Forum Unité Communiste Page d'accueil
  Sujets actifs Sujets actifs
  FAQ FAQ  Rechercher dans le Forum   Calendrier   Inscription Inscription  Connexion Connexion
Accueil Forum Accueil Forum > Culture générale > Philosophie

Les erreurs de l'individualisme méthodologique

 Répondre Répondre
Auteur
Message
  Sujet Recherche Sujet Recherche  Options des sujets Options des sujets
Vladimir allez vers le bas
Expulsé
Expulsé
Avatar

Depuis le: 24 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 2925
  Citer Vladimir Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Sujet: Les erreurs de l'individualisme méthodologique
    Envoyé : 09 May 2008 à 17:11
Je vous conseille la lecture de cet article du Monde a propos de Dan Ariely (chercheur au MIT de Boston). Ariely démontrerai notamment que "certaines de nos décisions sont inattendues, prises sous le coup de l'émotion ou de normes sociales, et qu'elles ne peuvent donc être décrites par les théories économiques classiques". La conséquence c'est que l'individualisme méthodologique en sociologie initié par Weber ou développé par Boudon ne peut pas fonctionner. En fait, l'idée même de "norme sociale" vient appuyer une conception holiste de la sociologie, c'est à dire une conception se rapprochant d'avantage du marxisme. 
Haut de la page
Tovaritch Ben allez vers le bas
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant
Avatar

Depuis le: 06 Apr 2009
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 9
  Citer Tovaritch Ben Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 06 Apr 2009 à 16:59
Tout a fait d'accord ! de nombreuse décision son conditioné par la société...je vous conseille de lire BOURDIEU...Toute la pensé holiste est dedans !
Nous sommes les enfants de Lenine,par la faucille est le marteau et nous batirons sur vos ruine: le communisme, ordre nouveau !
Haut de la page
AllXS allez vers le bas
Camarade assidu
Camarade assidu
Avatar

Depuis le: 25 Jan 2008
Status actuel: Inactif
Messages: 1181
  Citer AllXS Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 27 May 2009 à 16:17
La concurrence, un mythe

Et pendant ce temps, les monopoles privés se généralisent ... « La concurrence stimule les ventes et donc les débouchés pour les entreprises, ce qui les incite à recruter », vient de rappeler l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Pourtant, les vertus prêtées à ce principe reposent moins sur la science que sur la croyance, intéressée. Affirmer ainsi un tel dogme permet aux économistes néolibéraux d’écarter tout débat, et aux entreprises d’imposer leurs choix.

Par Jacques Sapir dans le Le Monde Diplomatique



De prétendues « évidences » économiques, utilisées comme argument d’autorité, polluent le débat politique. Elles aboutissent à rejeter certains thèmes hors du champ de la discussion : le protectionnisme, le rôle positif des entreprises publiques ou l’intervention de l’Etat, etc. Enfin elles prétendent s’imposer au-delà des clivages politiques, au nom de leur caractère « objectif ».

Si ces « évidences » économiques reposaient sur une base scientifique, les contester serait impossible. L’idée ne viendrait à personne de mettre aux voix les lois de la nature. Mais si ces bases se révèlent douteuses, alors le statut qu’elles ont acquis dans le débat relève non seulement de la fraude, mais aussi de l’usurpation antidémocratique : elles sont en effet établies par une minorité (les « experts »), par ailleurs politiquement irresponsable. Si elle prétend à la scientificité, l’étude de l’économie doit être soumise à des règles de vérification et structurée par des pratiques d’argumentation (1). Or la pensée économique néolibérale s’est affranchie de ces contraintes (2).

La principale pseudo-évidence qu’elle met en avant est le rôle fondateur de la concurrence (3), ce qui lui permet de justifier le primat du libre-échange en macroéconomie, et celui de la flexibilité en microéconomie. C’est pourquoi les néolibéraux ont voulu en faire un principe cardinal du traité constitutionnel européen. C’est là un des plus vieux débats de la pensée économique moderne. En effet, la question n’est pas de savoir si, dans certaines circonstances, et pour atteindre des résultats particuliers, la concurrence pourrait permettre la coordination des actions des uns et des autres. Présentée ainsi, la problématique s’ancre dans le réel. En revanche, pour les libéraux, le rôle de la concurrence constitue un dogme. Elle acquiert dès lors un caractère absolu qui transcende le problème des conditions concrètes de sa mise en œuvre.

On trouve l’origine de ce dogme dans les travaux des fondateurs de l’économie classique du XVIIIe siècle : David Hume, Bernard de Mandeville et Adam Smith. Ils ont voulu démontrer que la concurrence entre les activités individuelles, mue par les objectifs les plus égoïstes, aboutissait spontanément à un résultat positif pour la collectivité. Tel est le sens de la première théorie générale du libre-échange élaborée par Hume, de la Fable des abeilles de Mandeville et de la fameuse « main invisible » de Smith. Les argumentaires de ces trois auteurs ne résistent pourtant pas à l’examen.

La théorie de l’équilibre automatique du commerce international de Hume, reprise quasiment mot pour mot par les apologistes de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), se fonde sur des hypothèses irréalistes, notamment celle d’une information immédiate et parfaite des acteurs économiques, et celle des ajustements instantanés et sans coûts, à la fois entre l’offre et la demande, mais aussi au sein de l’offre et de la demande. En fait, il faut supposer que les biens et les services sont entièrement substituables les uns aux autres tant du point de vue du demandeur que de celui de l’offreur.

La thèse de Mandeville – les vices privés (l’égoïsme, l’ambition) se transforment souvent de manière non intentionnelle en des « vertus collectives », un peu comme une abeille construit une ruche sans le savoir et sans le vouloir – est une pure construction littéraire.

Quant à Smith, il n’a jamais démontré le mécanisme de la « main invisible » (le marché qui allouerait spontanément production et consommation mieux que tout système prépensé), ce dernier constituant en réalité, comme l’a mis en évidence l’historien Jean-Claude Perrot, une aporie religieuse dans une tentative de construction d’un discours scientifique (4).

En prétendant formuler des « lois » quasi naturelles, ces trois auteurs poursuivaient en réalité des objectifs politiques. Hume voulait montrer que le libre-échange, dans la mesure où il aboutit au bonheur de tous, rendait inutiles les conflits entre Etats (5). Pour Mandeville et Smith, l’organisation spontanée produite par la concurrence permettait de se passer des despotes éclairés et de leur arbitraire. On ne peut qu’éprouver de la sympathie pour le pacifisme de Hume, tout comme pour le rejet du despotisme chez Mandeville et Smith, mais on ne saurait confondre l’instrumentalisation bien intentionnée d’un discours pseudoscientifique et une véritable démonstration.

Vers la fin du XIXe et au XXe siècle, la théorie de la concurrence se diversifie. Trois écoles apparaissent. La première, qui exerce encore l’influence la plus grande, considère, à la suite de Léon Walras (1834-1910), que ce mécanisme conduit à l’équilibre entre les demandes des uns et les capacités des autres à y répondre. Vilfredo Pareto (1848-1923) a ajouté que cet équilibre économique était aussi, par nature, un équilibre social. Il n’existerait donc qu’une seule et unique réponse aux divers problèmes de l’économie réelle, et la concurrence serait à la fois optimale aux plans économique et social – ce qui clôt tout débat (6).

Un deuxième courant de pensée s’est développé en réponse aux divers problèmes que soulevait la théorie walraso-parétienne : celui, qualifié d’« autrichien », au sein duquel on trouve des auteurs comme Ludwig von Mises (1881-1973) et Friedrich von Hayek (1899-1992). Pour eux, la concurrence n’est pas un mécanisme spontané, mais un processus néodarwinien d’élimination des solutions les moins efficaces.

Enfin, pour une troisième école, la concurrence est avant tout une dynamique d’innovation qui précipite la destruction d’anciennes solutions par l’émergence de nouvelles, plus adaptées. Il n’est plus ici fait référence à un quelconque équilibre : la concurrence est simplement l’instrument d’une révolution permanente des activités, ce que l’on appelle la « destruction créatrice ». Joseph Schumpeter (1883-1950), l’auteur ayant le plus contribué à cette théorie, affiche les mêmes ambitions que les penseurs du XVIIIe siècle. Il s’agit bien de dépolitiser l’économie, de prétendre substituer des « lois » immanentes à l’action consciente et concertée des individus (7).

Ces trois écoles proposent des cadres incompatibles et irréconciliables. Si, en effet, on admet les hypothèses du modèle walraso-parétien élaborées par Kenneth Arrow et Gérard Debreu, deux des fondateurs de la forme moderne de l’école néoclassique dans les années 1940 et 1950, alors on ne peut accepter ni la théorie « autrichienne » ni la théorie schumpétérienne de la concurrence. L’inverse est également vrai. Par exemple, se situer dans le cadre des hypothèses de Hayek interdit toute référence à la théorie de l’équilibre. Loin de se cumuler, ces trois théories s’annulent.

Autre casse-tête : les hypothèses de départ. Celle d’une information complète et parfaite des agents économiques, nécessaire à la théorie de l’équilibre général, est absurde, sauf à les considérer comme omniscients. Elle n’en est pas moins centrale. Que l’on introduise des imperfections et des asymétries dans l’information des agents, et les marchés cessent alors d’être efficients, la concurrence devient déstabilisatrice, l’intervention publique directe requise. Cela est connu des théoriciens depuis longtemps (8).

D’autres hypothèses nécessaires à l’une ou l’autre de ces théories ne sont pas moins sujettes à caution. Le modèle d’Arrow et Debreu suppose que la hiérarchie des préférences des individus soit indépendante des contextes et des situations personnelles. Ainsi, si nous préférons le bien A au bien B et le bien B au bien C, il en sera ainsi en toutes circonstances et, face à un choix identique, nos réponses ne varieront jamais. Le processus de sélection imaginé par Hayek implique que ces préférences restent identiques dans la durée. Pour qu’il y ait sélection en effet, il faut que nos expériences soient entièrement comparables, et donc que nous ne changions pas d’avis entre deux expériences sur ce que nous préférons. Il faut aussi que toutes nos expériences nous laissent des souvenirs identiques, qu’elles soient anciennes ou proches. En termes mathématiques, on peut considérer que nous réagirions à la moyenne de nos expériences passées et non à un pic particulier.

Le modèle schumpétérien exige, quant à lui, que les chocs provoqués par l’innovation n’aient pas non plus d’impact sur la structure de nos préférences. Nous préférons le gain à la sécurité ou inversement. Notre rapport aux degrés de satisfaction ne change pas, et ce même si les gammes possibles de services rendus par des biens innovants sont très différentes de celles des anciens biens.

Ces hypothèses relatives au comportement des individus ont toutes été mises à l’épreuve depuis les années 1970 (9). Et elles ont toutes été invalidées dans des tests établis sous protocoles et répétables, c’est-à-dire dans les conditions mêmes qui caractérisent l’expérimentation scientifique. Ainsi, notre préférence entre deux traitements médicaux se modifie complètement suivant que leurs résultats sont exprimés en espérance de survie après une opération ou au contraire en risque de décès. De la même manière, le prix que nous sommes prêts à payer pour un bien n’est pas celui pour lequel nous sommes prêts à nous en dessaisir. Nos préférences pour le gain ou au contraire pour la sécurité basculent brutalement. Confrontés à des jeux de loterie identiques, mais dont les résultats sont exprimés parfois en monnaie et parfois en nature, les expérimentateurs changent souvent de stratégie alors qu’ils sont supposés réagir de manière stable. Enfin, nous oublions plus vite une douleur vive mais très courte qu’une douleur moyenne mais constante dans la durée d’un examen médical. Ces résultats détruisent les hypothèses du modèle néoclassique (stabilité des préférences et des stratégies), mais aussi du modèle hayékien et schumpétérien.

En fait, nos préférences sont déterminées par le contexte du choix (le framing effect) ou par notre richesse matérielle (l’endowment effect). Notre système cognitif réagit plus à des pics qu’à des évolutions progressives, et l’introduction d’éléments nouveaux entraîne en permanence une reconfiguration de nos modèles de choix.




Une stratégie de déni

L’invalidation massive et irréfutable du modèle d’un « agent individuel » dont les réactions seraient prévisibles quels que soient le contexte et sa situation – hypothèse que l’on trouve à la base de ces théories – est certainement une des avancées les plus importantes de ces trente dernières années dans le domaine des sciences sociales. Force est de constater que la majorité des économistes se sont engagés dans une stratégie de déni de ces résultats qui ont pour conséquence de déstabiliser radicalement leurs modèles. Ce faisant, ils montrent qu’ils ont cessé d’être des scientifiques (10). Le rôle fondateur de la concurrence dans l’organisation des activités économiques se révèle être non pas une hypothèse, mais une croyance de type religieux.

On en revient donc, en ce début du XXIe siècle, à la situation de la fin du XVIIIe. Un projet scientifique légitime – l’étude de la manière dont les sociétés humaines produisent, échangent et consomment – a été détourné à des fins purement idéologiques. Ajoutons ici, à la lumière des différents scandales auxquels des « experts » ont été mêlés lors des privatisations en Russie (11), ou des affaires Enron (12), WorldCom et Parmalat, etc., que ces fins semblent autrement moins nobles que celles que poursuivaient Hume, Mandeville et Smith...

En prostituant ainsi leur discipline, que ce soit pour les ors du pouvoir ou pour l’or tout court, certains économistes ont commis un double forfait moral. D’abord contre la démocratie, en tentant de présenter un mythe aux conséquences sociales ravageuses comme une vérité scientifique, comme une « évidence » indiscutable. Ensuite contre l’idée même de recherche, en discréditant aux yeux de beaucoup la légitimité d’une véritable étude scientifique de l’économie.

«Il est impossible d'en finir avec le capitalisme sans en avoir fini avec la social-démocratie dans le mouvement ouvrier.» (J. Staline : les Questions du léninisme, 1950)

Haut de la page
AllXS allez vers le bas
Camarade assidu
Camarade assidu
Avatar

Depuis le: 25 Jan 2008
Status actuel: Inactif
Messages: 1181
  Citer AllXS Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 11 Oct 2009 à 14:36
Message posté par Vladimir

Je vous conseille la lecture de cet article du Monde a propos de Dan Ariely (chercheur au MIT de Boston). Ariely démontrerai notamment que "certaines de nos décisions sont inattendues, prises sous
le coup de l'émotion ou de normes sociales, et qu'elles ne peuvent donc
être décrites par les théories économiques classiques". La conséquence c'est que l'individualisme méthodologique en sociologie initié par Weber ou développé par Boudon ne peut pas fonctionner. En fait, l'idée même de "norme sociale" vient appuyer une conception holiste de la sociologie, c'est à dire une conception se rapprochant d'avantage du marxisme. 


salut à tous.
Quelqu'un a t'il accès aux archives du monde pour remettre l'article de Vladimir en ligne ?? merci d'avance.


j'ajoute une autre référence sur le sujet :
-Les travaux en neurologie et en économie (et en "neuroéconomie") ont eux aussi très largement amendé les modèles classiques de l'agent rationnel en économie.
(voir La neuroéconomie peut-elle changer l'économie dans le dernier hors série des "Grands dossiers des sciences humaines"

Edité par AllXS - 11 Oct 2009 à 14:56
«Il est impossible d'en finir avec le capitalisme sans en avoir fini avec la social-démocratie dans le mouvement ouvrier.» (J. Staline : les Questions du léninisme, 1950)

Haut de la page
 Répondre Répondre

Aller au Forum Permissions du forum allez vers le bas

Powered by Flex Design® version v8m6r15
Copyright © 2001-2011 Flex Design

Cette page a été affichée en 0,543 secondes.