Forum Unité Communiste Page d'accueil
  Sujets actifs Sujets actifs
  FAQ FAQ  Rechercher dans le Forum   Calendrier   Inscription Inscription  Connexion Connexion
Accueil Forum Accueil Forum > Pour s'informer, notre sélection d'articles > France

Retraites décentes ou retraites cerceuils ?

 Répondre Répondre Page  <1 161718
Auteur
Message
  Sujet Recherche Sujet Recherche  Options des sujets Options des sujets
T 34 allez vers le bas
Administrateur
Administrateur
Avatar

Depuis le: 26 Sep 2007
Pays: France
Status actuel: Inactif
Messages: 34611
  Citer T 34 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 18 Sep 2013 à 21:47

Pot de non-départ à la retraite: les jeunes dénoncent la double injustice de la réforme

Le collectif la retraite : une affaire de jeunes, rassemblant 18 organisations de jeunes, s’est invité ce mercredi devant à un pot symbolique de non-départ à la retraite devant l’Élysée, alors que la réforme était présentée en Conseil des ministres.

« L’allongement de la durée de cotisation à 43 annuités, signifie pour les jeunes : être au chômage aujourd’hui, et toucher une retraite incomplète demain » dénonce le collectif. Réunis près de l’Élysée, où le projet de loi sur la réforme des retraites était présenté en Conseil des ministres, plus de 200 personnes ont participé à la course d'obstacles "Attrape ta retraite si tu peux". Cheveux et barbe teintés de blanc, Nelson, étudiant de 19 ans, a pris part à l'épreuve, franchissant des obstacles comme le licenciement, le travail précaire ou la maladie -- symbolisées par des tréteaux -- pour finalement franchir la ligne d'arrivée à la retraite à 65 ans. 

Les participants à ce parcours semé d'embuches étaient soutenus par le collectif la retraite : une affaire de jeunes, qui rassemble plusieurs organisations comme l’Unef, les JC, la JOC, les jeunes écologistes la mutuelle étudiante LMDE, mais aussi la CGT, Solidaires ou la FSU ainsi que le Front de gauche. Le secrétaire national du parti communiste, Pierre Laurent, était d’ailleurs présent. "On veut garder le sourire, on ne veut pas renoncer à être optimistes car le gouvernement a les moyens de nous enlever certains obstacles" sur le chemin de la retraite, a déclaré Emmanuel Zemmour, président de l'Unef, à l'issue de la course d'obstacles.  

"Nous souhaitons que cette nouvelle réforme permette la reconnaissance de la jeunesse via la prise en compte de nos années d'étude, d'insertion professionnelle et de stages dans le calcul des retraites" réclame le collectif. Le projet de réforme prévoit uniquement la prise en compte des trimestres d'apprentissage dans le calcul des trimestres.
L’allongement de la durée de cotisation à 43 ans (172 trimestres), prévu dans la réforme est ainsi particulièrement dénoncé. Une situation particulièrement injuste pour les femmes, dénoncent les organisation de "la retraite : une affaire de jeunes", "elles qui sont plus nombreuses à être au chômage et ont des carrières plus courtes. Le collectif s’oppose à tout allongement de la durée de cotisation. D’autre choix sont possibles : taxer les revenus du capital et lutter contre les inégalités salariales femmes-hommes par exemple."

Réforme des retraites: il faut "amplifier" la mobilisation

Sans surprise, le projet de loi de réforme des retraites soumis au Conseil des ministres est inacceptable pour la CGT, comme pour le PCF. Pour la centrale syndicale, il faut amplifier la mobilisation et construire une semaine d’action du 7 au 11 octobre, lors du début de l'examen au Parlement du projet de loi.

"Ce qui ruine nos retraites, c'est le coût du capital. Quand les entreprises versent un euro de cotisation sociale, elles en versent plus de deux pour le financement du capital. Cette gabegie doit cesser. Elle doit être renversée." C’est le message fort que le PCF fait passer ce jour de présentation du projet de réforme des retraites au Conseil des ministres. Un projet que le parti juge parfaitement dans la lignée des nombreuses réformes initiées depuis 1993. "Il y ajoute même un nouveau cadeau au patronat avec une réduction annoncée des cotisations employeur pour la politique familiale." Le PCF annonce ainsi qu’il sera de la partie dans les mobilisations à venir.

Et le prochain temps fort de mobilisation contre cette réforme des retraites sera, selon la CGT, pour début octobre.  "Comme nouvelle étape du processus engagé, la CGT s'engage dans la construction d'une semaine d'action du 7 au 11 octobre 2013 à l'occasion de l'ouverture du débat parlementaire sur le projet de loi retraite, avec la perspective d'une journée nationale unitaire et interprofessionnelle de grève et de manifestations". Le syndicat estime nécessaire "d'amplifier sans attendre" la mobilisation du 10 septembre.

"Nous proposerons rapidement à l'ensemble des autres organisations syndicales et de jeunesse une rencontre afin de finaliser ce prochain rendez-vous d'action", ajoute la CGT. Le syndicat précise que "d'ores et déjà, plusieurs initiatives d'actions sont prévues comme dans la santé, chez les cheminots et dans certains groupes de métallurgie, de la chimie, etc...".
De son côté André Chassaigne s’oppose, au nom du groupe Front de Gauche à l’Assemblée, à la volonté du gouvernement d’imposer un temps contraint à l’Assemblée, pour couper court au débat parlementaire.

  • La leçon de pédagogie de Force Ouvrière.

Le syndicat fait le tour, en 14 questions, de toutes les questions que l’on peut se poser sur l’allongement de la durée de cotisation. Une leçon de pédagogie. Exemples.
Question 8. Pourquoi vouloir à tout prix faire travailler les salariés de plus en plus longtemps quand le taux d’activité des seniors est faible?
Selon des statistiques de l’INSEE, en 2012, deux tiers de la génération 1955-1959 ans étaient sortis du marché du travail. Ils étaient soit au chômage, soit en préretraite, soit bénéficiaires d’une pension d’invalidité. En 2011, 65% des pensions d’invalidité du régime général ont été accordées à des personnes de plus de 50 ans. Dans les faits, et malgré des mesures incitant les salariés âgés à poursuivre le travail, le chômage des seniors a fortement augmenté entre 2008 et 2011. Dans une étude «Emploi et salaire 2013» publiée en mars, l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) constate que 36% des 55-64 ans, soit 1,4 million de personnes, n’avaient pas d’emploi en 2011.
En 2012, les salariés qui ont fait liquider leur retraite l’ont fait avec une moyenne de 151 trimestres validés, alors que la durée de cotisation pour obtenir une retraite à taux plein atteint aujourd’hui 166 trimestres pour les salariés nés en 1955 et 1956. 

Question 13. L’allongement de la durée de cotisation a-t-il un impact sur le niveau des pensions?
Oui, une telle mesure revient indirectement à baisser le niveau des pensions. En effet, plus on allonge la durée de cotisation, plus il va être difficile pour les salariés d’obtenir le nombre d’annuités requises pour partir à l’âge légal actuel de 62 ans avec une pension à taux plein. Ceux qui souhaiteront malgré tout prendre leur retraite dès que possible subiront une décote sur leur pension, c’est-à-dire une minoration de leur retraite.

Emploi, salaire, retraite et protection sociale : semaine d’action du 7 au 11 octobre (CGT)

Réunie hier, la Commission exécutive confédérale a analysé la journée d’action du 10 septembre dernier et débattu des suites à donner.
L’appréciation de la CGT, contrairement à ce qui s'est traduit dans la plupart des médias, est que le niveau de mobilisation a été important, quelques jours après la rentrée. Il traduit une forte exaspération et des attentes dans un véritablement changement de politique parmi l’ensemble de la population.
Les organisations de jeunesse ont également été présentes, malgré les oppositions de générations, orchestrées par le Gouvernement et le MEDEF.
Ce 18 septembre, elles appellent à un rassemblement devant l’Elysée, à l'occasion de la présentation du projet de loi au Conseil des ministres.
La CGT salue et soutient cette initiative.
Le problème du financement de la protection sociale et de la dette publique, ce n'est pas le coût du travail comme le martèlent le Gouvernement et le Patronat.
Par exemple, aller vers une égalité de salaire entre les femmes et les hommes rapporterait 10 milliards d’euros supplémentaires dans les caisses de retraites, d’ici à 2020.  De même, 1% de plus sur la masse salariale, c’est 2,5 milliards de cotisations supplémentaires pour la protection sociale.
Non, le travail n’est pas un coût, mais un atout.
Ce sont les salariés qui créent les richesses du pays !
Le Gouvernement répondant aux injonctions du patronat, choisit de lui faire de nouveaux cadeaux dans son projet en augmentant les exonérations de cotisations des entreprises et en proposant d’amputer le pouvoir d’achat des salariés et des retraités, au service de rentabilité financière. C’est la continuité des réformes précédentes et notamment celles de 2003 et 2010 qui ne sont pas remises en cause.
Ce n’est pas acceptable. Nous exigeons le retour à une retraite à 60 ans avec un taux de remplacement de 75% et des départs anticipés pour travaux pénibles.
Après avoir échangé avec ses organisations, la Commission exécutive confédérale considère qu’il y a besoin d'amplifier cette mobilisation sans attendre dans les entreprises, pour porter l’exigence de l’ouverture immédiate de négociations salariales, tant dans le public que dans le privé. Cela doit conduire le Gouvernement à augmenter le point d’indice et le SMIC, les pensions et les minima sociaux, dès le 1er octobre prochain.
Comme nouvelle étape du processus engagé, la CGT s’engage dans la construction d’une semaine d’action du 7 au 11 octobre 2013 à l’occasion de l’ouverture du débat parlementaire sur le projet de loi Retraite, avec la perspective d’une journée nationale unitaire et interprofessionnelle de grève et de manifestations. Elle mettra tout en œuvre au niveau national, professionnel et territorial pour que cette mobilisation soit la plus large possible.
Dans ce sens, nous proposerons rapidement à l’ensemble des autres organisations syndicales et de jeunesse, une rencontre afin de finaliser ce prochain rendez-vous d’action.
Ces prochains jours, elle invite les syndicats et les salariés à interpeller leurs députés sur le contenu de la réforme et les attentes sociales exprimées le 10 septembre et majoritairement soutenues dans les sondages. La CGT insiste également, pour que la question des retraites ne soit pas traitée uniquement par le biais des déficits publics. D’ailleurs, ces derniers sont essentiellement dus à la financiarisation à outrance. Pour le capital, la crise est finie. L’envolée du CAC 40 en est la démonstration puisqu’il retrouve son niveau record de 2007. Et on voudrait nous faire croire qu’il n’y a pas d’argent.
La question de l’emploi, des conditions de travail, des salaires, de la protection sociale et de la retraite doit être portée dans tous nos échanges et nos débats.
La CGT invite tous les syndicats à être à l’offensive avec les salariés en partant de leurs revendications.
D’ores et déjà, plusieurs initiatives d’actions sont prévues comme dans la Santé, les Cheminots et dans certains groupes de Métallurgie, de la Chimie, etc…
Plus que jamais, l’action à l'offensive est à l’ordre du jour.

Montreuil, le 18 septembre 2013

Patria socialismo o muerte

Quand vous dites l'Amérique vous pensez aux U$A, ça c'est la vieille Amérique. Moi je pense à la nouvelle Amérique: Cuba, Vénézuela, Bolivie, etc ☭ ★
Haut de la page
 Répondre Répondre Page  <1 161718

Aller au Forum Permissions du forum allez vers le bas

Powered by Flex Design® version v8m6r15
Copyright © 2001-2011 Flex Design

Cette page a été affichée en 3,617 secondes.