Forum Unité Communiste Page d'accueil
  Sujets actifs Sujets actifs
  FAQ FAQ  Rechercher dans le Forum   Calendrier   Inscription Inscription  Connexion Connexion
Accueil Forum Accueil Forum > Pour s'informer, notre sélection d'articles > International

Nouvelles d'URSS

 Répondre Répondre Page  <1234 21>
Auteur
Message
  Sujet Recherche Sujet Recherche  Options des sujets Options des sujets
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 27 Sep 2007 à 12:35
23-12-2006
 
Martin
 
On est en droit de penser ce que l'on veut de Brejnev, mais la "stagnation" était d'avantage due à la lenteur des réformes politiquesqu'à l'économie (qui s'est effondrée par la péréstroika) ou à la puissance industrielle (qui maintenait -dans nombre de domaine- la parité avec les puissances occidentales)

Leonid Illicth Brejnev fait l'objet de justes critiques dans les milieux communistes, mais que nous le réduisions à l'incarnation de la bureaucratie (comme moi même je le faisais) me parait très réducteur

Fait intéressant, c'est durant sa présidence que l'agriculture soviétique sortait du marasme kroutchévien, notamment de par les crédits substantiels accordés à toutes les exploitations agricoles (quelles fussent nationales -sovkhozes- collectives -kolkhoze- ou même privées) ainsi que de meilleures recherches dans les technologies agraires

Quand j'apprit que nombre de citoyens de l'ex URSS (comme notre camarade tunisien "Brejnev Himself" tenait en respect l'ancien colonel responsable de l'évacuation des usines ukrainiennes durant l'agression allemande de 1941, j'ai commencé à réunir une documentation sur cette période de 1964 à 1982

Hélas, je n'ai pas vraiment le temps d'en faire un article, je n'ai toujours pas fini ma critique sur la chrétienté, et surtout je dois étudier pour la session de janvier, mais je compte bien présenter un bilan critique, mettant en avant les aspects positifs de l'ère de léonid Illitch Brejnev

Que 61% des citoyens de l'ex République Fédérative de Russie puissent le jugé favorablement, l'histoire et l'actualité leur donnant appui, se doit d'être un engagement pour nous, marxistes de toutes tendances, de mieux étudier cette période
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 27 Sep 2007 à 12:35
24-12-2006
 
Hadora
 
Pas étonnant, la période Brejnev est appelée "le miracle brejnevien" par certain historien notamment Lewin Moshe à cause des améliorations sociaux-économiques sous cette période.
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 27 Sep 2007 à 12:40
12-01-2007
 
Temps forts 2006: L'année du nationalisme russe



Il y a tout lieu de considérer 2006 comme l'année du nationalisme russe. Toutefois, l'année politique ne coïncide pas tout à fait avec l'année calendaire. En effet, elle avait commencé par la Marche russe du 4 novembre 2005 pour s'achever le 10 décembre 2006 sur le Forum reconstitutif du Congrès des communautés russes (CCR) présidé par Dmitri Rogozine.

Cet intervalle temporel a eu pour événements majeurs les violences raciales qui ont éclaté au début du mois de septembre à Kondopoga, une petite ville de Carélie, et les décisions prises ensuite par les autorités fédérales concernant la politique migratoire. Parmi les autres moments forts nous relèverons le remplacement, fin mars, de Dmitri Rogozine au poste de président du parti Rodina, ainsi que la création, à la fin du mois d'octobre, du parti Russie juste consécutivement à la fusion de Rodina, du Parti de la vie et du Parti russe des retraités.

Le 4 novembre avait été choisi en qualité de nouvelle fête nationale, baptisée Journée de l'unité nationale en coïncidence avec la date, controversable sur le plan historique, de l'expulsion des Polonais du Kremlin en 1612. Elle se recoupe avec la fête de l'Icône de la Vierge de Kazan. La première Marche russe devait être une démonstration d'allégeance des forces nationalistes.

Cette Marche avait été ternie par l'apparition de groupuscules arborant des symboles nazis. Un rôle notable dans cette manifestation avait été joué par le Mouvement contre l'immigration clandestine (DPNI) d'Alexandre Belov, fondé en 2002 mais qui jusqu'ici ne s'était pas trop fait remarquer sur la scène socio-politique.

La Marche russe avait révélé que le mouvement nationaliste, aussi hétérogène et contradictoire soit-il, ne s'inscrit pas tout à fait dans le cadre de la démocratie dirigée. Aussi de premières mesures ont-elles été prises pour empêcher une possible alliance entre les nationalistes institutionnalistes, placés sous contrôle, et les nationalistes hors-système.

L'une de ces mesures a été le déboulonnage du leader charismatique du parti Rodina, Dmitri Rogozine, de la tête de la fraction parlementaire et de la présidence du parti. En outre, les lois visant à limiter considérablement les droits électoraux des citoyens, jusques et y compris l'interdiction de critiquer les autres candidats, par conséquent aussi ceux qui sont présentés par le pouvoir en place, peuvent être considérées comme une réaction indirecte aux événements du 4 novembre 2005.

Mais le plus important devait se produire en automne 2006, lorsque la lumière avait été faite sur la portée et la teneur du mouvement nationaliste russe ainsi que sur ses affinités et ses divergences avec le pouvoir en place.

Les émeutes ethniques de Kondopoga, la brusque exacerbation des relations avec la Géorgie, la nouvelle législation migratoire et la Marche russe de 2006 constituent le tableau suivant.

Les événements de Kondopoga, où la population locale avait exigé l'expulsion des commerçants d'origine tchétchène, des citoyens russes par conséquent, ont révélé les possibilités réelles du DPNI en tant qu'organisation moderne ramifiée. A l'époque on avait avancé pour la première fois la thèse d'une connivence du Mouvement avec l'appareil central du ministère russe de l'Intérieur, la seule source à pouvoir l'informer en priorité des désordres. Après ceux-ci, les autorités locales se sont pliées aux exigences des émeutiers. Une purge ethnique a eu lieu à l'échelle urbaine, visant surtout les commerçants des marchés.

Sur la toile de fond de la détérioration des rapports avec la Géorgie les autorités fédérales se sont livrées à des expulsions qui elles aussi peuvent être considérées comme un nettoyage ethnique. Les termes "défense des intérêts de la population autochtone", "indignation légitime" face à l'état de choses dans les marchés figurent désormais dans le lexique du chef de l'Etat. En vertu des changements apportés à la législation migratoire, en 2007 les non-ressortissants russes seront pratiquement expulsés du petit commerce.

Cependant, ces mesures ne satisfont que partiellement les nationalistes. C'est que ces restrictions ne s'appliquent qu'aux ressortissants des Etats étrangers, aux Ukrainiens et aux Moldaves, par exemple, qui ne suscitent pas de haine. Les citoyens russes originaires du Caucase du Nord ne sont pas concernés. Or, ce sont ces gens qui étaient visés par les émeutiers à Kondopoga et pas uniquement là-bas. Strictement parlant, nous avons affaire à une agression fondée sur l'anthropologie, c'est-à-dire au racisme. L'Etat russe actuel ne possède pas de mécanismes formels à même de résoudre le problème du racisme.

Mais l'essentiel n'est pas là. Les décisions qui ont été prises recèlent un formidable potentiel de corruption. Et le 4 novembre 2006, date fixée pour la deuxième Marche russe, on s'est aperçu que les slogans nationalistes étaient accompagnés d'appels de plus en plus appuyés à lutter contre la corruption et à étendre l'auto-administration locale.

Ce qui permet de penser que la Marche russe 2006 encadrée par la police et les services secrets dans diverses régions du pays a donné le coup d'envoi du mouvement nationaliste démocratique. Celui-ci a bien évidemment des aspects repoussants et constitue un danger pour la démocratie dirigée. Mais en même temps il traduit le mécontentement réel de la population face à l'état de choses dans le pays.

D'autre part, on ne sait pas très bien où se trouve le centre de gravité de la démocratie russe. Peu de temps avant la tenue de la Marche russe les nationalistes institutionnalistes de Rodina avaient rejoint le parti Russie juste, qui était en opposition à Russie unie. On estime que la nouvelle formation politique a vu le jour consécutivement aux contradictions entre les divers groupes au sein de l'administration du président. Contradictions qu'il ne faudrait d'ailleurs pas exagérer.

Il est admis aussi que Dmitri Rogozine avait toujours misé sur ces divergences. Dans le programme du Congrès des communautés russes qu'il a reconstitué il est question de "nationalisme à vocation sociale", de "mouvement national et démocratique", mais dans le même temps les militants évoquent la pureté ethnique de la nation russe, les Russes en tant que "blancs".

Or, la création du CCR, de Rodina et des autres mouvements nationalistes (à l'exception, peut-être, du DPNI) avait été encouragée en tant que partis n'ayant pas d'autre mission que de piper les voix de l'électorat nationaliste se portant habituellement sur les candidats du KPRF (Parti communiste de la Fédération de Russie). Seulement le parti Russie unie ne s'est pas montré moins habile en la matière. Et puis maintenant le KPRF n'est plus ce qu'il avait été et la législation électorale est tout à fait différente. Cependant, il va falloir faire quelque chose avec ces organisations jadis auxiliaires. Ce n'est pas là un résultat de l'incompétence des pères de la démocratie dirigée, ils ont à maintes reprises montré qu'ils savaient travailler avec efficacité. Seulement le modèle de direction qu'ils ont choisi vieillit, l'inertie et l'inefficacité le minent. Et puis il ne faut pas non plus oublier que le nombre de dirigeants s'est passablement accru.

Après la Marche russe 2006, qui avait été autorisée uniquement en tant que prise de parole, la même mesure avait été prise par la police à l'égard de la "Marche des dissidents", d'"Autre Russie" et de l'action à la mémoire des journalistes tués. On a l'impression que pour le pouvoir toute activité sociale est une marque de déloyauté. Il est significatif aussi que l'action d'envergure du mouvement de jeunes pro-Kremlin "Nachi" - des Pères Noël distribuant des cadeaux aux anciens combattants de la Grande Guerre patriotique de 1941-1945 - ait été dépolitisée au maximum.

Un signal a été lancé à la société: l'apolitisme est un signe d'allégeance. Seulement les participants aux divers mouvements nationalistes ont déjà montré qu'ils ne manquaient pas d'amour-propre et d'énergie et qu'ils maîtrisaient les technologies de communication. Et aussi qu'ils n'entendaient pas être loyaux.

http://fr.rian.ru/analysis/20070110/58782559.html
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 27 Sep 2007 à 12:41
 
URSS le retour:

"MOSCOU, 20 janvier 2007 - RIA Novosti. Les communistes russes projettent de lutter pour le rétablissement de l'Union soviétique et appellent les partis communistes des anciennes républiques d'URSS à s'unir.

"Nous estimons que le rétablissement de notre Patrie unique est notre objectif clef et nous déploierons à l'avenir également des efforts énergiques pour le réaliser", a déclaré le leader du Parti communiste de la Fédération de Russie (KPRF) Guennadi Ziouganov devant la session plénière du Conseil de l'Union des partis communistes - PCUS samedi à Moscou.

Les partis communistes de Biélorussie, d'Ukraine, d'Arménie et d'autres anciennes républiques fédérées de l'URSS y sont représentés.

Le leader du KPRF a beaucoup parlé de la portée que revêt la coopération de ces républiques.

"Sans une union de la Russie, de la Biélorussie, de l'Ukraine et de toutes les républiques soeurs qui formaient l'Union soviétique, nous n'avons pas de perspective historique", a-t-il estimé.

La résolution de la session plénière souligne que tous les partis d'obédience communistes sur le territoire de l'ex-URSS doivent s'unir. La lutte "pour la démocratie soviétique, pour le développement socialiste des Etats des peuples frères et leur réunification au sein d'une Union" doit devenir le principal objectif des partis unifiés, selon les participants à la session.

Outre la résolution, les journalistes se sont vu délivrer le projet de principales activités communistes pour 2007. En vertu de ce plan, le KPRF se préparera toute l'année au 3 congrès des peuples de l'Etat de l'Union (russo-biélorusse), prévu pour février 2008. Les communistes russes prévoient également de lancer des mesures coordonnées contre "les manifestations d'anticommunisme et de nationalisme fascisant, contre la mondialisation impérialiste et l'agression de l'OTAN".

En juin 2007, le KPRF projette de mener la conférence scientifique internationale "La Révolution d'Octobre et le présent " et de faire paraître un livre au vu de ses résultats. "

http://fr.rian.ru/russia/20070120/59416559.html

C'est pas trop tot!
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 27 Sep 2007 à 12:42
21-01-2007
 
Philip
 
Programme du leader du parti communiste aux dernieres elections presidentielles de Russie (une partie je suppose)

Sept thèses de Guennadi Ziouganov

1.Les richesses naturelles de la Russie doivent servir au peuple dans son ensemble et à chaque citoyen en particulier ; celui-ci doit avoir sa part des richesses de la République, un morceau du gâteau national.
2. L'argent tiré du commerce de la vodka doit aller au Trésor et non aux bandits. Les vins et le tabac doivent être monopoles d'Etat.
3. Travailler et gagner de l'argent. Chacun doit avoir un emploi garanti et un salaire correct.
4. Moins d'impôts et plus de biens. Diviser par deux l'impôt sur les biens et les services, le prix des carburants, de l'énergie, des transports et communications.
5. Arrêter d'humilier le peuple par la pauvreté. Doubler immédiatement les pensions, les prestations sociales, les salaires des employés de l'Etat. Les salaires et les pensions les plus faibles ne doivent pas être inférieurs à 1 000 roubles. Le traitement des enseignants et des médecins ne doit pas être inférieur à 3 000 roubles.
6. L'avenir de la nation doit être assuré par l'enseignement et la médecine gratuits pour tous. Pour protéger le peuple de Russie nous proposons : des programmes spéciaux d'aide aux familles, à la maternité et à l'enfance ainsi que des programmes de construction de logements.
7. Démocratisation de la démocratie. Le pouvoir exécutif ne doit plus être illimité. Chaque citoyen doit avoir la possibilité de participer à la prise des décisions concernant sa vie. Les droits et les libertés ne doivent pas être formels mais réels.

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/presidentielle-russe/candidats.shtml
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 27 Sep 2007 à 12:43
Quelques renseignements sur l'evolution du KPRF sur wikipedia ( en anglais):

http://en.wikipedia.org/wiki/Communist_Party_of_the_Russian_Federation
 
Elections de 2000 en Russie

V. Poutine
52,94

G. Ziouganov
29,20

http://www.robert-schuman.org/oee/russie/presidentielles/default.htm

Pour 2004 il ne s'est pas presenté visiblement

http://www.robert-schuman.org/oee/russie/presidentielles/resultats.htm


Edité par T 34 - 27 Sep 2007 à 12:44
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 27 Sep 2007 à 12:46
24-01-2007
 
Quelques extraits significatifs de l'état de la Russie "post-communiste".

1/ En Union Soviétique, le niveau de paiement des charges liées au logement était d'environ 5% de leur coût réel. En 1994 le Président Eltsine a engagé une réforme visant à faire payer 100% du coût réel des charges communales et du logement par la population. Depuis, les prix flambent dans le secteur du logement, grevant le budget des ménages dont les revenus sont loin d'augmenter en conséquence . Si l'on ajoute à ce problème le déficit de logements, en particulier sociaux, et la détérioration de l'état des habitations, nous comprenons que les sondages indiquent tous le problème du logement comme le premier motif de mécontentement de la population (pour plus de 70% des sondés en moyenne).

2 /Le cours choisi par le gouvernement tient en trois mots-clés: libération des prix, privatisation et marché. En gros, sont reproduites les recettes des réformes économiques du début des années 90, à la chute de l'Union soviétique: d'abord le choc, ensuite (peut-être) la réforme des institutions. Nous savons déjà le désastre auquel ces réformes ont conduit: massif non-paiement des salaires, création de monopoles oligarchiques, vente à prix soldé d'une multitude d'entreprises, chute radicale de la production .

3/ L'année 2006 s'est ainsi ouverte sur de nombreuses manifestations relativement massives (rassemblant quelques milliers de personnes) contre la hausse des tarifs, souvent accompagnées de blocages spontanés de grands axes routiers (par exemple, à Blagovechensk, Lipetsk ou Oulianovsk). Dans les grandes agglomérations ces actions sont souvent organisées par les forces politiques d'opposition, en premier lieu par le Parti communiste (KPRF), dans les plus petites villes, elles éclatent le plus souvent de façon spontanée. Cependant, en règle générale, elles ne donnent pas de résultats, les tarifs n'étant pas révisés à la baisse . Les autres moyens de lutte, comme les procès intentés pour tarifs économiquement infondés, que beaucoup d'habitants avaient gagnés les années précédentes, ont perdu leur efficacité du fait des réformes législatives ayant, entre autres, abrogé l'obligation de l'expertise indépendante du bien-fondé économique des tarifs.



Source : http://www.alencontre.org/autres/RussieClement01_07.htm
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 27 Sep 2007 à 12:48
samedi 20 janvier 2007

Les communistes russes projettent de lutter pour le rétablissement de l’Union soviétique et appellent les partis communistes des anciennes républiques d’URSS à s’unir.
"Nous estimons que le rétablissement de notre Patrie unique est notre objectif clef et nous déploierons à l’avenir également des efforts énergiques pour le réaliser", a déclaré le leader du Parti communiste de la Fédération de Russie (KPRF) Guennadi Ziouganov devant la session plénière du Conseil de l’Union des partis communistes - PCUS samedi à Moscou.

Les partis communistes de Biélorussie, d’Ukraine, d’Arménie et d’autres anciennes républiques fédérées de l’URSS y sont représentés.

Le leader du KPRF a beaucoup parlé de la portée que revêt la coopération de ces républiques.

"Sans une union de la Russie, de la Biélorussie, de l’Ukraine et de toutes les républiques soeurs qui formaient l’Union soviétique, nous n’avons pas de perspective historique", a-t-il estimé.

La résolution de la session plénière souligne que tous les partis d’obédience communistes sur le territoire de l’ex-URSS doivent s’unir. La lutte "pour la démocratie soviétique, pour le développement socialiste des Etats des peuples frères et leur réunification au sein d’une Union" doit devenir le principal objectif des partis unifiés, selon les participants à la session.
Outre la résolution, les journalistes se sont vu délivrer le projet de principales activités communistes pour 2007. En vertu de ce plan, le KPRF se préparera toute l’année au 3 congrès des peuples de l’Etat de l’Union (russo-biélorusse), prévu pour février 2008. Les communistes russes prévoient également de lancer des mesures coordonnées contre "les manifestations d’anticommunisme et de nationalisme fascisant, contre la mondialisation impérialiste et l’agression de l’OTAN".

En juin 2007, le KPRF projette de mener la conférence scientifique internationale "La Révolution d’Octobre et le présent " et de faire paraître un livre au vu de ses résultats.

rianovostiCopyright © RIA NOVOSTI"
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 27 Sep 2007 à 12:49
27-01-2007
 
Philip
 
Pour ceux que ça interesse: un discours de Guennadi ZIUGANOV
dont nous parlions plus haut (en rapport avec l'article de Ria Novosti sur une eventuelle refondation (?) de l' URSS)
Pour faire connaissance avec les idées de cet individu controversé

Sur les Travaux de la Lutte Contre l'Impérialisme
et la Nécessité d'une Condamnation Internationale de ses Crimes

http://www.ptb.be/international/article.phtml?section=A1AAABBN&object_id=30946
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 27 Sep 2007 à 12:50
30-01-2007
 
Dago rouge
 
Augmentation des troubles psychiques

Selon le centre psychiatrique Serbski, entre 30 et 40 % des Russes seraient victimes de troubles psychiques dûs à la chute de l’Union soviétique en 1991. Comparé aux années 90, le nombre de troubles mentaux aurait augmenté d’un tiers. Peur d’actes terroristes et insécurité financière sont la cause d’une forte augmentation des cas d’agoraphobie, claustrophobie et dépressions. Avec un taux de suicide de 34,9 pour 100 000 habitants, la Russie est deuxième au classement mondial juste après un autre état de l’ex-Union soviétique : la Lituanie.

Terrible ! C'est vraiment devenu le symbole du décespoir !
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 27 Sep 2007 à 12:51
31-01-2007
 
Babeuf
 
Quelques données -un peu anciennes mais parlantes- de l'Ined sur la démographie de la Russie.

1996 2002
Effectif de la population 147 373 003,00 143 525 702,00
Décès 2 082 249,00 2 332 272,00
Accroissement total -471 568,00 -857 378,00
Indice de fécondité 1,28 1,32
Espérance de vie (Hommes) 59,70 58,80
Espérance de vie (Femmes) 72,40 71,90
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 27 Sep 2007 à 12:52
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 27 Sep 2007 à 12:55
Babeuf
 
Extrait d'un article du Monde paru en novembre (2006).

« (…) Touchés par une forme foudroyante de l’hépatite après avoir absorbé de l’alcool préparé à base de dissolvants ou de désinfectants, les « jaunes », le foie irrémédiablement atteint, meurent en l’espace de deux ou trois mois.
(…) Le problème de la consommation d’alcool frelaté en Russie n’est pas nouveau. Chaque année, 35 000 à 42 000 personnes en meurent une « véritable tragédie nationale », a reconnu le ministre russe de l’intérieur.
(…) à la Douma (…) des voix se sont élevées en faveur de la création d’un monopole d’Etat sur la production d’alcool (…)
Petit à petit, l’idée d’un prix fixé par l’Etat pour la bouteille de vodka, comme à l’époque soviétique, fait son chemin »

Voilà un bon thème de campagne pour le KPRF ...
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 27 Sep 2007 à 12:56
04-03-2007
 
Gorri
 
Interessant, Serguey Mironov, chef du parti "Russie Juste", et proche du pouvoir russe actuel; a dans le discours fondationnel du parti dit que son parti s'oppose au capitalisme et cherchera le developpement socialiste de la Russie.

Pour le PCFR c'est une manipulation, pour retrancher des voix au PC et pour instaurer un bipartidisme à l'instar de ce qui se fait en Europe occidentale, avec un parti de "gauche" comme le PS français, qui utilise une réthorique socialiste (quoi que de moins en moins) mais a une praxis de droite.

Ceci dit; c'est tout de même très revelateur qu'en Russie, pour gagner des voix, on se refere au socialisme. Pourtant on était supposé penser que là-bas plus que partout ailleurs le socialisme était decredibilisé et que les gens n'en voulaient pas, non?

Il semblerait que non, et qu'en Russie le capitalisme ne fasse plus recete et qu'ils se voie contraint de se deguiser en socialisme pour continuer.
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 27 Sep 2007 à 12:59
Babeuf
 
Les funérailles du KPRF étaient prématurées (Nezavissimaïa gazeta)
13:40 | 16/ 03/ 2007



MOSCOU, 16 mars - RIA Novosti. Au premier abord, les élections régionales du 11 mars n'ont rien révélé de sensationnel: Russie Unie est arrivée partout en tête. En réalité, la situation est plus compliquée.

Premièrement, le succès de Russie Unie n'est pas un triomphe. Les chiffres n'ont pas fortement progressé, ils sont restés à peu de choses près au niveau de 2003: de 30 à 50%, 40% en moyenne dans les régions. Et ce en dépit de la formidable pression exercée par les structures administratives et financières, sans déjà parler des grands moyens d'information, surtout locaux. Ce fait indique qu'un tiers seulement de la population appuie la politique économique et sociale du président, que Vladimir Poutine doit sa cote de popularité non pas à la politique qu'il applique, mais à la crainte d'une déstabilisation en cas de changement des règles du jeu.

Deuxièmement, le maintien de la popularité de Jirinovski relève d'une propension à un "pouvoir fort" et au populisme.

Troisièmement, les déclarations selon lesquelles Russie Juste était désormais le numéro deux sur la scène politique nationale étaient manifestement prématurées. En moyenne environ 15% des Russes ont voté en faveur des SR, et autant pour le Parti communiste de la Fédération de Russie (KPRF).

Quatrièmement, il semble que la droite libérale puisse ambitionner franchir la barre des 7% lors d'élections au niveau fédéral.

Enfin, le score réalisé par le KPRF (plus de 15% en moyenne) peut être considéré comme une surprise. Signalons que dans les villes les gens ont été beaucoup plus nombreux à voter en faveur des communistes. Il est notoire que les ruraux soutiennent de préférence Russie Unie. On peut les comprendre d'ailleurs: si dans les bourgs le pourcentage requis n'est pas "obtenu", alors il faut s'attendre à être confronté à des problèmes d'approvisionnement en eau et en électricité et aussi d'alimentation des budgets locaux... Ce phénomène est particulièrement important sur la toile de fond de la propagande anticommuniste effrénée.
Les élections dans 14 régions de Russie ont donc révélé d'importantes tendances. Pas plus de la moitié des gens soutient la politique libérale des autorités, associées à Russie Unie. Environ un tiers souhaite manifestement une stratégie orientée plus à gauche et vote pour le KPRF et Russie Juste. Les tendances étatistes restent fortes . Les valeurs libérales-démocratiques ne parviennent pas à percer. Par conséquent il n'y a pas lieu de pronostiquer un changement du paysage politique de la Russie dans les années à venir.

Néanmoins, une certaine évolution vers la gauche n'est pas improbable. A condition toutefois d'un sursaut des mouvements sociaux de base - habitants, enseignants, "verts", syndicats, etc., ce qui pourrait contraindre de KPRF à modifier son image, son style et ses actions pour devenir un acteur réel sur le plan des luttes en faveur des valeurs et des droits sociaux, et Russie Juste à opter pour une politique de gauche plus prononcée (parce que cela lui serait profitable).

RIA Novosti décline toute responsabilité quant au contenu des articles tirés de la presse.
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 27 Sep 2007 à 13:00
24-03-2007
 
Gorri
 
L'union des officiers sovietiques de Crimée menace d'actions de guerilla les troupes de l'OTAN si elles viennent faire des exercices: "Si l'OTAN refait son apparition sur notre sol, nous ne perdrons pas notre temps en palabres. Nous frapperons. Si les otaniens viennent en avions, nous les abattrons. S'ils arrivent sur des navires, nous les coulerons. S'ils essaient de déployer sur le territoire de l'Ukraine des systèmes de défense antimissile (DAM/ABM), nous les détruirons. Il y a parmi nous suffisamment d'hommes expérimentés et possédant les aptitudes appropriées, reçues au sein de l'Armée soviétique"
http://fr.rian.ru/world/20070323/62532036.html
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 27 Sep 2007 à 13:03
Ares
 
le socialisme en russie 46% approuve
37 % désapprouvent
le socialisme est supérieur au capitalisme
pour le sécurité............71% pour
13% contre
pour l'éducation............63% pour
21% contre
pour la santé.................60% pour
22% contre
pour l'égalité des chances 62% pour
17% contre
harmonie dans les relations internationales 62% pour
17% contre
liberté de la presse...........40% pour
38% contre
récompense de l'effot individuel 38% pour
45% contre
qualité des produits de consomation 33% pour
39% contre

modéle à suivre:
systéme suédois..............................20%
chinois.................................6%
nord coréen.......... ..1%
socialisme soviétique...........12%
socialisme nouveau..............18%
Pas de socialisme du tout...................20%

Le socialisme impossible sans révolution..............56%
passage pacifique...........................15%

SONDAGE DU CANTRE NATIONAL D ETUDES D OPINION PUBLIQUE VTSIOM réalisé entre le 17 et le 18 mars 2007
1600 personnes interrogées dans 153 localités de 46 régions russes
marge d'erreur stat 3,4%
In " SOLIDARITE DE CLASSE" N° 57
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 27 Sep 2007 à 13:05
23-04-2007
 
1917
 
La majorité des Russes, Biélorusses et Ukrainiens regrettent la disparition de l’URSS

MOSCOU, 7 décembre - RIA Novosti. La majorité de la population de la Russie, de la Biélorussie et de l’Ukraine regrette la disparition de l’Union soviétique, selon les résultats préalables d’un sondage réalisé par l’agence internationale Moniteur eurasiatique.

Parmi ces trois pays, ce sentiment est particulièrement vivace en Russie (68% des sondés) et moins fréquent en Biélorussie (52%), tandis qu’en Ukraine, 59% des personnes interrogées déplorent l’éclatement de l’URSS, a annoncé jeudi lors d’une conférence de presse à RIA Novosti le directeur du groupe sociologique Tsirkon, Igor Zadorine.

En outre, presque la moitié de la population de ces trois pays (44% à 47%) estime que la désintégration de l’Union soviétique aurait pu être évitée.

Cependant, les habitants de ces trois États jugent le rétablissement de l’union des anciennes républiques soviétiques impossible. Même parmi les Russes, qui sont pourtant les plus favorables à l’union, ce point de vue est très répandu : 68%, contre 71% parmi les Ukrainiens et 76% parmi les Biélorusses.

Parmi les pays les plus attrayants pour la Russie du point de vue d’une éventuelle réunification, les sondés russes ont cité surtout la Biélorussie, l’Ukraine et le Kazakhstan. Dans le même temps, 64% des Biélorusses sont favorables à la réunification avec la Russie, 30% environ avec l’Ukraine et 23% à une union avec l’UE. La situation est pratiquement identique en Ukraine.

"Ainsi, le principal pôle d’attraction est actuellement la Russie mais le nombre des sondés choisissant une autre orientation ne cesse d’augmenter", a fait remarquer Igor Zadorine.

Les résultats d’un sondage analogue effectué dans d’autres pays de la CEI doivent arriver incessamment, a-t-il ajouté.

Le sondage a été réalisé en novembre dernier en Russie auprès de 1.600 personnes par le Centre national d’étude de l’opinion publique, en Biélorussie auprès de 1.107 personnes par le laboratoire sociologique Novak et en Ukraine auprès de 2.215 personnes par Research and Branding Group.

Nov./Dec. 2006


Dans la Russie de Poutine, la pression monte

Le communiste russe SLAVA TETEKINE explique que le gouvernement de Vladimir POUTINE n'apporte rien au peuple.

Des sondages d'opinion en Russie juste avant l'anniversaire de la Révolution d'Octobre indiquent que plus de 60 pour cent de la population voient positivement les acquis de la révolution.

Seuls 20 % étaient d'opinion contraire. Pour la classe ouvrière, l'ère post-soviétique a été désastreuse. Après deux décennies de capitalisme débridé le PNB a baissé de 10 % depuis le renoncement à la planification socialiste. 30 % des habitants vivent dans la pauvreté totale.

50 % se sont appauvris depuis la fin de l'URSS, devant faire face à des loyers et des coûts énergétiques en augmentation constante, des services publics en décrépitude, des salaires en baisse et un chômage croissant. Seuls 10 % n'ont rien perdu au change tandis que 2 % font partie des super-riches.

Il reste cependant un gros réservoir de soutien au socialisme, qui s'est traduit cette dernière année par un virage à gauche de la vie politique. Lors des récentes élections à la Douma, le candidat communiste pour l'île de Sakhaline, célèbre pour ses ressources pétrolières, a reçu 41 % des voix, contre 30 % pour le parti au pouvoir. Même à Moscou, dominée par les super-riches qui contrôlent les banques et les industries des services, les communistes ont obtenu 17,5 % des voix, malgré le monopole exercé par Poutine sur les mass media.

http://www.northstarcompass.org/index.htm
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 27 Sep 2007 à 13:05
23-04-2007
 
Dago rouge
 
Yahouuuuuu ! Eltsine a clamsé !! Tournée générale !!

Russie: Boris Eltsine est décédé à l'âge de 76 ans

MOSCOU - L'ancien président russe Boris Eltsine est décédé à l'âge de 76 ans, a indiqué le service de presse du Kremlin. Selon des sources médicales, sa mort est due à un brusque arrêt cardiaque. Il a été le premier président démocratiquement élu de Russie. ( )

Né en 1931, M. Eltsine souffrait de problèmes cardiaques récurrents. Elu à deux reprises, il est le prédécesseur de l'actuel président, Vladimir Poutine, qu'il avait désigné comme son dauphin.


http://www.romandie.com/infos/ats/display.asp?page=20070423160532778172194810700.XML&associate=PHF1457

J'espère qu'il est mort en voyant ça :

2000 personnes sur la Place Rouge pour le 137e anniversaire de la naissance de Lénine
10:45 - 23/ 04/ 2007

MOSCOU, 23 avril - RIA Novosti. Dimanche, 22 avril, quelque 2000 personnes sont venues sur la Place Rouge pour déposer des fleurs devant le Mausolée de Vladimir Lénine à l'occasion du 137e anniversaire de sa naissance.

La Place Rouge avait été ceinte de barrières métalliques. La foule avait formé une longue file allant du Mausolée jusqu'au Musée historique. Il y avait là des gens appartenant aux générations aînées, mais aussi des élèves d'établissements d'enseignement où des organisations de jeunes pionniers se sont conservées . ( )

Le Mausolée était ouvert, ceux qui le souhaitaient ont pu y pénétrer. Les gens brandissaient des drapeaux rouges et portaient des fleurs, principalement des oeillets.

Le leader du Parti communiste de la Fédération de Russie (KPRF), Guennadi Ziouganov, en déplacement en Amérique latine, était absent.

Lénine est né le 22 avril 1870 et est décédé en 1924.


http://fr.rian.ru/society/20070423/64159794.html
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 27 Sep 2007 à 13:08
23-04-2007
 
1917
 
L'URSS n'aurait légalement pas du être dissoute. La dissolution a eu lieu contre l'avis des peuples:

" FRANC ET MASSIF

Les « oui » l’emportent avec des scores de 70 à 95% selon les républiques. Il s’agit d’un échec pour ceux qui ont incité les soviétiques à sanctionner la direction de la fédération. Boris Esltine se voit contraint de modifier la loi électorale pour faire entériner son projet d’élection du président de la Russie

De l’un de nos correspondants permanents en URSS.

Un « oui » franc et massif à l’union rénovée de républiques socialistes soviétiques souveraines. Avec des inégalités. Telle est la réponse donnée par les neuf républiques où le référendum a pu se dérouler dans des conditions normales. On aura beau chipoter, tenter d’amoindrir le résultat en s’appuyant sur Moscou, Léningrad, Sverdlovsk ou Kiev, le fait est là, indiscutable. Si le nombre encore limité de résultats connus commandait lundi la prudence dans les commentaires, cette fois l’hésitation n’est plus de saison. Demandé par Mikhaïl Gorbatchev, le « oui » s’impose largement dans les neuf républiques : Azerbaïdjan, Biélorussie, Kazakhstan, Kirghizie, Ouzbekistan, Russie, Tadjikistan, Turkmenistan et Ukraine. Sous bénéfice d’inventaire définitif en Russie, les suffrages positifs oscillent entre 70% en Ukraine et 95% au Tadjikistan.

D’ordinaire, lorsqu’ils arrêtent la date d’un référendum, les hommes politiques prennent le moment le plus propice à leurs voeux. Ici, tout se passe comme si l’on avait choisi la difficulté. Qu’on se représente l’état d’esprit de populations contraintes depuis des mois, alors que l’hiver se défait lentement, à d’interminables attentes pour de maigres achats. Les pénuries se multiplient ou jouent à saute-mouton. Aujourd’hui les allumettes manquent. Demain le sel. Après-demain le savon. Quant à l’alimentation... Avant même les augmentations officielles des prix, annoncées pour le 2 avril prochain, les étiquettes valsent ouvertement ou sous le comptoir. Ne parlons pas des conflits inter-ethniques latents.

Dans ce climat où la morosité est aux frontières de l’exaspération, la tentation était grande de « punir » le pouvoir en votant contre lui. Boris Eltsine et toute la droite regroupée autour du bloc « Russie démocratique » ont tenté de jouer cette carte en identifiant le « oui » au référendum à une approbation de la politique de Gorbatchev. Pour le président du Soviet suprême de Russie, l’échec est cinglant.

Dans les plus grandes confusions subsistent des idées simples, inaltérables. L’intégrité du pays, fut-il multinational comme l’URSS, est de celles-là. Cette notion avait même traversé le cuir épais de Boris Eltsine. Le président du Parlement de Russie rêvait certes de faire du référendum une condamnation du pouvoir central. En démagogue roué, il avait pris la précaution de ne pas appeler ouvertement au « non » à l’union rénovée. Mais il avait dressé une telle barricade d’arguties anti-fédératives qu’une conclusion négative allait de soi. Ces astuces subalternes ne peuvent masquer la réalité : le « non » pour lequel Boris Eltsine militait par des procédés obliques a été balayé dans neuf républiques. Dans les six républiques où le vote était interdit ou boycotté par les autorités, plusieurs millions de personnes ont voté tout de même, la quasi-totalité pour l’Union.

En Russie même, Moscou, Léningrad où la pression politique de la droite est la plus forte, où la mal-vie est des plus vivement ressentie, le « oui » l’emporte néanmoins. De peu, mais l’emporte. Le cas de Sverdlovsk, gros centre industriel de l’Oural, est encore moins surprenant. C’est la terre natale de Boris Eltsine et davantage encore une région où les problèmes d’approvisionnement en matières premières comme en produits alimentaires sont des plus angoissants.

Le leader de « Russie démocratique » entend trouver une compensation dans l’instauration du poste de président et la fédération de Russie élu au suffrage universel. Il escompte chausser ces bottes-là pour poursuivre sa « guerre des lois » contre le pouvoir central, guerre qui a déjà fait des dégâts dans le pays. Et à partir de là, s’emparer de tout le pouvoir. Mais il lui faudra désormais tenir compte du mandat confié à Mikhaïl Gorbatchev par le référendum de dimanche : réaliser la nouvelle union.

Boris Eltsine n’est d’ailleurs pas au bout de ses peines. Aiguillonné par un PCUS qui, petit à petit, reprend ses esprits et sa combativité, il a dû accepter la convocation, le 28 mars, d’une session extraordinaire du Soviet suprême de Russie. Son bilan et surtout ses prises de position anticonstitutionnelles, l’exigence de la démission immédiate de Mikhaïl Gorbatchev formulée à la télévision, ses incitations à la violence et à la confrontation - « Le temps est venu de retrousser les manches et de lever les poings » - lors de son discours du 9 mars dernier, seront sur la sellette.

L’homme s’est montré capable de tous les retournements, mensonges et manipulations. S’adressant par la radio aux électeurs, vendredi dernier, Boris Eltsine demandait aux Russes de « tenir compte d’une autre circonstance importante. La loi sur le référendum en Russie considère que la décision est adoptée si elle a reçu les voix, non pas de la moitié des citoyens ayant pris part au vote (comme dans le référendum de l’Union) mais de la moitié des voix des électeurs inscrits ».

Lundi, le vote passé, le Présidium du Soviet suprême de Russie s’empressait de rectifier le tir. La chose est coutumière après les interventions publiques de Boris Eltsine. On apprenait ainsi qu’en application d’une loi sur le référendum en Russie, l’emporte la réponse ayant obtenu la moitié des voix exprimées. Boris Eltsine a tout de même préféré laisser à son premier adjoint le soin de signer cette résolution. Ce tour de passe-passe laisse augurer ce qu’il pourrait advenir de la démocratie entre les mains de ce « démocrate » d’un genre particulier.

La publication de l’ensemble des résultats sera indispensable pour une analyse plus précise du vote de dimanche. Mais, d’ores et déjà, on peut dire que pour Mikhaïl Gorbatchev, pour le PCUS, la signification et la portée de ce référendum sont précieuses. La voie est ouverte, par la volonté populaire démocratiquement exprimée, pour avancer dans la mise en oeuvre de la nouvelle Union des républiques socialistes soviétiques, souveraines et égales en droit.

Serge Leyrac."
Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
 Répondre Répondre Page  <1234 21>

Aller au Forum Permissions du forum allez vers le bas

Powered by Flex Design® version v8m6r15
Copyright © 2001-2011 Flex Design

Cette page a été affichée en 0,148 secondes.