le moteur de leurs propre libération sinon pas de place au soleil comme on dit.

Maintenant guévariste (ou une autre appellation) n'est pas du tout l'essentiel. L'essentiel se situe complètement ailleurs, dans la tête de chacun de nous. C'est pourquoi, pour une très grande part, tous ceux qui réfléchissent sur les bases développées par nos ainés (pour moi des contemporains) sont dans une forme d'erreur d'appréciation du réel qui pourrait bien encore jouer plus d'un tour et pas qu'aux seuls communistes.

En voyant les autres uniquement sous le prisme qu'ils ont décidé de nous imposer nous avons un souci avec LA COMMUNICATION DE MASSE .
Exemple avec notre camarade Rakhmetev: il ne sait pas trop où il est mais il cherche une sorte de bite d'amarrage non pas pour rester à un seul endroit et s'y accrocher, à la manière d'une huitre à son rocher pendant la tempête, mais bien pour mieux rebondir et repartir s'en aller vers d'autres horizons tous plus enrichissants les uns que les autres.
Il est dans le "bon" en faisant une halte ici (à lui de revenir quand il veut il sera toujours le bienvenu) car, à mon avis, il faut éviter de rester au même endroit toute sa vie ou, c'est kif-kif, conserver les mêmes présupposés idéologiques toute sa vie.

Pour conclure
le PCF est un outil d'ancrage pour changer la société et faire que "nos rêves" politiques prennent une forme acceptable dans l'intérêt du plus grand nombre de nos concitoyens.

Alors et seulement alors cette société de merde changée en société communiste verra peut-être le PCF disparaître mais pas les communistes.

La libération de l’homme de l’homme est si impérieuse qu’on ne doit pas la laisser à ceux qui n’ont qu’un seul et unique crédo l’exploitation de l’homme par l’homme.
Haut de la page
Maraud allez vers le bas
Intervenant régulier
Intervenant régulier


Depuis le: 09 Apr 2013
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 122
  Citer Maraud Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 11 Mar 2015 à 22:48
Je comprend, c'était pas une insulte de demander si c'était une formation de redskin c'est juste que le gars qui m'as dit être guevariste était aussi un redskin.
Et pour moi le PCF reste la meilleure opportunité de changer la société.(Sinon je me serais barré depuis longtemps)
Haut de la page
Fidelista allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 21 Sep 2007
Status actuel: Inactif
Messages: 3256
  Citer Fidelista Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 12 Mar 2015 à 14:43
Le "guévarisme" est, AMHA, un courant qui diffère du communisme Soviétique, en se déterminant au moins sur deux points essentiels, formulés par le CHE :
Les échanges commerciaux avec les pays communistes et amis, se feront systématiquement sans bénéfices - et par necessité selon les cas à perte -  ou des dons.
L'autre point concerne les stimulants pour les travailleurs, matériels chez les Soviétiques (primes), et moraux pour le CHE (exaltation Révolutionnaire et patriotique), voir les épisodes ZAFRA des années 60.




Haut de la page
Rakhmetev allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant


Depuis le: 10 Mar 2015
Status actuel: Inactif
Messages: 4
  Citer Rakhmetev Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 16 Mar 2015 à 13:19
Oui en effet je pense que le PCF peut etre une bonne experience. Je vais y aller.
Haut de la page
 Répondre Répondre

Aller au Forum Permissions du forum allez vers le bas

Powered by Flex Design® version v8m6r15
Copyright © 2001-2011 Flex Design

Cette page a été affichée en 2,637 secondes.